Reconversion et enquête métier: faut-il payer une immersion?

la recpnversion en mode voyage autonome plutôt qu'organisée, au risque d'avoir une vision plus complète du métier

 

Ces dernières années est née une offre directement liée à l’augmentation du désir de changer de métier: l’immersion payante dans le quotidien d’un professionnel du métier qui intéresse le candidat à la reconversion. Si cette immersion est indispensable à la compréhension de la réalité du métier, faut-il pour autant avoir recours à un organisme et en payer la découverte? Tout de go: la réponse est non, pas forcément!

immersion payante, le voyage organisé de la reconversion

 

L’immersion, voyage organisé de la reconversion

C’est bien entendu une solution tentante: le gain de temps et l’économie d’énergie ne sont pas négligeables. Personne à identifier, à contacter, personne à convaincre, il suffit de régler la note et hop! Vous voilà explorant sans effort un métier qui pourrait devenir le vôtre. Et c’est là le principal avantage de cette solution.

Les organismes qui proposent de découvrir un métier moyennant finances sont un peu le voyage organisé de la reconversion: dis-moi où tu veux aller et je te fournis un séjour clé en main chez un professionnel de rêve, à toi la croisière sur le Nil, Hurghada et la vallée des rois, tu vas voir, tu vas a-do-rer.

C’est évidemment très tentant, car on pourrait croire conserver son énergie pour autre chose. Le voyage organisé, ça peut répondre aux besoins des moins aventureux, mais justement, changer de métier ne demande-t-il pas un peu d’audace, et d’sprit d’entreprise?  Le dynamisme et l’endurance nécessaires à une reconversion sont un état d’esprit qui se cultive et se travaille, pas un réservoir limité dans lequel il vaut mieux éviter de piocher. D’autre part, le voyage organisé en Egypte vous montre merveilles et des trésors, pas le quotidien des Egyptiens, l’envers du décor.

… Et c’est probablement là, dans ces deux aspects, que l’immersion payante trouve ses limites: une vision limitée et enjolivée, des aptitudes non exploitées. D’autant qu’obtenir une immersion sans rémunération auprès d’un professionnel motivé par le partage de son métier n’a rien d’impossible. Et si vous passiez au voyage indépendant de la reconversion? Vous risquez surtout d’obtenir une vision plus détaillée et plus proche de la réalité du métier…

la recpnversion en mode voyage autonome plutôt qu'organisée, au risque d'avoir une vision plus complète du métier

 

Les limites de l’immersion payante

Avant de décider d’avoir recours à l’immersion payante, autant avoir une idée précise de ses inconvénients autant que de l’avantage de gain de temps et d’énergie. Voici donc un tour d’horizon de ses limites:

 

L’absence d’expérimentation relationnelle

Le candidat à la reconversion, en s’épargnant bien des démarches, y perd aussi une formidable opportunité d’expérimenter et de tirer des enseignements relationnels cruciaux quand on se lance dans un parcours long et potentiellement semé d’embûches. Chercher une immersion pour tester le métier, c’est aussi tester ses propres capacités relationnelles et comportementales, ce qui permet au passage de les pratiquer, de les évaluer, de renforcer celles qui pêchent un poil.

A titre d’exemple, une personne un pouillème en retrait pourra trouver cette solution confortable, puisqu’elle lui évite de contacter par elle-même les professionnels. De ce fait, elle néglige là une occasion intéressante de renforcer une  confiance en soi et une assurance qui lui auraient permis d’être plus à l’aise lors d’éventuels entretiens d’embauche ou négociations avec de futurs clients.

 

La monétisation de la relation

Je suis personnellement assez dérangée par cette notion de monétisation de la relation, qui lui donne une dimension intéressée, là où l’immersion peut s’appuyer sur le désir de partage, la coopération et l’entraide de la part du professionnel qui vit de son métier, pas de l’accompagnement. A tout monétiser, bientôt c’est le voisin de palier qui a l’habitude d’arroser les plantes en votre absence qui vous demandera une contrepartie financière. Si l’idée est maligne et tentante, elle reste avant tout un concept marketing qui surfe sur le désir d’effort minimum déguisé en simplification de la vie. Mais au delà du sentiment désagréable – et fondamentalement personnel –  que me procure la monétisation des valeurs humaines, lorsque le professionnel est payé pour partager son métier, quelques questions viennent en tête:

 – Quid de l’objectivité? Le taux de reconversions menées à leur terme étant l’objectif de l’organisme, dans quelle mesure le professionnel peut-il être influencé dans l’image qu’il donne de son métier? Biaiser son discours?
 – Quid de la posture? Dans quelle mesure est-il intéressé avant tout par sa rémunération, plutôt que par la personne que vous êtes, vos aspirations? Auquel cas il risque davantage de chercher à répondre aux critères exigés par l’agence qui le paye que
 – Quid de la construction du réseau? Puisqu’il devient prestataire de service auprès de nombreux aspirants – et donc de vous – plus que pair potentiel, dans quelle mesure peut-il réellement intégrer votre réseau? Vous intégrer au sien? Nouer de véritables relations professionnelles avec vous

 

La vision tronquée et idéalisée du métier

Certaines de ces immersions s’apparentent plutôt à des stages dans lesquels vous allez être initiés à deux ou trois tâches liées au métier, ou dans lesquels on va vous exposer les différentes tâches techniques. Vous aurez peu de chances de voir la globalité de la profession en question, pendant que vous êtes occupés les mains dans le pétrin, ou à observer la découpe, la piqué et le montage d’une chaussure, vous ne verrez ni les négociations avec les fournisseurs, ni les heures de paperasse, ni la partie commerciale… pratique pour vous donner une belle image du métier, et super pratique pour vous plonger dans un syndrome de la chambre d’hôte: la vision partielle d’une profession. Voir:

Syndrome de la chambre d'hôt: travailler moins travailler mieux ou illusion du métier idéalisé

C’est à mon avis le plus gros risque de ces immersions payantes qui vous promettent de “tester le métier”, ce survol accéléré et parfois éloigné de la réalité, responsable de l’écrasante majorité des sentiments de reconversion ratée, lorsque celle-ci est due à un quotidien professionnel très éloigné de l’idée qu’on s’en faisait.

 

L’absence de choix

Le professionnel désigné par l’organisme peut, potentiellement, ne pas correspondre au choix que vous auriez fait par vous-même, en terme de personnalité, de façon de vivre son métier etc.

 

Le coût

Ces immersions payantes étaient autrefois onéreuses et il fallait rapidement débourser 3000€ pour passer trois jours avec un pro. Aujourd’hui, ce qu’on trouve ressemble à des visites payantes avec un guide, aux tarifs très bas (aux alentours de 50€ la demi-journée) Gageons que vous en aurez pour votre argent et que vous aurez tout compris des tenants et aboutissants d’un métier comme prof de yoga en 3 heures, avec un professionnel qui vous aura très largement expliqué les difficultés à vivre de ce métier et comment les dépasser (lui ne les ayant pas forcément dépassées, puisqu’il arrondit ses fins de mois avec vous)^^

reconversion immersion3

 

Recherche individuelle d’une immersion

Tous mes clients en reconversion qui ont fait une immersion avec un professionnel du métier qu’ils voulaient découvrir l’ont trouvée par eux-mêmes, sans contrepartie financière et sans trop de difficultés. Il est donc possible de préférer au voyage organisé le couchsurfing de la reconversion et de tester le métier avec des professionnels simplement heureux de vous faire partager leur quotidien.

Cette solution paraît d’emblée plus compliquée et est à l’évidence plus exigeante. Pourtant, elle présente de nombreux avantages justement parce qu’elle est exigeante. Car pour revenir à notre métaphore voyageuse, c’est bien connu: partir à l’aventure demande plus de ressources et de débrouillardise, mais coûte sensiblement moins cher.

De même tout le parcours de reconversion demande une endurance et des compétences relationnelles et comportementales qui se renforcent uniquement par la pratique et elle est précisément une occasion en or de le faire. Passons donc en revue ses bénéfices, et nous aurons l’occasion de revenir sur les obstacles potentiels dans le billet consacré à la préparation de l’immersion.

 

La gratuité

C’était une question intéressante à l’époque où ces immersions étaient coûteuses, ça l’est sans doute moins maintenant, cependant gardez en tête la relation purement désintéressée est directement liée à votre capacité à convaincre et à l’envie du professionnel de faire partager son quotidien.

 

Le libre choix du professionnel

En cherchant une immersion par vous-même, vous allez pouvoir sélectionner, parmi plusieurs professionnels, celui avec lequel vous aurez envie de passer quelques jours à la découverte du métier, et ce en fonction de critères que vous aurez vous-mêmes posés: personnalité, état d’esprit, type de pratique de son métier, localisation etc.

 

Le libre choix de ce que vous observez

Cette immersion n’est en aucun cas un stage d’initiation, ou une stage tout court (qui se font dans le cadre d’une formation et nécessitent une convention).

Ce sont de simples périodes courtes d’observation qui vous permettent de choisir toutes les facettes du quotidien professionnel que vous avez besoin de comprendre et d’analyser de près pour voir comment vous pouvez vivre ce métier, y compris en l’adaptant en fonction de vos propres besoins. Vous pouvez discuter avec le professionnel des aspects que vous voulez pouvoir observer pendant votre immersion.

 

Le renforcement relationnel et comportemental

L’énorme avantage d’une recherche personnelle d’une immersion, c’est qu’en plus d’être gratuite, elle est une opportunité de tester tout un tas de compétences essentielles lors d’une telle transition de carrière, et en particulier les compétences relationnelles. Cette recherche individuelle permet d’évaluer et de pratiquer votre capacité à:

– Dépasser une éventuelle retenue, voire la timidité, gagner en confiance
– Monter des plans d’action
– Nouer des liens professionnels dans un domaine différent du vôtre et comprendre son fonctionnement
– Etre convaincant, développer une posture relationnelle forte, gagner en assurance
– Rebondir émmotionnellement face aux éventuels refus – ce qui constitue une excellente préparation pour les obstacles potentiels à venir
– Faire preuve d’endurance, de persévérance, de dynamisme
– Evaluer et adapter ses stratégies, en tirer des leçons pour améliorer l’action
– Capitaliser sur les mises en action pour renforcer la valorisation et l’estime de soi
– etc.

l'estime de soi: méldie de soi-même qui chante l'harmonie de nos ressources internes

Vous l’aurez compris, je ne suis pas fervente adepte d’une solution payante qui ne favorise pas la construction et l’entretien d’un état d’esprit dynamique et entreprenant indispensable à la réussite d’un projet ambitieux comme une reconversion professionnelle dune part, et ne donne qu’une image superficielle du métier d’autre part. Les étapes par trop paresseuses ne sont pas de mon goût lorsque la suite de l’itinéraire va se révéler exigeant et nécessiter une bonne dose d’entraînement.

Mes clients procèdent tous à une ou plusieurs immersion(s) qui dure(nt), selon leur temps disponible et leurs besoins, entre trois et 15 jours, voire parfois beaucoup plus longtemps (le cadre juridique étant alors celui d’un stage) et l’immersion n’est qu’une partie des expérimentations liées à l’enquête métier qui va leur permettre de déterminer si un job est fait pour eux ou pas.

Cependant, il est possible d’admettre qu’une étape dans un fauteuil corresponde aux besoins d’un candidat à la reconversion. A chacun donc d’évaluer le véritable besoin et les bénéfices que représentent ces deux options pour lui-même;)

 

 

Voir aussi

Relation à soi, relation aux autres, le cocktail indispensable
Age, métier et reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle et croyances limitantes
Reconversion professionnelle: explorer les secteurs d’activité
Reconversion professionnelle : 6 point indispensables à traiter
Un nouveau regard sur la reconversion professionnelle?
Comment annoncer son désir de reconversion à son employeur ?
Reconversion et imagerie sylvestre

 

Aller plus loin

Vous avez un projet de reconversion et voulez mettre toutes les chances de votre côté pour le mener à bien? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

Publicité

6 Comments

  • Lucas dit :

    Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt votre article. Je suis assez d’accord avec vous sur l’idée de trouver par soi-même un professionnel qui voudra partager avec vous son expérience sans entrer dans une relation biaisée/monétisée.
    Par contre je me pose la question de la faisabilité de cet échange gratuit dans un métier qui peut comporter des “risques” professionnels.
    Pour être plus clair, j’aimerais tenter un jour l’expérience d’une immersion chez un pâtissier mais ne faut-il pas au préalable être couvert par une assurance, ainsi que le professionnel, en cas d’accident de travail (four pour le cas du patissier)?
    Ne faut-il pas aussi envisager un “engagement” signé par les deux partis qui couvrirait le professionnel en cas de contrôle pour ne pas être assimilé à un travailleur non déclaré?
    En effet, étant sorti du système scolaire, je ne pourrais obtenir un document type “convention de stage”.

    Merci d’avance pour votre réponse.

    Bien cordialement,

    Lucas

    • Bonjour Lucas, effectivement dès lors que vous n’êtes pas dans le cadre d’une formation, il ne s’agit pas d’un stage et il n’y a pas de convention de stage. L’assurance est en effet indispensable, on ne sait jamais ce qui peut se produire, même si en tant qu’observateur vous n’êtes pas censé prendre en charge des tâches professionnelles qu’elles qu’elles soient. Si vous prenez des tâches en charge, vous devenez de facto un travailleur et je ne crois pas qu’un engagement signé par les deux parties soit suffisant.

  • Y-Lan dit :

    Très intéressant cet article. Je ne connaissais pas du tout cette possibilité de faire des immersions payantes, on m’en a parlé hier et je suis tombée sur votre site en cherchant “tester un métier sur Internet”. Depuis quelques semaines, je contacte des personnes inspirantes pour déjeuner avec elles et je suis plutôt bien reçue. Je les interroge sur leurs métiers mais je n’ai pas encore eu l’occasion de demander si je pouvais passer + de temps avec elles et voir leurs quotidiens mais je pense que ce sera la prochaine étape. En tout cas, je n’ai pas le souci de la timidité ni la peur du refus. Et je suis effectivement adepte de couchsurfing plutôt que voyage organisé (ce qui n’est pas étonnant n’est-ce pas ?)

    • Bonjour Y-Lan,
      Avec tout ça, vous n’aurez aucune difficulté à trouver la ou les immersion(s) dont vous aurez besoin! Il suffit d’oser pour se rendre compte à quel point les professionnels sont disposés à donner un coup de main et à montrer leur métier. Je vous souhaite de belles immersions!

  • Ness dit :

    Bonjour Sylvaine,

    Merci, merci, un grand merci pour votre article super intéressant! Depuis le temps que je cherchais une réponse à mes questions.
    Je suis salarié mais je souhaite découvrir un nouveau métier pour élargir mon domaine de compétences sans passer par un organisme de formation (refus de la prise en charge de mon employeur).
    En effet, je suis titulaire du BTS comptabilité et Gestion avec 15ans d’expérience.
    Je souhaite découvrir le domaine des Ressources Humaines notamment la partie administrative.

    Quel conseil pouvez vous me donner pour aborder l’immersion aux professionnels? Comment prospecter?
    Je souhaite vraiment donner un souffle à mon parcours professionnel.
    Dans l’attente de votre réponse.

    Cordialement
    Ness

    • Bonjour Ness, pour rencontrer des RH et pouvoir faire une immersion avec, Linkedin est un excellent moyen de rentrer en contact avec eux pour ensuite leur expliquer votre démarche avec authenticité et simplicité, franc du collier! Dans une certaine mesure, Twitter est aussi un bon biais, les échanges par affinités y fonctionnent très bien et de nobmreux RH y sont actifs;) Bonne recherche!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *