4 éléments clés pour retrouver un emploi après une reconversion professionnelle

4 éléments à traiter pour trouver un emploi après une reconversion

 

Le retour à l’emploi, dernière étape pour ceux qui ont mené une reconversion professionnelle et ont opté pour un métier salarié. Voici 4 éléments clés à traiter pour une recherche d’emploi fructueuse, adaptés d’une étude de la Chaire nouvelles carrières de la NEOMA business school sur ce qui différencie ceux qui retrouvent un emploi rapidement des autres. Les résultats de cette étude sont éclairants pour ceux qui veulent changer de métier et se retrouveront à plus ou moins long terme sur un marché de l’emploi compliqué.

4 éléments à traiter pour trouver un emploi après une reconversion

Crédit photo: Jörg Peter de Schweiz

 

Retour à l’emploi après une reconversion : croyances moteurs et croyances entraves

Selon cette étude, publiée dans HR Insights, ce ne sont pas les diplômes ou l’expérience qui garantissent un retour à l’emploi rapide lors d’une période de chômage, mais une « capacité à s’orienter » qui s’articule autour de 8 aptitudes et 4 croyances. Ce qui est une bonne nouvelle pour ceux qui ont changé de métier et retrouvent le marché du travail avec une expérience très limitée : c’est dans leurs systèmes de convictions qu’ils vont pouvoir faire la différence.

Ces 8 aptitudes sont connues et correspondent au schéma opérationnel traditionnel de la recherche d’emploi. Ce qui fait la différence, c’est la nature des systèmes de croyances individuels, qui déterminent la façon dont chacun va exercer ces 8 compétences. Ce sont donc les convictions personnelles qui vont favoriser le retour à l’emploi.

Ce n’est pas vraiment une surprise : nos croyances façonnent notre vision du monde et le cerveau s’attache à ce que les deux soient cohérentes. Ce qui signifie que certaines croyances sont des moteurs et d’autres des obstacles qui barrent la route, comme nous l’avions déjà évoqué à plusieurs reprises :

 

Nos croyances sont le principal frein à la reconversion professionnelle

Cette question des convictions personnelles est complètement transposable dans le cadre d’une recherche d’emploi suite à une reconversion. Ainsi par exemple,  est-il recommandable de changer de métier quand on est quinqua si l’on est convaincu « qu’à 50 ans personne ne vous embauche » et que « les recruteurs se méfient de ceux qui ont fait une reconversion » ?

Cette étude nous donne quatre pistes de réflexion autour des croyances pour une recherche d’emploi fructueuse, et je vous propose de voir de quelle manière elles représentent quatre éléments essentiels à traiter dans le cadre d’une reconversion professionnelle.

 

Réfléchir à ses croyances en amont et pendant la reconversion

Les systèmes de croyances sont à explorer en amont, de façon à évaluer leur influence sur l’efficacité potentielle de la transition et de rectifier le tir lorsqu’elles sont une entrave : « Inutile d’apprendre à un cadre comment développer son réseau relationnel s’il est convaincu que les autres individus sont des rivaux égoïstes. Dans cet exemple, on pourrait parfaitement observer l’acquisition rapide des habiletés à développer un réseau, mais aucune mise en pratique concrète et, finalement, aucune autonomisation de l’individu. » dit Jean Pralong qui a dirigé cette étude

Les 4 croyances, décrétées « plus méconnues » par le site Cadréo qui reprend l’étude, ne sont en réalité pas une nouveauté. Elles s’articulent autour de la relation à soi, aux autres et au travail qui sont au cœur des accompagnements d’Ithaque depuis 2008 et qui petit à petit gagnent du terrain dans les esprits. Ce qui est nouveau et réjouissant, c’est qu’une étude reconnaisse l’importance des schémas cognitifs et de les ramollir lorsqu’ils agissent au détriment du chercheur d’emploi. En d’autres termes : la personne (avec ses croyances) est plus importante que l’opérationnel, puisque c’est elle qui va déterminer la nature  et l’efficacité de cet opérationnel.

Dans le cadre d’une recherche d’emploi après une reconversion, le recrutement des reconvertis est compliqué par les idées préconçues figées dans une naphtaline aux antipodes de l’air du temps et de la réalité. Préjugés entretenus autant par les recruteurs que par ceux qui ont mené une reconversion, d’ailleurs et qui perpétuent ainsi le système qui leur nuit. Ceux qui ont mené une reconversion sont donc confrontés à une double nécessité de ramollir des croyances qui les entravent. D’où l’intérêt de revoir ces systèmes :

  • En amont de la reconversion, pour qu’elles ne teintent pas les décisions de choix qui ne sont pas ceux des candidats à une reconversion (comme une vision étriquée ou au contraire idéalisée d’un secteur).
  • Tout au long de la reconversion pour être en mesure de se positionner solidement et sereinement face à sa recherche d’emploi autant que des recruteurs.

retour emploi reconversion

 

4 systèmes de croyances à revisiter

Il y a donc 4 systèmes de croyances sur lesquels réfléchir, quatre représentations du monde du travail et de la vie professionnelle qui vont être déterminantes dans la réussite du projet.

 

1- Les croyances relatives à la contribution au travail

La relation au travail peut être perçue comme une simple application d’un savoir-faire professionnel précis dans un domaine donné. Pour d’autres, il va s’agir de trouver du sens – ou non – dans le cadre de la stratégie d’entreprise.

Les premiers pourront avoir plus de mal à construire un projet professionnel qui leur appartient vraiment (et donc à l’exprimer) d’une part et démontrer leur valeur ajoutée dans le cadre de l’entreprise pour laquelle ils postulent d’autre part.

Trouver l’équilibre entre savoir-faire et contribution favorisera une posture qui transpirera la motivation et l’assurance sereine de celui qui sait où il veut aller et comment il va y aller en s’adaptant aux spécificités du terrain. En d’autres termes, il saura construire des stratégies et communiquer sur son projet en harmonie avec les caractéristiques de l’entreprise dans laquelle il postule.

Dans le cadre d’une réflexion sur la reconversion, cela signifie avoir reconstruit pour soi-même la logique de son itinéraire professionnel et son articulation entre sens et compétences techniques. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet, bien trop négligé dans les accompagnements.

 

2- Les croyances relatives aux collègues, à l’entourage professionnel

Selon l’idée qu’ils se font des relations aux autres, certains estiment qu’on ne peut faire confiance qu’à un nombre limité de collègues, de préférence ceux avec qui ils ont travaillé et noué des liens étroits.

D’autres considèrent leur entreprise comme un vivier relationnel, un réseau de partenaires potentiels et ils seront plus enclins à chercher à connaître leurs collègues et à développer avec eux des relations équitables.

Les deux ne vont pas construire et entretenir leur réseau de la même manière et il est inutile d’apprendre aux premiers comment réseauter tant qu’ils n’ont pas adouci leur regard sur leur entourage professionnel et diminué leur méfiance.

Il est donc important de réfléchir aux enjeux d’un entourage professionnel ouvert, plus inclusif que replié sur lui-même, à  ses façons d’être en relation, de façon à être en mesure de s’appuyer sur  l’entourage en question lors d’une reconversion professionnelle. Un réseau solide et étendu peut être une mine d’opportunités de cooptation en externe ou de reconversion en interne. Y compris lorsque la reconversion choisie n’a rien à voir avec le métier d’origine. C’est pour cela que nous explorons systématiquement l’angle des relations avec nos clients en reconversion.

reconversion emploi salarié

 

3- Les croyances liées à la gestion de carrière

Certains pensent qu’on « doit attendre du travail et de la carrière la possibilité de réaliser une « vocation ».  D’autres seront plus opportunistes et prêts à accepter des postes plus divers. Dans ce système-là, l’excès d’un côté ou de l’autre peuvent s’avérer néfastes :

  • Un projet rigide, qui ne souffre aucune adaptation et risque de se heurter à des écarts irréconciliables avec les besoins des entreprises.
  • Un excès de flexibilité qui pousse à accepter le premier job venu au mépris des conditions de son propre plaisir au travail, qui va vite mener à l’insatisfaction et au sentiment d’échec d’une reconversion souvent perçue comme LE moyen de retrouver sens au travail et épanouissement professionnel

Au cœur de ces croyances se trouve la notion de sens qu’on donne à son métier, à sa fonction. La question est épineuse : bien entendu, celui qui sera plus ouvert à des postes divers au détriment d’un sentiment de sens et de réalisation professionnelle de soi aura sans doute plus de chances de trouver un emploi rapidement. Cependant, lorsqu’on est rattrapé par le besoin de sens, le risque est de reproduire les conditions d’un mal-être qui ont été le moteur de la reconversion.

Pour les candidats à un changement de métier, il va donc s’agir de trouver un équilibre entre ces deux schémas. C’est la raison pour laquelle nous travaillons avec nos clients sur la notion de job idéal, tout en explorant les contours de l’acceptable dans ses 10 dimensions – Voir, le boulot idéal, une réalité à inventer –  de façon à développer plusieurs options :

 

4- Les croyances relatives au marché du travail

Certains considèrent le marché du travail comme irrationnel et incertain. De facto, les informations qu’ils vont glaner seront alors considérées comme peu fiables et ne favoriseront pas un positionnement clair ou la confiance.

Inversement, ceux qui considèrent le marché comme rationnel pourront en développer une connaissance plus pointue en étant plus actifs dans leurs recherches d’informations et dans leurs enquêtes métier : l’idée qu’ils auront du potentiel d’une reconversion sera plus claire.

Il est donc important de travailler à s’autoriser des explorations variées et poussées, via divers canaux (réseau, Internet, réseaux sociaux, sites, blogs etc.), de travailler l’ouverture, l’accueil et un traitement objectif des informations recueillies pour favoriser le discernement et éviter de construire de nouveaux systèmes de croyances qui freinent la recherche d’emploi.

De ce point de vue, l’enquête métier est un élément essentiel du processus de décision d’une reconversion, qui va s’avérer bien utile à l’étape post-formation, lors du retour sur le marché de l’emploi. Je travaille avec mes clients à construire cet état d’esprit de l’explorateur des secteurs, car la connaissance du domaine, des entreprises qui recrutent, de leurs besoins et de leurs attentes, des diverses possibilités d’exercer le métier, dans quels types d’entreprises, d’environnements professionnels etc. permettra un affinement du projet d’une part et un ciblage pertinent des candidatures d’autre part.

 

En conclusion, il est important de reconsidérer des représentations du monde du travail en amont de la reconversion, ainsi que d’avoir une idée très claire de ses propres besoins professionnels, donc une solide connaissance de soi, pour être en mesure observer objectivement les besoins des entreprises, et de les confronter aux vôtres. Ce travail personnel de l’identité professionnelle et des convictions qui la soutiennent est un préalable indispensable, de façon à cibler ses candidatures et à postuler lorsque les besoins des deux parties se rencontrent et sont compatibles et cohérents.

 

 

Voir aussi

Ithaque coaching, premier influenceur français sur la reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: un bilan de compétences?
Une reconversion professionnelle zen et dynamique à la fois!
Reconversion: interview de Sylvaine Pascual sur Sud Radio
Reconversion: Ithaque dans les médias

 

 

Aller plus loin

Vous songez à une reconversion professionnelle? Vous voulez construire un projet fort, pertinent et en harmonie avec vos aspirations et vos besoins? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

 

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *