Vie pro, vie perso: comment passer un bon hiver

 

L’hiver doit-il nécessairement être synonyme de fatigue et de morosité? En particulier en ces temps de pessimisme et de conjoncture sinistre? Pas forcément, c’est une saison à vitamines mentales comme les autres, pour peu qu’on prenne certaines mesures pour s’assurer que seul le temps sera pourri!

 

 

J’ai bien sûr un petit pincement au cœur lorsque les premières gelées me forcent à remiser les paniers à champignons à la cave: l’hiver est là et les balades sylvestres seront moins passionnantes pendant quelques semaines. Mais j’aime bien l’hiver, c’est pour moi la saison de la réflexion, du cinéma, de la lecture, du vin chaud et des petits pains d’épices en rentrant de promenade, la saison des clémentines et des oranges, des Mont d’or, des plats en sauce, la saison où je me mets au ralenti où  je joue à capter et savourer le moindre rayon de soleil, où j’espère la neige pour écouter son crissement sous mes pieds.

C’est aussi la saison où je m’étonne de la frénésie ambiante en décembre, de tous ceux qui, politiquement correct oblige, taisent leur envie de revenir à des fêtes plus simples, mais râlent contre l’obligation de ruée sur les magasins, la surabondance et les gueuletons dont on revient plus saturés que réjouis. Avant de céder à la morosité du début d’année, qui n’a rien d’un renouveau propice au changement et tout d’un grand recommencement.

La course contre la montre avant les ripailles et largesses de fin d’année est effrénée, avec au delà les lendemains de fêtes qui déchantent quand nivôse et pluviôse occulteront un peu vite les souvenirs de Noël… D’autant que les entretiens de fin d’année arrivent, que la lumière du printemps est bien loin et que la perspective d’un soir de Noël avec votre beau-frère vous réjouit autant qu’un dimanche chez belle-maman – aaah, damned, sera là elle aussi.

Pourtant, le blues hivernal et son lot de mélancolie maussade n’est pas une fatalité. L’hiver peut être une saison douce et chaleureuse, au rythme lent, pour peu qu’on s’en donne un peu les moyens.  Voici 7 pistes pour passer un hiver plus réjouissant:

 

1- Vitamines mentales hivernales et principe du mimosa

Les jours trop courts et le froid, l’agitation fatigante de la course aux cadeaux de Noël suivie de près par la valses des bonnes résolutions jamais tenues (et donc culpabilisantes), rien de tout cela ne nous condamne à la disette morale pendant les frimas, à l’attente du renouveau printanier. Tout comme les pensées et le mimosa fleurissent en pleine froidure, toutes sortes de vitamines mentales sont disponibles l’hiver, qui permettent d’engranger une énergie douce et réconfortante. Voir:

Mettre un peu de lumière et de joie dans les mois froids

 

 

2- Ralentir et savourer ce que l’on a

Plutôt que de céder mollement à la sinistrose des jours tronqués, pour bien rentrer dans l’hiver, vous pouvez commencer par ralentir, peut-être en mettant au repos certains objectifs qui ne risquent pas de se réaliser en fin d’année, histoire de faire de la place pour des choses plus utiles, comme s’essayer aux vertus insoupçonnées de la rêverie ou aux bienfaits de la glandouille, céder à la flemme en mode hivernal: au coin du feu, lové(e) dans le canapé, alangui(e) sous un plaid. En profiter pour savourer les aspects positifs de vos vies: Apprécier ce que l’on a, prendre conscience de ce qui embellit vos vies. Quelques ressources complémentaires:

vitamines mentales hivernales

 

 3- Renouer avec la chaleur humaine

L’orgie de foie gras/cadeaux de Noël en mode fête consumériste ne sera jamais aussi nourrissante que le simple partage de chaleur humaine. Et la chaleur humaine, on en a bien besoin… en particulier en ces temps d’inquiétude où nous sommes poussés au repli sur soi et à la méfiance. Et encore plus quand la température baisse et que le manque de lumière nous déprime… Car l’équilibre psychologique et le sentiment de bien-être se construisent aussi dans notre rapport à l’autre, autant dans la vie personnelle que professionnelle. Quelques pistes pour se remettre du combustible dans la chaudière socio-affective:

Et la gentillesse bordel! Un comportement à réhabiliter d'urgence au travail

 

4- Décembre: survivre aux fêtes de fin d’année

Les fêtes de fin d’années ne sont pas toujours une balade féérique dans une forêt enneigée. On en vient même à parer de “stress des fêtes” pour une période qui devrait être un simple partage de joie et d’affection. Je ne prends pas grand risque en pariant une boîte de chocolat contre un séjour aux sports d’hiver que peu d’entre vous, trois jours avant le lancement officiel de l’épuisant marathon de fin d’année, seront fins prêts. Ni physiquement, ni moralement! Alors voilà, sur un plateau assorti à la déco du sapin et pour que votre Père Noël ne soit pas une ordure:

 

comment survivre aux fêtes de fin d'année

 

5- Décembre- janvier : en finir avec les bonnes résolutions

Mais d’où est donc venue l’idée saugrenue (aussi sotte que grenue, comme disait Béru) des bonnes résolutions? Championnes de l’auto-obligation culpabilisante, elles vous plombent le mois de janvier avec autant d’application qu’un chasseur la palombe, en période migratoire. A peine récupéré de l’excès de dinde/chocolat, à peine échangés les cadeaux pourris, à peine revenus des sorties de l’Oncle Alfred qui a quand même bien plombé l’ambiance, bref, à peine remis de cette éprouvante fin d’année que les “bonnes résolutions” s’empressent de venir dénicher les deux microgrammes de vitamines mentales qui traînaient au fond de votre musette…

En bref, qu’elles soient personnelles ou professionnelles, les bonnes résolutions sont à mettre définitivement dans la corbeille aux fausses bonnes idées pour nous concentrer à la place sur les vitamines mentales d’hiver, à la place;)

Je suis tombée sur une étude qui confirme que janvier n’est pas du tout le moment de se lancer dans des projets. Voilà qui devrait vous convaincre une fois pour toutes:

 

6- Janvier-février: travail sur soi et réflexion professionnelle

Janvier a un goût de soufflé retombé, une fois les décorations de Noël qui réussissaient un temps soit peu à égayer décembre ont remisées à la cave. Et puisque que les jours ne s’allongent pas encore suffisamment pour redonner un peu de lumière à nos citrons flapis,  vous méritez mieux que des bonnes résolutions, avec leurs relents de magazine féminin, vous méritez un vrai projet, un qui vous tient à cœur. Mais attention, il s’agit d’y réfléchir tranquillement, au chaud, pas de se lancer tête baissée dans l’action.

Nous l’avons dit, l’hiver est plus propice à la réflexion qu’à la mise en action, et c’est un moment idéal pour entamer un rapprochement avec soi-même, qu’il soit personnel ou professionnel.

La relation à soi:  travailler la connaissance de soi, depuis les mécanismes émotionnels jusqu’aux sources de motivation, en passant par Les besoins à combler, ou la confiance en soi pour construire l’énergie et développer l’assurance nécessaire aux projets que nous mettrons en oeuvre au printemps.

Réflexion professionnelle: C’est aussi une bonne période pour réfléchir aux projets professionnels que vous mènerez dans quelques semaines et qui vous permettront de ne pas finir zombie de boulot.

Juste d’y réfléchir, d’étudier la pertinence ou la nature des changements à implémenter, d’évaluer la cohérence du projet, il sera temps de le mettre en oeuvre au printemps. Voir aussi:

 

7 piestes pour passer un bon hiver

 

7- Vacances d’hiver: déconnecter et profiter

Que vous partiez à Noël ou en février, les vacances d’hiver peuvent être très éprouvantes, car elles sont souvent soumises à un rythme bien plus effréné que les autres vacances de l’année, en particulier si vous allez au ski. Parce qu’elles sont donc potentiellement bien plus magistralement ratables que les congés d’été, voici deux billets à lire absolument avant de partir en vacances….

 

 

Je vous souhaite un Bon hiver!

 

 

Aller plus loin

 

Puisque l’hiver est le moment de la réflexion et du renforcement de la connaissance de soi, pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

 

 

 

 

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *