Transformer les petits accidents de la vie en opportunités

Sylvaine Pascual – Publié dans: Développer ses talents et ressources

 

 

 Et si les petits accidents de la vie n’étaient surtout pas des mini-drames, mais plutôt des opportunités de faire des petits points sur certains aspects de nos vies?

 

 

 

Les petits incidents de parcours sont des opportunités d'apprentissage

Où nous mène-t-il, ce chemin sur lequel nous avons trébuché?

Petits accidents et grandes lamentations

 

Nous jonglons (plus ou moins) allègrement entre boulot, famille, activités et contraintes diverses, la tête dans le guidon, tout absorbés par l’importance de nos obligations quand bing, survient le petit accident qui vient nous immobiliser pour quelques semaines et en profite pour flanquer par terre l’échaffaudage improbable de notre quotidien.

 

Il n’en faut pas plus pour donner sans sourciller dans le discours convenu et curieusement invariable sur la faute à pas de chance et la bêtise de l’accident, et pour trouver mille et une raisons de  le transformer  en catastrophe. Parce que bien entendu, l’accident, (entorse, petite fracture etc.) intervient au mauvais moment, déjà d’habitude, c’est pas simple, mais alors là, c’est carrément la galère et puis nous, hein, on est pas des faignasses, on préfèrerait bosser.

 

En réalité, on constate que face à ces petits accidents, chacun développe des trésors d’imagination et de facultés d’adaptation et on finit par se demander si on ne râle pas juste pour le principe.

 

Alors si, pour une fois, on s’autorisait à penser autrement et à s’éviter la déperdition d’énergie mentale qui découle naturellement des grognements et lamentations?*

3 façons de transformer un petit accident en opportunité

Ce temps accordé est une opportunité de faire une pause, ce que d’ordinaire nous nous autorisons peu, et qui nous arrive franco de port sur un plateau. Nous pouvons le passer de bien des manières, depuis regarder enfin l’intégrale de X-Files jusqu’à se mettre au tricot.  Car après tout, et si c’était une occasion de faire enfin cette activité qu’on n’arrive jamais à faire, plutôt que de chercher à s’occuper comme on peut, à tromper l’ennui, à tuer le temps?

 

Nous pouvons aussi en profiter pour goûter le plaisir de ralentir, de souffler, de se poser tout simplement, de s’occuper et de se préoccuper enfin un peu de soi, de découvrir l’art de ne rien faire, de savourer le moment présent…

 

Nous pouvons mettre à profit le temps et l’espace inespérés dont nous disposons tout à coup pour réfléchir à nos vies, en particulier professionnelles, en faire le bilan, évaluer où il nous emmène, ce chemin sur lequel nous avons trébuché, pour repartir de plus belle, définir d’autres buts et bâtir les plans d’action pour les atteindre.
En d’autres termes, à nous de transformer un petit accident en opportunité de prendre du recul, de s’asseoir un moment et de repenser sa vie et de la faire évoluer d’une façon plus cohérente avec nos valeurs et nos aspirations.

  • Et vous, voyez-vous d’autres moyens de tranformer un petit accident en pause fructueuse?

 

Bon rétablissement!

* Ne nions pas les émotions pour autant. Si les émotions négatives sont très fortes suite à un petit accident, il renvoie sans doute à des manques qu’elles signalent et qu’il serait bon alors d’explorer pour y palier.

 

 

Voir aussi

 

Définir son objectif : un élément crucial du coaching
Relations: le grand ménage de printemps
Garder le moral dans la tourmente
Entretenir une bonne relation à son corps
Tirer les leçons de nos expériences
Renouer avec l’autodidacte qui sommeille en nous

Des solutions simples pour améliorer le quotidien au travail

10 aptitudes pour une vie sereine et dynamique

Le bilan d’incompétences

 

Les dossiers d’Ithaque: Développer ses talents et ressources

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez vous forger un état d’esprit dynamique et serein à la fois, un état d’esprit propice à la réalisation de vos ambitions? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

28 Comments

  • MADmoiselle dit :

    L’intégrale d’X-Files, j’ai pas attendu un accident ou un incident pour ma la mater

    Mon homme, il y a quelques année, s’est blessé (en faisant du sport, bien sûr). Il ne pouvait plus en faire mais a mis à profit son arrêt forcé pour se plonger dans des livres. Il a pu ainsi devenir entraîneur, et aussi acquérir d’autres connaissances pour lui et la pratique de sa passion.

  • clementine dit :

    j’ai souvent essayé seule.
    pas facile sans aide surtout quand on a subi trauma par psys qui nous ont bluffées.. maintenant, grâce à un autre, le pire des accidents n’a pas eu lieu.. nous l’avons  échappé belle comme on dit..
    sinon le grand ménage pas facile à faire.. car il y a des fonctionnements qui perdurent sans que l’on ne puisse rien y faire.. voilà ce que je pense..
    renouer avec l’audidacte.. oui, oui.. la vie c’est cela.. peut-être que cela, apprendre par soi-même et parfois avec l’aide de quelqu’un qui nous guide et qui nous respecte fondamentalement.
    bisous et bonne soirée
    clem

    • Sylvaine Pascual dit :

      Hello Clémentine,
      Cet article s’intéresse aux petits accidents, et bien entendu pas aux épreuves plus importantes, et éventuellement plus traumatisantes, qui nécessitent parfois un tout autre travail;)

  • pascual dit :

    super l’image-symbole de la béquille abandonnée au pied de l’obstacle..bravo

  • philippe dit :

    Oh darling, déjà que ma naissance fut un accident, je l’ai donc transformée en catastrophe naturelle, je veux que le monde , que dis-je que l’univers se souvienne de moi. Moi mégalo, non, non….

    bises darling 

  • fredheas dit :

    Coucou Sylvaine,

    Et oui, je suis en plein dans ton message avec mon opération de la semaine dernière. 😉 Y a-t-il une relation de cause à effet ??
    Quoi qu’il en soit, merci pour ton passage et pour ton billet prometteur!
    Car parfois les petits accidents peuvent permettre de rebondir sur autre chose de mieux! 😉

  • wizzil dit :

    comme je ne crois pas au hasard, je me dis que les petits accidents qui nous arrivent, arrivent bien à propos ! peut-être même que c’est nous-mêmes qui les avons programmés, (inconsciemment ?) parce que.. ce sont de bonnes raisons pour faire ce que nous ne faisons pas d’habitude tout simplement
    Bonne après-midi !

    • Sylvaine Pascual dit :

      C’est vrai que parfois, ils arrivent tellement à propose qu’on se demande si par hasard, inconsciemment… on ne les aurait pas un peu déclenchés!
      A nos actes manqués!

    • Fabienne dit :

      Justement ! je cherchais sur le blog un article qui pourrait s’intituler : “Quel est le sens de nos erreurs”? . Le coach qui a monté un séminaire de 2 jours en montagne pour des dirigeants, et qui se gaufre le premier matin dans l’escalier à cause de ses lacets qui s’emmêlent.. fatalité imprévisible.. inattention, excitation? Tout n’est pas explicable, certes, mais….
      Sylvaine ! Quelle est ta réflexion sur le sujet ?
      Bises & Merci !

      • Sylvaine Pascual dit :

        Hello Fabienne,
        Voilà une question intéressante!
        Evidemment, je ne peux pas répondre à la place du coach en question, qui était peut-être tout simplement pas bien réveillé et il n’est pas toujours utile de chercher du sens dans ce qui nous arrive.
        Pas toujours, ça signifie bien entendu que parfois, ça vaut le coup!
        Je te renvoie à l’article Petits gris et stratégies d’échec. Les stratégies d’échec sont des stratégies que nous mettons en oeuvre inconsciemment pour faire foirer quelque chose, parce qu’il y a un bénéfice à foirer. ce qui revient à trouver le sens de certaines erreurs de parcours, et peut aider à identifier des besoins à combler, par exemple.

  • philippe dit :

    oh my gode, tu as raison, tu as retiré un com, ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin, bon rebondissons alors, transformons cet accident en nouvelle opportinité

    bises darling, je m’en vais voir le tag  

  • philippe dit :

    ha ben oui normal, c’est difficile le hors sujet , non mais pas de problème darling, je vais trouver du pertinent un de ces quatre

  • Michael dit :

    Très importante, la capacité à rebondir est un facteur qui différencie ceux dont le nom marque l’histoire de la majorité anonyme. En regardant de plus près la vie de nombreuses personnalités, vous verrez que la plupart ont eu des vies très difficiles.

  • philippe dit :

    soyons opportiunistes, moi mais non, mais si, c’est quoi ce commentaire, tien j’ai oublié le poivre cette fois, bon je mange et je commente, non, siiiii, mon clavier iaime les risques, je m’englue ici 

    bises darling 

  • philippe dit :

    soyons opportiunistes, moi mais non, mais si, c’est quoi ce commentaire, tien j’ai oublié le poivre cette fois, bon je mange et je commente, non, siiiii, mon clavier iaime les risques, je m’englue ici 

    bises darling 

  • philippe dit :

    flûte ça bout, heu l’eau je veux dire, donc ce superbe article va voir ses sommantaires exploser à vitesse exponentielle inversémment proportionnelle à la vitesse d’un escargo dopé au pentothal ou penthotal, enfin bref ça fait lemême effet

  • philippe dit :

    tiens c’est le télé achat et je dois retrouver une autre video de mylene farmeuuuuur

  • philippe dit :

    peuple de France, le télé achat m’énerve

  • philippe dit :

    bon là je me pose , pendant que je kawate dis donc

  • philippe dit :

    c’est quoi X-files, du tricot?

  • philippe dit :

    tiens c’est vrai ça, je m’émoustile moi, chers lecteurs de ce superbe blog, n’ayez point contre moi le coeur endurci mais j’accomplis mon grand oeuvre

  • philippe dit :

    tiens tu veux un café?

  • valérie dit :

    t’as tout de même des vaches de bon exemples ! Quand j’ai eu une hépatite (5 mois épuisée,ve entre parenthèse), je me suis fait l”intégrale d’X-files et je me suis mise au crochet !

    Mais pendant ces périodes involontaires ou on a le temps de faire le point peuvent aussi servir à se rendre compte que finalement, on l’aime bien notre vie nez dans le guidon. En vrac: parce qu’on a un travail qu’on aime, parce qu’on se sent vivant, parce qu’on est fier de sa famille et que c’est chouette de leur donner du temps, parce que …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *