Travailler moins, travailler mieux : 12 façons de gagner en efficacité

12 façons de gagner en efficacité pour travailler moins et vivre plus!

Trop souvent, quand on parle d’efficacité, on pense gagner en performance pour faire plus, toujours plus, plus pour cette entreprise qui a l’élégance et la bienveillance de nous donner un salaire, plus pour faire décoller sa carrière, plus pour devenir un super-héros de boulot. Ce n’est pas mon propos, le mulet de boulot a déjà bien trop mal au dos. Voici 12 façon  de travailler mieux pour travailler moins et vivre plus, vivre mieux!

12 façons de gagner en efficacité pour travailler moins et vivre plus!

Travailler moins: un acte politique

Travailler moins parce qu’il y a une vie après le boulot, parce que cette vie-là vaut la peine d’être vécue, car on y trouve en vrac, la possibilité de relations, de culture, de plaisir, de loisir, de sport, de découverte, d’activités de toutes sortes, d’implication associative, de tout un tas de choses qui, accessoirement, sont suffisamment nourrissantes moralement et intellectuellement pour nous rendre… plus efficaces !

Mais nous le savons : travailler moins, dans un monde qui a érigé la surcharge de travail en signe extérieur d’importance, ce n’est pas simple. Mais pourquoi serait-il glamour de bosser 70 heures par semaines ? Et ne venez pas me dire que c’est une plaie purement franco-française, alors qu’outre-Atlantique le « workism », nouvel évangile de l’homo industrius réduit à sa dimension de travailleur forcené fait des ravages.

Non, le travail n’est pas le lieu ou le moyen unique de la réalisation de soi et du sentiment d’être heureux. Les deux sont un mélange – plus qu’un équilibre – d’un job qui a du sens, dont le contenu et les conditions nous sont agréables d’une part, et d’une vie personnelle qui permet des activités autres que professionnelles qui ont du sens et dont le contenu et les conditions nous sont agréables.

Et pourtant aujourd’hui, nous sommes biberonnés à des images de réussite normée, assemblage improbable de super-performance, de super-implication, de super-soft-skills et de super-burnout.

Travailler moins devient un acte politique, un acte de résistance : combien de cadres qui se croient obligés de faire 50 heures par semaines de par leur statut sont, de fait, sous payés en taux horaire ? Ce n’est plus que le pain qui est gagné à la sueur d’un front qui trime à longueur de journée et de congés, c’est l’image de soi. Et c’est tout bénéfice pour les entreprises : le nez dans le guidon des salariés agrainés à la compétition interne, la peur du chômage font que plus grand monde n’est prêt à questionner sa condition.

Alors ces douze façons de gagner en efficacité n’ont qu’un seul objectif : vous permettre de travailler moins pour rentrer chez vous plus tôt, mieux profiter de la vie, mieux en articuler les temps et disposer de temps pour ce qui vous tient à cœur.

Il y a une vie après le boulot! Trouvez la vôtre et partez à l'heure au lieu de ne pas compter vos heures

 

Expérimenter et personnaliser

Autre rappel : il n’existe pas de recette toute faite, en matière d’efficacité, infaillible et universelle. Il s’agit donc de tester ce qui vous tente, d’imaginer encore bien d’autres manières de gagner en efficacité, d’expérimenter jusqu’à trouver ce qui fonctionne pour vous. Car aucune technique ne fonctionne pour tout le monde et vous n’êtes pas fautif si c’est le cas, c’est juste que celle-là n’est pas pour vous !

Appropriez-vous expérimentez, personnalisez en mode triplette du coaching;)

les triplettes opérationnelle et reltionnelle du coaching

 

12 façons de gagner en efficacité pour travailler moins

 1- Les itérations nécessaires

Deux types d’itérations :

– Les itérations organisationnelles, qui alternent plages de concentrations et temps de pause

– Les itérations évaluatives, qui déterminent un temps d’expérimentation d’une organisation possible

Alterner travail et pauses a fini par réussir à mettre tout le monde d’accord, mais attention aux affirmations douteuses ! Non, aucune étude n’a dit qu’il fallait travailler 52 minutes et prendre 17 minutes de pause. Ce sont des moyennes. Ce qui signifie tout simplement que vous avez besoin de déterminer les vôtres, d’où l’importance des itérations évaluatives qui encadrent l’expérimentation. Out est dans ce billet !

 

2- L’efficacité à la sauce tomate !

Il s’agit de fractionner son temps de travail à l’aide d’un minuteur qui, en Italie d’où vient la technique, prend souvent la forme d’une tomate

efficacité: la méthode des 5 mintues, dites aussi "pomodoro"

 

3- L’efficacité en mode électron libre !

Vous en avez marre des lois et commandements de l’organisation et de l’efficacité ? Ca tombe bien : au garde à vous organisationnel nul n’est tenu et  voici 7 pistes pour libérer efficacité et votre créativité et les redéployer en harmonie avec votre singularité et en vous débarrassant du joug des recettes toutes faites

Se libérer des lois et commandements de l'organisation pour gagner en efficacité

 

 

4- Efficacité professionnelle et émotions

Les émotions, pour peu qu’on sache les déchiffrer (et non pas seulement les accueillir) nous transmettent des tas de messages très précis sur nos penchants, nos préférences, ce qui fonctionne pour nous (ou pas ;), y compris en termes d’organisation et d’efficacité.

Comprendre ses émotions, rien de tel pour faire taire la fabrique à discipline auto-imposée et découvrir ce qui marche pour vous et que, peut-être vous ne vous autorisiez pas, car ce n’est pas bien vu dans le Code officiel de l’organisation aux petits oignons

 

5- La désorganisation fructueuse

Et si vous efficacité dépendait moins d’une organisation millimétrée que d’une désorganisation heureuse, décomplexée, vecteur d’une performance qui prend racine dans la souplesse et la flexibilité ? En apparence contre-intuitive, la désorganisation est le secret de l’efficacité de nombreux cerveaux qui fourmillent d’idées et rétifs à la contrainte.

La désorganisation peut aussi être heureuse et fructueuse, agréable et productive

 

6- Ralentir

Prendre le temps de faire, voilà une autre option en apparence contre-intuitive mais particulièrement efficace. Voici un premier billet sur le sujet, un autre suivra bientôt :

Ralentir pour prendre le temps de travailler mieux... et gagner en efficacité

 

7- L’art de la concentration

L’attention et la concentration, ressources immenses pour l’efficacité, sont de plus en plus difficiles à une époque de sur-sollicitation. Cette énergie cognitive est l’un de nos biens les plus précieux, mais aussi l’un des plus fluctuants et des plus insaisissables. Prêtons un peu d’attention à notre attention pour trouver comment regagner en efficacité

comprendre nos mécanismes d'attention et d'inattention

 

8- L’oursitude

L’efficacité de certains d’entre nous (dont je fais partie) est directement liée à un besoin fondamental de temps passé seul(e) avec soi-même. Besoin parfois mal compris, analysé comme de l’asociabilité ou étiqueté « autisme » dans un monde où le tout-collaboratif devient parfois une dictature normative. Accepter sa part d’oursitude et parvenir à l’intégrer dans son organisation peut être très bénéfique

 

9- L’injoignabilité heureuse

A l’heure du tout connecté, certains d’entre nous s’appliquent à préserver des temps, même courts, de tranquillité et de silence… vous imaginez bien que pour s’adonner à ces pratiques d’un autre âge (celui de  demain;), mieux vaut savoir déconnecter de temps à autres… L’injoignabilité est aussi une façon de répondre au besoin d’oursitude dont nous avons parlé précédemment

l'art de l'injoignabilité heureuse

 

10- La procrastination choisie

La précrastination est l’inverse de la procrastination : elle consiste à se jeter illico presto sur une tâche, dès lors qu’elle arrive sur votre bureau. Méconnue, encouragée par les recettes toutes faites comme celle qui vous dit que si un tâche prend moins de 2 minutes, il faut la faire tout de suite, la précrastination génère éparpillement et sentiment d’être débordé(e). En réponse la procrastination choisie peut être une sérieuse source de performance. Et je dis procrastination choisie car il s’agit là d’un tout petit peu plus qu’une forme de gestion du temps : un précrastinateur va culpabiliser à l’idée de repousser une tâche, ce qui est la définition de a procrastination !

L'affirmation de soi: dire ce qu'on a à dire avec élégance

 

11- Le plaisir de travailler

Le plaisir est souvent lié à l’efficacité : on travaille mieux et potentiellement plus rapidement lorsqu’on prend du plaisir à ce qu’on fait. Deux façons d’augmenter le plaisir:

– Les talents naturels : qui ne sont ni des compétences, ni des « dons » mais des qualités que nous avons développé par penchant naturel et qui génèrent des méthodologies uniques (les nôtres) ultra efficaces :

– Les appétences : travailler sur des tâches qui nous plaisent en utilisant les compétences que nous aimons nous rend souvent plus efficaces :

les appétences favorisent le plaisir de travailler

 

12- Se mettre au vert

Pour que votre efficacité ne finisse pas légume, le citron en court-bouillon, offrez-lui du vert ! Le bain de verdure, y compris l’hiver, ressource, détend, favorise la motivation et la créativité. A vos pantoufles de vert !

passer du temps dans la nature préserve la santé mentale et améliore la créativité

 

 

Aller plus loin

Vous voulez renouer avec une efficacité qui vous permettra de renouer avec le plaisir de travailler et mieux articuler vos temps de vie ? Ithaque vous propose son approche unique du job crafting. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *