La débrouillardise: 10 pistes pour développer cette épatante qualité

Sylvaine Pascual – Publié dans L’actualité d’Ithaque

 

 

 

La débrouillardise c’est se dépatouiller autrement lorsque les ressources nécessaires pour faire face à une situation viennent à manquer. Développer la faculté à se secouer les méninges lorsque les conditions deviennent, en apparence, insuffisantes pour réaliser un objectif c’est l’alternative à la baguette magique, le Père Noël ou la chance pour réussir un projet professionnel… Réhabilitons le système D au boulot^^

 

 

 

développer la débrouillardise au travailDébrouillardise en voie de disparition?

 

En Mauritanie il y a une dizaine d’année, j’ai voyagé avec un convoi qui reliait Atar à Zouérate et retour, trajet  qui se faisait à l’époque sur des pistes non goudronnées et avec des camions usés jusqu’à la corde, qui crevaient souvent et tombaient parfois en panne.

 

Quel épatant spectacle que l’ingéniosité des chauffeurs pour réparer les pneus ou une pompe à eau avec trois bouts de ficelle et une rustine. Ou pour découper dans un bidon à huile un support à verres à thé, pour pouvoir le déguster sans pour autant s’arrêter….

 

Dans nos contrées ou le manque ne fait plus loi, la débrouillardise a perdu de son panache, victime d’une société en mutation, une société en recherche de valeurs javellisées, et la voilà tombée sous les coups des champions de la vertu pour ses connotations perçues comme négatives de ruse, de chapardage, d’insoumission aux règles.

 

D’autre part, aujourd’hui  on remplace au lieu de réparer, on se fie à la technologie au lieu de réfléchir, on se soumet à son GPS au lieu de chercher des repères.  Nous avons de moins en moins l’occasion d’exprimer notre insondable créativité face aux situations inattendues, aux impondérables. Un smartphone à portée de main, l’expert désigné n’est pas loin, disponible et abordable. Plus besoin de se casser la nénette à apprendre à se démerder pour se sortir des boues fangeuses de nos petits et grands problèmes. Quitte à finir aussi empoté qu’une plante verte ?

 

 

 

Les bénéfices de la débrouillardise

 

Capacité à se sortir d’affaire, astuce, ingéniosité, habileté, ressource, la débrouillardise est une sacrée qualité, et comme la plupart de ses soeurs, elle est trop souvent considérée comme est un don du ciel, une aptitude que certains ont reçue le jour de la distribution des prix, et d’autres non. Alors qu’elle est avant tout un ensemble d’aptitudes qui se construisent et se développent.

 

En réalité, si la débrouillardise est une capacité, elle peut aussi bien être une valeur morale, une valeur motrice ou encore un objectif en soi, une compétence à développer. Quoi qu’il en soit, elle est avant tout un ensemble de ressources sacrément utiles, comme en témoignent les quantités de débrouillards dans la littérature ou au cinéma. Leur succès semble montrer combien la plupart d’entre nous aspirent à être capable de se dépatouiller par soi-même, quelles que soient les situations.

 

Mélange d’inventivité, d’audace, de culot, de confiance en soi, d’autonomie, de ressources, esprit fertile en solutions à toutes les situations, elle est  associée à une certaine forme de confiance en soi : celle qui a conscience de ses capacités et qui sait s’appuyer sur elles dans une situation nouvelle, plutôt que de céder à la peur ou au sentiment d’impuissance. Du coup, elle fournit des moyens de :

 

  • Faire preuve de créativité pour trouver des solutions, y compris farfelues, ce qui n’a aucune importance, du moment qu’elles fonctionnent
  • Dépasser le peur de l’échec, puisqu’il s’agit alors d’expérimenter, de bricoler ces solutions jusqu’à trouver celle qui fonctionne.
  • Résoudre les problèmes.
  • Faire face aux situations nouvelles sans excès d’anxiété.
  • Diminuer le sentiment d’impuissance.
  • Rester dynamique face aux difficultés, éviter de céder à la passivité.
  • Etre acteur de sa vie, éviter la victimisation.
  • La débrouillardise appelle la débrouillardise : elle permet de transposer des solutions efficaces trouvées auparavant dans des situations nouvelles.

 

Et tout cela est évidemment bien utile dans nos vies professionnelles, en particulier pour inventer des stratégies uniques et efficaces, autant pour commercialiser un produit que pour trouver un emploi ou faire vivre un projet qui touche au job idéal, avoir l’audace nécessaire pour se lancer, ou encore pour améliorer un quotidien professionnel terne ou résoudre les problèmes inhérents à tout métier ou fonction et atteindre des objectifs difficiles tout en minimisant le stress lié à la crainte de ne pas y arriver.

 

 

 

Mini coaching : 10 trucs pour développer la débrouillardise

 

Cette débrouillardise est un ensemble de ressources internes. Or, ces ressources internes contrairement au pétrole, augmentent à mesure qu’on les utilise. Abusons-en donc gaiement, pour devenir de plus en plus malins et futés et favoriser ainsi la réussite de nos projets.

 

 

1- se confronter à toutes sortes de situations et accepter l’inconfort

Sortir de sa zone de confort, faire des expériences nouvelles, y compris déstabilisantes, permet de développer la confiance en soi, d’être plus dégourdi et de prendre plus facilement du recul face aux situations inédites et donc d’y réfléchir plus sereinement, sans passer par la case cris d’orfraie ou angoisse insondable. En bref, ça permet de passer rapidement en mode solutions  au lien de perdre son énergie à se formaliser du problème. Donc : oser essayer des nouveautés, des activités comme des idées.

 

2- Passer en mode solutions

Une fois la situation ou le problème décortiqué et clarifié, penser en termes de solutions plutôt qu’en termes de problème est un moyen de modifier l’angle de vue et de le rendre plus réjouissant. Et s’autoriser les résolutions les plus farfelues, car l’essentiel est qu’une stratégie fonctionne, et son seul cadre est son éthique.

 

3- S’appuyer sur ses ressources existantes et entretenir l’optimisme

Connaître ses ressources internes : ses talents naturels et ses mécanismes de réussite pour les transposer, même de façon symbolique ou décalée, dans d’autres situations, c’est la façon la plus simple de se débrouiller de façon fluide et dans le plaisir. Ce qui aide aussi à entretenir un état d’esprit dynamique et optimiste (qui s’autorise à penser qu’il pourra trouver des solutions) Voir :

 

3- Jouer, créer, lire, stimuler sa créativité

Les activités qui stimulent l’imagination, d’une manière ou d’une autre, développent et renforcent la créativité nécessaire pour trouver des solutions à toutes sortes de situations. Il existe de très nombreuses manières de stimuler sa créativité indirectement et en se faisant plaisir, explorez celles qui fonctionnent pour vous. Et comme nos valeurs motrices sont particulièrement inspirantes, profitez-en pour identifier les vôtres. Voir:

 

4- Improviser

Qu’il s’agisse d’un dîner concocté avec des restes, de ne pas préparer au micron prêt une présentation, improviser avec les moyens du bord développe autant les capacités que la confiance en soi. Loin derrière nous est l’époque où on remplaçait la courroie de la voiture par un collant, le temps d’aller au garage, et c’est peut-être tant mieux. En même temps, être capable d’inventer une solution temporaire, même extravagante ou saugrenue, ça n’est peut-être pas toujours un gain de temps phénoménal, mais c’est bon pour l’estime de soi et ça rend plus ingénieux, plus flexible et adaptable.

 

5- Apprendre

Apprendre toutes sortes de choses, bricoler, construire au lieu d’acheter, réparer, prendre des décisions rapidement, expérimenter des solutions et les évaluer au lieu de se perdre en conjectures. Le développement des connaissances passe par l’expérimentation et l’appropriation, bien plus que par la théorie. N’hésitez pas à aller en apprendre davantage sur tout ce qui vous intéresse: les passerelles réelles ou symboliques entre nos différents domaines de compétences, personnels ou professionnels sont très nombreuses. Voir:

 

6- Faire preuve de curiosité

Explorer, décortiquer : comprendre les mécanismes de quelque chose, que ce soit ceux du cerveau ou du grille-pain permet d’élargir ses connaissances, de mieux comprendre le monde et de mieux s’y adapter. N’hésitez pas à démonter tout ce que vous voulez !

 

7- Travailler son sens critique

Ne pas se contenter d’ingurgiter de l’information pré-digérée par autrui (les copains comme les médias). En chercher les origines, comprendre le tenants et les aboutissants, questionner les mécanismes, les pourquoi et les comment. Bref, développer ses capacités d’analyse, son discernement et son sens critique.

 

8- Accepter la différence et développer les compétences relationnelles

Accueillir et observer les autres avec curiosité pour comprendre ce qui les anime, plutôt que de les juger et de les étiqueter trop vite. Développer les compétences relationnelles est un moyen de construire une débrouillardise relationnelle qui permet de faire face à toutes sortes d’interactions pas toujours simples.

 

9- Apprendre de ses erreurs

Chaque mini plantage ou maxi gamelle est une opportunité d’apprendre. D’apprendre comment on s’y est pris pour échouer, les éventuelles stratégies d’échec que nous mettons en place, de comprendre quelque chose qu’on n’avait pas compris, d’intégrer de nouvelles informations. Attention tout de même à la généralisation abusive et à l’interprétation. L’ouverture d’esprit fait partie intégrante de la débrouillardise.

 

10- Développer ses compétences émotionnelles

Nos émotions sont une source intarissable d’informations pertinentes sur notre bien-être et ce qui le menace. Les reconnaître et savoir identifier les besoins auxquelles elles nous renvoient est un sacré moyen de renforcer la sérénité face à l’inattendu, aux impondérables. Un moyen de ne pas se laisser paralyser par eux, mais au contraire de s’autoriser à prendre le temps de les entendre pour combler les manques qui ont généré les émotions négatives et en diminuer la fréquence et l’intensité.

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez développer les ressources nécessaires à la réussite de vos ambitions professionnelles? Pensez au coaching. Pour tous renseignements,contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 


11 réflexions au sujet de « La débrouillardise: 10 pistes pour développer cette épatante qualité »

  1. Bonjour,
    Un problème dans cette phrase…
    “Plus besoin de se casser la nénette à apprendre à se. Quitte à finir aussi empoté qu’une plante verte ?”

  2. Ping : La débrouillardise: 10 pistes pour développer cette épatante qualité | Changement, transformation, management humain, organisation, risques et contrôle interne | Scoop.it

  3. Un article excessivement intéressant! Je n’avais pas pensé que les 10 pistes décrites dans ces articles permettaient de développer sa débrouillardise et je n’aurais même pas pensé à les relier à de la débrouillardise. Je souscris néanmoins complètement à chacune de ces pistes et pense que pour reprendre un langage qui m’est plus familier, elles constituent des attributs souhaitables pour des individus et une collectivité pour la rendre productive et efficace. Et après tout débrouillardise n’est-il pas le mot familier synonyme de efficace, atteindre le but visé, et efficient, avec un minimum de moyens.

    • En effet la débrouillardise est multiforme! Elle rend un groupe ou une collectivité plus efficace et productif(ve), et les jeux en ligne sont d’ailleurs à la fois le témoin de ce fait et le moyen de développer cette qualité.
      Au niveau individuel, un aspect de la débrouillardise qui me plaît particulièrement est la réduction du stress associée au gain d’efficacité, là où de nombreuses techniques rigides d’efficacité personnelles sont souvent génératrices de stress;)

  4. Ping : La débrouillardise: 10 pistes pour développer ... - Ithaque Coaching | ML Coaching | Scoop.it

  5. Article très intéressant ! J’adore ton style Sylvaine !
    Mais il y a 11 pistes pas 10 car, sauf erreur de ma part, il y a 3 point n°3…
    A la lecture de ton article, j’entends “responsabilisation” derrière cette débrouillardise.. enfin c’est ma vision et elle n’engage que moi !

    • Hihihi, j’ai mal compté mes points^^
      C’est intéressant cette association débrouillardise/responsabilisation, car il y a certainement de nombreux liens à faire entre les deux… auxquelles je n’avais pas pensé. Prendre le situation en main pour la dépatouiller est une façon d’être responsable, tout comme mettre en oeuvre des solutions etc. L’implication, c’est que la débrouillardise permet aussi d’être plus présent au monde, plus acteur du monde et j’en passe… hmmmm tu me donnes matière à réfléchir!

  6. Ping : La débrouillardise: 10 pistes pour développer cette épatante qualité | Amélioration continue : Comment on travaille ensemble ?! | Scoop.it

  7. Ping : La débrouillardise: 10 pistes pour développer cette épatante qualité | Le meilleur de vous | Scoop.it

  8. Bonjour Sylvaine,
    Me voila de nouveau parmi vous!enfin retrouvée !
    J’aime ton article et il m’interpelle car ma fille a manifeste de la débrouillardise face a son prof de maths et a cet instant j ai su qu elle tenait le bon bout!
    Annie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweetCaptcha