Prise de décision: se méfier des amis qui nous veulent du bien

 

Avoir une décision importante à prendre peut ressembler à un sport hybride, qui tient à la fois du casse-tête chinois (c’est quoi, la bonne décision?), du saut à l’élastique (dans l’inconnu) et de la valse (hésitation): un pas en avant, un pas en arrière en s’arrachant les cheveux: j’y vais? J’y vais pas?
Et souvent, au lieu de continuer à tourner en rond comme un hamster désespéré, nous nous tournons vers nos proches pour recueillir leurs conseils avisés, de façon à prendre une décision éclairée.

 

 

Nos amis nous veulent du bien

En général, nos amis sont bien intentionnés envers nous. Dans le cas contraire, il conviendrait peut-être de revoir en profondeur le bien-fondé nos critères en matière de choix relationnels. Ils veulent le meilleur pour nous, ils veulent nous voir épanouis et heureux, et les conseils qu’ils nous prodiguent (parfois très) généreusement vont dans ce sens. Et nous agissons de la même manière!

Le hic, c’est que chacun a sa propre conception de ce qui est “bon”, accompagnée d’une forte tendance à s’imaginer que si c’est vrai pour soi, c’est vrai pour tout le monde. Nos amis ont leur propre perception du monde qui les entourent qui n’est pas forcément la nôtre et cette perception va se manifester d’autant plus fortement que votre décision à prendre représente un enjeu majeur. Vous avez un projet professionnel d’ampleur, comme changer de métier ou créer votre entreprise et vous demandez à vos amis ce qu’ils en pensent?  Voici deux exemples de réactions qui peuvent nuire à la prise de décision:

  • Le placage de craintes : Certains vont plaquer leurs propres expériences, peurs, réticences, et freins sur votre projet et ceux-ci sont directement liés à leur perception des choses, pas à la vôtre. Ils vont vous le déconseiller fortement à coups d’arguments sans doute tous plus valables les uns que les autres, du moins pour eux-mêmes. Ils sont alors moins préoccupés par vos motivations que par leur propre perception de ce type de situation.
  • L’enthousiasme débordant : D’autres vont vous pousser à fond dans l’autre sens parce qu’ils n’ont pas de freins envers ce type de choix (peut-être l’ont -ils eux-mêmes fait) ou parce que si vous le faites, il vont, dans une certaine mesure, le vivre par procuration (eux, ils n’oseraient pas).

Dans ces deux cas, vous vous retrouvez face à des personnes qui pensent en toute sincérité et bienveillance vous dire ce qui est le mieux pour vous et qui vous expriment en réalité ce qui est le mieux pour elles. Nos amis ne sont pas toujours les mieux placés pour nous aider à trouver la bonne direction.

 

 

Evaluer les conseils professionnels de nos amis

Il est bien entendu intéressant de confronter sa propre perception d’un projet ou d’une situation à celle des autres, avant de prendre une décision. Rappelons-nous juste que leurs idées n’engagent qu’eux et qu’il peut être dommageable de se laisser décourager ou encourager par des convictions qui ne sont pas les nôtres. Il ne s’agit pas de rejeter en bloc les conseils de nos amis car certains peuvent être fort judicieux et prendre en compte votre perception des choses. Il s’agit plutôt de déterminer à qui parler de quoi en amont, puis de prendre du recul pour considérer leurs opinions comme de l’information et non une vérité vraie et en évaluer la validité pour nous afin d’éviter de nous laisser influencer inutilement.

 

 

Aller plus loin

Vous voulez construire et entretenir un état d’esprit et une dynamique personnelle favorables à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coaching.

Publicité

4 Comments

  • MADmoiselle dit :

    C’est aussi valable pour les conseils de non-amis, non ?

    Bref, moi, en général, je ne demande à personne. Je prends la décision moi-même. Et si j’ai le courage ou l’envie, je demande à des personnes concernées et/ou compétentes comment je dois faire pour y arriver. Mais en général, je me guide toute seule.
    Personne d’autre ne vit à ma place.

  • clem dit :

    quand j’ai décision à prendre, je n’en parle à personne, car je suis du genre à écouter tout le monde, alors je les écoute après avoir pris la décision.. surtout en ce qui concerne boulot.. mais comme je ne peux plus partir alors je ne peux plus prendre ce genre de décision.. ou alors je cherche un boulot, j’entreprends des démarches et à la fin, je dis non.. Je ne peux pas. mais demain, je peux changer de stratégie.. Pour l’instant c’est comme ça..
    En tous les cas, ce que tu dis est très vrai..
    clémentine

  • Parfois de discuter avec des amis permet d’ouvrir les yeux sur d’autres solutions que l’on n’avait pas envisagées mais il faut rester maître de sa propre décision et ne pas se laisser influencer.
    Nous avons un jour discuter avec une amie “des amis” en général et nous en sommes venues à la conclusion qu’il y a des amis pour faire la fête, pour partager, pour rigoler, pour aider. Bref un éventail d’amis qui ont chacun leur qualité… et leur défaut bien sûr. Parfois c’est plus simple de demander un avis à un inconnu car il ne te connait pas donc il n’a pas tendance à dire: “Ca c’est mieux pour toi” ! D’ailleurs quand je donne un conseil j’essaie toujours de donner deux avis afin que la personne en face puisse choisir, s’orienter, pas suivre.
    Quant à la validité des avis, il faut les prendre pour ce qu’ils sont… des avis. Règle n° 1 : se faire confiance !
    A bientôt, MA

  • Bravo pour cet excellent billet ! Et je suis d’accord avec Maous Artiste : la priorité n°1 c’est se faire confiance. D’autant plus lorsque l’on a un choix à faire. Car le plus souvent, quand on éprouve le besoin de demander l’avis des autres (amis, proches…) c’est que l’on n’écoute pas vraiment notre petite voix intérieure. En fait, on sait quel est le “bon” choix pour soi mais pour de multiples raisons (pression sociale, familiale, tyrannie de l’inconscient…), on doute. Et dans ce cas là, les amis nous servent en fait de miroir. Car notez bien que l’on n’écoute finalement que ce que l’on veut bien, ce qui nous “arrange”, ce qui est conforme à la décision que nous avait soufflée notre petite voix intérieure… en tous les cas, c’est comme çà que je fonctionne!

Répondre à clem Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *