Meilleur de soi, pire de soi et pomme de discorde

La peur et ll'égo, vers dans le fruit de nos relations

 

L’histoire de la pomme de discorde est édifiante. Car dans l’affaire, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre ! Ou comment un échec collectif se joue à mesure que le bénéfice individuel l’emporte sur le bien commun… et où chacun donne le pire de lui-même en espérant le meilleur. Pas classe, les Dieux grecs, aussi pour ne pas rejouer la guerre de Troie, voyons voir comment ne pas en prendre de la graine.

La peur et ll'égo, vers dans le fruit de nos relations

 

Bénéfice personnel: le ver dans le fruit des relations

J’aime bien la mythologie. Prenons la grecque, par exemple, où l’Homme n’est pas fait  à l’image de dieu (ce qui est très rassurant), mais où les dieux sont faits à l’image de l’Homme (ce qui ne l’est pas du tout) : les mêmes peurs, les mêmes roublardises, les mêmes faiblesses, la même dose d’égocentrisme imbécile. C’est bien la peine d’avoir des super pouvoirs ! Et l’histoire de la pomme de discorde est une métaphore fascinante de ce qui se passe partout, tous les jours, y compris dans nos entreprises. Elle est la représentation saisissante de la façon dont l’individualisme se transforme en bêtise relationnelle, véritable ver dans le fruit de nos relations et engendre des conflits majeurs et des échecs retentissants.

 

L’Olympe, royaume de l’inélégance relationnelle

La pomme de discorde, c’est donc le fiasco du mariage de Pélée et Thétis. L’entreprise Olympienne se réunit pour fête la fusion de deux départements mineurs de la boîte, en présence des grosses pointures. Et hop! Nous voilà plongés au cœur des comportements foireux:

  • La tentation de la facilité: de la part de Pélée et Thétis, ce n’était pas malin-malin d’inviter tout le monde sauf la déesse de la discorde : à vouloir la jouer facile et s’éviter la mégère à la fête, voilà qu’ils ont ouvert la boîte de Pandore.
  • La tentation du chien de la chienne: il n’était pas très juste que tout le monde soit invité au pot sauf Eris. On a beau bosser dans une département pas glamour, ce n’est pas une raison pour être mise à l’écart. Alors pour ne pas jouer les serpillières, la voilà qui ourdit un plan bien vachard, plutôt que de se remettre en question ou de faire preuve d’un poil d’affirmation de soi.
  • La tentation de la gloire: la pomme d’or marquée « à la plus belle », c’est la sournoise award de l’employée de l’année dans la petite entreprise Olympienne et il n’en faut pas plus pour qu’Héra, Athéna et Aphrodite se mettent à jouer les poucrelles prêtes à se crêper le chignon pour un titre qui ne rend pourtant grâce ni à leur intelligence ni à leur efficacité professionnelle. Tu as beau être une déesse de la guerre, quand le monde te renvoie que tu dois surtout être belle, bêtement tu saisis la balle au bond, alimentant l’affaire, au lieu d’aller jouer sur des terrains plus nobles. La co-responsabilité est fascinante dans les discriminations sexistes !
  • La tentation de la facilité managériale :Zeus, dont les compétences managériales ont oublié d’inclure le courage et fleurant la vilaine affaire, n’a pas envie de s’enquiquiner avec les querelles potentielles de ses collaboratrices et délègue l’affaire illico presto, probablement plus préoccupé d’harceler Sémélé ou Europe, avant de les refiler à un chef de service. Pas classe, le patron.
  • La tentation du bénéfice personnel: Pâris, voyant une opportunité de profit personnel, fait son cuistre et au mépris de la plus simple des élégances relationnelles, fait un choix à son seul bénéfice, qui aura les conséquences désastreuses que l’on connaît.

Tout ça ne démontre pas une intelligence relationnelle divine, mais plutôt de comportements parfaitement dans la moyenne,, pile au niveau de l’amer. C’est le reflet spectaculaire des petits jeux de pouvoir si fréquents au travail. Si ce n’était pas des dieux, l’affaire n’aurait jamais fait grand bruit : elle se joue trop régulièrement pour mériter un entrefilet dans la Gazette du quotidien des entreprises.

meilleur de soi pire de soi

 

 

Tentation et pire de soi : l’illusion de reconnaissance

Ce début de tragédie grecque, c’est le bal des individualistes où personne ne fait tapisserie et les bévues et boulettes relationnelles que cela entraîne mériteraient bien des cartons jaunes. Parce qu’au final, si la pomme de discorde sème augustement le conflit, elle a aussi une autre caractéristique, tout aussi intéressante. Comme il est dit dans la rigolote série The Librarians, elle réveille le pire de nous-mêmes face à la tentation. Tentation du pouvoir, de la renommée, de la gloire, du bénéfice personnel qui vient piétiner le bien commun (Zeus, Pâris, franchement ?) et déclenchent la méchanceté, l’égoïsme, l’individualisme, la bêtise, le désengagement, la trahison, la sournoiserie, la manipulation. Dès lors que l’illusion d’amour et de reconnaissance déguisée en graal de la satisfaction de nos besoins est à portée de main, nous voilà capables du pire de nous-mêmes.

meilleur de soi pire de soi 2

Car c’est bien là que tout se joue. Que le bénéfice soit de l’ordre du compte en Suisse ou de la gloriole-minute, l’illusion de reconnaissance nous plonge dans le pire de nous un peu comme dans le temps on plongeait les truands dans les ports : avec un parpaing aux pieds.

 

Pire de soi: la peur, mère des comportements incivils

La tentation du bénéfice personnel sans considération pour les dommages collatéraux est le reflet de la peur de ne pas satisfaire nos besoins fondamentaux d’appartenance et de reconnaissance. Peur de l’autre, peur de ne pas exister, de ne pas être entendu, écouté, pris en compte, reconnu à sa juste valeur, accepté, aimé. Peur de ne pas avoir les capacités à obtenir ce que nous voulons ou ce dont nous avons besoin.

Une peur telle qu’elle (bien que peu consciente, les plus tireurs de couvertures se prennent souvent – et passent souvent – pour des dieux) qu’elle s’aveugle au point de confondre bénéfice personnel et reconnaissance et nous pousse alors à avoir recours à toutes les bassesses complaisamment auto-justifiées (« si je l’avais pas fait, quelqu’un d’autre l’aurait fait à ma place »).

L’on devient alors prêt à tout, y compris au détriment d’autrui, au détriment d’un projet commun. On pille le travail des autres, on discrédite, on médit, on manœuvre, on manipule, on sournoise, on juge, on léchouille, on gémit, on se décharge, on se dédit, on parle plus fort que les autres, on se vante, on rouleau-compresse, on ramène à soi, on pugilate…. La liste est longue de ces comportements incivils qui tuent la confiance et la collaboration et alimentent les égos.

Ce pire de nous-mêmes, qui nous dévoile pleutres, sans courage et sans dignité, ce n’est pas très classe, ca manque de gueule et de panache et ça n’aide pas la collaboration. Les dieux ne sont plus ce qu’ils étaient !

La médisance crée du lien et est néfaste pour l'estime de soi

 

Le meilleur de nous-mêmes : l’art de l’élégance relationnelle

A l’opposé, le meilleur de soi, ce n’est pas le culte de la performance et de l’efficacité, l’esprit de compétition pourtant souvent érigés en Panthéon des qualités professionnelles. Lorsque ceux-là parlent un peu trop fort dans nos vies professionnelles, c’est souvent l’égo qui crie famine et le pire de nous-mêmes qui s’exprime. Ce n’est pas non plus l’engagement si précieux pour les entreprises (et parfois si coûteux pour les salariés) de celui qui en fait toujours un peu plus que sa fiche de poste.

Le meilleur de nous qui m’intéresse ici ce n’est pas non plus tout à fait celui de Guy Corneau, ces « forces vives » qui nous habitent mais que nous peinons parfois à exprimer (occupés que nous sommes à jouer les coqs de basse-cour ou à nous nous faire tous petits pour nous en protéger). Ou du moins c’en est une partie: la part relationnelle.

Le meilleur de nous, ce sont des comportements éthiques, justes, nobles, empreints d’élégance relationnelle, au service de nos valeurs et talents naturels, le tout s’exprimant dans une contribution qui va au-delà de nous-mêmes. Le meilleur de nous, c’est être exemplaire de ces valeurs que nous prétendons honorer, c’est le meilleur de soi relationnel, c’est-à-dire sans plus d’égo prêt à tout pour s’attirer la reconnaissance, même la plus vide. C’est la noblesse d’âme, bienveillante et affirmée, qui n’a pas besoin de tractopeller ses contemporains pour avoir le sentiment d’exister. Et qui, au contraire, aménage de la place pour l’autre, une place confortable, agréable, digne de confiance. Digne de confiance, donc sécurisante, rassurante, une place qui apaise les égos parce que les besoins et l’estime de soi s’y trouvent rassasiés.

 

Favoriser l’élégance relationnelle

Autant relationnellement que dans la qualité de son travail, avoir le sentiment de bien faire est une source renouvelable d’estime de soi, d’une auto-reconnaissance qui ne cherche ni la gloire ni les signes extérieurs de réussite, sans pour autant tomber dans le déni de soi. L’élégance relationnelle, cette antidote aux tragédies grecques, devient possible dès lors que l’on renforce et développe diverses compétences relationnelles que cette anecdote olympienne vient éclairer:

 

Affirmation de soi

Ainsi Pélée et Thétis auraient pu se rendre compte qu’il n’est pas très malin d’ostraciser un membre de l’équipe, si pisse-vinaigre soit-il. Et inviter Eris, quitte à lui demander gentiment de maîtriser ses ardeurs dévastatrices, histoire de ne pas gâcher la fête : recadrer et fixer des limites aux comportements discourtois ou pénibles fait partie intégrante du pré carré de chacun d’entre nous, qu’il soit collaborateur, manager ou dirigeant.

Dans le cadre de comportements incivils ordinaires (donc hors harcèlement ou manipulation perverse) il revient à chacun d’entre nous de nous affirmer suffisamment pour ne pas nous retrouver Victimes de petits Persécuteurs patentés, au sens de triangle de Karpman du terme. Et à l’inverse générer des relations saines et équilibrées (à défaut d’être ami avec tout le monde). En faisant ar exemple de belles demandes assertives.

 

Remise en question et assertivité

Quant à Eris, elle aurait pu faire un brin d’introspection  et admettre sa part de responsabilité : lorsqu’on engendre douleur, désastres, peine, oubli, disputes, meurtres et mensonges, inutile de se demander pourquoi on n’a pas ses entrées dans le carré VIP.

La capacité à se remettre en question, c’est admettre que nous sommes des êtres humains faillibles, capables de comportements incivils pas très classes, capables de causer du tort aux autres. Bref: capables de reconnaître nos manquement relationnels avec bienveillance, mais sans complaisance. Elle permet ce cesser de croire que le problème vient toujours des autres, ces bandes d’ours mal lêchés aux valeurs douteuses, et de prendre la mesure de notre propre part de responsabilité dans nos relations pourries. Et par ricochet de mettre en place des alternatives plus prosociales, de s’essayer à d’autres façons de se comporter et de communiquer, moins violentes et moins ratées. Et inversement plus prosociaux.

triplette élégance relationnelle

 

Leadership et responsabilités

Zeus, en boss impliqué et soucieux de l’esprit d’équipe, aurait pu mettre un terme à l’histoire en partant du principe que la compétition interne n’est pas une saine émulation. Bref, faire preuve de leadership et de qualités managériales. Il aurait été promu sans formation ?

Savoir assumer ses responsabilités, plutôt que de se jeter sur un non-agir capitulard sans envergure, c’est aussi jouer les arbitres auprès de nos collaborateurs pour le bien de l’équipe, pour le bien du jeu (au rugby, les arbitres un poil trop non-interventionnistes risquent de laisser le champ libre à la boîte à gifles), pour le bien commun. Car quand la peur s’en mêle, les interactions professionnelles ont vite fait de ressembler à une cour de récré et il devient rapidement indispensable de gérer le savoir-vire en équipe.

 

Force de caractère et choix difficiles

Pâris aurait pu faire preuve de la plus simple des délicatesses en expliquant simplement aux trois femelles assoiffées combien elles étaient indépartageables. Botter en touche est parfois le seul moyen de sortir avec classe d’un sac de nœuds relationnel.

Il aurait aussi  pu réfléchir deux secondes avant de se jeter sur la première occasion d’obtenir l’os si convoité. Mais quand le bénéfice personnel est tellement aux antipodes du bien commun, il s’agit peut-être d’avoir un peu de force de caractère… et de faire des choix difficiles, quitte à renoncer au profit personnel par souci de l’intérêt général. Et de savoir faire preuve d’altruisme et de solidarité.

 

Estime de soi

Nos trois déesses avides de reconnaissance devraient sans doute travailler un peu l’estime d’elles-mêmes pour développer une auto-reconnaissance salutaire, qui n’a besoin ni de gloire ni de signes extérieurs de réussite. Et dans laquelle le compliment, si rare qu’i soit, est une cerise sur un gâteau déjà savoureux, pas le sucre et la farine sans lequel celui-ci n’existe pas. Elles auraient alors pu rigoler autour d’une mousse commune de cette stratégie grotesque mise en place pour les monter les unes contre les autres et continuer à collaborer en toute bonne volonté.

L’estime de soi est la clé de voûte d’une posture relationnelle à l’égo apaisé, qui accueille l’autre et le bien commun avec sérénité parce qu’il n’a pas besoin d’aller quémander de la reconnaissance. Une estime de soi solide s’accorde une valeur stable qui n’est pas facilement malmenée par les aléas de la vie.

 

 

Bénéfice personnel et bêtise relationnelle ne sont donc pas une fatalité et la guerre de Troie n’aura pas forcément lieu. Créons les conditions de la confiance mutuelle en renforçant nos qualités relationnelles et nous serons plus à même de travailler pour le bien commun et en recevoir les divines retombées: la reconnaissance et l’appartenance tant espérées;)

 

 

 

 Voir aussi

Humilité et reconnaissance au service du collectif

Appartenance et résilience collective

Relation à soi, relation aux autres, le cocktail indispensable

Morale primate et relations humaines: faisons les singes!

Entraide et coopération

Collaboration : réconcilier les “aller vers et les “éviter de”

 

 

 

Aller plus loin

Vous  voulez construire et entretenir l’estime de vous, l’état d’esprit et les compétences relationnelles qui vous permettront de mener à bien vos projets professionnels? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

 

Publicité

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *