Les 10 clés d’une reconversion professionnelle sereine

Comler ses besoins pour un reconversion professionnelle zen

 

Nous l’avons évoqué Une reconversion zen et dynamique à la fois, pour changer de métier en toute sérénité, il est important de répondre à nos besoins, car lorsqu’ils ne sont pas comblés, ils génèrent tout un tas d’émotions pénibles et parfois paralysantes. Voici 10 pistes qui répondent à la satisfaction de différents besoins et favorisent la reconversion en mode paisible, la zénitude dans l’action !

Comler ses besoins pour un reconversion professionnelle zen

 

La sérénité : le calme devant les difficultés (et non pas leur absence)

Rappelons d’abord et à toutes fins utiles qu’un itinéraire de reconversion vécu avec sérénité n’est pas un long fleuve tranquille, paisible, sans heurts et sans difficultés. La vie professionnelle en général et les transitions de carrière en particulier sont ponctuées de déceptions, d’obstacles, d’impondérables  et n’en déplaise aux champions de la sécurité, on ne peut pas les anticiper et les éliminer: on les rencontre en chemin et on les traite à ce moment-là. La sérénité signifie rester calme, autant face aux difficultés qu’aux émotions désagréables qu’elles génèrent, parce que nous avons des ressources sur lesquelles nous appuyer pour ne pas nous laisser submerger.

 

1- Connaître ses propres réactions émotionnelles

Et puisque nous parlons d’émotions désagréables, apprenons à les déchiffrer! De façon à pouvoir les identifier et comprendre très vite à quels besoins insatisfaits elles correspondent, de façon à s’atteler rapidement à les combler. Laisser un état émotionnel pénible s’installer, faute de s’être occupé du besoin qui l’a déclenché, c’est prendre le risque de gripper le moteur, de le voir hoqueter… et s’arrêter. Car les trop pleins d’émotions, donc de besoins mal comblés, mènent tout droit au stress et à la procrastination.

A l’inverse, savoir agir en fonction de ses émotions est une ressource personnelle insoupçonnée, car méconnue, qui permet de diminuer considérablement la fréquence, la durée et l’intensité de l’émotion négative et de développer l’assurance sereine de ceux qui savent résoudre les difficultés qu’ils rencontrent.

la lecture émotionnelle au service du plaisir au travail

 

2- Le leadership de soi

Particulièrement important pour les multipotentialistes dont les méninges frétillent à l’idée de n’importe quel nouveauté et partent dans tous les sens explorer 2878 possibilités en même temps qui chacune génère d’autres centaines de points à traiter. Essentiel aussi pour les inquiets dont la matière grise s’agite et sème la zizanie dans la réflexion, ou encore pour tous ceux dont le changement de métier met la turbine à questionnements en sur-capacité, ceux peinent à mettre les voix intérieures de leurs besoins et leurs aspirations au diapason.

Le leadership de soi est la capacité à mobiliser nos ressources et nos voix intérieures et à les faire coopérer autant pour générer des idées communes que pour œuvrer à les réaliser.

Le leadership de soi condition préalable au leadership tout court

 

3- Entretenir l’estime de soi et l’état d’esprit positif

Apprendre à s’affranchir de la dévalorisation et à entretenir une image de soi positive et solide, remettre en cause ses stratégies et non pas soi-même et sa valeur, avoir conscience de ses talents naturels et des qualités sur lesquelles nous appuyer, savoir les mettre au service de la résolution de problème, voilà quelques aspects de l’estime de soi qui permettent au candidat à la reconversion d’aborder les différentes étapes de son changement de métier avec assurance et fluidité

De même, un état d’esprit positif, qui s’autorise l’optimisme, le plaisir, l’expérimentation, ou encore à sortir de sa zone de confort, à explorer de nouveaux territoires, qui réfléchit en termes d’apprentissage etc… cet état d’esprit-là contribue à la diminution de la peur sous toutes ses formes, donc la procrastination et inversement, favorise le passage à l’action.

l'estime de soi: méldie de soi-même qui chante l'harmonie de nos ressources internes

 

4- Triplette du coaching et expérimentation

Cette triplette évaluation-décision-action, pour peu qu’on s’entraîne à l’appliquer systématiquement, est un moyen de développer un état d’esprit dans lequel la notion d’échec a été remplacée par la notion d’expérimentation. Du coup, elle diminue les émotions négatives face à ce qui ne fonctionne pas comme on l’espère. Elle permet de tester des solutions ou des stratégies et d’ajuster ce qui ne fonctionne pas de manière satisfaisante, de prendre en compte n’importe quel obstacle au moment où il se présente et de trouver des moyens de le franchir ou de le contourner. Elle permet aussi de renforcer l’estime de soi car elle inscrit dans la valorisation en tirant les apprentissages et les leçons de ce qui ne fonctionne pas, plutôt que de s’en auto-flageller pendant toute une saison sur sa propre nullitude.*

les triplettes opérationnelle et reltionnelle du coaching

 

5- Créer un environnement propice

Trop souvent négligé, notre environnement à un impact très fort sur l’humeur et le moral. Construire un environnement agréable, reposant, ressourçant ne demande pas des efforts majeurs, et même si cela nécessite de passer un coup de peinture sur les murs de votre coin bureau, ça vaut sans doute le coup, car c’est celui sur lequel vous allez passer 3 ans de week-ends à trimer sur l’apprentissage de votre nouveau métier! C’est un tout petit investissement au regard du bénéfice en termes de bien-être.

Vous pouvez aussi identifier des tiers-lieux propices aux différents aspects de votre parcours de reconversion: à la rêverie, à la réflexion, aux échanges avec votre entourage, à votre travail de formation etc.

L’environnement comprend aussi d’autres éléments à prendre en compte: locaux, matériel, transports, possessions, décors, corps et santé, ambiance, relations, organisation. Vous pouvez y réfléchir en amont et anticiper des ajustements à faire. D’autre part, nos besoins évoluent et dès lors que l’un d’entre eux déclenche des émotions pénibles, comme vous êtes passé(e) par le point 1, vous serez en mesure de le traiter. Pour les relations et l’organisation, voir les points 6 et 7.

 

6- Faire le ménage dans ses relations et gérer les casse-pieds

Le cynisme est une option face aux relations pourries;) La reconversion est une période très consommatrice d’énergie, et comme nous ne sommes pas l’OPEP du dynamisme, nous n’avons pas besoin de gaspiller une partie de cette énergie dans des relations pénibles et inutiles, alors que nous pouvons nous éviter agacement et fatigue. C’est donc le moment idéal de se débarrasser des boulets qui nous empoisonnent depuis longtemps sans qu’on ose mettre un terme à la relation.

C’est aussi le moment de procéder aux ajustements nécessaires dans les relations potentiellement pénibles, mais que nous souhaitons conserver. Ainsi parents et proches peuvent nous êtres très chers et se révéler champions de cassage de pieds quand il s’agir de votre reconversion: épouvantails, conseilleurs pas payeurs, transmetteurs d’angoisse, ils deviennent une sorte de double peine: vous vous retrouver à gérer leurs inquiétudes en plus de vos questionnements.

Autant développer un brin d’élégance relationnelle pour savoir quand et comment leur parler de votre changement de métier. La cerise sur le gâteau, c’est qu’au passage vous renforcez des compétences relationnelles, tout aussi nécessaires à une reconversion sereine, puisqu’elles vous donneront l’assurance et la posture nécessaire pour interagir avec vos futurs interlocuteurs professionnels.

C’est enfin l’occasion d’identifier les personnes dans notre entourage qui peuvent être une véritable ressource quand on mène un projet à long terme, parce qu’elles savent vous écouter ou vous conseiller, vous faire réfléchir, vous encourager, vous soutenir, vous rassurer, vous faire rire, penser à autre chose ou tout simplement être là.

Relations: le grand nettoyage de printemps

 

7- Une organisation optimale

Et « organisation optimale » signifie personnalisée, en fonction de vous et de vos besoins. C’est en vous que se trouvent les clés de votre efficacité, pas dans les recettes toutes faites de gestion du temps. Certains auront besoin de structure, de discipline, d’autres de créativité, de liberté etc. Et la plupart d’un éqilibre subtil et unique de tout cela. C’est une solide connaissance de soi et de ses besoins qui va permettre d’inventer une organisation 100% personnelle en termes d’horaires, de rythme, d’activités, de tâches, de temps de pause, d’ambiance etc. Il est important d’éviter l’excès de discipline auto-imposée, souvent coûteux en énergie. Pour être efficace et performante, l’organisation doit être fluide et vous autoriser à agir davantage dans le plaisir que dans la contrainte.

efficacité émotions

 

8- Renforcer les compétences relationnelles et inclure ses proches

Tout projet professionnel s’inscrit dans la relation à l’autre, de bien des manière. Les compétences relationnelles aident à valoriser son parcours, savoir dire non, demander de l’aide, fixer des limites, savoir à qui parler, bref, exprimer tout ce que l’on a à exprimer et se comporter dans le respect des deux parties, ce qui est un excellent moyen d’aller vers une communication et des relations plus zen: chacun se sent entendu et écouté, les relations de pouvoir diminuent, ainsi que les émotions pénibles qu’elles génèrent.

Le tout est un bon moyen de développer une ambiance sereine en formation, au travail ou à la maison, de renforcer l’assurance et la confiance mutuelle. La confiance en soi et les compétences relationnelles accumulées au passage vous rendront plus sûr(e) de vous, plus convaincant et plus en capacité de développer des relations fortes et saines avec les employeurs ou les clients potentiels.

D’autre part, mener un projet de reconversion seul dans son coin alors qu’on a un conjoint ou une famille est une erreur stratégique qui peut avoir un coût élevé. Transformer un désir de changement de métier en occasion de faire preuve d’un égoïsme forcené se retournera tôt ou tard contre vous.

Inclure ses proches dans son projet signifie évaluer avec eux les implications pour chacun et établir en fonction un mode de vie qui concilie les besoins de tous. Cela nécessite du doigté et des compétences relationnelles, cependant, au final, c’est aussi l’occasion de renforcer les liens affectifs et familiaux en allant à la rencontre des besoins des autres et en réglant en amont tout ce qui pourrait générer des conflits dont on se passerait bien pendant cette période.

heureux relations

 

9- Savoir engranger les vitamines mentales

L’énergie contenue dans les vitamines mentales, ces particules de plaisir présentes partout autour de nous, participent de l’entretien de la sérénité car elles renforcent l’état d’esprit positif dont nous avons parlé plus haut, en particulier en développant la certitude de savoir trouver des sources de joie et de plaisir, de réconfort même si en cas de situation difficile, et donc de se redynamiser en toutes circonstances. Avoir conscience de cette ressource permet d’être beaucoup plus serein au jour le jour, car on sait alors sur quoi s’appuyer en cas de pépin.

ritualiser son petit dejeuner

 

10- Travailler sur un projet cohérent

Et vous avez bien lu un projet cohérent, et non un projet réaliste. Lisez les innombrables témoignages de reconversions réussies que l’on peut trouver sur Internet. Ce ne sont pas souvent des changements de métiers bien sages et raisonnables avec des débouchés professionnels en forme d’autoroute vers des emplois sûrs. Le projet cohérent, c’est celui qui répond à toutes nos catégories de besoins professionnels, car il suscite alors une motivation sans égal et donne naturellement une assurance forte, qui est au bénéfice de la sérénité: un projet cohérent ne soulève pas de questions: il y apporte des réponses, du sens, une direction logique.

Un projet cohérent inclue bien entendu sa propre faisabilité. Même si ça semble parfaitement tautologique (difficile en effet d’imaginer un projet cohérent qui soit infaisable^^), il est intéressant de le rappeler pour s’éviter les objections d’usage lorsqu’on parle reconversion qui vient des tripes. La faisabilité est l’un des éléments d’un projet cohérent, et elle s’évalue pour chaque piste ou idée de métier possible.

La quête de sens et d'utilité, un déclencheur de reconversion?

 

 

*Et vous, quel nouveau mot allez-vous inventer aujourd’hui ?;)

 

Aller plus loin

Vous voulez construire un état d’esprit dynamique et serein à la fois pour mettre toutes les chances du côté de votre changement de métier?  Ithaque, 1er influenceur sur la reconversion professionnelle, a une solution pour vous! Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

Publicité

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *