Changer de métier, changer de vie!

 

J’ai été conviée par Bernard Thomasson à venir parler de reconversion professionnelle sur France Info, dans le cadre d’un dossier “Changer de métier, changer de vie”. Age, écueils, conditions, atouts, motivations, l’occasion d’évoquer quelques aspects spécifiques des bifurcations vers des ailleurs professionnels plus réjouissants! 

ITW de Sylvaine Pascual sur la reconversion sur France info

 

Changer de métier, changer de vie!

Les petites et grandes frustrations de nos quotidiens professionnels font surgir des désirs de reconversion de plus en plus fréquents, qui concerneraient 3 salariés sur 4 en Europe, selon une étude de Monster.

Fuir un boulot ennuyeux et dénué de sens, rompre avec un rythme de vie devenu insupportable, envie d’un métier plus en accord avec ses valeurs, recherche d’épanouissement professionnel et de plaisir au travail, toutes les raisons sont bonnes pour explorer un désir de reconversion que les incertitudes du marché de l’emploi freinent de moins en moins.

Il s’agit donc d’un véritable changement de vie, qui, s’il fait encore peur, mérite avant tout une réflexion poussée avant de passer à l’acte. Lors de l’émission de Bernard Thomasson, nous avons évoqué quelques aspects de la reconversion. Le format étant court, je vous propose quelques réflexions supplémentaires autour des thèmes abordés. Mais d’abord:

 

Le cocktail indispensable de la reconversion?

Je ne suis pas certaine qu’il y ait un trio gagnant d’une reconversion réussie. Motivation, audace et courage ont été évoqués, mais les ressources mobilisées par les uns et les autres dépendent de leurs propres mécanismes de réussite et peuvent être assez variés. Deux exemples:

De façon générale et pour rester suffisamment neutre pour que chacun puisse y intégrer ses propres mots, voici trois éléments qui font partie intégrante de la réussite d’un projet de changement de métier.

  1. La motivation, ce mélange d’envie, d’enthousiasme et d’énergie né d’un projet cohérent et pertinent: un projet en fonction de nos valeurs, de nos besoins, de nos sources de plaisir, un projet qui parle aux tripes et qui donne envie de se relever la nuit pour travailler à sa réalisation.
  2. La capacité à agir, petite sœur de la motivation et fille de la confiance en soi et en son projet. Car la foi en son projet est de celles qui déplacent des montagnes! Et permettent de s’autoriser la mise en action et la prise de risque inhérente à un changement de métier.
  3. L’endurance et la capacité à rebondir, la ténacité et l’aptitude à maintenir sa propre énergie et la capacité à générer des solutions en cas de difficulté, à résoudre les problèmes et surmonter les obstacles lorsqu’ils se présentent. Faut-il le dire? Une reconversion ne se fait pas sans effort;)

Les trois sont intimement liés et jouent les vases communicants, il est donc indispensable de les cultiver et de les entretenir. Voir aussi:

lorsqu'un désir de reconversion émerge, écouter ses messages, qui ne veulent pas toujours dire qu'il faut changer de métier

 

Changer de métier signifie-t-il repartir à zéro?

Changer de métier ressemble certainement beaucoup à changer de vie, du moins de vie professionnelle, car pour peu que le métier d’arrivée soit assez éloigné du métier d’origine, le changement de domaine, de milieu, de quotidien professionnel, de conditions d’exercice peut s’avérer assez spectaculaire.

Signifie-t-il pour autant repartir de zéro? Tout dépend évidemment de la nature de la transition. Lorsqu’elle est un prolongement du métier précédent comme par exemple un cadre qui s’installe consultant, le domaine et le milieu restent les mêmes, quoi que les interlocuteurs professionnels soient plus variés. Les changements seront de l’ordre des responsabilités et des tâches: le passage au multi-casquette.

En revanche, lorsque la reconversion signifie un changement complet de métier, comme un ingénieur qui devient vitrailliste, le sentiment de repartir de zéro devient plus palpable!  Depuis la formation, faite avec des jeunes tous frais sortis du lycée jusqu’à la recherche d’emploi ou l’installation à son compte, en passant par la phase apprenti, le candidat à la reconversion découvre un tout autre monde dont, la plupart du temps, il ignore beaucoup de choses.

Cependant, repartir de zéro est un terme un peu excessif. Car à 35, 40 ou 50 ans, celui qui choisi de changer de métier a accumulé expériences et compétences de toutes sortes, qui, pour peu qu’il se soit réconcilié à son parcours, lui donne bien des avantages: la capacité à prendre du recul, des compétences transférables etc. Il y a donc tout lieu de faire un point sur son passé professionnel, non pas pour en dégager des pistes d’évolution, mais pour dresser la liste des appétences  professionnelles, des compétences relationnelles, des talents et des savoir-faire qui pourront lui être utiles (et de quelle manière) dans son nouveau métier et qu’il pourra mettre en valeur. Voir

ceux qui ont changé de métier ont des atouts sur lesquels ils peuvent compter. En les entreprises aussi!

 

Y a-t-il un âge pour se reconvertir?

Pas particulièrement. Le bon moment pour explorer un désir de reconversion, c’est bien entendu le moment où il se manifeste. Rappelons-nous d’ailleurs que la réflexion n’est pas une prise de risque, puisqu’elle n’engage à rien d’autre qu’à prendre une décision.

On constate aussi que l’envie de changer de métier se manifeste de plus en plus jeune, lorsque le candidat à la reconversion a le sentiment d’avoir suivie une voie toute tracée – tu seras médecin, ingénieur ou avocat, mon fils – plutôt que d’avoir réellement choisi son métier. Cette tendance, probablement due à la faible tolérance de la génération Y face à la frustration, a l’avantage de permettre aux personnes concernées de trouver une voie professionnelle qui a du sens pour elles… plus tôt. Voir aussi:

 

Les écueils à éviter?

Ils sont certainement très nombreux et impossibles à lister dans un temps si court, je n’ai donc abordé que celui qui me tient le plus à coeur, avant d’y consacrer un billet plus complet: le choix d’une reconversion “raisonnée-raisonnable” dans un domaine qui recrute, mais pour lequel vous n’avez que peu de goût. Difficile de montrer de l’enthousiasme pour un job qui vous laisse plutôt indifférent. Laissez votre motivation profonde, vos valeurs, vos appétences s’exprimer dans le choix d’un nouveau métier, vous n’en serez que plus convaincant lors des entretiens d’embauche.

Emmanuel Langlois a quant à lui abordé l’écueil de la méconnaissance de la culture et de la vie quotidienne du pays choisi, lors d’une expatriation. Ce point me paraît particulièrement intéressant, parce qu’il rejoint le plantage programmé par la méconnaissance de la réalité quotidienne du métier dans la reconversion. Le manque d’information qui nous fait idéaliser un métier, une région ou un pays et au passage nous remplit d’attentes irréalistes qui vont générer des déceptions directement proportionnelles à l’ampleur de cette méconnaissance. Nous reviendrons sur l’enquête géographique indispensable lors d’une transition professionnelle de ce type. Explorer le métier ou la région choisie permet donc:

D’éviter les déceptions.
De prendre une décision en connaissance de cause.
De connaître les points en contradiction avec nos valeurs, nos aspirations, nos désirs et appétences et d’y apporter des solutions (on pense évidemment au cadre qui s’installe consultant et qui ignore comment commercialiser son produit).
De renoncer au projet s’il s’avère trop éloigné de l’idée qu’on en avait, trop coûteux en énergie, trop contraire à nos besoins professionnels, trop compliqué à mettre en oeuvre. Voir:

renoncer reconversion.2

 

Lectures complémentaires

Ithaque, 1er influenceur de France sur la reconversion professionnelle
6 moteurs de reconversion professionnelle
Reconversion: Sylvaine Pascual dans “On est fait pour s’entendre” sur RTL
Reconversion professionnelle, 6 points indispensables à traiter – Itw dans Management
Comment annoncer son désir de reconversion à son employeur? – Itw sur Régions Job
Les obstacles à la reconversion professionnelle – Itw pour Expectra
Reconversion professionnelle : évaluer la pertinence et la faisabilité d’un projet
Carrière: la reconversion professionnelle des seniors en interne – Intervention chez Nouvelle Carrière
Reconversion professionnelle: Ithaque dans Paris d’avenir, sur BFM
Reconversion: faire de sa passion un métier – ITW sur Cadremploi

 

Aller plus loin

Vous explorer votre désir de reconversion et élaborer un projet professionnel pertinent et cohérent avec vos appétences et vos aspirations? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

Publicité

2 Comments

  • Michel dit :

    Bonjour vous faites un très bon job pour nous et vos publications sont très instructives et j en suis reconnaissant. je vais souvent consulter votre blog pour ma formation surtout sur les valeurs morales, le developement personel et sur le plan professionnel .comment decouvrir et valoriser son talent pour reussir sa vie profess.Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *