Accueillir ses émotions avec bienveillance

Accueillir l'émotion avec bienveillance pour mieux lentendre et la comprendre

 

 

Les émotions négatives déclenchent des réactions parfois paralysantes, souvent pénibles, qui nous agacent, nous fatiguent et/ou nous angoissent encore davantage, et nous avons tendance à nous en vouloir de réagir de la sorte. Alors qu’à l’inverse, nous devrions être ravis…

Accueillir l'émotion avec bienveillance pour mieux lentendre et la comprendre

 

Écoutons l’alarme, elle sonnera moins fort!

Ravis d’avoir des réactions négatives, excessives, qui nous gênent, nous freinent, nous empêchent d’agir et d’avancer? Qui nous mènent droit au stress ou nous colle mal au dos ou à la tête? Oui, puisque ces réactions sont seulement des alarmes. Je vous l’accorde, elles s’expriment parfois en faisant un barouf d’enfer, seulement voilà: même lorsqu’elles beuglent dans un porte-voix, nous ne les écoutons pas, alors imaginez qu’elle se contente d’un petit voyant qui clignote?

La bonne nouvelle, c’est qu’à mesure que nous apprenons à écouter ces alarmes, elles ont moins besoin de sonner fort, et les réactions diminuent nettement. Nous avons déjà vu comment observer nos réactions (les états de défense) aux émotions pour comprendre les messages qu’elles cherchent à nous transmettre sur les menace à notre bien-être (voir les états de défense aux émotions). L’obstacle que mes clients rencontrent fréquemment quand ils tentent de le faire, c’est la difficulté à prendre du recul parce qu’ils sont agacés par leurs réactions, et cet agacement devient le point de focalisation qui entrave l’exploration (voir l’exemple Emotions et comportements paravents)

Il est donc important de commencer par accueillir l’émotion comme une alliée et non comme un ennemi, en faisant preuve de bienveillance envers vous-même. Tout simplement parce que s’agacer de réactions qui sont l’indicateur que quelque chose ne va pas est à peu près aussi productif que de mettre le doigt sur une fuite de gaz: ça n’arrête rien et tout ou tard, ça va vous exploser à la figure.

Etats de defense aux emotions

 

Mini coaching: accueillir l’émotion en faisant preuve de bienveillance envers soi

La bienveillance, au contraire, est un premier pas vers l’accueil et l’écoute d’un signal d’alarme légitime, déclenché par une menace directe contre notre bien-être. Les quatre étapes ci-dessous ont un double avantage: elles permettent de prendre le recul nécessaire et participent à la satisfaction du besoin de reconnaissance et au renforcement de l’estime de soi (j’ai suffisamment de valeur pour reconnaître mes besoins et m’en préoccuper, pour schématiser brutalement)

Laissons donc l’auto-critique, l’auto-flagellation et autres mauvais traitements auto-infligés aux adeptes d’un monde somme toute moyennement cool, et apprenons à nous comporter avec égards envers nous-mêmes, car au fond, nous le valons bien!

Adoucir le regard sur soi

1- Commencez par remercier le système interne qui veille sur vous et votre bien-être en vous envoyant les signaux nécessaires sur ce qui ne vous convient pas et les besoins à combler pour y remédier. Ce système interne, gardien de votre équilibre, vous donne toutes les cartes pour le préserver ou le restaurer, alors autant être sympa avec lui.

2- Félicitez-vous d’avoir justement prêté attention à ce symptôme. Se parler gentiment est essentiel, et vous venez de faire quelque chose d’important pour vous, car vous êtes un être humain fait d’émotions légitimes qui commence à comprendre quoi en faire.

3- Accueillez l’émotion en lui rendant toute sa légitimité (version elle a une bonne raison d’être là) et rattachez-là à l’une des principales catégories d’émotions négatives: est-ce de la peur, de la tristesse ou de la colère (cette dernière étant le plus souvent générée par l’une des deux autres, mais parfois difficile à distinguer dans un premier temps).

4- Prenez rendez-vous avec vous-même, immédiatement ou plus tard, pour explorer l’émotion et les besoins qui la génèrent. Nous n’avons pas toujours le temps de la faire au moment où nous prenons conscience de la nécessité de traiter une émotion, et on le fait souvent mieux en prenant un moment pour soi, pendant lequel nous pouvons nous accorder toute notre attention.

 

Il est alors beaucoup plus facile de passer à l’étape exploration de l’état de défense et découvrir le besoin à combler pour diminuer l’émotion et éviter qu’une situation menaçante similaire se reproduise, dans une certaine mesure. Voir: Remparts, coursives et échauguettes: les états de défense aux émotions

Et puis c’est un bon moyen de conserver sa bonne humeur malgré les petits tracas et grandes emmerdes, et rien que ça, ça vaut le coup;)

 

 

Voir aussi

Les émotions: amies fidèles ou ennemies incapacitantes?

Les besoins à combler

La lecture émotionnelle au service du bien-être

La lecture émotionnelle au service des relations

Emotions et comportements paravents

La météo intérieure: des mots et des émotions

Rôle des émotions: tristesse et manque affectif

Emotions: comprendre la colère

 

 

 

 

Aller plus loin

Vous voulez apprendre à comprendre les émotions et combler les besoins qui les génèrent en amont plutôt que de gérer tant bien que mal le stress qu’elles peuvent déclencher, et retrouver ainsi davantage de plaisir au travail? Ithaque propose une solution unique et originale, la formule Job idéal et vitamines mentales.

 

 

Publicité

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *