L'aigle en chacun de nous

Sylvaine Pascual – Publié dans Connaissance de soi   /  Bien-être et estime de soi

 

Confession du jour: j’avoue avoir du mal avec les belles histoires métaphoriques. D’autant que la plupart du temps ce sont les mêmes, battues et rebattues, érigées en secret du Sens de la Vie, de la Réussite ou du Bonheur, le tout avec des majuscules, évidemment. Celles qu’on se transmet entre initiés et dont on écoute d’un air entendu la profonde sagesse. Je vous jure, le prochain qui me raconte l’histoire du pêcheur Mexicain, je lui explique en termes choisis que les enchiladas que je vais lui faire bouffer, ça ne ressemblera pas à un voyage tous frais payés à Acapulco!

 

 

 

Cependant celle-ci ne fait pas partie de la liste des historiettes édifiantes habituelles. Tirée de  Northern Exposure, vieille série poétique et décalée se déroulant en Alaska (et l’une des meilleures séries de l’histoire de la télé), elle m’inspire.

 

 

Dans l’épisode, Marylin Whirlwind, Indienne Tlingit, s’adresse à Mrs Fleishman, New-Yorkaise version pie bavarde intarissable, infatigable mais un brin fatigante, pour lui raconter la légende d’un tout autre oiseau.

 

(Et même si vous ne comprenez pas l’anglais, je vous encourage à écouter cet extrait et à vous laisser porter par les intonations étrangement monocordes de l’épatante Elaine Miles, conteuse traditionnelle – entre autres – avant d’être comédienne.)

 

 

 

 

 


Pour ceux qui ont du mal avec l’anglais, en voici une traduction:
“L’aigle ne fut pas toujours l’aigle.
L’aigle, avant de devenir l’aigle, était Ukatangi, le bavard.
Ukatangi parlait et parlait.
Il parlait tellement qu’il n’entendait que lui.
Il n’entendait ni la rivière, ni le vent, ni même le loup.
Le corbeau vint et lui dit: “le loup a faim. Si tu cesses de parler, tu l’entendras. Le vent aussi. Et quand tu entendras le vent, tu voleras.”
Alors il cessa de parler.
Et devint sa nature, l’aigle.
L’aigle prit son envol et son vol exprima tout ce qu’il avait à dire.”

 

 

 

Mini coaching: prendre son envol

 

Il est fort probable qu’à trop parler, qu’à être trop sollicités par le bruit et la fureur de nos vies trépidantes, nous n’écoutons pas tellement, ni ce(ux) qui nous entoure(nt), ni ce qui se passe en nous. Nous devenons sourds à nous-mêmes et aux autres, sourds à nos vrais besoins, empêchant ainsi notre aigle intérieur de laisser s’exprimer sa vraie nature, de prendre son envol. 
  • Et vous, quand allez-vous vous asseoir cinq minutes en silence pour écouter le vent?
  • Et si vous écoutez le vent, que vous dit-il sur votre nature?
  • Et si vous laissez votre vraie nature s’exprimer, que dit-elle?
  • Sur vous, la personne que vous êtes?
  • Sur vos besoins?
  • Sur vos envies, vos aspirations, vos ambitions, vos objectifs?

 

 

Voir aussi

 

 

 

 

Aller plus loin

 

Vous voulez construire une vie professionnelle en fonction de vos besoins, de vos aspirations et de vos valeurs? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 7 32.

 


Publicité

2 Comments

  • Majda dit :

    Il y’a bien des choses qu’on ne découvre qu’une fois seul avec nous-même, de celles que personne ne saura connaître a part nous, en un moment de silence !

    J’ai toujours priviliégié le silence, pour le rien qu’il me coute et le tant qu’il m’apporte !

    Exellent article.

  • Valérie dit :

    Il est devenu très difficile de laisser parler sa varie nature dans un monde consumériste qui nous indique nos choix (tu achèteras un Iphone, un paire de Nike, etc….).  Pour cela, un peu d’isolement par rapport à son quotidien me semle nécessaire. Qu’en penses-tu ?

Répondre à Majda Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *