Les triplettes du coaching (1)

Sylvaine Pascual – Publié dans C’est quoi le coaching?

 

 

Au delà des confusions fréquentes avec le conseil ou la transmission du savoir, le coaching suscite encore beaucoup de questionnements et propose différentes techniques dans lesquelles il  est facile de se perdre. Il est grand temps pour moi de préciser ma conception de mon métier en vous présentant…. Les triplettes du coaching!


les triplettes opérationnelle et reltionnelle du coaching

 

 

Emprunt et conradiction!

 

Comme il y des jours où mes neurones engourdis ont à peu près autant d’inspiration qu’une huître exposée au soleil – ou sa cousine la moule, quand j’ai eu besoin d’un terme à associer à mes façons de concevoir le coaching, j’ai emprunté sans vergogne une expression à des gens linguistiquement plus imaginatifs. C’est comme ça qu’est né le concept de “triplettes du coaching”, qui reprend ma façon de voir et d’exercer mon métier.

 

Ne craignant pas la contradiction, mes triplettes du coaching sont au nombre de… deux:

 

  • La triplette relationnelle – les angles de coaching utilisés
  • La triplette opérationnelle – la méthode pour les aborder

 

Je vous propose de commencer aujourd’hui par la triplette relationnelle, sur laquelle repose tout le concept d’Ithaque et la prochaine fois nous aborderons la triplette opérationnelle, qui explique comment le travail se passe concrètement, sous forme d’une schématisation du coaching en trois étapes.

 

 

Triplette relationnelle

 

Ithaque a conçu tout son accompagnement autour d’une conviction née de l’expérience et de la formation constante: la réussite de nos projets professionnels passe par trois éléments principaux:

 

  • la relation à soi
  • la relation à l’autre
  • la relation au travail

Des besoins mal comblés dans l’un ou l’autre de ces domaines et c’est toute la construction qui est menacée. Pourtant, nombre d’accompagnements des transitions professionnelles ignorent complètement ces étapes et ne se préoccupent que de la partie opérationnelle, créant ainsi des projets sur des fondations branlantes qui expliquent bien des échecs.

 

A l’inverse, la consolidation des trois relations favorise l’élaboration de projets profondément cohérents et augmente considérablement leurs chances de réussite. Cette triplette au triple effet: elle rend à la fois

 

  • plus dynamique
  • plus entreprenant
  • plus serein

 

 

1- La relation à soi

 

Axée sur le renforcement de l’estime de soi, de la confiance en soi, cette partie du travail a pour objectif de se sentir en capacité de mener à bien son projet, de diminuer le stress lié aux incertitudes ou à la prise de risque.

 

Une bonne relation à soi passe par une réconciliation avec soi-même qui permet d’évaluer les stratégies qui ne fonctionnent pas, de rebondir en cas d’échec, de prendre ses propres décisions, de gérer les doutes et les incertitudes avec sérénité et surtout sans tomber dans la dévalorisation, frein classique à nos aspirations.

 

D’autre part, ce travail permet d’identifier les besoins à satisfaire, d’apprendre à les accepter et à les combler pour se sentir épanoui et plein d’un entrain qui pousse à l’action et donne envie d’entreprendre toute sortes de projets dont l’objectif est l’amélioration constante de la qualité de vie au sens large: vie personnelle ou professionnelle.

 

Pour finir, l’exploration de la relation à soi est aussi l’occasion d’approfondir la connaissance de soi, de mettre au jour nos valeurs, nos talents naturels, nos aspirations, ce qui fait sens pour nous, autant d’éléments qui ont un impact direct sur les directions professionnelles à éviter et celles à préférer.

 

 

 

La relation à l’autre

 

Quelle que soit la nature de nos projets, à moins d’avoir les velléités ascétiques d’un stylite Syrien, nous nous retrouvons vite en contact avec d’autres personnes dans le cadre de leur réalisation. Du coup, développer des compétences realtionnelles et communicationnelles solides, une posture sereine et pleine d’assurance a vite fait de devenir un atout à différents niveaux.

 

Pour pouvoir parler de son projet avec aisancee, convaincre les partenaires potentiels, les recruteurs, les clients. Cette aisance se développe sur la base d’une bonne relation à soi qui permet d’oser s’affirmer sans s’imposer, exprimer ses opinions, sa vision avec conviction, voire enthousiasme, de donner envie à ses interlocuteurs de nous suivre dans le projet.

 

Cette relation à l’autre permet aussi de comprendre ses propres mécanismes relationnels et émotionnels, ainsi que ceux des autres pour sortir des jeux de pouvoir qui pourraient nuire au projet (voir le triangle de Karpman et Conflit, collaboration et lecture émotionnelle), mais aussi distinguer plus facilement ceux qui sont des partenaires potentiels de ceux avec qui la relation pourrait ne pas fonctionner.

 

Négligée, voire absente de nombreux accompagnements des transitions professionnelles en général et de la reconversion ou de la création d’entreprise en particulier, cette dimension de la relation à l’autre fait pourtant partie intégrante du cocktail indispensable à la réussite de nos aspirations professionnelles.

 

 

 

La relation au travail

 

Notre vision du travail nous est propre et est le reflet de nos besoins en termes de vie professionnelle, de nos convictions, de nos valeurs et de nos aspirations. Aucune universalité là-dedans, et l’exploration de cette relation au travail permet d’identifier les besoins spécifiques à chacun, auxquels ils est indispensable de répondre pour pouvoir construire une vie professionnelle agréable et réjouissante. Ainsi que des moyens de les satisfaire, concrètement, dans le cadre d’un projet professionnel.

 

Or, la plupart du temps, nous ignorons une grande partie de ce qui nous anime sur le plan du travail, et cherchons tant bien que mal à faire rentrer de forces nos belles unicités dans les cases en forme d’idées toutes faites véhiculées les médias, la société, notre entourage personnel et professionnel. Se réapproprier ses propres vecteurs de motivation et les accepter nous permet d’en faire une fondation à toute épreuve pour nos projets, des plus simples aux plus audacieux. Voir:  Le boulot idéal: une réalité à inventer?

 

 

Les prestations d’Ithaque

 

Voir aussi

Le déroulement d’une séance de coaching

La durée d’une mission de coaching

Le coaching par téléphone: ça marche?

Le côté obscur du coaching…

Les triplettes du coaching (1)

Développement personnel: personnalisation et appropriation des outils

 

Aller plus loin

Vous voulez élaborer un projet, construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

Publicité

3 Comments

  • Lecairn dit :

    Ithaque coaching emprunte au shampooing sa formule 3 en 1, pour réconcilier projet professionnel et personnel 😉 pour ça bravo Sylvaine

  • Marc dit :

    Voilà un style qui n’a pas sa langue de bois dans sa poche. Cela fait du bien d’entendre parler simplement et en profondeur de choses trop souvent passées à la moulinette d’un intellectualisme “politiquement correct”

    Merci pour présence et le souffle bienveillant qui vous émettez sur sur internet

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci Marc pour ce retour qui me fait très plaisir!
      Le politiquement correct m’ennuie copieusement, je préfère m’amuser à laisser mes tripes parler avec leurs mots pas toujours nuancés, car l’intention est, en effet, bienveillante, et je suis reconnaissante à tous ceux qui prennent plaisir à me lire:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *