10 points indispensables pour réussir sa reconversion

10 points à traiter pour réussir sa reconversion

Réussir une reconversion, c’est certainement un processus opérationnel, mais c’est aussi un itinéraire personnel motivé par le désir de travailler mieux et vivre mieux, en fonction de nos propres désirs et aspirations, dans un métier qui a du sens et qui répond à nos attentes. Vous voilà prêt(e) à troquer une vie professionnelle de chien contre un job de rêve? Voici 10 éléments essentiels à traiter et à intégrer dans le projet;)

10 points à traiter pour réussir sa reconversion

 

10 points essentiels à traiter pour réussir sa reconversion

Ces 10 points à traiter concernent toutes les reconversions et s’adressent à tous ceux qui ont identifié une voie de reconversion, qu’elle soit:

– Un métier défini précisément
– Un métier choisi comme une direction, une matière à modeler au fur et à mesure pour l’hybrider au gré des envies (le cas pour la plupart des multipotentiels, de ceux qui n’ont pas de vocation, s’intéressent à beaucoup de choses et ont besoin de stimulation et de renouvellement)
– Un métier passion, qui professionnalise une activité dans laquelle on est très impliqué (beaucoup plus rare qu’on ne le croit)
– Une création d’entreprise (qui peut concerner les trois pistes précédentes)

 

Réussir sa reconversion: 10 points à traiter absolument

Je vous les ai mis en vrac parce qu’ils ont tous une importance égale dans la réussite de votre bifurcation professionnelle d’une part, et qu’ils ne sont pas des étapes d’autres part, ils se travaillent en même temps. Ce qui peut paraître une mauvaise nouvelle mais au fond en est une bonne: le temps de la réflexion est donc relativement long, comme la maturation d’un bon vin, parce qu’une reconversion grand Bourgogne c’est mieux qu’un changement de métier Beaujolais nouveau! Et la deuxième raison, c’est que s’il fallait prioriser et travailler ces points les uns après les autres, au moment d’aborder le point 4, le travail sur le point 1 serait déjà obsolète et puis la reconversion hors d’âge, ça finirait par avoir un goût douteux;)

Comme vous pourrez le constater, ces points fonctionnent comme des vases communicants et s’alimentent entre eux, les uns mettent des aptitudes et des informations à la disposition des autres et inversement, ce qui les amène à construire un tout – un vous;) – cohérent et solide à l’intérieur duquel la cohabitation et la collaboration fonctionnent, au profit de votre projet et au bénéfice de votre plaisir au travail et d’une estime de vous qui rend plus fort et plus heureux.

6 de ces points avaient été développés dans un billet précédent, les 4 autres feront l’objet d’un billet à venir;)

Voici une synthèse et des liens pour découvrir comment traiter ces 10 points indispensables à la réussite de votre changement de carrière

 

1- Le plan B

Le point que les candidats à la reconversion apprécient souvent peu, parce qu’ils mettent beaucoup d’espoir dans leur changement de métier et du coup ne veulent pas envisager la possibilité d’avoir à y renoncer. C’est justement ça le problème: à mettre tous ses œufs dans le même panier, on génère une pression qui rend bien plus difficile la concrétisation de son job rêvé. Alors autant commencer par soulager une part de pression en sachant que même si l’on fait un grand saut dans le vide, on part avec un parachute qui assure de retomber sur ses pieds quoi qu’il arrive. Parce que ça libère de l’espace dans votre disque dur et que ça dénoue les nœuds de vos neurones. Autant donc commencer par là;)

 

2- Les désirs et appétences

Les appétences, ce sont les compétences qu’on aime exploiter, les tâches que l’on aime faire et comment on aime les faire. C’est aussi les interlocuteurs qu’on apprécie, les ambiances qui nous conviennent, les environnements favorables pour nous. Les désirs et appétences sont les expressions singulières, uniques et personnelles des besoins professionnels. Ainsi par exemple, on trouve dans de nombreuses publications sur le plaisir au travail l’autonomie en bonne place. A juste titre, puis que selon la théorie de l’auto-détermination, c’est un besoin universel. Mais l’autonomie est un concept très vague en termes de nature et d’ampleur et il est important de l’évaluer précisément pour pouvoir mesurer les probabilités qu’un job ou un métier donné nous convienne ou pas.

Les reconversions ratées sont souvent le fruit d’un manque de hauteur de vue autant sur les désirs et appétences du candidat qui va construire un projet tronqué et inversement un projet de reconversion qui s’appuie sur les appétences favorise l’élaboration d’une vie professionnelle qui parle aux tripes, avec tous les bénéfices en termes d’énergie, de motivation et d’enthousiasme.

les appétences favorisent le plaisir de travailler

 

3- Le job crafting

Le job crafting est l’un des grands oubliés de l’accompagnement à la reconversion. Pourtant, aucun métier, aucune fonction ne rend heureux(se) par nature, le plaisir qu’on prend à travailler tient aux conditions d’exercices et à l’aptitude à les adapter en fonction de nos appétences. Ce qui signifie identifier les désirs professionnels et mettre en oeuvre les ajustements nécessaires selon la marge de manœuvre dont on dispose. Un exemple épatant est celui de Daniel le boulanger:

assurer un amour du métier solide et durable

 

4- L’estime de soi

Sans une estime de soi solide, nous peinons à mener nos projet. Inversement, une estime stable a des bénéfices essentiels:
confiance en soi, endurance, capacité à rebondir, à se débarrasser des entraves (héritages familiaux, commentaires et conseils de l’entourage etc.). L’idée de notre propre valeur en tant qu’être humain unique, étrange et merveilleux, indépendamment de nos réussites et de nos échecs, est le socle sur lequel se construisent les grands chantiers de nos vies. La renforcer pas à pas permet de rebondir sans se dévaloriser et aide à développer une posture relationnelle élégante et plus affirmée.

l'assurance sereine de celui qui sait ce qu'il a à faire et comment il va s'y prendre

 

5- La posture relationnelle

Comprendre les positionnements dans la relation et maîtriser une communication élégante pour savoir s’affirmer, gérer les casse-pieds et les épouvantails, emmener son entourage, convaincre les interlocuteurs professionnels, développer son réseau et plus généralement entretenir des relations professionnelles agréables sans reproduire les difficultés déjà rencontrées dans le travail (les jeux de pouvoir délétères, les relations difficiles avec nos abrutis de boulot etc.).

triplette élégance relationnelle

 

6- L’entourage

Savoir comment réagir avec les casse-pieds, les épouvantails, les bons conseilleurs à qui on n’a rien demandé, avec élégance et décontraction, de façon à s’éviter les pertes d’énergie tout en préservant les relations.

Savoir à qui on peut parler de quoi, qui sont les personnes ressources dans notre entourage, ceux qui savent nous soutenir inconditionnellement mais sans complaisance, ceux dont nous apprécions les conseils avisés etc. Bref, tous ceux qui savent nous accompagner dans les grands chantiers de nos vies.

Savoir aussi prendre soin des besoins et idées de ceux qui vivent avec nous pour qu’ils le vivent avec nous plutôt que de générer du ressentiment.

Pour éviter les déceptions et les mausaises oreilles, mieux vaut choisir de quoi on parle à qui

 

7- La faisabilité

Devenir un vrai connaisseur du métier dans lequel on veut se reconvertir, comment il peut s’exercer, les entreprises, les professionnels, les déploiements, les évolutions et hybridations possibles, les perspectives de carrière, les revenus potentiels, mais aussi les exigences, les formations nécessaires, les diverses facettes du métier. Bref, mener un enquête soigneuse et détaillée pour pouvoir déterminer la faisabilité du projet en fonction de vous, de vos appétences et de vos ressources (matérielles et psychologiques).

Ce point inclue le droit au renoncement, au cas où le projet exige des compétences que vous détestez, des formations incompatibles avec vos besoins, des perspectives de carrière trop étriquées pour vos besoins de stimulation etc. Ainsi s’installer comme consultant quand on a une inappétence chronique pour le commercial sous toutes ses formes, y compris via les réseaux sociaux est un aller simple pour le plantage cuisant (à moins de le déléguer bien entendu);)

Reconversion et enquête métier: les questions à poser pour un métier salarié

 

8- La pertinence

Nous nous faisons en général une idée des métiers en fonction de ce que nous voulons y voir plutôt qu’en fonction de la réalité, ce qui peut déboucher sur des désillusions désagréables. C’est l’éternel syndrome de la chambre d’hôte : un vrai métier, exigeant et difficile, confondu avec une vie de rêve dans un environnement de carte postale. Confronter la réalité du métier et les besoins professionnels pour vous assurer de la pertinence de votre choix et déterminer les besoins de job crafting p

Par exemple au travers de la rencontre de professionnels qui ont des façons différentes de vivre leur métier ou d’une immersion qui permet de voir réellement de quoi il retourne, de préférence en trouvant votre professionnel tout seul et en passant quelques jours à l’observer plutôt qu’en faisant un stage ou une immersion payante qui risquent de vous donner une image déformée du métier (on n’apprend pas grand-chose sur le quotidien d’un boulanger en mettant pendant trois jours les mains dans le pétrin 😉

Reconversion: atention au métier idéalisé

 

9- Le financement

Financer une reconversion, ce n’est pas seulement trouver des financements pour la formation. C’est aussi:

– Déterminer ses besoins financiers pour vérifier que le métier futur soit compatible avec la vie qu’on désire mener
– Budgeter la reconversion sur tout le temps qu’elle va durer, en commençant pas mettre des chiffres très précis sur les besoins financiers plancher, de façon à vivre correctement pendant toute cette période et que l’argent ne soit pas une préoccupation qui vient encombrer l’esprit et mettre la pression. Ca ne signifie pas nécessairement être Crésus, ça signifie surtout savoir compter et comprendre ses propres besoins.

Reconversion professionnelle: printemps du plaisir au travail, hiver financier?

 

10- La formation

Les besoins en termes de formation peuvent être très variables selon le projet et les compétences déjà maîtrisées. Vous pouvez commencer par faire un point sur les appétences transférables (les compétences que vous aimez, que vous avez envie d’emmener dans votre projet) et les compétences que vous ne voulez plus ou pas exercer et qui pourront être déléguées si elles sont nécessaires à votre projet et les compétences métier indispensables à développer.

Vous pourrez alors identifier des formations adéquates, qui vous donneront une maîtrise suffisante pour débuter sereinement dans votre nouveau métier, et/ou les formations indispensables car certains métiers ne peuvent (et/ou ne devraient pas) s’exercer sans formation certifiante  (par exemple l’artisanat, ou les métiers liés à l’humain comme le coaching ou la nutrition). L’essentiel étant d’être outillé convenablement à la fois sur le plan moral et légal. Et de déterminer comment articuler formation et emploi pour ceux qui en ont un;)

 

Je vous souhaite une belle reconversion!

 

Aller plus loin

Vous voulez explorer un désir de changer de métier et construire un projet en harmonie avec vos aspirations et appétences? Ithaque vous accompagne. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *