L’identité: acteur ou spectateur de sa propre vie?

Related Posts with Thumbnails

Petite philosophie de bistrot

 

Je m’assois à une table de café pour écrire le prochain article de mon blog, sans trop d’inspiration. A la table derrière moi, une conversation animée :
– Dans la vie, il y a des gens qui sont spectateurs et des gens qui sont acteurs. Moi, je suis feignant donc je suis plutôt spectateur. Je lis la vie dans les livres.
– J’ai fait beaucoup de choses aujourd’hui. Si je les écris, tu pourras les lire. Mais je serais plus riche de les avoir vécues que toi de les avoir lues.

 

 

Et vous, quelle perception avez-vous de vous-même ?
Vous sentez-vous acteur ou spectateur de votre propre vie ?
Quelles convictions profondes vous empêchent d’être l’acteur de votre vie ?

 

Est acteur de sa vie celui qui sait
ce qui le motive à faire ce qu’il fait,même s’il s’agit de s’allonger un moment dans la neige
et d’écouter le silence…

Voir aussi:

Les décisions qui nous ont structurés
A cache-cache avec soi-même: quand l’action contredit la pensée

Les valeurs: l’énergie renouvelable de la motivation

 

Les dossiers d’Ithaque: Connaissance de soi

Les dossiers d’Ithaque: Bien-être et estime de soi

 

Publicité

5 Comments

  • fredheas dit :

    Je partage tout à fait ton avis sur la question @Sylvaine! Il s’agit d’être acteur de sa vie pour pouvoir aller de l’avant, que ce soit en s’allongeant dans la neige ou non! 😉

    Excellente journée à toi! 😉

  • pascale duval dit :

    Bonjour, le commentaire du jour m’interpelle par rapport à une de mes images préférées: celle de l’arbre qui se reflète dans l’eau dans les tons de bleu. Il pose le problème de l’image que les autres ont de nous. Correspond-elle à ce que nous voulons qu’elle soit ou bien à notre moi profond. En d’autres mots, a-t-on toujours envie de nous dévoiler et que n’importe qui puisse lire en nous ou bien ne vaut-il mieux pas contrôler cette image pour n’en donner qu’une vision parcellaire . Peut etre y verrez vous une façon hypocrite de se cacher et de dissimuler certaines faiblesses. Pour ma part, mes failles ne regardent que moi ou certains très très proches. Les autres se contentent de façon superficielle ou non de ce que je veux bien leur donner.

  • lo le dit :

    Oouaif…est-ce que l’impression d’être spectateur de sa propre vie ne viendrait pas plutôt des coups de blues qu’on peut avoir parfois, ce sentiment de marcher à côté de ses chaussures ou de ne pas savoir pourquoi on se lève le matin -enfin si pour le train-train métro-boulot-dodo- que d’une opposition de 2 caractères acteur/spectateur, l’un qui agit l’autre qui subit? Personnellement, ça m’amuse aussi beaucoup d’être “spectateur” des autres de temps en temps et je n’ai pas l’impression de perdre mon temps…est-ce que la “richesse” intérieure ne vient pas aussi de ce que l’on perçoit comme enrichissant par nous plutôt qu’uniquement de nos actions? j’ai fait ci, j’ai fait là…à mon avis, on ne peut pas être soit spectateur soit acteur, je crois qu’on est toujours un peu des 2…

  • Alexandra dit :

    J’ai l’impression d’être spectatrice de ma vie mais pas celle des autres, mon point faible avoir vécu une bonne partie de ma vie dans la négativité et la dévalorisation. Difficile de ne pas écouter ce que l’on vous a dit pendant plus de 20 ans, c’est un gros travail et pourtant je fais des choses pour les autres que peu de gens réussissent, je n’ai pas peur de prendre des risques pour les autres mais pour moi ça bloque. Je tenais à vous dire Sylvaine que je trouve vos articles très intéressants et cela m’apporte beaucoup. Merci pour votre temps et travail.
    Bien à vous,

    Alexandra

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci beaucoup Alexandra!
      Il est assez fréquent, dans les cas de dévalorisation, d’être meilleur pour les autres que pour soi. Il peut être intéressant de se considérer comme un autre… comme les autres, qui mérite autant:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *