Stress: la coexistence pacifique

Sylvaine Pascual – Publié dans: Stress, la coexistence pacifique

 

 

 

Nous avons vus qu’il était grand temps d’arrêter de lutter contre le stress et je vous propose de nous pencher sur ce qu’il convient de faire de ce stress pour le mettre concrètement au service de notre bien-être, au travers de 6 pistes à explorer pour vivre en bonne intelligence avec lui…

 

 

 

 

Coexistence pacifique

 

Maintenant que vous êtes – du moins je l’espère – convaincu(e) qu’il est peu productif de s’en prendre à l’alarme alors que l’incendie fait rage, voici quelques pistes pour établir la coexistence pacifique avec le stress et  écouter ses messages.  Ce qui va nous consentir un avantage indéniable: outre la réduction de sa fréquence, son intensité et sa durée, nous nous sentirons bien plus sûrs de nous et de notre capacité à faire face aux difficultés avec calme et recul.

 

Bonus supplémentaire: nous déclencherons  moins de stress chez les autres… ben oui, on est tous l’emmerdeur de quelqu’un!

 

 

 

Génial architecte (médiéval)

 

Puisqu’il est l’indicateur des situations dangereuses pour notre intégrité morale et/ou physique, commençons par imaginer le stress en architecte de la citadelle solide et protectrice que nous (ouvriers et maîtres d’œuvre) pouvons construire pour et par nous-mêmes.
Car sans se préoccuper de ce que préconise l’architecte, nous élaborons des structures fragiles, voire bancales…

 

Cet architecte nous indique les fondations qui pêchent, les angles fragilisés, les ouvertures insuffisantes ou au contraire trop nombreuses, la taille adéquate des murs, à chaque fois que les aléas de la vie mènent des assauts qui pourraient ébranler l’ensemble.
Pour filer la métaphore médiévale jusqu’au bout, disons qu’il dispose de plusieurs types de matériaux, qui, emboîtés, imbriqués les uns avec les autres se renforcent mutuellement et solidifient l’ensemble. Voici une liste récapitulative de ces matériaux:

 

 

 

1- L’estime de soi et la confiance en soi

 

Ce sont elles qui vont nous donner la force d’aller parler sans crainte à la personne dont le comportement nous est pénible, de faire une demande qui nous tient à cœur. Elles qui nous permettent aussi de ne pas remettre en cause notre valeur personnelle quand nous n’obtenons pas le résultat escompté, quand nous recevons une critique ou des reproches, bref, face à des situations génératrices de remise en question.

 

Elles facilitent aussi la prise de décision, la volonté de changement, l’action, la mise en œuvre de solutions. Cerise sur le gâteau: elles diminuent le besoin de tout contrôler.

 

 

 

 

2- La connaissance de soi

 

La connaissance de soi – de ses propres fonctionnements, mécanismes, principes, de ses aspirations, de ce que l’on perçoit comme dangereux ou pénible, mais aussi de ses valeurs motrices,  de sa créativité ou de ses modes d’apprentissage etc. – favorise (entre autres) l’identification des situations sources de stress ainsi que la prise de décision, la recherche de solutions, la motivation, la mise en oeuvre des solutions etc. face aux problèmes rencontrés, qu’il soient externes ou internes (gestion du temps et des priorités, procrastination, par exemple)

 

 

 

 


3- La compréhension des émotions

 

Pour éviter que les trop-pleins d’émotions négatives se transforment en stress chronique, comprendre ses émotions est indispensable.
Connaître le rôle des émotions et les messages qu’elles transmettent, identifier les besoins non satisfaits qui les génèrent et savoir les combler, comprendre nos propres schémas réactionnels et ceux des autres face aux émotions pour les accueillir et profiter de leur utilité: on parvient ainsi à réduire l’intensité et la fréquence des émotions négatives, et à s’en distancier plus rapidement pour pouvoir traiter son déclencheur avec plus de sérénité.

 

 

 

 

4- Un relationnel stimulant

 

Nous ne sommes pas à l’abri des collègues/patrons mais aussi connaissances/amis/parents désagréables, mais nous pouvons minimiser l’impact sur nous-mêmes de leur contact, quand il est inévitable.

 

Pour se débarrasser des relations usantes qui sont l’une des principales source de stress, nous pouvons développer un relationnel dépourvu de manipulation, de soumission ou d’autoritarisme, basé sur la confiance et le respect, qui permet de dénouer et d’éviter les conflits, de repérer les jeux de pouvoir et de ne pas rentrer dedans, et ainsi de ne pas y donner prise; d’augmenter la coopération, la collaboration, la gentillesse et les échanges positifs, stimulants, satisfaisants.

 

 

 

 

5- une communication saine

 

A force d’avoir le sentiment de parler à des murs ou de pisser dans d’innombrables violons, on fatigue. Écouter et entendre, être entendu, transmettre les messages qu’on veut transmettre, clairement et sans manipulation. Une communication qui facilite la compréhension mutuelle et élimine les ambiguïtés et les jeux de pouvoirs. Savoir faire des demandes, savoir dire non, exprimer son opinion sans l’imposer, savoir utiliser la communication assertive qui prend en compte les intérêts des deux parties, savoir exposer ses limites, exprimer une critique un encouragement ou un retour constructif, faire un compliment

 

 

 

 

6- Alimenter le bien-être

 

Relaxation, exercices de respiration, massages, cohérence cardiaque etc. je le dis et je le répète: utilisés seuls, ils apportent uniquement un soulagement temporaire et illusoire. En effet, ils reviennent à nier un état de fait générateur de mal-être et à se préoccuper uniquement de ses conséquences.
Par contre, ces mêmes techniques deviennent utiles si elles sont employées pour favoriser une distanciation propice au traitement du problème à l’origine du stress.
Utilisées régulièrement et indépendamment d’un état de stress, elles participent à la construction globale d’un bien-être qui peut minimiser l’intensité perçue du stress.
Ajoutées à cela les autres techniques destinées à construire le bien-être, depuis la glandouille jusqu’à l’exploitation des bienfaits du plaisir, en passant pour toutes les catégories de vitamines mentales et on obtient une vie visiblement apaisée et agréable.

 

 
Ithaque et le stress

 

Ca fait belle lurette que sur les rivages d’Ithaque, nous préférons écouter tranquillement les messages que le stress nous envoie et y remédier en toute quiétude, plutôt que de nous battre contre des moulins à vent qui ont un défaut majeurs: ils gagnent à tous les coups et nous bouffent au passage toute notre énergie. Ces 6 thématiques sont récurrentes dans le blog d’Ithaque, et elles sont le reflet du travail que je fais avec mes clients, qu’il s’agisse d’une mission liée à la vie privée ou professionnelle. Ce qui implique ques tous les articles que vous trouverez ici participent de la conception des plans et de la construction de votre citadelle médiéval protectrice, où vous pourrez mener la vie sereine et apaisée qui vous conviendra.En fonction de vos besoins au gré de vos envies et intérêts, vous pouvez consulter les différents dossiers:

 

Les dossiers d’Ithaque: stress, la coexistence pacifique
Les dossiers d’Ithaque: Comprendre les émotions
Les dossiers d’Ithaque: Développer ses talents et ressources
Les dossiers d’Ithaque: Bien-être et estime de soi
Les dossiers d’Ithaque: Connaissance de soi
Les dossiers d’Ithaque: Objectifs, décisions et solutions
Les dossiers d’Ithaque: Entretenir des relations saines
Les dossiers d’Ithaque: Mieux communiquer
Les dossiers d’Ithaque: le plein de vitamines mentales
Les dossiers d’Ithaque: vie professionnelle

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez mettre le stress et les trop-pleins d’émotions au service d’une vie personnelle et professionnelle plus sereine et apaisée?  Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *