Déterminer s’il est temps de changer de métier (2): l’ennui

S'ennuyer au boulot est-il un signe qu'il est temps de changer de métier?

 

 

L’ennui, l’absence de défis ou tâches intéressantes et motivantes sont des facteurs bien plus fréquents qu’on l’imagine de désir de reconversion professionnelle. Dès lors que nous nous ennuyons au boulot, il est bénéfique d’explorer les options possibles et en particulier l’envie de changer de métier qu’il peut susciter, car les conséquences de l’ennui au travail peuvent être… conséquentes et ennuyeuses;)

S'ennuyer au boulot est-il un signe qu'il est temps de changer de métier?

 

Ennui au travail et risque de boreout

Lorsque nous nous ennuyons parce que nos tâches sont devenues trop faciles à nos yeux ou que nous manquons de projets suffisamment challengeant, là encore, il convient d’aller étudier le champ des possibles avant de se jeter tête baissée dans une reconversion… ou de rationaliser en ce disant que ça ira mieux quand le N+1 prendra miraculeusement conscience de notre potentiel et ébahi, nous donnera de son propre chef le job de rêve auquel nous aspirons.

Le boreout, ou l’épuisement professionnel par l’ennui, est une réalité largement sous-estimée. Selon Peter Werder et Philippe Rothlin, auteurs de Diagnose Boreout, l’absence de challenge et le désintérêt sont plus significatifs et plus déclencheurs de mal-être au travail que le stress. Parmi mes clients, ceux qui s’ennuient au travail sont souvent plus abattus et découragés que les autres. En même temps, il est souvent difficile d’avouer que nous nous ennuyons au travail, parce que les discours sinistres autour de la crise et du chômage exigent de nous que nous soyons bien contents d’en avoir un, de job. Alors cessons de culpabiliser, si nous n’exploitons pas notre potentiel dans notre boulot, nous avons bien le droit de chercher d’autres itinéraires professionnels.

Cette forme d’épuisement professionnel a des conséquences assez similaires au burnout, c’est essentiellement son déclencheur qui est différent. Mourrir d’ennui, c’est mourrir un peu et la perte de performance, de sens comme d’estime de soi est similaire. Et aucune rationalisation culpabilisante sur la chance que nous avons d’avoir un job n’y palliera.

De façon générale donc, lorsque nous commençons à nous enquiquiner à cent sous de l’heure au travail, il devient indispensable d’aller étudier en détail ce qui pourrait nous redonner de l’énergie et de l’envie de nous lever le matin et nous éviter de finir avec l’impression de voir passer les trains le regard vide.

 

A chacun son ennui

Il n’y a bien entendu pas de définition d’une tâche ennuyeuse ou de l’ennui au travail. Ni d’ailleurs d’échelle d’ennui autorisé ou de non-ennui obligatoire. La seule chose qui compte, c’est la perception que nous avons de nos tâches, indépendamment de ce que la société, les médias, les copains ou l’Oncle Alfred peuvent avoir à dire sur le sujet.

Portons donc un regard décomplexé sur notre propre ennui au travail et autorisons-nous à explorer toutes les pistes possibles pour retrouver plaisir et motivation au boulot!

 

L’ennui au travail ne signifie pas toujours besoin de changer de métier

S’ennuyer au boulot est une raison très fréquente donnée par mes clients comme motivation à leur désir de reconversion. Il se manifeste de diverses façons:

– Sentiment d’avoir fait le tour de sa fonction
– Sentiment d’avoir fait le tour de son métier
– Sentiment que les tâches sont trop faciles
– Sentiment que les tâches sont trop routinières
– Sentiment d’être cantonné dans des tâches inintéressantes par manque d’opportunités
– Sentiment d’être cantonné dans des tâches inintéressantes par décision managériale, d’être placardisé
– Sentiment d’avoir un métier sont les tâches sont peu intéressantes
etc.

A priori, toutes ces raisons peuvent sembler une bonne motivation à changer de métier. Cependant, ces arguments se divisent en deux catégories:

  1. L’ennui lié directement au métier
  2. L’ennui lié à la façon dont nous l’exerçons

Dans ce second cas, le désir de reconversion est parfois un paravent généré par le sentiment d’impuissance face à notre quotidien professionnel. Nous pensons alors en avoir marre de notre métier, alors que nous avons marre de notre situation professionnelle actuelle.

Parmi ces manifestations, toutes celles liées davantage à la fonction ou le poste qu’au métier peuvent indicatrices d’un faux désir de reconversion et d’un véritable besoin de changements profonds dans la façon d’exercer son métier actuel.

 

L’ennui lié à la fonction: des pistes d’évolution à creuser en amont

Dans ces cas-là, en fonction de ce qui suscite l’ennui, obtenir plus de responsabilités, une promotion, des projets plus motivants remet de l’intérêt et du sens dans notre quotidien professionnel, sans nécessiter un changement de métier. Il va s’agir alors d’aller explorer ces pistes, leur faisabilité et le sentiment de satisfaction qu’elles peuvent générer. C’est cette exploration qui va permettre de valider ou d’invalider le désir de reconversion. Si elles permettent de retrouver plaisir et sentiment d’épanouissement au travail, elles amènent souvent le candidat à la reconversion à renoncer à changer de métier. Si elles s’avèrent insuffisante, alors il est sans doute temps d’aller explorer d’autres territoires professionnels.

 

L’ennui lié aux tâches inhérentes au métier: indicateur de besoin de reconversion

Inversement, dès lors que l’ennui et la démotivation sont intégralement liés aux tâches inhérentes au métier, nous tenons là probablement un sémaphore qui nous enjoint à trouver une voie professionnelle plus enthousiasmante. A partir du moment où ces tâches ne sont pas déléguables au profit de tâches plus satisfaisantes d’une part, et représentent la majeure partie de notre métier d’autre part, il est temps d’aller explorer les itinéraires alternatifs que nous propose le sémaphore en question, pour éviter de nous écraser sur les rochers 😉

 

 

Voir aussi

Ithaque 1er influenceur français sur la reconversion professionnelle
Désir de reconversion: les questions à se poser en amont
Quand le désir de reconversion cache d’autres besoins
Reconversion professionnelle: 6 points indispensables à traiter
Le job idéal, une réalité à inventer
Les obstacles à la reconversion professionnelle
Age, métier et reconversion professionnelle
Une reconversion professionnelle zen et dynamique à la fois!
Reconversion professionnelle: l’être humain derrière le projet
Reconversion professionnelle: voyage au bout de l’enfer ou formidable aventure?

 

Aller plus loin

 

Vous voulez construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

Publicité

1 Comment

Répondre à juliette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *