Reconversion professionnelle: vous avez demandé la Lune… ne quittez pas…

job idéal: demander la lune quand ce sont des ambitions oui, des attentes non

La reconversion professionnelle étant souvent motivée par un désir de retrouver du sens, de plaisir et de l’épanouissement professionnel, elle semble parfois demander la Lune. Evaluons donc la nature de cette planète de nos aspirations, pour lui éviter de se retrouver dans le caniveau et inversement construisons la fusée pour finir, a minima, pour plagier Oscar Wilde, la tête dans les étoiles.

job idéal: demander la lune quand ce sont des ambitions oui, des attentes non

 

Changer de métier : objectif Lune

Aaah, cette Lune si loin si proche, symbole autant de l’inatteignable que de l’objectif ultime…

Depuis la promesse du meilleur job du monde, depuis la création du statut d’auto-entrepreneur qui a généré la confusion entre installation facile et réussite facile, depuis que nous sommes confrontés à de plus en plus de discours sur le bonheur/plaisir au travail (y compris les miens !), l’envie d’un boulot qui se rapproche de l’idéal se répand. Parfois comme les iris qui étendent joliment leur territoire au jardin, parfois comme une marée noire d’illusions et d’attentes excessives. Dans le second cas, le risque est de l’attendre longtemps, cette Lune qui n’arrive pas.

Faire le tri dans nos aspirations est un moyen de s’éviter bien des désillusions et de mener à bien une reconversion pertinente, faisable, mais surtout une reconversion qui tiendra ses promesses. En d’autres termes, il s’agit d’observer ce qui, dans lesdites promesses, est du domaine de la croyance erronée, de l’idéalisation et ce qui est du domaine de l’atteignable. Pour que l’objectif Lune ne reste pas qu’un objectif irréalisable et qu’on puisse s’embarquer vers lui avec la quiétude dynamique de celui qui sait où il va.

changer de métier: objectif, la Lune!

 

Changer de métier, changer de vie : la Lune gibbeuse des attentes

Demander la Lune n’est pas toujours synonyme de la décrocher, en particulier lorsque nos attentes personnelles et professionnelles vis-à-vis de notre projet sont excessives ou qu’elles prennent le pas sur l’ambition. Car les attentes trop élevées sont un aller simple pour la déception.

Ainsi une reconversion professionnelle dont le bénéfice visé est de résoudre tous nos problèmes risque fort de nous mener tout droit aux déconvenues amères et de nous voir hurlant à cette même Lune la complainte de nos désillusions.

Reconversion: l'excès d'attente porte ouverte à la déception

Ce qui ne signifie pas qu’il faille viser petit, étriqué, raisonnable, bien au contraire ! Une attente est une espérance, une ambition est une soif, un désir de réussir, un moteur d’action. Un objectif ambitieux n’est pas nécessairement inatteignable et inversement un objectif modeste n’est pas toujours source de motivation. En vertu du principe qu’un changement de métier  fonctionne mieux s’il s’appuie sur nos tripes que notre raison, il est essentiel de le construire autour d’aspirations fortes plutôt que de raisons mollassonnes. Voici quelques exemples d’attentes vis-à-vis de la reconversion qui sont autant de promesses vides

 

– Mon job me rendra heureux

Un peu comme ces personnes qui vous disent « je serai heureux(se) quand j’aurai trouver l’homme/la femme de ma vie » et qui devraient s’attacher à être heureux indépendamment d’autrui. Pas plus qu’un conjoint, un métier ne peut être 100% responsable de notre bonheur. Un métier auquel on prend beaucoup de plaisir participe du sentiment d’être heureux, il le renforce, mais il ne le constitue pas.

Etre heureux au travail ne signifie pas être heureux tout court, aussi mieux vaut savoir être heureux en amont de sa reconversion, pour augmenter ses chances de réussite, que s’imaginer que le job idéal va suffire à notre bonheur. Croire que le sentiment d’être heureux puisse venir  d’autre chose que de l’intérieur de nous-mêmes est un moyen infaillible de se jeter dans les bras de la déception.

Il s’agit bien davantage d’identifier un itinéraire bis professionnel dans lequel nous trouverons du plaisir, et qui viendra renforcer le sentiment d’être heureux, pas l’inverse. Voir aussi:

 

– Le bonheur permanent

De même, un métier pourvoyeur de plaisir et d’épanouissement professionnel ne signifie pas nager dans un bonheur permanent et indéfectible. Toute vie professionnelle a ses hauts et ses bas, ses coups de bourre stressants, ses périodes de doute, ses relations compliquées. Attendre un bonheur parfait et sans heurts sous prétexte qu’on a troqué un job pourri pour un chouette métier est une autre illusion qui peut se révéler parfaitement douloureuse lorsqu’on tombe de sa Lune.

Une reconversion vers un métier qui cohérent avec nos valeurs, nos besoins et nos aspirations nous donne une énergie et une motivation qui transforme notre relation aux aléas du quotidien professionnel et nous rend plus résilients, plus capables de résoudre et surmonter les difficultés, car les bénéfices du métier sont élevés. Voir:

 

– Bosser 4 heures par semaine

Une reconversion pour trouver les moyens de concilier vie professionnelle et vie privée, d’accorder du temps à nos proches et à nous-mêmes est une aspiration légitime : clairement, même pour ceux qui, comme moi, prennent un plaisir non dissimulé dans leur job, il y a une vie après le boulot. Voir

Et la reconversion est d’ailleurs souvent une opportunité de faire un point sur cette articulation des temps de vie, d’autant plus d’ailleurs qu’elle nécessite la plupart du temps un investissement majeur en temps, en tout cas au début. Qu’il s’agisse d’une conciliation job à temps plein et formation ou d’une création d’entreprise, le candidat à la reconversion ne ménage pas ses heures.

Cependant, un certain nombre d’opportunités décrites à longueur de blogs font naître des envies qui risquent bien de se retrouver le nez dans le sable. Rappelons-nous que la semaine des 4 heures et autres promesses lucratives en un temps incroyablement limité sont des purs produits marketing dans la tradition américaine : une success-story improbable transformée en vérité universelle avec une étonnante absence d’honnêteté intellectuelle, du moment que c’est bankable (Tim Ferris « oublie », entre autres, de comptabiliser le temps qu’il a passé à construire son produit et celui qu’il passe à le promouvoir).

Ne nous laissons donc pas emmener dans des rêves de Lunes tellement gibbeuses qu’elles s’évanouiront bientôt dans les ténèbres. On peut, en tant qu’entrepreneur, en tant que salarié choisir de limiter son temps de travail, de façon à conserver une vie privée digne de ce nom. Mais n’oublions pas que ce choix-là a des implications financières ! A chacun de les mesurer.

Sinon, il reste l’option de devenir pêcheur de crabes dans le Détroit de Bering et engranger en un mois votre salaire annuel. Il suffit d’aimer le froid, les vagues effrayantes et de ne pas être chamboulé par un boulot ultra dangereux. Un vrai job de rêve !

 

– Des relations sans heurts et dans difficultés

Attente fréquente, les relations ne se modifient pas par miracle parce qu’on a changé de métier. Il n’y a pas de domaine dans lequel l’intégralité des interlocuteurs professionnels sont bienveillants et élégants dans leur façon d’être en relation et nos relations ne s’améliorent pas sans y travailler. S’imaginer se débarrasser des abrutis de patrons et vivre un relationnel professionnel sans nuages en se mettant à son compte, par exemple, est une illusion naïve et coûteuse, lorsque la réalité nous rattrape.

Transformer cette espérance stérile en une ambition fructueuse consiste à travailler ses compétences relationnelles, partout où elles ont failli, de façon à créer une posture sereine, aimable et affirmée propice à le gestion de nos relations professionnelles. Cela ne signifie pas qu’on ne rencontrera plus aucun abruti, mais que nous serons en mesure de gérer des relations compliquées. Voir:

 

Changer de métier changer de vie : La Lune montante des aspirations et ambitions

Il y a demander la Lune et demander la Lune. Si celle de nos attentes peut mener à bien des désillusions, celle de nos ambitions n’est peut-être pas la mer à boire. Tout d’abord, nous sommes tous le Jean de la Lune de quelqu’un et nos rêves, vus d’un autre angle, peuvent toujours susciter la méfiance et le jugement péremptoire. Cependant, lorsque la Lune en question correspond a des ambitions fortes et génératrices d’une motivation qui pousse à l’action, à la remise en question, à une persévérance faite d’élaboration et d’expérimentation de stratégies, alors nous avons des chances a minima de finir la tête dans les étoiles, voire même de la décrocher, la Lune en question.

Reconversion: comment décrocher la lune

 

– Déterminer l’atteignable

On détermine l’atteignable non pas en fonction d’une échelle qui se prétendrait universelle, mais plutôt en fonction des ressources internes – qualités, talents, compétences, motivation – et externes – entourage, réseau, finances, temps etc. – et des stratégies que l’on élabore pour atteindre l’objectif fixé. Une idée de reconversion n’est jamais courue ou perdue d’avance, selon que d’autres ont réussi ou se sont plantés avant nous : elle dépend de ce que nous allons y mettre. Tout comme Armstrong a bel et bien décroché la Lune, si vous me démontrez que vous avez un plan solide et convaincant pour escalader l’Everest dans 3 ans alors que votre palmarès de grimpeur ce sont les rochers de Fontainebleau, alors je dis banco. Inversement, si vous me dites vouloir vous reconvertir dans un job assez proche du vôtre, mais sans grande envie, je ne vous suivrai pas: le poussif ne mène pas bien loin.

 

– Explorer le job idéal

L’exploration du job idéal est aussi un moyen de se rapprocher de la Lune en question, car une connaissance claire et précise de ce qui nous rend heureux au travail permet de poser concrètement les pierres qui vont en paver le chemin, plutôt que d’espérer des retombées vagues et miraculeuses. Cet idéal se décline en trois catégories, autant en termes d’environnement, de relations, de tâches, d’aptitudes, de talents naturels et de compétences exprimés, de valeurs, de convictions, de sens, de rémunération etc.

  • Ce qui est indispensable à notre plaisir au travail, sur lequel on ne transige pas, car à faire trop de compromis avec nos aspirations, la Lune s’éloigne.
  • Ce qui est inacceptable, sur lequel on ne transige pas non plus (se ramollir sur l’inacceptable est la porte ouverte au stress).
  • Ce qui est négociable: ce qui participerait de notre plaisir au travail, tout en étant pas totalement indispensable, ce sur quoi on moyenne, ainsi que ce qu’on est prêt à accepter même si ce n’est pas l’idéal.

Une fois posés clairement, ces critères permettent de monter un projet qui reste flexible tout en évitant de se soumettre à des idées reçues et de recommencer à subir ce qu’on ne supportait plus, même après avoir changé de métier. Voir:

 

– Valider ou invalider l’idée de changement de métier

Parce que nous avons parfois une idée idéalisée du métier qui nous fait rêver – sinon il ne nous ferait pas rêver, vous suivez ? – il est essentiel d’aller confronter notre perception sur le terrain, en particulier au travers d’une enquête métier pointue qui permettra de mesurer chaque dimension du job en question, de trouver des pistes pour l’ajuster à ce qui rend un job compatible avec nos aspirations ou au contraire de déterminer, en notre âme et conscience et sans regret qu’il n’est pas pour nous. Voir

 

 

Vous avez demandé la Lune? A vous de jouer: construisez votre fusée;)

 

 

Voir aussi

Ithaque, premier influenceur français sur la reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: 6 points indispensables à traiter
Une reconversion zen et dynamique à la fois!
Les obstacles à la reconversion professionnelle
Age, métier et reconversion professionnelle

 

Aller plus loin

Vous voulez construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

 

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *