Relations: hérisson et paillasson

 

 

Etes-vous du genre agressif ou soumis? Au lieu de vous cataloguer un peu trop vite, admettons qu’en fait, ce n’est probablement ni l’un ni l’autre! Plutôt un mélange savant et unique des deux, en fonction des circonstances. Partons donc en exploration des comportements hérissons et paillassons, et trouvons le juste milieu…

 

 

Comportements et estampilles hâtives

Les catégories, genres, étiquettes, ainsi que les adjectifs qui vont avec, sont fort utiles: en simplifiant le monde ils le rendent lisible, compréhensible, rassurant.
Nous avons donc tendance à coller des estampilles de préférence hâtives et souvent définitives sur un maximum de choses. Comme ça, pas de surprise, nous savons à quoi nous en tenir / nous attendre et à partir de quelles généralisations abusives ou de quelles convictions construire notre perception du monde en général et des autres en particulier.

Le hic avec les étiquettes, c’est qu’elles sont vite erronées: notre personnalité n’est pas figée et même le copain le plus saule pleureur est capable de nous étonner par son enthousiasme aussi soudain qu’inattendu vis-à-vis d’un d’un nouveau projet.
Il en va de même dans nos relations: nos réactions sont souvent davantage une question de circonstances que de nature. Quand elles s’y prêtent, l’ours peut se transformer en mouton, la poule mouillée en peau de vache, le dragon en gentil chien-chien.

Nous pouvons aussi passer d’un extrême à l’autre, avec de temps en temps des éclairs de génie pendant lesquels nous ne sommes plus ni hérissons ni paillassons, mais bels et bien assertifs, c’est à dire que nous nous affirmons tout en prenant en compte et en respectant les intérêts des autres parties – bref, nous sommes capables d’être grandioses.

redéfinir et réhabiliter la gentillesse

 

Hérisson Vs Paillasson

L’imagerie animalière regorgeant d’expressions appropriées, continuons dans ce registre aussi gaiement que le pinson entame une chanson. C’est bien connu: chat échaudé craint l’eau froide. Du coup, face à une situation ou un comportement qui lui déplaît, différentes réactions sont possibles et parmi elles, les réactions hérisson ou paillasson.devenir assertif au lieu de réagir en paillasson ou hérisson

Il se peut alors qu’il se retrouve à montrer les crocs, toutes griffes dehors, prêt à monter sur ses grands chevaux, à distribuer les chiens de sa chienne, à chercher des poux dans des têtes, à secouer des puces, à clouer des becs.

A l’autre bout de la ligne, à force de ménager la chèvre et le chou, d’être doux comme un agneau, voilà notre matou échaudé qui peut tout aussi bien se retrouver fermé comme une huître, enfermé dans sa coquille, voire prêt à se faire pigeonner, à avaler toutes les couleuvres, bref dindon de la farce, bouc-émissaire, fait comme un rat.

Bref, entre réaction agressives et retrait excessif soumis au bon vouloir d’autrui, les expressions d’un égo malmené par les circonstances s’expriment au détriment:

Pourtant, le greffier n’a pas forcément besoin qu’on le prenne sous son aile pour retomber sur ses pattes et réagir avec une affirmation de soisereine et respectueuse de l’autre, cette gentillesse ni serpillière ni prison qui caractérise ceux qui sont sortis de l’égo au profit d’une estime d’eux-même capable d’accueillir l’autre, y compris dans ses défauts. Et ce sans se soumettre à lui ou le passer à la moulinette de ses propres vertus outragées. Pour exemple, faites donc un tour du coté de la vidéo de cet admirable minet champion de l’affirmation de soi.

Mais si notre greffier héros du jour ne craint pas les crocodiles, ça ne signifie pas pour autant qu’il ne craint personne. On peut parfaitement imaginer que ce chat-là ait du mal à prendre la parole en réunion. La plupart d’entre nous agissons parfois en hérisson, parfois en paillasson, et nous gagnons tous à identifier ces situations et ce qu’elles nous renvoient pour renforcer notre assurance et notre aisance relationnelle et éviter les vers dans les pommes de discordes;)

La peur et ll'égo, vers dans le fruit de nos relations

 

 

Mini coaching: connaissance de soi – hérisson et paillasson

Bon, arrêtons-là le bestiaire / bêtisier de nos relations et penchons-nous sur nos mécanismes relationnels pour identifier nos circonstances paillasson et nos circonstances hérisson dans le but de faire un premier pas (de loup?) vers l’assertivité et un environnement relationnel qui ne ressemble pas à un panier de crabes (promis, maintenant j’arrête). Il s’agit donc bien d’un pas vers la sortie du triangle dramatique / relationnel / infernal de ce bon vieux Karpman.

Dans quels types de situations avez-vous tendance à être hérisson? Paillasson?
Avec quels types de personnes avez-vous tendance à être hérisson? Paillasson?
Qu’est-ce que ça vous dit sur vous-même?
Sur vos besoins?
Qu’avez-vous besoin d’apprendre, de renforcer, de développer pour vous affirmer davantage, avec douceur et fermeté?

Quelques pistes pour vous aider à construire un mode de fonctionnement qui vous conviendra mieux:

Ebook gratuit – Le triangle de Karpman : sortir des rôles relationnels
Les besoins à combler
Bien-être: cesser de se fondre dans le décor malgré soi
Guide de survie aux abrutis: l’emmerdeur emmerdé
Mieux communiquer: les demandes assertives
Petit précis de communication non-violente
15 trucs infaillibles pour ne pas obtenir ce qu’on demande
Guide de survie aux abrutis: le bocal à con
La lecture émotionnelle au service des relations
Collaboration, conflit et lecture émotionnelle
L’égo, frein majeur à l’intelligence collaborative

Dossier complet: Compétences relationnelles

 

Aller plus loin

Vous voulez développer et entretenir une affirmation de vous sereine et respectueuse, propice à la réalisation de vos aspirations professionnelles ? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

Publicité

4 Comments

Répondre à MADmoiselle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *