Soleil trompeur: gérer la déception

Related Posts with ThumbnailsSylvaine Pascual – Publié dans: Comprendre les émotions

 

 Le prince est un crapaud? La déesse une harpie? Le job en or un aller simple pour le placard? On espérait décrocher la lune, et on s’est bien fait avoir: en fait c’est un petit bout de métal rouillé.

 

Ce joli vin sera-t-il à la hauteur de son étiquette?
Nul besoin d’un doctorat en mathématiques pour saisir toute la subtilité de l’équation: la déception est directement proportionnelle aux attentes que nous avions face à la situation en question.
La déception, c’est l’insatisfaction qui survient suite à un double phénomène: nous attendons quelque chose d’une situation et nous ne sommes pas maître de son dénouement/déroulement.
Effectivement, depuis la démission de Madame Soleil, il est difficile de présager de l’avenir. Nous pouvons travailler à construire, à obtenir quelque chose, cependant certains éléments échappent à notre contrôle, en particulier si un ou plusieurs tierce(s) personnes sont incluses dans le projet.
Et inutile de trépigner comme un gosse capricieux, plein de ses illusions de toute puissance et prêt à manipulertout ce qui bouge: comme le dit une expression anglaise, on peut mener le cheval à la rivière, mais on ne peut pas l’obliger à boire. En d’autres termes, si la satisfaction de notre désir passe par le bon vouloir d’une tierce personne, nous n’avons aucune garantie de résultat, et nous ne pouvons pas obtenir d’elle ce qu’elle ne peut ou ne veut pas nous donner (un job/de l’amour/sa super bagnole etc.).
Ainsi certaines déceptions sont courues d’avance: si vous espérez par exemple combler un besoin par l’intermédiaire d’une autre personne, c’est à dire si vous accordez à quelqu’un d’autre la responsabilité et le pouvoir de vous rendre heureux ou malheureux, de vous donner confiance en vous, bref, tout ce qui vous met en situation de dépendance vis à vis d’autrui.

Auto coaching: gérer la déception

La déception n’est pas une émotion. C’est un sentiment qui s’accompagne d’émotions (tristesse, colère etc…), et celles-ci sont pleines d’enseignements sur les besoins non satisfaits qui motivent nos attentes.
En cas de décepion, observez vos émotions et cherchez leur message: comment pouvez-vous combler ce besoin autrement?Auto coaching: minimiser les attentes pour prévenir la déception

Comment ne pas se laisser éblouir par le soleil trompeur de nos propres attentes?
Commençons par nous rappeler que nous ne sommes pas déçu(e)s par l’autre, que ce sont bien nos attentes qui ne sont pas satisfaites.
Pour minimiser les chances de déception, allègeons nos attentes et préparons un plan B. qui limite la pression et diminue l’insatisfaction de la stratégie qui ne fonctionne pas, puisqu’on a une autre solution sous le coude.
Face à une situation donnée: qu’attendez-vous, exactement?
Qu’est ce que ça vous apportera?
Quels sont les autres moyens d’obtenir ces bénéfices?
Que mettrez-vous en place au cas où la situation ne fonctionne pas comme vous le souhaitez?

Voir aussi:

Emotions et pseudo-émotions
Nos émotions nous parlent de nous
Les émotions: amies fidèles ou ennemies incapacitantes?
Rôle des émotions: tristesse et manque affectif

Les dossiers d’Ithaque: Comprendre les émotions

Publicité

9 Comments

  • philippe dit :

    darling, attention tu vas finir par coacher en causant manière tonton flingeuse LOL, n’empêche moi je suis déçu tous les débuts de mois (ma pension) donc je vas aller élever des biquettes na

    bisous darling 

  • MADmoiselle dit :

    Diificile à gérer effectivement ; surtout quand on part du principe que pour que des choses positives nous arrivent, il faut penser positif.
    Mais bon, penser positif, ça ne veut pas non plus dire être naïf. Le tout est de pas se faire d’illusions quand la chose souhaitée est impossible. Il faut être au courant des probabilités pour que ça arrive et là, tout faire pour mettre toutes les chances de son côté.

    Et puis si malheureusement ce qu’on espère n’arrive pas, il faut savoir se dire, c’est pas grave, je vais faire autrement ou autre chose : rebondir quoi, et ne pas rester au creux de la vague.

  • wizzil dit :

    pas évident à gérer…
    car dans l’absolu, quand on désire vraiment quelque chose, il faut y croire totalement, agir comme si c’était déjà réalisé ; si on pense à un plan B, c’est qu’on croit à la possibilité de l’échec
    Mais bon, j’avoue que je pense toujours à un plan B aussi, même inconsciemment 😉
    Et puis il faut considérer aussi que nos désirs ne sont pas toujours ce qui convient le mieux pour nous, et des fois on est bien content qu’ils ne se soient pas réalisés, car quelque chose de meilleur nous arrive juste après !

    Et tu es la bienvenue dans la communauté des “choses de la vie”, à laquelle tu vas amener beaucoup de positif !  j’espère que cela sera également positif pour toi (non, je rectifie : j’en suis sûre

    Je te souhaite une belle journée 🙂

  • nanet-frog dit :

    LA MUSIQUE  (Charles Baudelaire) 

     

    La musique souvent me prend comme une mer !
             Vers ma pâle étoile,
    Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
             Je mets à la voile

    La poitrine en avant et les poumons gonflés
             Comme de la toile,
    J’escalade le dos des flots amoncelés
             Que la nuit me voile ;

    Je sens vibrer en moi toutes les passions
              D’un vaisseau qui souffre ;
    Le bon vent, la tempête et ses convulsions
              Sur l’immense gouffre
    Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir               
              De mon désespoir !

    ( Les Fleurs du mal )

    Petit coucou en passant (et votant)

    Pas de decptionen moi ces temps ci… juste des envies que je tente de réaliser doucement.

    biz

  • philippe dit :

    ma petite wizzil m’inquiète quand je lis son commentaire, va falloir que je retourne la voir LOL, comment vas tu darling chérie,, enfin non elle m’inquiète pas, elle est belle et moi un peu con, je suis bienheureux (merde j’ai jamais de plan B moi, flûte c’est quoi un plan B, pas besoin avec ma wizz, j’ose même pas penser à ça)

    bisous darling

    ce commentaire a été écrit dans un état second 

  • philippe dit :

    j’ai un truc à dire(oui je sais c’est pas tous les jours), notre bonne société a du mal à accepter sa propre mutation, en soi le travail ne devrait plus être considéré comme une valeur mais juste un moyen honnête mais malheureusement pas toujours sain d’arriver à s réaliser, la société mute et devient société de loisirs, c’est vers ça qu’on tend, indéniablement, le capitalisme à outrance a montré ses limites, il serait grand temps que des personnes réfléchissent à cela, et donnent les moyens à toutes les personnes, toutes les strates de la population, pour devenir des acteurs actifs et joyeux de ce changement, les solutions existent mais là c’est de la politique et ce n’est pas l’endroit pour en discuter bien qu’au départ cela ne signifie que la vie de la cité, je dis “que” volaontairement, politique est devenu emploi et non plus idéalement vocation…

  • clementine dit :

    déception ?
    parfois, c’est une accumulation de déceptions.. des strates.. qui n’en finissent pas.. mais si tu dis que tu as ennuis, personne ne te croit.. alors.. vaut mieux rester chez soi..
    clem

  • Eric dit :

    Le plus difficile, ce n’est peut-être pas la déception, mais la frustration. Le fait que les choses se révèlent plus ardues que prévu.

  • HB le dit :

    Le point de vue est intéressant et nous replace au centre de notre propre vie. Ma déception est donc mienne et personne d’autre que moi ne m’en dépossèdera. De même que personne d’autre que moi ne m’accordera ce que je désire, et mon désir de l’autre ne le rend pas redevable vis à vis de moi.
    En cessant d’attendre, on ne fait plus que recevoir. Prometteuse perspective…
    Merci pour ces leçons de vie, distillées avec tant de légèreté. Cela ne se voit probablement pas à mon style un peu guindé, mais j’apprécie cet humour, dans un milieu qui se prend souvent au sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *