Objectifs: évaluer le chemin parcouru

evaluer le chemin parcouru plutot que le chemin qui reste à faire pour renforcer l'estime de soi et la motivation

Tête dans le guidon, la route du mieux-être personnel et professionnel peut sembler longue, interminable, voire sans fin. Face à l’itinéraire potentiellement sinueux et parsemé d’obstacles, il y a parfois de quoi se décourager en regardant le chemin qui nous reste à parcourir. Il est peut-être temps, au contraire, d’évaluer le chemin parcouru…

evaluer le chemin parcouru plutot que le chemin qui reste à faire pour renforcer l'estime de soi et la motivation

 

Objectif lointain et coups de mou

Evaluer le chemin parcouru pour capitaliser sur l'expérience et renforcer l'estime de soiEn montagne, lorsqu’on descend et qu’on croise des gens qui montent, l’incontournable question, c’est “c’est encore loin?” Ce à quoi l’incontournable réponse est “non, vous y êtes presque”. Le sommet se rapproche, certes, mais avec une lenteur décourageante…

Parfois, tout obnubilés que nous sommes par les objectifs à atteindre, nous commençons à nous essouffler en cours de route. Pourtant, nous avions soigneusement:

 – défini notre objectif, rendu bien SMART et tout,
 – bien rempli notre sac à dos de toutes les ressources nécessaires, en termes de résilience, de compétences relationnelles, de vitamines mentales bref, de tout le barda nécessaire à un voyage professionnel au long cours,
 – étudié les itinéraires possibles, choisi celui qui nous convenait le mieux,
 – franchi moults obstacles haut la main, tout en gardant notre objectif en tête…

…et voilà que le rythme ralentit, qu’on se sent faiblir, le mollet moins fringant rechigne à attaquer la pente, le coup de mou nous guette.

Car à ne pas quitter l’objectif des yeux, la route encore longue et les ressauts vertigineux qui se dressent encore entre nous et le sommet nous donnent tout à coup plus envie de soupirer que de nous enthousiasmer…

Un autre cas consiste, quand on commence à avoir l’habitude de travailler sur/avec soi, de fonctionner par objectifs et d’en récolter les fruits bien juteux, à tomber dans une sorte de course effrénée au développement personnel, au risque de mettre la barre trop haut, de courir trop d’objectifs à la fois, de céder à l’impatience, à l’excès d’exigence envers nous-mêmes. Nous pouvons alors rentrer dans l’effort et la dépense d’énergie, et porter nos objectifs à bout de bras au lieu d’être portés par eux… prochaine étape… la procrastination😉

Chemin parcouru et estime de soi

parce que c'est bon pour le moral et l'estime de soiCette perte de fluidité est sans doute l’indicateur qu’il est temps de nous lâcher la grappe à nous-mêmes et de prendre un peu de recul, de nous poser une minute, de nous laisser respirer. Et rien de tel pour cela qu’évaluer le chemin parcouru.

Car à force d’être focalisés sur l’objectif à atteindre, nous perdons parfois de vue qu’en cours de route, nous avons évolué, grandi, changé et traversé tout un tas de situations qui nous ont enrichis. Nous pouvons alors avoir le sentiment de ne pas avancer alors que nous multiplions les démarches, mises en action et expérimentations…

Prendre le temps d’en faire le bilan dans le présent, c’est une opportunité de recharger nos batteries mentales, de savourer chaque accomplissement, de capitaliser sur l’expérience et les compétences développées, de ramener les exigences grandissantes à des proportions raisonnables, de minimiser la pression, l’auto-jugement et au contraire de favoriser le regard bienveillant sur soi-même. Et d’éviter des dévalorisations inutiles du genre ” ouééé, j’ai un peu avancé, mais avec tout ce qui me reste à faire!” en prenant conscience que nous avons développé des aptitudes à toutes les étapes: à mesure des démarches, nous sommes peut-être devenu plus entreprenants, plus relationnels, plus débrouillards etc.

 

Auto coaching: évaluer le chemin parcouru

Alors déposons le sac à dos une minute, sortons la carte et étudions avec précision le chemin parcouru jusqu’ici, tout simplement parce que c’est bon pour le moral et l’estime de soi et qu’on repartira le cœur plus vaillant et plus léger. Quelle que soit la nature de l’objectif et quel qu’en soit l’avancement, évaluez, depuis le début:

Qu’est-ce que vous faites mieux, aujourd’hui?
Comment y êtes-vous parvenu(e)?
Quelles démarches avez-vous faites? Quelles expérimentations?
Qu’en avez-vous tiré? Qu’en avez-vous appris d’important?
Quelles étapes avez-vous franchies?
Quels obstacles avez-vous franchis?
Quelles difficultés avez-vous surmontées?
De quoi avez-vous fait preuve pour les franchir et pour les surmonter?
Qu’est-ce que ça vous a apporté?
Quelles compétences avez-vous acquises, développées?
Que pensez-vous du chemin parcouru?
Que pensez-vous de la personne que vous êtes aujourd’hui?
Tout ce chemin parcouru, que vous dit-il sur vous-même?
Sur la personne que vous êtes aujourd’hui?

 

Voir aussi

L’identité: acteur ou spectateur de sa propre vie?
Faire face aux objectifs ambitieux: la solution culinaire
Cultiver l’optimisme:10 bonnes raisons et 7 pistes
Dynamisme: faire le plein de vitamines mentales
Mécanismes de valorisation et dévalorisation

 

Aller plus loin

Vous voulez construire et entretenir l’état d’esprit qui vous permettra de mener à bien vos projets professionnels? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

Publicité

8 Comments

  • fredheas dit :

    Bonjour @Sylvaine… où en sommes-nous sur notre chemin…? Sommes-nous encore loin de notre but final? Voilà des questions qu’il est imporant de se poser de temps en temps pour savoir ce que nous avons accomplit et ce qu’il nous reste à faire!
    Excellente journée à toi! 😉

  • Annie dit :

    Bonjour,

    Comme d’habitude, votre propos est simple, juste, efficace.
    Merci de partager vos connaissances avec nous.

    Excellente journée.

  • Adeline dit :

    Je m’intéresse au développement personnel depuis deux ans et je suis exactement dans ce cas-là, je suis devenue très impatiente et je voudrais que les choses se fassent beaucoup plus vite.  Par exemple, le mois dernier, un de mes proches a fait quelque chose qui ne m’a pas plu du tout, et j’ai eu du mal à en parler avec lui. Mon discours intérieur était plein de “je devrais être capable de”, “c’est bien la peine de travailler autant sur moi si c’est pour être infoutue de”.
    Je me rends compte que je suis tombée dans la spirale du toujours plus, une sorte de désir infantile d’être capable de mettre en place tout ce que j’ai appris à tout momentet  dans toutes les circonstances. Me recentrer sur mes accomplissements m’évitera de me prendre pour un robot!

  • Chabanon dit :

    Merci Sylvaine,
    Simple, clair, précise. La Sylvainisation est en marche 😉
    Oui, merci car le chemin est parfois, voire souvent, long.
    Il est essentiel d’utiliser les bons outils pour rendre le chemin à la fois praticable, joyeux et enrichissant. Ce que vous faites chaque jour.

    Encore merci.

    Le travail que vous effectuez régulièrement me fait penser à l’expression suivante : Il existe des personnes “créatrices de vie” et c’est à mon avis votre cas.

    Christian

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci Christian, je suis très touchée par cette conclusion!
      La clarté et la simplicité sont essentielles à mes yeux, car plus les outils sont compliqués… moins ils fonctionnent^^

  • Armelle Dugelay dit :

    Merci de toutes ces auto-questions joyeuses qui permettent de semer tous les cailloux pour cheminer!

Répondre à fredheas Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *