Compétences relationnelles: les pièges de la lecture de pensée

La lecture de pensée, sport hybride entre mouche du coche et boule de cristal!

 

Nous passons un temps fou à pratiquer la lecture de pensée, qui consiste à analyser les faits et gestes et aussi les paroles des personnes qui nous entourent, bref, à imaginer se qui se passe dans leur tête. Et là où nous croyons lire leurs motivations, opinions ou réactions probables, non seulement nous sommes souvent à côté de la plaque, mais en plus, ce genre d’exercice a des tas d’effets pervers. Bref, ce sport-là est hybride entre mouche du coche et boule de cristal! Voici comment s’en protéger;)

La lecture de pensée, sport hybride entre mouche du coche et boule de cristal!

 

La lecture de pensée

La lecture de pensée est un terme que j’emprunte ici à la PNL (même si je vous en livre une version peut-être personnelle), qui s’est intéressée aux diverses distorsions de la réalité dans sa mise en mots et aux interactions en mode vases communicants entre sémantique et systèmes de perceptions et de représentation. “La réalité est unique mais personne ne peut la percevoir et encore moins se la représenter dans sa globalité. Nous filtrons ce que nous percevons et secondairement nous construisons NOTRE réalité.” explique le site jecommunique.com

Et ces distorsions ont un impact non négligeable sur notre façon de voir et percevoir le monde ainsi que sur nos relations. Il me paraît donc intéressant de pencher dessus de temps à autres, comme un invitation à explorer notre propre relation à nos comportements et à nos façons de voir et de comprendre le mode et ses occupants.

La lecture de pensée, c’est un peu le minority report appliqué au quotidien: croire que nous pouvons en toute limpidité déterminer à l’avance comment nos interlocuteurs vont agir/réagir. Et nous nous croyons très forts à ce jeu-là! Tous gonflés de l’importance que nous accordons à nos conclusions beaucoup de bruit pour rien, mouches du coche de nos boules de cristal!

Car nos interprétations ne sont pas exactement le fruit d’une analyse ultra poussée d’une somme colossale de données ultra qualifiées, version big data de la relation. Ni même d’une version relationnelle de Madame Soleil. C’est souvent un simple mélange d’interprétation un peu hâtive et d’anticipation de réaction… un peu hâtive aussi.

 

L’interprétation

Nos proches, nos collègues, nos N+1, nos connaissances, l’épicier du coin, le recruteur, le mec/la nana assis(e) à la table d’à côté, le réparateur de la machine à laver, que pensent-ils de nous? Pourquoi agissent-ils comme ils le font (surtout vis à vis de nous)?

Voilà des questions qui reviennent souvent à nos esprits tous préoccupés de nous-mêmes et convaincus qu’ils vont parvenir à y répondre, grâce à un savant mélange de psychologie de comptoir, d’interprétation et de généralisation abusive déguisées en expérience, en intuition, en finesse d’analyse. Nous voilà à décortiquer leurs faits et gestes, à les analyser, à les retourner dans tous les sens pour essayer d’en extraire la substantifique moelle, la signification, l’explication logique et rationnelle.

“Quand j’ai croisé Bichtouille ce matin, il ne m’a même pas dit bonjour, je suis sûr qu’il m’en veut parce que c’est moi qui ai présenté les résultats trimestriels à la réunion de la semaine dernière” – Ouais. Et peut-être aussi que Bichtouille était préoccupé par autre chose et, tout à sa concentration, ne nous a pas vu.

“Quand elle m’a demandé de lui envoyer le rapport, je sait qu’elle voulait dire qu’elle n’a pas confiance en moi”. Ah bon? ET quelle preuve as-tu donc de ça?

De la même manière, le pseudo décodage des gestes ou des comportements est assez risqué, la synergologie étant en passe de devenir elle aussi un pilier de comptoir. Non, se gratter le nez, cligner des yeux ou regarder à droite ou à gauche ne veut pas forcément dire quelque chose de suspect!

les interpretations abusives, bombe à retardement de la relation

 

L’anticipation de réaction

La lecture de pensée, c’est aussi l’anticipation de la réaction probable d’autrui face à nos gestes ou paroles. Ceux qui y ont recours la justifient souvent par l’expérience.

– “Inutile de demander un télétravail, ça ne se fait pas dans mon entreprise, mon chef va forcément refuser” – Rappelons qu’avant le télétravail, personne n’en avait fait la demande et un jour quelqu’un a fait bouger une ligne.

“Pas la peine que je parle à mon conjoint de mes réflexions et questionnements sur mon projet de reconversion, ça va l’inquiéter pour rien” me dit ma cliente Agnès l’autre jour. Peut-être, mais peut-être aussi que c’est justement en les lui partageant qu’il va pouvoir comprendre son cheminement… et peut-être qu’il est le mieux placé pour décider ce qu’il veut partager ou non;)

 

Voyants pas très lucides

Allons-y sans détours:

D’une part, nous avons une fâcheuse tendance à nous imaginer que le comportement des autres a quelque chose à voir avec nous bien plus souvent que dans la réalité.

D’autre part, les conclusions auxquelles nous parvenons n’ont souvent rien de logique ou de rationnel, elles dépendent de nos propres filtres de pensée (convictions, opinions, goûts, valeurs, éducation, craintes, estime de soi etc).

Et comme aucun d’entre nous n’est la progéniture directe de Gourou Maj le voyant extralucide à décodeur universel et d’un Bétazoïde, d’un père télépathe et d’une mère boule de cristal, nous ne sommes pas prêts d’arriver à lire dans les pensées qui habitent les jolies têtes de nos concitoyens.

Et pour finir: tout cela présente des risques non négligeables pour le cocktail pourtant essentiel relation à soi/relation aux autres!

Une bonne relation à soi et aux autres indispensable à la réussite des projets professionnels

 

Les pièges de la lecture de pensée

Non seulement ce type de sport ne muscle pas la comprenette, mais en plus, il est une vraie perte de temps et d’énergie et concasse l’estime de soi comme si c’était des cacahuètes en pâte à tartiner.

La lecture de pensée nous pousse à ruminer et favorise le stress et l’insomnie: qui ne s’est jamais retrouvé à passer la moitié de la nuit à se retourner dans sont lit à cherche ce que pouvait bien vouloir dire un geste, un comportement ou une parole?

Comme elle passe par nos filtres, si nous sommes d’un naturel un peu négatif ou à minimiser notre valeur, les pseudo “explications rationnelles” que nous allons trouver seront le plus souvent à notre désavantage: et hop! Un coup de batte dans l’estime de soi et un coup de boost à la dévalorisation!

Parce qu’elle accorde un pouvoir très fort à l’interlocuteur, elle nous inscrit directement dans le regard des autres, augmente l’anxiété sociale, démolit l’estime de soi et pourrit nos relations. Les conséquences sont évidentes: elle nous rend méfiants, soupçonneux, inquiets, peu sûrs de nous et développe la peur de l’autre et la peur du jugement. Par ricochet, elle limite nos capacités à oser, à entreprendre, à nous exprimer, à être nous-mêmes.

Ai-je besoin d’en rajouter?

 

Mini coaching:  5 pistes pour se protéger de la lecture de pensée

Evidemment, la difficulté, c’est qu’il ne suffit pas de dire que la lecture de pensée est problématique pour s’en débarrasser. Le plus souvent, c’est un automatisme, un mode de fonctionnement assez ancré dans des situations précises. Retroussez dons les manches de vos méninges, car ce sont elles, principalement, qui vont devoir turbiner un peu pour vous aider à diminuer cette façon de penser:

 

1- Admettre, une fois pour toutes, que vous ignorez TOUT de ce qui se passe dans la tête de l’autre, et vous le rappeler quand la tentation de la lecture de pensée pointe son nez.

 

2- Déchiffrer vos propres émotions face à la lecture que vous faites du comportement d’autrui, ça vous permettra de comprendre ce qui est heurté chez vous et vous donnera des pistes pour résoudre la question par l’interaction plutôt que par des élucubrations;)

collaboration-conflit-lecture-emotionnelle

 

3- Mettre en place un pare-feu mental à utiliser à chaque fois que vous vous lancerez dans la lecture de pensée. Attention, le pare-feu n’est pas une solution en soi, il est une astuce mentale pour minimiser les ruminations et marche beaucoup mieux lorsqu’on l’accompagne d’action concrète destinée à régler ce qui nous pousse à ruminer.

 

4- Mettre en place un discours interne, c’est à dire une phrase-clé que vous opposerez à tous vos questionnements inutiles. Genre “ça c’est de la lecture de pensée inefficace et énergivore. J’arrête de gaspiller mon énergie et je la consacre à quelque chose d’important pour moi”. Bien entendu, ça marchera 10 fois mieux si vous vous mettez alors à utiliser votre énergie à quelque chose d’utile;)

modifier une discours intérieur

 

5- Une parole ou le comportement d’une personne vous tarabuste un peu trop? C’est l’occasion de développer vos compétences relationnelles. Selon la nature de la situation:

– Allez questionner la personne concernée directement et décidez de prendre sa réponse pour argent comptant.

 – Apprenez à faire une demande assertive  ou à utiliser la CNV et entraînez-vous avec cette personne.
 – Apprenez à faire une critique avec élégance et délicatesse et entraînez-vous avec cette personne.
 – Apprenez à recevoir une critique avec élégance et dignité et entraînez-vous avec cette personne.

 

Et vous, vous arrive-t-il de faire de la lecture de pensée?
Dans quelle mesure cela a-t-il un effet négatif sur vous?
Dans quelle mesure ruminez-vous ces pensées?
L’énergie ainsi gaspillée, à quoi préféreriez-vous la dépenser?

 

Ce billet est une mise à jour d’un article original écrit par Sylvaine Pascual en 2010.

 

Lire aussi

Bienfaits et limites de l’auto coaching
L’identité: acteur ou spectateur de sa propre vie?
Faire quelque chose pour soi: parce que nous le valons tous!
Mécanismes de valorisation et dévalorisation de soi
Se parler à soi-même comme on voudrait qu’on nous parle

Les ratés de la communication

 

 

Aller plus loin

Vous voulez construire et/ou entretenir une posture relationnelle élégante et agréable, qui favorise la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Ithaque vous accompagne. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

 

 

Publicité

10 Comments

  • Ardalia dit :

    Entièrement d’accord ! J’ai réalisé il y a environ un an que cette attitude m’avait pourri bien de belles amitiés. Foin de la paranoîa, quand je prends la pente de cette surinterprétation, il y a désormais une alarme dans ma tête qui me rappelle que je ne sais rien et perd absolument mon temps à ces billevesées, au lieu de communiquer vraiment. Cela a merveilleusement éclairci l’horizon ! J’y vois désormais de vraies gens qui font comme elles peuvent, en lieu et place d’étranges et inquiétants desseins obscurs… 😉

  • Je bois du petit lait et je m’empresse de faire suivre ton excellent article.

     

  • fredheas dit :

    L’Art et la manière d’avoir une bonne estime de soi!

    Ce n’est pas toujours évident, mais à force de pratique on casse les à priori que l’on pouvait avoir précédemment!

    Excellent lundi ensoleillé à toi @Sylvaine! 😉

  • Bonjour à vous Syvaine,

     

    Je me suis inscrite à votre Newsletter et j’ai reçu le mail de confirmation …

    Malheureusement je ne parviens pas à valider l’inscription avec le lien qui me fut envoyé et je n’ai aucune idée de où il me faudrait coller le code html (Suis plutôt démunie en manipulations informatique j’avoue -LOL-)

     

    Alors voilà, si vous pouviez m’aider à résoudre ce souci …

     

    J’ai parcouru quelques unes de vos pages …

    Du pain sur la planche si je veux tout lire …

    Persuadée que nous aurons des choses à partager …

     

    Merci de tout ceci, 

    Café Rouge Citoyen/Mandragaure (Sur le Net)

  • @Cecile_Costa dit :

    Bonjour Sylvaine,

    Trés intéressants tes conseils! Cette “représentation” et le “penser à la place des autres” dur de s’en défaire! Merci pour ces conseils très pertinents.

    Tes articles sont toujours très bien rédigés et fluides à lire!

    A bienTweet!

  • Cloudy dit :

    Un nouveau post qui donne à réfléchir. Vérifier chez l’autre, cesser de nourrir des pensées improductives. Dire tout simplement…

  • paula dit :

    Just love to see my layout here !!!

  • Paul-Henri dit :

    Merci pour ce rappel essentiel.

    L’excellent S. André dans son livre “Le secret des orateurs” et dans ses cours (fabuleux) d’art oratoire nous dit aussi (je reformule) “n’essayez pas d’interpréter les réactions, postures, …. de votre auditoire. Ayez un regard global, regardez chaque personne de manière aléatoire, et laissez faire votre cerveau, il saura traiter l’information !”

  • lunatu dit :

    Mais oui ! A chaque fois qu’on me lis les pensées ou qu’on me fait de la voyance, je dis toujours que ça parle plus du voyant que du client.

    C’est commé ça que j’ai coincé un jour une voyante qui me disait qu’il fallait faire vite pour me débarrasser d’une malediction d’enfance qui me provoquait des problèmes financiers (alors que je ne lui avais rien dit) et de lui envoyer de toute urgence un reglement de 300? pour qu’elle me fasse un sort, car bientôt ce sera trop tard et que je ne pourrai jamais m’en sortir.

    Je lui ai reponde que marci, je suis très bien comme ça et que son discours à propos de l’urgence financière m’était plus parlant de son cas que du mien

  • Edith dit :

    J’avoue : il y a longtemps que j’avais abandonné ce blog (j’étais trop mal). Pourtant, comme je le trouve … rassurant ? apaisant ? déculpabilisant ?!!

    J’ai souvent l’impression que mes fonctionnements -dont je connais toute l’aberration- me sont propres ; et que, par conséquent, je suis franchement nulle.

    Mais, quand je lis les articles de Sylvaine, j’ai l’impression qu’elle “lit en moi” : je me retrouve tellement bien dans les comportements qu’elle décrit ! Conséquence ? Ben ! je me trouve un chouia moins nulle ! puisque d’une part, à l’évidence, je suis très loin d’être la seule et que, d’autre part, il semblerait qu’on puissse s’améliorer.

     

    Alors : MERCI Sylvaine !

    Je me demande si jene  vais pas me fabriquer une sorte de “réveil”, une alarme qui me dira : attention, ça va fait trop de jours que tu n’as pas été lire le blog d’Ithaque : cours-y vite, cours-y vite !

    Edith

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *