Professionnels en situation de handicap: des compétences transférables à prendre en compte

Au travers de leur handicap, les handicapés ont développé des capacités qui sont de véritables atouts professionnels

 

Nous avons du mal à regarder le handicap parce qu’il nous renvoie des peurs diffuses et insondables sur le fait de nous retrouver dans la même situation. Nous avons du coup tendance à concentrer notre attention sur les difficultés, les limitations et devenons aveugles au fait que la compensation du handicap génère un développement parfois spectaculaire de certaines compétences, qui sont transférables à la sphère professionnelle.

Au travers de leur handicap, les handicapés ont développé des capacités qui sont de véritables atouts professionnels

 

 Les professionnels en situation de handicap développent des compétences transférables à leur vie professionnelleHandicap et performance professionnelle

Quelle que soit sa nature, qu’il ait toujours été là où qu’il ait déboulé brutalement dans la vie de la personne, le handicap rend le quotidien parfois profondément différent de celui du commun des mortels. Les handicapés développent tout un tas de compétences pour s’adapter à un environnement qui n’est pas fait pour eux et leur renvoie une image dévalorisante faite d’un mélange de crainte et d’inadaptation, alors qu’il s’agit d’une simple caractéristique à prendre en compte.

Ces compétences font de bon nombre de personnes en situation de handicap des professionnels avec des talents spécifiques transférables développés qui semblent échapper aux entreprises, aux recruteurs et aux managers. Qui ont tendance à ne voir que les limites en comparaison avec les valides, à céder à bien des idées reçues associant spontanément handicap, déficience intellectuelle et manque d’efficacité, sans mesurer les facultés d’adaptation dont ils font preuve, qui leur permettent d’atteindre des mêmes niveaux de performances remarquables.

Ces compétences tournent entre autres autour de la flexibilité intellectuelle, de l’inventivité physique, de la résilience, de la capacité à faire face, à s’adapter et à rebondir. Il ne s’agit pas ici de faire des comparaisons avec les valides pour déterminer si elles sont plus ou moins développées, mais bien de s’habituer à les repérer et à les exploiter, plutôt que de focaliser son attention sur le handicap. En d’autres termes, de penser solutions plutôt que problème.

Et en hors d’oeuvre, je vous propose cette magnifique vidéo réalisée par Channel 4 comme trailer aux Paralympiques 2016, véritable concentré de débrouillardise, d’adaptabilité et de joie de vivre:

 

3 compétences transférables

Voici trois exemples de compétences  que les personnes en situation de handicap peuvent avoir particulièrement développées, et qui méritent d’être identifiées et exploitées dans la sphère professionnelle:

  • Par le handicapé lui-même, pour valoriser une candidature ou monter en performance.
  • Par les recruteurs et managers, pour dépasser le regard biaisé sur le handicap et évaluer l’efficacité potentielle du candidat ou du collaborateur sur des critères qui lui sont spécifiques.

 

1- Compétences relationnelles

Parce qu’ils sont constamment soumis aux regard des autres, à leurs interprétations abusives, à leurs jugements mais aussi à l’apitoiement plein de bonnes intentions, ils développent des compétences relationnelles en termes de bienveillance, de communication, d’acceptation de l’autre et de ses préjugés.

 

A ce titre, voici un exemple assez parlant. C’est @philousports qui l’a partagé avec nous lors d’une réunion avec Mathieu Penaud, directeur de la Mission handicap de la Société Générale et Georges Kaufmann, responsable du sponsoring handisport.  Philippe vit en fauteuil et il raconte qu’en entrant dans un magasin de vêtements pour homme avec sa colocataire, la vendeuse s’est empressée de s’adresser à ladite colocataire: “et il veut quoi le monsieur?”. Quand on est régulièrement confronté à ce type de conclusion hâtive (type handicap moteur = déficience intellectuelle), il est indispensable d’avoir une bonne dose de tolérance envers autrui pour ne pas s’énerver plus souvent qu’à son tour.

Et s’il arrive que les handicapés cèdent de temps à autres à l’agacement, face à l’incompréhension de leurs contemporains, ce n’est ni plus ni moins qu’une réaction émotionnelle normale, que d’autres sans handicap auront sur d’autres sujets. Cette patience face à l’incompréhension, autant que le malaise iu les bonnes intentions pénibles fait de bon nombre d’handicapés les meilleurs ambassadeurs du handicap, et c’est à leur contact que la situation se banalise jusqu’à n’être qu’anecdotique dans la relation, au même titre que le genre, l’origine ou la couleur de cheveux.

 

2- Détermination

Parce que le quotidien leur est difficile, Ils font preuve d’une détermination, d’une ténacité, d’un engagement, d’une capacité au dépassement de soi épatantes pour vivre et travailler malgré la fatigue, la douleur et/ou les difficultés inhérentes à leur situation.

Cette détermination est bien entendu transférable à leurs missions professionnelles, dans lesquelles ils peuvent potentiellement être très résistants, accrocheurs et ne pas se décourager au premier obstacle.

Pour exemple, le 1500m extraordinaire du Djiboutien Omar Hassan Houssein aux Paralympiques de Londres en 2012. Seul représentant de son pays aux Jeux paralympiques, blessé au tendon d’Achille, il a bouclé son 1500m en 11 minutes, soit 7 de plus que les autres concurrents, en boitillant. Mais le public ne s’y est pas trompé, qui l’a acclamé non stop pendant ses trois derniers tours, saluant la ténacité de cet athlète déterminé à faire honneur à son pays.

 

3- Créativité

handicap et performanceParce qu’ils n’ont pas d’autre choix que de compenser les limitations liées au handicap, ils développement des trésors d’imagination, d’habileté, d’adaptabilité et de créativité pour faire avec, pour faire autrement (on pense notamment, parce qu’il est visible, à Grégory Cuilleron, talentueux cuisiner vainqueur de l’émission Top chef, qui exerce ce métier extrêmement exigeant en faisant preuve d’une dextérité remarquable avec son moignon, au point d’exceller).

 

Cette créativité, mise au service de l’adaptation à une situation hors du commun, est bien entendu exploitable dans tous les domaine professionnels. Si je prends mon propre exemple, ma jambe handicapée génère des douleurs à l’intensité assez variable, mais les vitamines mentales pour l'energie et le dynamismeomniprésente. La gérer au quotidien est une énorme dépense d’énergie, aussi pour pouvoir faire vivre mon entreprise, j’ai cherché des moyens à la fois d’en économiser et aussi d’engranger plus d’énergie que la moyenne de mes contemporains. C’est comme ça que m’est venu le concept des vitamines mentales. Elles sont pour moi un moyen d’avoir le même dynamisme que n’importe qui d’autre et de ne pas être entravée par cette souffrance physique. J’ai mis ces vitamines mentales à la disposition de tous, handicapés comme valides, car avoir des ressources d’énergie, c’est utile à tous;)

Ceux en situation de handicap, à quoi avez-vous eu recours pour compenser et (re)gagner en performance?
Comment exploitez-vous ces compétences dans votre vie professionnelle?
Handicapés et valides: quelles autres compétences liées à la situation de handicap et transférables à la vie professionnelle vous viennent en tête?

 

Voir aussi

Petite leçon de management paralympique: 8 règles simples de savoir-vivre en équipe

 

Aller plus loin

Vous voulez développer des ressources mentales pour faire face aux aléas de la vie professionnelle avec dynamisme et sérénité à la fois?  Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *