Compétences relationnelles: établir ses limites

Related Posts with Thumbnails

Sylvaine Pascual – Publié dans: Entretenir des relations saines

Nous avons déjà parler de la nécessité de fixer des limites pour nous mêmes entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas. Une fois qu’elles ont été soigneusement définies, il est temps de les établir vis à vis des autres. Car toute personne qui ignore où sont nos bornes n’au aucune raison…

de ne pas les dépasser.

comptences relationnelles etablir ses limitesTu dépasses les bornes, Mimile Des limites, pas des mines anti personnelClarifions le propos: il ne s’agit bien entendu pas de prendre le contrôle du comportement de votre entourage et de vous transformer en parfait petit tyran ménager/de bureau.
Il est bien question de faire connaître les attitudes et propos vis-à-vis de vous qui vous heurtent, qui vous blessent et auxquels vous refusez d’être confronté(e).
Le conjoint qui ne range pas ses chaussettes, le boss qui vous demande de rester pour la réunion de dernière minute, le collaborateur qui est en retard comme d’habitude sont sans doute totalement chiants, cependant ils ne compromettent pas votre intégrité, il y a lademande assertive ou la critique élégante pour ces cas-là.

En revanche, une personne qui vous tient des propos dévalorisants, qui vous gratifie de toute une collection choisie de noms d’oiseaux, qui vous menace, qui vous maniplue etc. peut très bien franchir allègrement une limite importante à vos yeux.
Inutile de vous énerver de plonger à pieds joints dans votre boite à indignation, la limite entre acceptable et inacceptable est à peu près aussi figée qu’un ver de terre un jour de pluie. Du coup,  tant que nous n’avons pas exprimé les limites en question, personne ne sait où elles se trouvent et si certains les dépassent, nous en sommes complices par notre absence d’affirmation. Et ce qui commence par un ton désagréable peut alors déraper, l’air de rien, petit à petit, et finir par des insultes.

Auto coaching: établir une limite vis-à-vis d’autrui

Etablir nos limites a de nombreux bénéfices: nous aider à sortir du triangle de Karpman, nous affirmer, renforcer l’estime de soi, participer à la satisfaction du besoin de sécurité, du besoin de reconnaissance, construire des relations plus équilibrées. Alors si difficile que cela puisse paraître, rappelons-nous que c’est un investissement sur l’avenir.

Il y a deux conditions à l’établissement d’une limite: qu’elle soit clairement exprimée et que son franchissement entraîne systématiquement une sortie immédiate de l’interaction, pour signifier l’importance de cette limite à vos yeux.

Parmi vos limites, quelles sont celles qui sont franchies de temps à autres?
Par qui? Dans quelles circonstances?

Formuler une limite
Il est essentiel d’être très précis, très clair pour s’assurer que notre interlocuteur reçoit bien le message que vous voulons lui faire parvenir.
Exemple vague:
“Je ne supporte pas qu’on me parle comme ça
Comme quoi? Ce comme ça, c’est votre interprétation, votre perception, et elles sont peut-être éloignées de l’intention de votre interlocuteur. Est-ce le ton, les mots qui vous gênent?
En effet, nous pouvons percevoir come agressif le ton d’une personne qui n’a aucune intention d’être agressive et qui du cup n’aura aucune idée de ce que nous sommes en train de raconter. Préférez une formule du genre:
“Je trouve ton ton agressif. Je refuse qu’on me parle d’un ton agressif, j’accepterai volontiers de parler de ce problème avec toi quand tu me parleras d’un ton calme”

La conséquence du franchissement: quand la crédibilité est en jeu
Si nécessaire, répétez votre fin de non recevoir et/ou éloignez-vous de la personne. En effet, quoi de plus crédible que quelqu’un qui dit refuser la conversation, et qui reste là sans réagir?
Votre crédibilité dépend de la cohérence entre vos actes et vos mots. Un exemple d’une banalité confondante: le parent qui menace son marmot de punition et qui n’agit jamais. L’enfant aura vite fait de comprendre le vide de la menace… il en va de même entre adultes.

Voir aussi:

Les relations difficiles: le triangle de Karpman
Définir ses limites
Compétences relationnelles (3): savoir dire non
Formuler une critique avec élégance et délicatesse

Ebook gratuit: le triangle de Karpman
Les dossiers d’Ithaque: Bien-être et estime de soi
Les dossiers d’Ithaque: Entretenir des relations saines

Share/Bookmark

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *