10 façons de passer un bel été

 

Enfin l’été! Nous les avons tant attendus, ces jours qui rallongent, annonciateurs de bonheur estival, synonyme d’humeur égale, d’expériences séduisantes, de moments de convivialité décontractée, de calme blanc au boulot. Mais à sortir trop vite le soufflé du four, le voilà qui retombe! En vertu du principes que nos déceptions sont à la mesure de nos attentes passives, passons à l’action pour nous élaborer des étés aux petits oignons!

passer bel été

 

L’été, le week end de l’année

Chaque année, c’est la même chose ! Juin arrive avec ses journées lumineuses à rallonges et ses promesses d’un bel été, vite rattrapées par la réalité : il va au final ressembler à l’été précédent, un été en demi-teinte, bien loin de nos souvenirs d’enfants.  Juin est un peu le vendredi de l’année, au même titre que juillet et août en sont les samedi et dimanche. Et nous les ratons de la même manière, avec au soir de notre été, les mêmes regrets qu’en fin de week end : le sentiment de ne pas être tellement reposés.

Ça me rappelle une chanson des inimitables Négresses vertes, à la fin des années 80, qui évoque les promesses de l’été:

Voilà l’été, j’aperçois le soleil

Les nuages filent et le ciel s’éclaircit
Et dans ma tête qui bourdonnent,
Les abeilles !
J’entends rugir les plaisirs de la vie

C’est le retour des amours qui nous chauffent
Les oreilles, il fait si chaud
Qu’il nous pousse des envies
Qu’le bonheur rafraichit d’un cocktail
Les filles sont belles et les dieux sont ravis.

voila été

Bref, tout un programme. Qui a tôt fait de tourner vinaigre!

Toujours l’été c’est pas du superflu
Il fait trop chaud, l’soleil m’abasourdit
Rillettes sous les bras j’avance dans la rue
J’pense à ces cons qui s’font chier dans l’midi
Tous ces torche-culs qui vont cuire dans leurs jus
Tous ces noyés, la mer quelle saloperie
Et sur les routes le danger ça vous tue
Vivement l’automne, je me sens tout aigri.

Voilà donc qui résumerait 30 ans d’étés, ratés, sacrifiés sur l’autel de quoi donc, d’ailleurs? Parce qu’après tout, il ne tient qu’à nous qu’à faire de notre été une saison réjouissante et décontractée. Et la question ici est donc bien de passer un bel été, pas seulement de passer de belles vacances !

 

10 façons de passer un bel été

L’été, c’est le temps des récoltes, le temps des fruits, le temps des vacances : c’est une saison propice à:

  • Evaluer, faire des bilans, réfléchir 
  • Savourer, profiter
  • Se détendre, décélérer

Partant de ces trois aspects saisonniers, voici 10 pistes pour vous garantir à vous-mêmes un été reposant, jubilatoire et énergisant!

 

1- Ralentir

Rien de plus simple que d’associer été et doigts de pieds en éventail a bord de la piscine, à siroter mollement un cocktail avec un parasol dedans. Ou d’ailleurs, doigts de pieds en éventail après avoir enlevé ses chaussures de montagne et siroter un pastis bien mérité en regardant le soleil descendre derrière les cimes.  Mais ce sont là des lenteurs de villégiature que, potentiellement, on peut s’octroyer chaque année. Mais on peut aussi aller plus loin: l’été dans son intégralité se prête à un ralentissement plus généralisé, dont vous pouvez ainsi expérimenter les bénéfices, en termes de bien-être et d’efficacité, pour ensuite ralentir… toute l’année !

Profiter des vacances pour réapprendre à glandouiller, à revasser

 

2- Prendre du recul

L’idée est de s’éloigner de son arbre pour mieux le regarder, dans ses détails comme sa globalité. Car l’arbre du quotidien finit par cacher des forêts de dossiers à traiter, qui génèrent de l’agacement, de l’inquiétude, de la fatigue, bref, du stress. L’été se prête aussi à un ré-apprentissage salutaire : se détendre, décompresser et s’apaiser, réfléchir en toute quiétude et nous ressourcer abondamment, histoire d’être en mesure d’observer tous nos dossiers à traiter avec une distance émotionnelle bienfaisante et concocter des solutions à mettre en œuvre à la rentrée.

Quelques pistes pour prendre du recul pendant l'été

 

3- Réfléchir à son avenir professionnel en mode décontracté

Il ne s’agit évidemment pas d’emmener le top 10 des publications management de l’année pour les ingurgiter sur la plage. Vous avez déjà de fortes chances de passer un été en demi-teinte, n’en rajoutez pas avec des bonnes résolutions estivales.  Il s’agit de prendre le temps de réfléchir à cette transition de carrière ou à ces changements professionnels qui vous titillent depuis quelques mois, parce que justement, du temps, on a le sentiment d’en avoir plus l’été. La baisse d’activité au travail, les enfants envoyés chez leurs grands-parents, les journées plus longues, tout cela libère à la fois du temps et de l’espace mental, du temps de cerveau disponible que vous pouvez enfin vous autoriser à ne vendre qu’à celui qui en a le plus besoin : vous-même. La réflexion d’été, parce qu’elle est plus sereine et plus décontractée, est souvent plus porteuse.

Vous avez une vague envie de changer de boîte, de métier, de vous mettre à votre compte ? C’est un moment idéal pour sortir l’idée de son tiroir et l’explorer en toute tranquillité.

Vous estimez que votre job a besoin d’un bon décrassage pour retrouver du sens et du plaisir au travail générateurs de motivation et d’entrain? C’est le moment d’évaluer les points d’insatisfaction et de préparer les changements à mettre en oeuvre en automne:

reconversion, transition, quel que soit le projet professionnel, l'été est un bon moment pour y réfléchir

 

4- Réussir ses vacances

Chaque année, c’est formidable, je vois autour de mois des gens qui vont passer des vacances épatantes dans des endroits de rêve, depuis les trois semaines aux Seychelles jusqu’au trek en Inde, en passant par le séjour tranquille dans la maison familiale quelque part dans un joli coin de France. Et qui attendent impatiemment le départ, dans l’espoir de laisser derrière eux soucis professionnels et contraintes quotidiennes.

Et je vois des tas de gens qui rentrent un peu fourbus, au terme de vacances qu’ils espéraient formidables et qui se sont passées, en demi-teinte, au mieux fades, au pire plombées par les sollicitations des collègues, la difficulté à déconnecter, les contraintes réinventées, les choix en forme de stratégie d’échec. Pour réussir ses vacances et s’assurer de rentrer ragaillardi, requinqué et regonflé, rien de tel que de savoir comment être certain(e) de les foirer:

Déconnecter sans culpabiliser pendant les vacances

 

5- Renforcer ses compétences relationnelles

L’été c’est l’occasion de tous les dangers… relationnels. Les querelles d’amoureux parce qu’on supporte pas belle-maman et que franchement Chéri(e)-Chéri(e) lui passe tous ses caprices, les ados qui sont plus difficiles chaque année et ne semblent avoir maîtrisé qu’une seule chose dans la vie, l’art de faire la gueule, les copains avec qui on s’attendait à passer des vacances de rêve mais qui se révèlent ne pas du tout avoir le même mode de vie… les ratés relationnels en vacances, c’est le meilleur moyen de se gâcher tout l’été.

Alors c’est peut-être l’occasion de travailler l’affirmation de soi, sereine, respectueuse et décomplexée, histoire de désamorcer d’éventuels conflits et de favoriser l’intelligence collaborative au sein même se sa petite tribu:

  • Se mettre d’accord sur les règles de vie commune et les faire respecter
  • Exprimer ses envies et ses besoins
  • Accueillir les envies et les besoins des autres
  • Concilier les envies et les besoins de tous
  • Fixer des limites quand c’est nécessaire

C’est donc l’occasion de tester d’autres façons de communiquer, si peu exploitées et pourtant si efficaces, vous savez, celles sur lesquelles vous avez passe 25mn lors de votre dernier séminaire de formation “communication et management (ou leadership)”, que vous avez trouvées géniales mais que vous n’avez jamais testées (because de toute façon, rien ne marche avec Jean-Fabien, quelle tête de pioche ce môme). Bref, quand vous déciderez de vous y mettre et que vous parviendrez à gérer vos ados, vous serez aussi en mesure de manager vos collaborateurs, vos pairs et vos N+tout ce que vous voulez et même cet empaffé de Bichtouille, qui est forcément un manipulateur pervers.

Pratiquer chaque jour une communication bienveillante, respectueuse de soi et d'autrui

 

6- Vitamines mentales estivales : Réapprendre à s’émerveiller

Souvenez-vous de vos étés d’enfant… Cet émerveillement, autant dans l’attente des vacances tant espérés que dans le séjour lui-même, a sans doute laissé des traces en chacun de nous. Je me souviens de l’odeur de la confiture de mûre qu’on faisait chez ma grand-mère, après s’être soigneusement écorchés dans les ronces qui séparent les vignes, des figues qu’on mangeait chaudes dans l’arbre, des amandes qu’on cassait avec des cailloux… Je me souviens aussi  du parfum de l’aube, à la montagne, du bleu des crépuscules et du goût des côtelettes d’agneau que mon père faisait griller sur des barbecues toujours improvisés (à la catalane, quoi).

Il ne s’agit pas de vous encourager à la nostalgie du paradis perdu, mais plutôt de vous rappeler des émerveillement si facile de nos jeunes années pour remettre de l’enfance dans nos étés et réapprendre à nous émerveiller des petites et grands expériences que nous y faisons. De goûter l’été comme un fruit mûr et d’en savourer la générosité sur nos papilles émerveillées. Parce que c’est bon pour l’humeur et ça nous accumule des vitamines mentales dans la cafetière.

réapprendre à s'emmerveiller pour engranger de l'énergie

 

7- Vitamines mentales estivales : Changer ses habitudes

Les soirées sont longues, le temps est beau, l’été, c’est aussi l’occasion de changer ses habitudes et de redécouvrir, entre autres, combien il fait bon dehors. Travailler à l’extérieur,  redécouvrir le plaisir des pique-niques, d’une partie de foot improvisée sur l’esplanade derrière la maison, prendre un pot en terrasse après le boulot, aller se balader dans la forêt le soir en semaine, sortir la télé dans le jardin (s’il faut vraiment la regarder), il y a mille et une manières de profiter de l’été en changeant un brin nos habitudes et en profitant de chaque instant de temps clément: faisons preuve d’imagination!

D’autre part, c’est une saison idéale pour la contemplation autant que pour les instants de convivialité: c’est le moment de questionner les habitudes prises et de ré-apprendre, ne serait-ce qu’un peu, à déconnecter et à revenir dans les plaisirs de l’instant présent:

Prendre un instant pour admirer la poésie du monde

Et au boulot, bousculer ses habitudes, ça peut aussi être expérimenter de nouveaux rythmes, explorer les tiers-lieux de travail etc.

 

8- Eviter de se pourrir la rentrée

Sérieusement, s’il y a bien un truc qui m’épate chaque année, c’est la propension à se pourrir la rentrée si répandue, si systématique et pourtant si évitable. Septembre, c’est encore l’été et à l’instar de ces dimanches soirs sinistres que nous passons à repasser la chemise du lundi et à ressasser les lendemains moroses, nous mettons parfois un zèle consommé à en faire un enfer estampillé « stress de la rentrée ».

Nous commençons dès le retour de vacances par anticiper avec anxiété obligations, impératifs et contraintes incontournables qui s’égrènent tout au long de septembre, comme les fausses notes aigrelettes d’un violon désaccordé.  Bye bye les flonflons de juillet, nous voilà bien de retour à la triste réalité. Et pour en rajouter une louche, voilà qu’on prend des bonnes résolutions! Clairement, une fois qu’on s’est pourri septembre, toute l’énergie accumulée pendant l’été s’est envolé. Dire qu’il va falloir attendre l’année prochaine pour revenir faire la fête aux crustacés…

Ou pas ! Car hauts les cœurs, lecteurs fidèles, nul n’est condamné à des rentrées stressées et énergivores, quelques changements, y compris de percetion, suffisent. Comme peut-être admettre qu’Agathe, 13 ans, est capable de s’inscrire toute seule à son cours de dessin, vous libérant ainsi de faire la queue au forum des associations. ET comme pour les vacances, apprenons de nos erreurs:

10 trucs infaillibles pour rater sa rentrée

 

9- Se mettre en mode coaching d’été dès juin

Et maintenant que vous avez testé sur quelques dimensions de votre été, l’année prochaine vous anticiperez et vous mettrez au coaching d’été dès juin, pour concocter une saisons estivale délectable dans toute sa durée:

L'été: la saison des bilans et de la réflexion en mode décontracté

 

10-  Et si vous êtes entrepreneur, apprenez à profiter de la baisse d’activité estivale

Angoisse classique de l’indépendant et qui peut, potentiellement, lui gâcher une bonne partie de l’été, celle générée par la baisse d’activité. Pour que l’inquiétude ne vous rende pas amer et désabusé, au risque de transmettre votre morosité à un entourage qui ne vous sera pas du tout reconnaissant, Voici quelques moyens de gérer le ralentissement économique de l’été:

entrepreneurs gérer la baisse d'activité en été

 

Je vous souhaite un bel été!

 

 

Voir aussi:

 

Carrière: que faire pendant les vacances pour avancer professionnellement?

Tous en short! Les hommes, la chaleur et les codes vestimentaires

 

 

 

 

Aller plus loin

 

Vous voulez profiter de l’été pour entamer une réflexion sereine sur votre désir de transition professionnelle ou de changement au travail? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

Publicité

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *