Prépas: 15 trucs pour minimiser le stress pendant les révisions

Sylvaine Pascual – Publié dans: Réussir en Prépa

 

 

Dans un peu plus de deux mois, ce sera le coup d’envoi du grand événement  de la vie de Prépa. Avec l’échéance des concours qui approche, l’incertitude des résultats augmente vertigineusement et c’est à peu près maintenant,  en moyenne, que les élèves de prépa commencent à ressentir des niveaux de stress jusque-là inconnus, malgré le sérieux entraînement qu’ils ont dans ce domaine.

Le stress pointe son nez?

 

Ajoutez la fatigue chronique, les parents qui comprennent rien, les profs qui sont des sales cons et cet enfoiré de Jean-Philippe qui résoud n’importe quel exo aussi vite que vous avalez votre 14ème café… Vous voussurprenez à songer que les vacances laborieusement familales, ça ressemble au bonheur…

…tout en vous rongeant fiévreusement ce qui vous reste d’ongles.

 

Pas de panique: s’il est un peu tard pour un travail en profondeur pour combler les besoins qui génèrent le stress, il est encore temps de prendre quelques mesures pour le minimiser pendant cette période délicate. En vrac:

 

 

1- Vous y mettre dès maintenant
Profitez de vos vacances pour anticiper, préparer, planifier vos révisions, au calme. Et accessoirement pour vous y mettre. Commencer à vérifier et fortifier ses connaissances est rassurant, d’une part, et d’autre part vous avez de quoi meubler les deux mois à venir.
2- Découper vos révisions en X petits objectifs relativement faciles à atteindre

 

Un moyen simple de convaincre son cerveau que le sommet de la montagne est atteignable: faire en sorte que chaque pas semble simple, faisable, accessible. Commencez donc par faire la liste de tout ce que vous avez àréviser (ça serait ballot d’en oublier en cours de route, et ça arrive bien plus fréquemment qu’on ne l’imagine). Découpez ensuite vos révisions en objectifs, et pourquoi pas ensuite en sous-objectifs rassurants.et digestes

Pour chaque objectif posez-vous les questions:

  • A quoi je saurai que j’ai atteint mon objectif?
  • De quoi ai-je besoin pour l’atteindre?
  • Quels sont les obstacles que je risque de rencontrer?
  • Comment vais-je les franchir, les contourner?

 

 

 

3- Construire un plan de révision béton

L’anxiété et la nervosité pré-concours sont souvent fortement augmentées par le sentiment de ne pas maîtriser son (ou ses) sujets. Avec votre liste de petits objectifs préparez donc un plan/calendrier de révision qui tient compte des coefficients, certes, mais aussi de vos forces et de vos faiblesses, de vos besoins et de vos capacités, de façon à vous sentir le plus outillé et compétent possible à l’arrivée des écrits.
Au bout de 15 jours, évaluez votre plan de révision et modulez-le si nécessaire

  • Dans quelle mesure vous convient-il?
  • Dans quelle mesure arrivez-vous à le tenir?
  • Quelles modifications pouvez-vous y apporter pour qu’il vous convienne à 100%?
  • Pour vous aider: la triplette du coaching

4- Communiquer
L’angoisse monte? Ca vous rend nerveux(e), irritable, agressif(ve), bref, chiant(e) et invivable? C’est compréhensible, alors dites-le. Expliquez-le à vos proches de façon à éviter que vos réactions impulsives soient prises de manière personnelle et suscitent des conflits inutiles.
Et si vous avez besoin qu’ils vous lâchent la grape, qu’ils vous laissent faire à votre manière, ou au contraire qu’on soit au petits soins pour vous, ou quoi que ce soit d’autre: faites-leur des demandes assertives. Et si ça ne marche pas, c’est probablement parce que, par inadvertance, vous avec eu recours à l’un des 15 moyens infaillibles de ne pas obtenir ce qu’on demande.

 

 

 

5- Poser des questions
Vous avez un doute sur quoi que ce soit? Avant qu’il ne soit trop tard, posez des questions à vos profs, à vos camarades, sur Internet. Ne restez pas avec des incertitudes anxiogènes.

 

 

 

6- Optimiser votre organisation
Vous êtes bordélique, ou tout simplement dépassé(e)? Ca n’est pas le moment de vous énerver à chercher la page 2 du cours sur les espaces vectoriels ou vos notes sur “l’affirmation de l’immortalité de l’âme est-elle une consolation?”.
Rangez! Réorganisez vos cours, simplifiez, faites des fiches, jetez l’inutile, utilisez des couleurs,  des classeurs, des chemises, faites preuve de créativité, débrouillez-vous, l’essentiel étant que vous puissiez retrouver n’importe quel document en moins d’une minute.

 

 

 

7- Eviter les charges émotionnelles et les activités dangereuses
Si vous avez besoin de sensations fortes, avalez une cuillère de moutarde de Dijon. C’est pas le moment d’aller vous casser une jambe. Et puis, croyez-moi, vous allez grandement vous rattrapper après les oraux.
8- Freiner la baisse de moral
Si la chute de votre moral est directement proportionnelle à l’augmentation de votre stress,  occupez-vous en tout de suite. Voir Garder le moral dans la tourmente. Et si les symptômes persistent, consultez votre médecin.

 

 

 

9- Fermer les écoutilles aux légendes urbaines
Les films d’horreur des concours sont aussi répandus que les films d’horreur tout court. Et ils ont en commun leur origines fictives. Et oui, au risque de vous assener une révélation douloureuse: Freddy, il existe pas. Demandez à vos parents/oncles/tantes/connaissances plus agées qui ont été en prépa avant vous: les histoires transmises n’ont pas changé d’un iota depuis au moins plus de vingt ans.

 

 

 

10- Rire et rire encore
Entre copains, en regardant les vidéos du désormais célèbre Rémi Gaillard ou en faisant ce que vous voulez, le rire est l’un des meilleurs moyens de se détendre. Profitez-en, il n’y a pas grand-chose dont vous pouvez abuser pendant cette période…
11- Mettre un terme aux comparaisons
Cessez une bonne fois pour toutes de vous comparer aux autres. Bien sûr que certains ont plus de facilités que vous, et d’autres moins. Cependant, vous ignorez comment les uns et les autres vont réagir aux concours. Face aux épreuves, les vraies, certains explosent, d’autres s’écroulent et d’autres encore conservent un niveau égal. La comparaison à deux mois des concours est inutilement anxiogène: concentrez-vous sur tout ce qui peut augmenter votre propre performance, sans plus vous préoccuper de classement et de résultats. Ce temps-là est révolu et rien de tel pour se démolir la confiance en soi, alors autant se concentrer juste sur soi.

12- Trouver des moments pour déconnecter

Réservez-vous des moments pendant lesquels vous vous autorisez à déconnecter complètement de vos révisions et des concours et à engranger des vitamines mentales à la place. Autorisez-vous des petites plages de glandouille et de rêverie, d’une part parce que c’est bon pour le moral et la réflexion, mais aussi parce que ça diminue la propension à procrastiner.

  • Quelles activités (ou absences d’activités) vous permettent de déconnecter complètement?

 

 


13- Vous remettre à dormir

Est-il nécessaire d’en dire plus? Si oui, allez lire ceci

 

 

14- Anticipez les 15 derniers jours

Préparez soigneusement cette quinzaine: 

  • De quoi avez-vous besoin, exactement, pour boucler vos révisions et être dans le meilleur état physique et mental possible?

Anticipez des détails importants: un endroit calme, dégagé des contingences et contraintes de tous les jours (vous avez autre chose à faire que la lessive, à moins que ça ne vous détende).
Pensez à l’option révisions à plusieurs: l’émulation positive et la présence rassurante, ça a du bon.  Même si vous préférez réviser seul, évitez de vous isoler complètement: on peut toujours avoir une question à poser.

15- Vous récompenser

C’est un truc tout bête mais sacrément efficace. A mesure que vous atteignez vos petits objectifs (mais toujours après coup, la récompense programmée diminue la motivation), félicitez-vous, récompensez-vous, faites-vous un petit plaisir, que vous associez pleinement à l’objectif atteint: cela vous permet de se concentrer sur l’avancement plutôt que sur l’échéance, de favoriser la motivation et l’estime de soi (genre parce que je le vaux bien), très précieuses pendant cette période.

 

 

Gardez le cap et bon courage!

 

 

 

Voir aussi

Dossier complet: réussir les oraux de concours
La notion d’objectif SMART
Les freins à la réussite

Cultiver l’optimisme: 10 raisons et 7 pistes

La combinaison unique de la réussite!

8 étapes pour gérer les périodes de doute

Prépas: 6 points à retenir pour les écrits de concours

 

Les dossiers d’Ithaque: stress, la coexistence pacifique
Les dossiers d’Ithaque: Comprendre les émotions

Les dossiers d’Ithaque: développer ses talents et ressources

Les dossiers d’Ithaque: Vitamines mentales
Les dossiers d’Ithaque: Réussir en Prépa

 

 

 

 

Aller plus loin

 

Pour les élèves de seconde année qui ont identifié des problématiques qu’ils ont du mal à résoudre, en termes de confiance en eux, aisance à l’oral, organisation, méthode, gestiondes priorités etc. mieux vaut entamer un coaching entre septembre et février. Mars est un peu la date limite de début d’un coaching.

Pour tous renseignements:

 

 

Publicité

21 Comments

  • etnik dit :

    coucou, je vais voir si je suis stressé, non peut-être hyperactif, enfin je ne sais trop , tiens tu viens de me donner une idée en parlant de petit déjeuner , je vais peut-être créer une rubrique spéciale, en tut cas merci de passer me voir, mais tu as raison(j’en reviens à ton article) combattre le stress est capital, et le rire le meilleur des médicaments, j’en apprends beaucoup chaque fois que je te lis

    merci 

  • Nicolas dit :

    Bonjour Sylvaine,

    tien, tu me rapelles des souvenirs… Je suis passé pour ma part par cette étape de concours il y a maintenant 4 ans et la paersonne que j’étais se retrouve bien dans ton article

    Je suis certain que ton article pourra en aider beaucoup.Je finirai par ajouter, que même si la prépa parait ne jamais terminer… on en arrive finalement au bout… et le dicton qui dit “il y a une vie après la prépa” est bien vrai!

    Bonne chance et bon courage à tous,

    Nicolas

    • Sylvaine Pascual dit :

      Bonjour Nicolas,
      Si ces suggestions peuvent en aider quelques uns, alors j’ai atteint mon but!
      C’est vrai que pour beaucoup, la prépa ressemble à deux ans de mise entre parenthèses 🙂

  • Abelard007 dit :

    Je suis en Khâgne. Pas mal de gens déconseillent les révisions à plusieurs, pour éviter de se retrouver à rien foutre et ici, on lit le contraire. Qui croire?

    • Sylvaine Pascual dit :

      En fait, je pense que l’essentiel est de croire ce qu’on a envie de croire, ce qui nous convient le mieux. Il me paraît intéressant d’envisager cette possibilité, parce qu’elle peut présenter des avantages énormes. A chacun donc de déterminer si les avantages dépassent les inconvénients ou le contraire.
      Bon courage Abelard007 (hybride pour le moins original:))

  • etnik dit :

    ouf, j’ai eu peur , tes articles n’apparaissent as sur blogasty, j’ai cru ou imaginé mille trucs, voilà un stress, enfin tu es là, ma lecture peut continuer

  • bataillou dit :

    le stress, on ne peut pas y couper. nous devons être programmé pour. je l’ai été pour les exam. pour le premier boulet, pour le mariage, pour les enfants et dans bies d’autres occasions. il arrive même qu’on en invente. tout ça pour dire que lestress c’est presque normal.

    bon dimanche malgré le stress

  • Patrick dit :

    Abelard007, je ne sais pas qui te déconseille les révisions à plusieurs ni pourquoi, mais quand je suis passé par là, il y a déjà un certain nombre d’années, ce sont les révisions à trois qui m’ont permis de comprendre deux trois trucs en maths qui m’ont été bien utiles, dont un qui m’a permis d’intégrer.
    Bon courage en tout cas, et pour aller dans le même sens que Nicolas, je dirais que la vie commence après la prépa

    • Sylvaine Pascual dit :

      Voilà un exemple des bénéfices possibles des révisions à plusieurs.
      Merci Patrick de ce retour;)

      Après, à chacun de décider la méthode qui lui convient le mieux, mais je suggère d’approfondir la possibilité de réviser à plusieurs avant de la rejeter en bloc…

  • Oh-libre-ius dit :

    C’est bien joli, tout ça, mais c’est pour les organisés, les planificateurs. Qu’est-ce que tu conseilles aux électrons libres, aux fantasques, aux procrastinateurs?

    • Sylvaine Pascual dit :

      Aux olibrius?
      Je recommande vivement les récompenses a posteriori (encourageantes) et les révisions à plusieurs: les procrastinateurs travaillent remarquablement bien à plusieurs, pour peu qu’ils aient des responsabilités envers la communauté.
      Et je leur recommande d’observer leur propre stratégie de planification, aussi originale et peu planifiée soit-elle, et de l’appliquer, tant qu’elle fonctionne de façon satisfaisante.
      Et d’expérimenter avec diverses manières de faire, si farfelues soient-elles, d’évaluer les résulats jusqu’à satisfaction.

      Bon courage, Oh-libre-ius

  • Aphryge dit :

    Merci pour l’exercice de visualisation. Etonnant

  • TARDY dit :

    J’ai lu attentivement cet article juste avant les concours, au moment de grande panique… Je savais qu’il fallait être dans un bon esprit et pas trop stressée mais comment faire ? j’ai répondu à ce questionnaire. J’ai d’abord été surprise par la rapidité de réponse de Sylvaine, qui m’a donné une petite astuce pour mieux gérer le stress et ne pas paniquer devant ma copie. Maintenant que les concours sont terminés (les écrits en tout cas!), je regarde un peu tout ça. J’ai appliqué le petit exercice quand je sentais la panique monter. Et ça a marché. en plus de cela, j’ai été soutenu par les amis ce qui ne fait pas de mal. En tout cas, je tiens à remercier énormément Sylvaine, de m’avoir répondu et donner cette astuce !
    j’espère que ce qui viendront sur ce site trouveront la clé à leur problème comme moi !!!!

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci Miss Tardy, je suis ravie d’avoir pu t’apporter un exercice utile, et je te souhaite plein de courage pour les oraux, et plein de réussite 🙂

  • sousou dit :

    Bonjour,
    Je vous félicite pour ce blog très intéressant, c’est vraiment une mine d’or!!
    Bonne continuation.

  • Maman stress dit :

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour cet article que je me suis empressée de transmettre à ma fille qui passe ses concours en Avril.
    Le temps passe et je sens son stress monter graduellement.
    J’aurais besoin de quelques conseils pour comment accompagner au mieux ma fille.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *