Les relations difficiles: le triangle de Karpman

reconnaitre les roles relationnels victime sauveur persecuteur

 

Nos relations s’expriment parfois comme une sorte de série B sinistre et même violente où, en fonction des circonstances et des interlocuteurs, chaque protagoniste adopte inconsciemment un rôle dramatisé à souhait. Ces rôles relationnels, théorisés par Karpman dans les années soixante, se retrouvent curieusement schématisés dans les… dessins animés: le Persécuteur, la Victime et le Sauveur.

 

reconnaitre les roles relationnels victime sauveur persecuteur

 

Un jeu relationnel sinistre… et épuisant

Nous avons souvent un rôle dominant, mais passons aussi de l’un à l’autre, parfois très rapidement, au cours d’une seule conversation. Ces rôles bloquent l’évolution de la relation, aucun n’est meilleur ou pire qu’un autre, et ils se nourrissent d’un mélange de peur et de manque d’estime ou de confiance en soi. Ces rôles peuvent générer beaucoup de stress et engloutir des quantités d’énergie. L’idée générale est double:
  1. D’apprendre à repérer le rôle que nous jouons car cela nous permet d’en sortir, tout simplement, afin de prendre sa vraie place dans la relation.
  2. D’apprendre à repérer le fonctionnement habituel de nos interlocuteurs afin d’éviter de rentrer dans leur jeu.

Le développement de l’estime de soi, de l’affirmation de soi et de la communication assertive sont d’excellents moyens pour y parvenir et de sortir de comportements inopérants, sauf à nourrir le ver dans la pomme de discorde.

La peur et ll'égo, vers dans le fruit de nos relations

 

Triangle et relations professionnelles

Les relations professionnelles, qui s’inscrivent aussi fréquemment dans le triangle, sont davantage compliquées par les positions hiérarchiques, qui peuvent en renforcer les caractéristiques et les rendre extrêmement stressantes. Voici trois portraits tout à fait schématiques de nos héros du jour. Attention, il ne s’agit pas de nous auto-flageller en se disant qu’alors tout est de notre faute. Il faut deux personnes pour avoir un relation, chacun à sa part de responsabilité et ne peut agir que sur elle.

 

1- Le Persecuteur: Cruella nous voilà

persécuteurLe persécuteur, par crainte des échanges d’une relation qui l’inquiète, a besoin de dominer. Il construit son estime de soi aux dépends de l’autre. Pour cela, il établit les règles, décide, dirige et corrige à la moindre erreur. Il ne pardonne pas le plus petit écart et n’hésite pas alors à tenir des propos désobligeants, dévalorisants, voire humiliants, à faire des critiques destructrices, à mettre son interlocuteur en position d’infériorité, à manipuler, à culpabiliser. Insultes, menaces, harcèlement, colère peuvent faire partie de son attirail de parfait petit persécuteur.

Ne nous y trompons pas, notre épouvantable persécuteur cache une personne pétrifiée de trouille face aux relations. C’est souvent un sauveur déçu qui, ne sachant plus comment s’y prendre, emploie la manière forte, ou une victime qui a décidé de se protéger. Et dans la vraie vie, il ressemble plus à Hermione Granger, au Dr House ou à Madame Olson qu’à une méchante de dessin animé^^

 

2- Le Sauveur: Zorro est arrivé

Comment jouer les sauveurs peut nuire à la recherche d'emploiLe sauveur se construit une image acceptable de lui-même en volant à la rescousse de la veuve et de l’orphelin avec altruisme et générosité. Plutôt sympa, à première vue, non?
Le problème, c’est qu’en réalité, la détresse d’autrui provoque un mal être chez notre Zorro, ce qui le pousse à intervenir dans la vie d’autrui, plein de bonnes intentions, persuadé qu’il DOIT aider, et du coup à se positionner en protecteur, conseiller, expert, justicier… y compris quand on ne lui a rien demandé.

Malheureusement, ce rôle est infantilisant pour l’interlocuteur, qui va finir par prendre ses jambes à son cou, laissant notre Zorro tout déçu devant l’absence totale de reconnaissance, ce qui peut le pousser à devenir persécuteur ou victime.

 

3- La Victime: Cendrillon, Caliméro et compagnie

Notre coté victime peut nuire à la recherche d'emploiLe rôle de victime est de loin le plus fréquent. Attention, ne confondons pas le rôle relationnel de victime avec le statut (victime d’un accident, d’un cambriolage…)
Notre victime, c’est Cendrillon tout craché. Elle a le sentiment que ce qui lui arrive n’est pas de sa faute, elle subit des circonstances et des personnes négatives. Elle a souvent l’impression d’être agressée, manipulée, et de rester impuissante. Elle peut alors se laisser diriger, mener contre son gré sans rien dire ou en se plaignant à des tiers. La victime cède sa part de responsabilité dans la relation à son interlocuteur.

C’est un rôle fortement encouragé par l’éducation (on DOIT écouter ses parents, professeurs… sans répondre), poussant ainsi à subir Sauveurs et Persécuteurs sans moufter.
Si l’on reprend l’exemple de Cendrillon, c’est aussi un rôle faussement confortable: il attire l’attention et évite la remise en question. Il révèle que notre victime s’accorde moins de valeur qu’elle n’en a et que sa tendance à se dévaloriser n’aide pas le passage à l’action.

 

Et vous, dans quel(s) rôle(s) vous reconnaissez-vous?
Avec qui? 
Dans quels types de situation?
Quels rôles vos interlocuteurs jouent-ils?

 

Voir aussi

Les relations professionnelles difficiles
Les relations difficiles: sortir du triangle
Triangle de Karpman: quand Little Miss Sauveur tombe sur un o(ur)s
Conflit, collaboration et lecture émotionnelle
La lecture émotionnelle au service des relations
Relations: hérisson et paillasson
La colère, paravent du même pas peur, même pas mal
12 pistes pour reconstruire la confiance après un conflit
Guide de survie aux abrutis: le bocal à con
Job idéal & vitamines mentales: Florence et la lecture émotionnelle

 

Aller plus loin

Vous voulez construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

Publicité

15 Comments

  • Ninegoal dit :

    malheureusement, on trouve cela de plus en plus souvent dans notre société … en particulier dans le domaine de la politique

  • kassie95 dit :

    Ton article est super, je pense que cela pourra en aider beaucoup, j’ai fait le point et dis clairement ce que je pensais, depuis j’ai une paix royale pourvu que ça dure, ce qui ne l’empêche pas de se défouler sur d’autres. Un petit coup de gueule de temps en temps, c’est assez sain non ? Bonne soirée

  • Floralia dit :

    Votre article est très intéressant. Il met en évidence une chose, je ne sais pas si elle est vraie, mais les trois types de comportements aboutissent d’un de ces comportements basiques “déçu”. Comme si les gens avaient un comportement de base, et en changeaient pour un autre…  Est-ce le cas ?

    Et y a-t-il d’autres comportements que ces trois-là qui peuvent entrer en ligne de compte ?

  • frdz l dit :

    Bonjour,

    Et merci pour cet article, cela me permets d’identifier plus clairement les rôles que je joue ou que certain joue, en tout cas d’y mettre des mots et une forme concrète.

    la question qui me vient, sortons nous de ces trois roles des fois ? ou la communication n’est faite que d’échanges de ce type ?

    merci, vraiment excellent blog, les mots et les idées sont clairs et surtout accessible à beaucoup je pense.

  • Anna l dit :

    J’ai découvert votre site par hasard vendredi dernier et je l’ai dévoré toute l’après-midi. Maintenant que je suis repue d’informations qui m’ont fait un bien fou et m’ont permis d’enfin identifier et mettre des noms clairs sur certaines de mes attitudes, j’aimerais vous poser une question concernant le triangle de Karpman. Je me suis rendue compte, il y a quelques temps  que je débute toutes mes relations dans la position du “sauveur”. Élevée en Afrique, je viens d’une culture communautaire où les rôles sont attribués dès l’enfance: celui qui réussit le mieux doit assumer les rôles de “sauveur” ou de “persécuteur”, et ça ne dérange personne. C’est une société où l’entraide, la solidarité, voire le sacrifice de soi pour le bien commun, sont valorisés. Et personne ne s’en porte mal. Puis j’arrive en Amérique du Nord, société très individualiste par excellence; l’Europe de l’Ouest, c’est de la gnognotte à côté. Et automatiquement, je me mets dans la position du sauveur, mais disons plutôt du Messie dans mon cas, car je suis très croyante et pour moi, c’est: “Si Jésus le fils de Dieu s’est mis au service de ses disciples, en allant même jusqu’à leur laver le pied, je dois en faire de même.” Mais ici, en Amérique, on s’en fiche de tout ça: c’est chacun, son bifteck et c’est “si je ne t’ai rien demandé, que tu veux m’en donner plus, ben, je me sers et voilà…”. Du coup, de “sauveur”, je suis passée à “victime” puis la frustration m’a conduit à la position de “persécuteur”.

    Tant que je vivais en Afrique, dans une société où l’individualisme n’a pas sa place, je me sentais normale et absolument pas en décalage. Mais, dans une société aux codes sociaux différents, le triangle de Karpman me permet de comprendre ce que je fais “mal”. Toutefois, quand j’interagis avec mes proches restés en Afrique, et qu’ils se comportent selon des schémas que j’identifie et qualifie maintenant, soit de “persécuteur” ou de “sauveur”, je vois qu’ils sont désarçonnés par mes réactions de “rejet” car dans ma tête, c’est: “Cette dynamique est dysfonctionnelle et m’enferme dans des schémas qui ne me permettent pas d’évoluer, du moins dans la société dans laquelle je vis”. Alors, après cette looogue mise en contexte, cette histoire de triangle de Karpman, on ne peut pas dire que c’est une réalité universelle qui s’applique à toutes les sociétés humaines? Ça marche pour les sociétés occidentales, urbaines, individualistes, modernes mais je ne crois pas que ça marcherait pas pour des gens vivant au fin fond de l’Amazonie, de l’Océanie ou de l’Afrique. Qu’en dites-vous?

    • louise nadeau dit :

      Quelle bel article ou opinion sur le sauveur ou l’esclave
      que nous sommes souvent devenus des objets auprès
      de certains manipulateurs qui sont constamment autour
      de nous sans qu’on fasse fût de leur présence mais ce sont
      des invisibles tout en étant à la fois des perturbateurs,c’est
      agréable de lire ou de s’imprégner et ingurgiter des bonnes
      sources pour nourrir notre cerveau et rajeunir son esprit.
      Un partage sain et pur pour notre propre personne avant
      tout et ensuite pouvoir le transmettre à notre tour en ayant bien sûr le privilège de choisir les tranmissions
      valabes(personnes clés) qui le feront aussi un jour ou l’autre.Je suis nord
      américaine et vit en même temps dans le contexte du travail en Afrique,j’ai bien avalé le pire de cette emprise
      familiale qui s’accapare de la proie du sauveur et comme
      une sangsue ne se décolle plus,grâce à une force nous
      pouvons nous en éloigner discrètement.

  • EC dit :

    Je voudrais lire les articles auxquels renvoient les liens en bas de celui ci, ils ont l’ai tres utiles. Mais led lins renvoient a la page “Le blog demande n’existe pas”.
    Est il possible de reparer cela ? Merci.

  • Cathala dit :

    Bonjour Sylvaine,
    J’ai beaucoup apprécié cet article, clair, didactique, et le ton humoristique qui fait qu’on apprend, qu’on se questionne sans se prendre au sérieux. A la lecture de votre blog, j’ai l’impression que c’est un peu votre signature : clarté du propos, souci de transmettre et ton enjoué ! Olé ! L’écriture, la lecture et l’apprentissage redeviennent ce qu’ils ne devraient cesser d’être : un JEU ! J’aime ça 😉
    C’est par cet article que j’ai découvert votre blog voici quelques jours… Comment, Pourquoi ? Parce que j’anime un “café psy” à Nantes et que le thème du 6 juin 2016 sera “Victime, bourreau, sauveur”, le triangle de Karpman ! Je surfais sur la toile pour m’ébouriffer l’esprit en vue d’écrire mon “pitch” quand je suis tombé sur votre article ;-).
    Attiré par la richesse du contenu et par le design du site, je me suis pris à lire d’autres choses et c’est ainsi que j’ai découvert dans le dernier billet en date qu’Ithaque cherchait un complice…
    Je me suis dit, tiens ! Coïncidence ou synchronicité ? Je ne sais et peu importe, je trouve intéressant le parcours, quelque en soit l’issue. Pour ma part, votre façon de rédiger m’intrigue assez et je me sens curieux de vous rencontrer et de papoter vision et méthodes de travail. Bonne journée, Florent 😉

    • Il se passe des tas de choses épatantes à Nantes! La fabrique du changement, le HackHR, les apérosRH et j’en passe et j’apprends qu’il y a aussi des café-psy, j’aime l’idée!
      Je suis ravie que cet ebook puisse être utile et oui, faisons du je un jeu, se prendre au sérieux, c’est immensément fatigant! Je suis convaincue qu’on peut travailler sur des choses très complexes comme le projet de reconversion d’un multipotentialiste en pleine dévalorisation par exemple, avec humour et décontraction, ça évite de dramatiser et ça permet d’aller loin avec plaisir et légèreté.
      Et nous aurons peut-être la possibilité de nous rencontrer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *