Reconversion professionnelle: l’enquête métier (1)

Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle

 

 

 

Incontournable de la phase préparatoire d’une reconversion professionnelle, l’enquête métier consiste à découvrir de quoi votre job de rêve est réellement fait et à vérifier s’il mérite ce qualificatif, faute de quoi il risque de ressembler rapidement à une sinistre blague. Mode d’emploi.

 

 

 

L'enquete métier étape incontournable pour se préparer au changement de métierIncontournable enquête métier

 

L’enquête terrain est à la reconversion professionnelle ce que la farine est au pain: l’ingrédient sans lequel rien ne se tient. Sans elle,  il ne reste que de l’eau qui file entre les doigts, fausse pitance et vraie illusion sans substance.

 

En effet, lorsque le désir de reconversion se manifeste au travers d’un métier précis, c’est souvent l’image idéalisée de celui-ci qui se construit dans nos têtes gourmandes d’un changement enthousiasmant. Nous nous concentrons sur les aspects du métier qui nous font vibrer et l’attention ainsi focalisée génère des zones d’ombres sur les dimensions qu’elle a choisi d’ignorer et en particulier ce qui pourrait se révéler moins plaisant.

 

Le risque, c’est de constater a posteriori, tous déconfits, que le métier en question ne correspond pas vraiment à nos attentes et que son goût est plus amer que son image. Quelques exemples classiques:

 

  • Les cadres (presque) seniors qui s’installent en tant que consultants, ravis à l’idée de se concentrer sur leur cœur de métier et qui omettent de prendre en compte le temps commercial, voire qui se lancent sans démarche commerciale définie. Pour peu qu’ils n’en aient pas la fibre, ils se retrouvent vite an proie à la frustration.
  • Les jeunes artisans, qui s’imaginaient créant à temps plein dans un atelier de rêve et qui constatent à leurs dépends qu’ils passent une grande partie de leurs journées à faire de la logistique, de la compta, de la gestion, bref, toute une paperasse moyennement fun.
  • Les apprentis restaurateurs, inspirés par l’image télévisuelle glamour de ce métier prenant, qui découvrent trop tard que travailler 16h par jour, ce n’est pas toujours confortable.
  • Les victimes du syndrome de la chambre d’hôte, qui croyaient se créer une vie paisible et loin du stress dans un coin de carte postale, où ils allaient accueillir avec chaleur des clients amènes et qui se retrouvent avec le sentiment d’être les bonniches d’hôtes exigeants et jamais contents.

Mener une enquête métier, c’est un peu s’assurer qu’on va trouver la meilleure boulangerie du quartier, plutôt que de se farcir sans mot dire la première miche rassie venue. C’est ne pas se contenter de voir un beau pain tout doré et bien gonflé et de décider d’emblée que nous allons y tailler de quoi nous faire un casse-croûte joliment roboratif. C’est au contraire prendre le temps d’y goûter, de vérifier sa fraîcheur, sa texture, son goût, bref, tous ses aspects et le plaisir que nous prenons à le déguster, de le comparer à d’autres. Parce que, sérieusement, les amis, la baguette décongelée, ça atteint rapidement ses limites.

 

 

 

Les bénéfices d’une enquête métier

 

Cette enquête minutieuse d’Hercule Poirot de la reconversion se fait en plusieurs étapes et permet de:

 

  • Vérifier que le métier correspond – ou pas, à l’idée que vous vous en faites.
  • Vérifier que la réalité, l’environnement professionnel et le quotidien du métier correspondent – ou pas, à vos aspirations, vos goûts et à vos besoins professionnels.
  • Identifier des caractéristiques inhérentes au métier à prendre en compte dans votre projet (contraintes, tâches, etc.)
  • Valider ou invalider le projet de reconversion en évaluant sa faisabilité, en fonction de ses exigences réelles, au regard de ce que vous êtes prèt(e) – ou pas – à entreprendre, à apprendre, à construire, à renforcer, à développer.
  • Préciser les compétences à renforcer ou à acquérir, les diplômes/formations nécessaires etc. et en évaluer la faisabilité.
  • Accumuler des informations sur le revenu et l’évolution professionnelle possible, sur le marché et/ou le marché de l’emploi dans ce secteur.

Et, noix dans le pain sus-mentionné, la rencontre avec les professionnels du métier auprès de qui vous allez mener cette enquête permet de commencer à vous constituer un réseau professionnel dans le domaine recherché.

 

 

 

Préparation à l’enquête métier en 4 étapes

 

Souvent trop légère, trop vite bouclée, cette enquête menée sans préparation peine à fournir les enseignements qu’elle peut apporter. Je vous propose une exploration en profondeur de cette étape centrale du changement de métier, en 4 parties, pour en tirer le maximum:

 

  1. Faut-il payer un stage découverte? Les organismes qui proposent, moyennant finances of course, de vous trouver une immersion avec un professionnel du métier qui vous intéresse, fleurissent comme les jonquilles sur les parterres de printemps. Est-ce une bonne idée de passer par eux? Quels sont leurs avantages, leurs limites? Quelles alternatives? Voir: Reconversion, faut-il payer une immersion?
  2. L’enquête préalable à l’immersion. La rencontre de professionnels du métier qui vous intéresse se prépare. A qui s’adresser? Comment convaincre le professionnel de vous consacrer du temps? Quelles questions poser?
  3. L’immersion. Les quelques jours que vous allez passer avec un professionnel sont cruciaux: ils vont vous donner une image bien plus concrète du métier qui vous intéresse. Comment choisir et convaincre un professionnel? Quels aspects du métier observer? Quelles questions poser? Quelles informations chercher? Comment les collecter?
  4. Le bilan métier. Au terme de votre enquête, vous disposez d’un paquet d’informations diverses à la valeur variable. Comment traiter ces informations? Quel bilan en faire? Comment décider si ce métier est fait pour vous?

 

Rendez-vous donc la semaine prochaine pour poser un premier pied dans l’enquête métier;)

 

 

 

Voir aussi

 

Reconversion professionnelle et imagerie sylvestre

Reconversion: la tentation de l’indépendance

Reconversion professionnelle: 6 points indispensables à traiter

Transition de carrière: la réflexion n’est pas une prise de risque!

Reconversion professionnelle et croyances limitantes

Sondage: les freins à la reconversion professionnelle

Reconversion professionnelle: explorer les secteurs d’activité

Job idéal et évolution professionnelle

Reconversion professionnelle: guide téléchargeable 

Reconversion professionnelle: Ithaque dans les médias

 

 

 

Aller plus loin

 

Vous avez un désir de reconversion et voulez l’explorer? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 


3 réflexions au sujet de « Reconversion professionnelle: l’enquête métier (1) »

  1. Bonjour,

    Votre approche est très intéressante pour élaborer son plan de reconversion professionnelle. L’enquête d’Hercule Poirot en plusieurs étapes semble essentielle pour déterminer si son potentiel et ses aspirations correspondent à son projet.
    Cependant, il parait difficile de rester objectif quand il s’agit de soi, d’évaluer ses champs de compétences et ses comportements. C’est pourquoi, certains outils, tels que les diagnostics de positionnement, donnent des éléments de réponses pertinents et de manière scientifique : sans sous-estimer ou surévaluer ses potentiels. Ils peuvent être un appui déterminant dans cette phase préparatoire. Avez-vous déjà utilisé ce type d’outil ?

    Cordialement,
    Aurélie

    • Je ne les utilise pas car la mise en case s’appuie sur des tendances et non sur une réalité individuelle forcément complexe et subtile. Ils ne donnent donc pas un résultat plus objectif, seulement plus limité.
      Dans le travail d’auto-évaluation, les potentiels ne sont qu’une toute petite partie du travail, et l’objectivation se fait au travers de l’utilisation d’outils de questionnement qui ne sont pas de l’ordre du test de personnalité ou du système de profilage et favorisent le ragrd sur soi, en toute bienveillance mais sans auto-complaisance ou dévalorisation;)

      • Bonjour,
        Je comprends vos réticences et elles sont justifiées au regard de ce qui existe sur le marché. Mais nous avons justement pour objectif d’éviter de mettre dans des cases les individus. L’outil, dont je vous parle, n’est pas un test de personnalité et encore moins un système de profilage. Pour vous convaincre de sa pertinence, seriez-vous prête à essayer gracieusement notre diagnostic de positionnement ? Comme l’énonce le dicton : rien à perdre, tout à gagner ! ;)
        Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweetCaptcha