Partager ce qu'on a

Sylvaine Pascual – Publié dans: Vitamines mentales   /  Bien-être et estime de soi

 

 

Attention: billet guimauve! Approche de Noël oblige, j’ai décidé de vous pondre un billet dégoulinant de bons sentiments de circonstance, un billet guimauve de fin d’année. Amateurs de cynisme, c’est le moment d’aller voir à la cave où sont rangés les bocaux de cornichons au vinaigre. C’est probablement le seul remède contre la contagion par bienveillance!

 

 

 

Partager ce que l'on a en abondance: temps, compétences etc.

 

 

Abondance

 

Nous disposons probablement tous en abondance (ou du moins en quantité plus que suffisante) de quelque chose qui est important à nos yeux comme aux yeux de nombreux autres:  beaucoup

 

  • d’amis
  • de temps
  • de compétences
  • de place
  • de relations
  • de vêtements
  • d’influence
  • d’argent
  • de livres
  • de reconnaissance
  • d’objets
  • de travail
  • de gadgets électroniques
  • de savoirs
  • etc. la liste est interminable.

Tous ces éléments font partie de près ou de loin, des besoins à combler, et si nous en sommes amplement pourvus, d’autres personnes autour de nous peuvent en manquer, parfois cruellement, ce qui peut générer chez elles beaucoup d’inconfort matériel et/ou émotionnel.

 

 

Partager ce que l’on a: la gentillesse désintéressée

 

Puisque nous en avons en grande quantité, c’est aussi l’occasion de donner sans attendre en retour, de faire preuve de gentillesse désintéressée, de ne rien attendre en retour,  tout simplement parce que donner, c’est sympa aussi. C’est gratifiant, c’est bon pour l’estime de soi, ça augmente le sentiment de satisfaction et d’interconnexion avec les autres.

 

Ne sous-estimons jamais la force de l’impact d’un acte de gentillesse, autant sur celui qui en est à l’origine que sur le bénéficiaire: c’est le chamallow des vitamines mentales: tendre, sucré et réconfortant!

 

Il existe des tas de manières de partager ce qu’on a en abondance sans jouer les Supersauveur, juste pour contribuer, sans que le bénéficiaire se sente redevable, car là on perd tout le bénéfice de l’affaire;  ce n’est plus l’estime de soi qui se renforce, c’est l’égo qui enfle. Et puis, c’est mieux de partager ce qu’on a avec simplicité que de se prendre pour le grand sauveur de l’humanité, tendance fasciste ou culpabilisateur!

 

 

 

Auto coaching: partager ce que l’on a

 

Se préparer à donner un peu de sa richesse, sonnante et trébuchante, intellectuelle, matérielle, émotionnelle ou autre, c’est aussi l’occasion de faire le point sur ce que l’on a et qui a de la valeur à nos yeux. Et ça aussi, c’est bon pour le moral!

 

De quoi disposez-vous en abondance?
Que pouvez-vous donner, partager?
Parmi toutes ces richesses, desquelles avez-vous envie de faire bénéficier d’autres personnes?
Comment allez-vous vous y pendre?

 

 

 

Voir aussi:

 

Comprendre les émotions
Relations au travail: et la gentillesse bordel?!

La gentillesse: un peu de noblesse d’âme dans un monde de brutes
Certitudes: essayer avant d’acheter!
Relations: on récolte ce qu’on sème

 

 

 

 

Aller plus loin

Vous voulez renouer avec le plaisir au travail et construire l’état d’esprit qui vous permettra de mener à bien vos projets professionnels? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

Publicité

6 Comments

  • philippe dit :

    une piquouze dans mes mains et ça fonctionne, pour un temps, alors je passe, avant cette drôle de période, te dire merci pour tout , t’embrasser cath tu regardes ailleurs merci mdrrrr, et aussi te dire combien te lire fait du bien, bref pas de pathos, moi en abondance j’ai du coeur, c’est pas si mal je pense

  • wizzil dit :

    merchi pour les chamallows, cha fait du bien
    et faire le point sur ce que l’on a, c’est aussi faire le point sur ce que l’on est, que du positif à en tirer
    bises et bonne après-midi !

  • fredheas dit :

    Hmmm j’adore les chamallow!
    Excellent week-end à toi @Sylvaine! 😉

  • MADmoiselle dit :

    Dès que mon CDD se termine, je retourne donner mes plaquettes et je prends enfin le RDV pour le don de moelle osseuse. A cause de mes horaires, je ne pouvais plus y aller…

  • MADmoiselle dit :

    Oui sauf que là chuis un peu malade, alors je peux pas donner… :/

  • Joel M dit :

    Bonjour,
    Lecteur assidu mais du genre silencieux, aujourd’hui j’ai envie de venir confirmer l’impact du don. C’est tout bête, j’ai un grand jardin potager dont je m’occupe dès que je peux, c’est ma façon de déstresser du boulot. Il donne en abondance, justement et à mon tour je donne une bonne partie de mes fruits et légumes, parce que j’en ai beaucoup trop. Quand je vois comme ça fait plaisir, les courgettes à ma cousine Julie, les tomates à mon voisin, les pommes à ma ma mère, le panier garni pour la mémé du bout de la rue, enfin vous voyez le topo.
    J’ai donné sans rien attendre en retour, tout simplement parce que j’en avais trop, mais au final, les gens se sont mis à me donner en retour. Par exemple, mon voisin m’invite à regarder les matchs de foot sur son énorme écran plat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *