Quand nos objectifs ont besoin d’être mis au repos

Related Posts with Thumbnails

Quand nos objectifs prennent une tournure trop éloignée de celle à laquelle nous aspirions, le stress guette.  Il vaut peut-être le coup de les laisser au repos quelques temps,  jusqu’à ce que les conditions soient plus favorables à leur épanouissement.

 

Mettre ses objectifs en terre avant l’hiverA l’automne, on ramasse des champignons, on récolte les derniers fruits, les chrysanthèmes fleurissent et alors que les jours raccourcissent, c’est la saison des semailles et plantations pour l’année suivante. Certaines graines, certains bulbes, certaines  plantes ont besoin d’être mises en terre avant l’hiver pour jouer les marmottes en mode veille pendant les frimats et ne sortir le bout de leur nez que lorsque le soleil se fera plus accueillant.
Il en va de même pour certains de nos projets: nous pouvons avoir besoin de les laisser de côté, de les laisser reposer un temps pour qu’ils puissent prendre corps plus tard.

Nous sentons parfois l’inutilité de nos efforts dans un projet vouà à l’impasse: ce projet dont la réalisation est tellement difficile et chaotique qu’on procrastine, qu’on rame comme des bêtes au milieu d’obstacles frustants et agaçants, qu’on n’avance pas, qu’on patauge dans des pseudo solutions inefficaces, qu’on tourne en rond, et qu’on finit prêt à tout envoyer balader…

Auto coaching: mettre un objectif de côté le temps nécessaire

Plutôt que de jeter l’éponge, commençons par la remettre dans le seau, et de remettre le seau à sa place sur l’étagère: il sera toujours temps de l’en redescendre le moment venu…
S’accorder un temps pour ne plus penser du tout à un projet qui prend une tournure bien éloignée de celle espérée a parfois des effets surprenants: nous pouvons alors changer de perspective, de point de vue, avoir envie de modifier le projet de départ, le reprendre avec beaucoup plus de légèreté parce que c’est le moment, le ranger dans le placard à fausses bonnes idées etc…

L’auto coercition est à peu près aussi productive que de pédaler à l’envers, aussi, plutôt que de persister sur l’improbable chemin d’un objectif incohérent,  autorisons-nous à les mettre en terre comme un bulbe de tulipe, qui s’épanouira quand les condtions seront favorables. Cela permet tout simplement de se lâcher la grape à soi-même et d’éviter un stress inutile.

Sur quel projet vous acharnez-vous avec des résultats insuffisamments satisfaisants?
Et si vous le mettiez au repos pendant quelques temps, comment vous sentiriez-vous?
Plantez-les (symboliquement, on est bien d’accord!) et revenez les voir à des intervalles réguliers que vous déterminerez vous-mêmes, pour saisir le moment opportun, celui où biner, arroser, engraisser, désherber etc. vous viendra avec une facilité déconcertante, comme si vous étiez né jardinier.

Et vous verrez alors votre projet, quelle que soit la forme qu’il ait prise, s’épanouir avec sérénité et fluidité.

Aller plus loin:

Retour au dossier: Objectifs, décisions et solutions
Retour au dossier: stress, la coexistence pacifique

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *