Reconversion professionnelle : évaluer la pertinence et la faisabilité d’un projet

Comment évaluer la pertinence et la faisabilité d'un projet

 

La peur de se tromper dans son choix d’itinéraire de reconversion est un frein majeur à se lancer, ne serait-ce que dans la réflexion. La pertinence et la faisabilité étant les mamelles d’un projet de reconversion professionnelle bien ficelé, les vérifier avant de se lancer est un moyen de s’assure qu’on ne s’est pas embourbé dans les illusions d’un projet juste rêvé.

Comment évaluer la pertinence et la faisabilité d'un projet

 

 

 

Autorisation de renoncement… et d’exploration du désir de reconversion

Déterminer en amont si un désir de reconversion qui parle aux tripes n’est pas qu’une rêverie fantasmagorique d’ailleurs professionnels, passe par la vérification concrète de la pertinence et de la faisabilité des pistes qui pourront émerger, de façon à les valider ou les invalider en son âme et conscience. C’ est souvent le levier qui permet de s’autoriser la réflexion, jusque-là remisée dans le tiroir-oubliettes à idées. Cette double évaluation est perçue comme le garde-fou contre les projets chimères ou aveuglements: elle rassure et soulage au commencement de l’élaboration du projet, elle vient en confirmer ou infirmer le bien-fondé, au delà de la simple motivation, qui peut être trompeuse d’une part et insuffisante d’autre part.

Puisque cette double vérification garantit  que l’Ulysse en vous ne cédera pas au chant des sirènes, elle est aussi indissociable de l’autorisation de renoncement à tout moment qui est (ou devrait être) l’un des dénominateurs commun de la réflexion autour d’un désir de reconversion. S’autoriser à renoncer est un facilitateur de la réflexion, car elle sort le candidat au changement de métier de l’idée qu’il se lance dans son projet dès qu’il commence à y penser sérieusement. Inversement, la possibilité de renoncer est inhérente à la réflexion puisque justement il y a vérification de la pertinence et de la faisabilité.

Rappelons qu’il y a des cohortes d’excellentes raisons de renoncer à un projet de reconversion, en son âme et conscience, renoncement d’ailleurs rarement vécu comme un échec ou une erreur d’aiguillages mais plutôt comme un soulagement. Voir

renoncer reconversion.2

 

La pertinence

C’est le fait d’un projet de reconversion soit approprié, c’est à dire qu’il sonne juste, qu’il soit cohérent avec la personne qui le porte. La pertinence d’un projet s’évalue en comparant les talents naturels, les valeurs et les désirs et besoins professionnels, les motivations avec le métier envisagé. Les éventuels points d’achoppement identifiés seront traités : s’ils parviennent à être dépassés, surmontés, détournés, job craftés, alors le projet est certainement pertinent. Inversement, si aucune stratégie ou solution ne permet de résoudre les problèmes qu’ils posent, alors il est temps de songer à renoncer à cette piste, qui d’ailleurs s’élimine souvent d’elle-même.

  • L’assemblage pertinent: C’est en ne trouvant pas suffisamment de pertinence dans un seul métier qu’un autre client a opté pour une double carrière, ce qui était le moyen à ses yeux de concilier les facettes multiples de ses aspirations professionnelles.
  • L’absence de pertinence: Ca a été le cas d’une de mes clientes qui s’intéressait à la pâtisserie et s’est rendue compte, lors de son immersion, que c’était un métier beaucoup plus physique qu’elle ne l’avait imaginé. Elle y a renoncé sans regret.

 

La faisabilité

La faisabilité d’un projet, quant à elle, est la probabilité de le mener à bien. Elle se détermine en confrontant les aptitudes, talents, capacités et ressources que le candidat à la reconversion est prêt à investir dans son projet (y compris en termes de temps, de finances etc.) à ce que la réussite d’un tel projet nécessite, en termes d’actions à mener. Là aussi, les éventuels points d’achoppement qui émergent seront traités et s’ils parviennent à être surmontés, le projet devient réalisable et la probabilité de réussite augmente considérablement.

  • La mosaïque de ressources : C’est en redécouvrant ses talents naturels et ses capacités qu’ne de mes clientes s’est rendue compte que son envie de de venir prof de yoga à temps partiel (un métier pourtant vraiment compliqué à rendre suffisamment lucratif pour en vivre) n’était pas totalement farfelue.

 

Rigueur et objectivité

L’examen minutieux de ces deux dimensions peut intervenir à la fin de la réflexion ou au fur à mesure de l’émergence des pistes et de l’identification des spécificités du candidat à la reconversion. Dans tous les cas, il nécessite d’avoir travaillé ces trois facettes de l’élaboration d’un projet, faute de quoi il n’y a pas suffisamment matière à juger de la validité ou non d’un projet:

  • Une connaissance de soi solide : de ses talents naturels, de ses compétences relationnelles et émotionnelles, de ses aptitudes ainsi que de toute la panoplie de ses besoins et désirs professionnels. Pour quelques pistes (non exhaustives) de besoins professionnels, voir: Le job idéal, une réalité à inventer
  • Une enquête métier approfondie : de façon à éviter le syndrome de la chambre d’hôte (l’idéalisation du métier) ainsi que les idées préconçues qu’on peut avoir dessus. Voir L’enquête métier
  • Une aptitude au job crafting: c’est-à-dire à l’adaptation de son métier à soi-même (voire sa réinvention), en particulier en évitant de prendre des habitudes pour des impératifs, de façon à lui garantir un plaisir durable. Voir: Devenir l’artisan de son propre plaisir au travail

Reconversion et enquête métier: les questions à poser pour un métier salarié

Déterminer la pertinence et la faisabilité demandent rigueur et objectivation, car l’on peut être tenté d’omettre un élément, de l’ignorer, de le déformer (comme par exemple surévaluer une compétence) ou de se construire tout seul une croyance autour juste pour s’assurer d’y trouver une cohérence. C’est par exemple régulièrement le cas lors des désirs de reconversion vers des métiers passion. C’est en général le rôle de l’accompagnant que de prémunir le candidat contre un manque d’objectivité en s’assurant que les conclusions tirées s’appuient sur des faits tangibles et vérifiables.

  • Difficile regard objectif: Ainsi un de mes clients plutôt introverti et mal à l’aise dans les relations superficielles, la conversation avec des inconnus et le réseautage, s’était convaincu qu’il suffisait de mettre des prestations freelance sur des plateformes en ligne pour voir la clientèle affluer. Son enquête métier lui a permis de constater que c’était une illusion et il a fini par renoncer à l’entrepreneuriat car son peu de goût pour le relationnel représentait un obstacle majeur et qu’il n’avait pas envie de chercher à changer de comportement, ce qu’il aurait considéré comme aller contre sa nature.

 

Le moment où la pertinence et la faisabilité d’un projet apparaissent est en général un moment de grande joie qui ne coïncide pas toujours avec la décision de se lancer, car il ne marque pas toujours la fin de la phase de réflexion, le comment restant parfois à peaufiner, ou encore parce que le candidat à la reconversion a besoin. Elle débouche en général sur un quoi/pourquoi/comment détaillé et assuré, indispensable à la concrétisation zen et dynamique à la fois du projet.

 

Voir aussi

Ithaque, 1er influenceur français sur la reconversion professionnelle
6 moteurs de reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: les 3 super pouvoirs de ceux qui n’ont pas de passion
10 bonnes raisons d’explorer votre désir de reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: du projet rêvé à sa faisabilité
Renoncer à un désir de reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: vous avez demandé la Lune… ne quittez pas…

 

Aller plus loin

Vous voulez explorer votre désir de reconversion et élaborer un projet pertinent et faisable? Ithaque est là pour vous. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

 

 

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *