Guide de survie aux abrutis: le harcèlement moral

Sylvaine Pascual – Publié dans: Relations aux autres

 

 

 

Il arrive régulièrement que des clients viennent me voir pour développer leurs compétences relationnelles dans le cadre d’une situation conflictuelle ou difficile au travail. Parmi ceux-là, il arrive aussi régulièrement qu’il s’agisse de harcèlement moral, que le coaching ne peut pas traiter. Aussi je vous propose quelques pistes pour identifier la harcèlement moral et les personnes à qui s’adresser.  

 

 

ou mobbing. Comment identifier le harcèlement moral pour s'adresser aux bonnes personnes

 

 

Harcèlement, coach, psy et avocat

 

Dans les cas avérés de harcèlement moral, le coach ne peut vous aider

  • ni dans les démarches, qui sont du ressort de votre hiérarchie en cas de tentative de médiation, ou de votre avocat en cas de recours juridique. Voir les différentes démarches, compilées par Juritravail
  • ni dans l’indispensable travail sur soi. Le coach n’est pas formé pour traiter la souffrance ou le travail thérapeutique, aussi la reconstruction de soi se fera chez le psy. Voir la liste des consultations de Souffrance et travail:

Les seuls cas dans lesquels le coach peut être utile sont la prévention et le développement des compétences relationnelles après la reconstruction psychologique.

 

 

 

Compétences relationnelles et harcèlement moral

 

Je ne suis pas du tout convaincue que face à un harcèlement avéré le développement de l’affirmation de soi et des compétences relationnelles soit suffisant pour y mettre un terme. Il n’est utile que s’il s’agit simplement d’une situation de persécution au sens triangle de Karpman du terme.

 

En revanche, lorsqu’on a subi du harcèlement moral, APRES la phase de reconstruction psychologique chez le psy et avec l’aval de celui-ci, il est utile de développer l’affirmation sereine de soi au travers du développement des compétences relationnelles pour éviter d’y être confronté à nouveau dans une autre situation professionnelle.

 

De même, l’acquisition des compétences relationnelles diminue le risque de se trouver un jour victime de harcèlement. Attention cependant, il le diminue sans le supprimer, car l’affirmation de soi est efficace uniquement contre le harcèlement par des personnes à comportements non pervers.

 

 

 

Identifier le harcèlement moral

 

Le problème, c’est que sa banalisation nous pousse à voir du harcèlement partout, y compris là où il n’y a qu’un stress relationnel. La moindre maladresse et hop! Nous voilà hurlant au harcèlement. Une réprimande individuelle publique est une idiotie managériale, mais ça ne suffit pas à faire du boss en question un monstre de harcèlement moral qui mérite d’être cloué au pilori des relations pourries. Ca en fait tout au plus un imbécile à enfermer temporairement dans un bocal à con, le temps d’acquérir les compétences relationnelles nécessaires pour s’affirmer face à lui et lui faire les demandes nécessaires.

 

Selon le site Placedelamediation.com, “il faut subir certains « agissements » : actes anormaux, paroles blessantes, gestes déplacés. Ensuite, ces agissements doivent se répéter dans le temps.”

 

Alors quels agissements? Heinz Leymann, docteur en psychologie et professeur à l’université de Stockholm, a publié en 93 un ouvrage intiulé Mobbing dans lequel il a listé 45 comportements constitutifs de harcèlement répartis en 5 catégories. Ils représentent une base solide pour identifier une situation de harcèlement:

 

1- Empêcher la victime de s’exprimer

  •     Le supérieur hiérarchique refuse à la victime la possibilité de d’exprimer.
  •     La victime est constamment interrompue.
  •     Les collègues l’empêchent de s’exprimer.
  •     Les collègues hurlent, l’invectivent.
  •     Critiquer le travail de la victime.
  •     Critiquer sa vie privée.
  •     Terroriser la victime par des appels téléphoniques.
  •     La menacer verbalement.
  •     La menacer par écrit.
  •     Refuser le contact (éviter le contact visuel, gestes de rejet,…).
  •     Ignorer sa présence. par exemple en s’adressant exclusivement à des tiers.

2- Isoler la victime

  •     Ne plus lui parler.
  •     Ne plus se laisser adresser la parole par elle.
  •     Lui attribuer un poste de travail qui l’éloigne et l’isole de ses collègues.
  •     Interdire à ses collègues de lui adresser la parole.
  •     Nier la présence physique de la victime.

3- Déconsidérer la victime auprès de ses collègues

  •     Médire d’elle ou la calomnier.
  •     Lancer des rumeurs à son sujet.
  •     Se gausser d’elle, la ridiculiser.
  •     Prétendre qu’elle est une malade mentale.
  •     Tenter de la contraindre à un examen psychiatrique.
  •     Railler une infirmité.
  •     Imiter la démarche, la voix, les gestes de la victime pour mieux la ridiculiser.
  •     Attaquer ses convictions politiques ou ses croyances religieuses.
  •     Se gausser de sa vie privée.
  •     Se moquer de ses origines, de sa vie privée.
  •     La contraindre à un travail humiliant.
  •     Noter le travail de la victime inéquitabalaement et dans des termes malveillants.
  •     Mettre en question, contester les décisions de ses victimes.
  •     L’injuruer dans les termes obscènes et dégradants.
  •     Harceler sexuellement la victime (gestes et propos)

4- Discréditer la victime dans son travail

  •     Ne plus lui confier aucune tâche.
  •     La priver de toute occupation et veiller à ce qu’elle ne puisse en trouver aucune par elle-même.
  •     La contraindre à des tâches totalement inutiles et/ou absurdes.
  •     Lui donner sans cesse des tâches nouvelles.
  •     La charger de tâches très inférieures à ses compétences.
  •     Lui faire exécuter des travaux humiliants.
  •     Confier à la victime des tâches exigeants des qualifications très supérieures à ses compétences, de manière à la discréditer.

5- Compromettre la santé de la victime

  •     Contraindre la victime à des travaux dangereux ou nuisibles à la santé.
  •     La menacer de violences physiques.
  •     L’agresser physiquement, mais sans gravité, « à titre d’avertissement ».
  •     L’agresser physiquement, sans retenue.
  •     Occasionner volontairement des frais à la victime dans l’intention de lui nuire.
  •     Occasionner des dégâts au domicile de la victime ou à son poste detravail.
  •     Agresser sexuellement la victime.

 

 

Qui harcèle qui?

 

On a un peu trop tendance à associer le harcèlement moral au petit chef qui se nourrit de jeux de pouvoir. Cependant, tout le monde peut être concerné. Toujours selon Place de la médiation, le harcèlement peut être:

 

  • Descendant: le manager qui s’en prend à son collaborateur
  • Ascendant: le manager victime d’un ou plusieurs collaborateurs
  • Horizontal: le collaborateur victime d’un ou plusieurs collaborateurs
Ces trois cas sont également destructeurs. Si vous pensez être victime de harcèlement, il est indispensable de vous adresser à votre médecin du travail. Si le harcèlement est avéré, il devient alors important de prendre certaines mesures: 10 conseils pour réagir au harcèlement moral.

 

 

 

Ressources externes

 

Harcèlement moral: quête pour une définition

Qu’est-ce que le harcèlement moral?

 

 

 

 Voir aussi

 

Guide de survie aux abrutis

Guide de survie aux abrutis: le manipulateur

Guide se survie aux abrutis: 5 erreurs fatales avec un manipulateur

Vie professionnelle: 11 comportements qui tuent

Ebook gratuit: le triangle de Karpman

Tous manipulés, tous manipulateurs!

4 trucs infaillibles pour se pourrir les relations

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez développer vos compétences relationnelles pour vous affirmer sereinement dans le travail? Pensez au coaching. contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

12 Comments

  • Marie-Pierre dit :

    Point très complet et intéressant sur le harcèlement moral !

  • Prengère jean lou dit :

    bien,mais très incomplet ( 1/priver la victime des informations ,et,des techniques nouvelles dans le cadre de l’évolution de son activité .2/lui interdire l’accès à certaines tâches ou postes pouvant améliorer ses compétences , son rendement,ses conditions de travail,ses connaissances professionnelles,4/la réprimander devant ses collègues ,5/ lui faire des réflexions désobligeantes en présence des usagers du service …….)et bien plus encore

    • Sylvaine Pascual dit :

      Incomplet en effet, l’article ne prétend pas donner une liste exhaustive des agissements qui peuvent relever du harcèlement, juste en donner une idée.
      Merci pour ce complément!

  • Julien dit :

    Bonjour, je lis souvent souvent la même chose, développer son affirmation face aux manipulateurs et harceleurs. C’est bien mais ça ne résoud pas vraiment le problème dans le fond. Au fond il faut définitivement rayer ces gens de sa vie. Créer son emploi, son business, traiter uniquement avec des personnes choisient. Voilà la solution idéale, etsuirésoud vraiment le problème. Face aux cons, aux manipulateurs, aux harceleurs, il n’y a qu’une seule bonne solution, c’est l’extermination. Ce qui malheureusement n’est pas toléré par la loi. Bon corurage a ceux qui subissent toutes ses relations de merde.

    • Sylvaine Pascual dit :

      Il est important de distinguer la manipulation perverse, qui est le seul cas dans lequel il est inutile d’essayer de s’affirmer, de la persécution et du harcèlement, qui sont remédiables. D’ailleurs toutes nos relations passent par des phases de persécution, si minimes soient-elles, du coup, s’en débarrasser reviendrait vite à faire une croix sur toutes les relations.
      “une seule solution, l’extermination”, voilà qui me paraît un peu limite d’une part, un peu auto-complaisant d’autre part. L’autre qui est un con est aussi un miroir de nous-mêmes, de nos propres manquements, de nos propres comportements, de nos propres failles. Créer son emploi parce qu’on se sent entouré de cons sans travailler les compétences relationnelles risque tout simplement d’amener à subir ses clients au lieu de subir son patron. Car nous faisons nos choix de relations en fonction de nos mécanismes internes, et si nous sommes par trop souvent la proie des cons, nous y sommes aussi pour quelque chose.

  • mimi dit :

    L’article est intéressant, mais il ne traite pas du harcèlement moral au sens large. On ne parle ici que du harcèlement du manager envers son collaborateur principalement.
    Or le harcèlement est aussi horizontal et ce sont aussi les collègues qui peuvent être harceleurs.

    Dans ce cas, en tant que manager comment aider son collaborateur ?

    • Sylvaine Pascual dit :

      En effet, le harcèlement d’un collaborateur par un autre collaborateur est un sujet à part entière et d’ailleurs sûrement plus fréquent qu’on ne l’imagine.
      Lorsque le manager détecte des comportements harceleur chez un collaborateur, il lui revient d’intervenir auprès du harceleur et de le recadrer sur les règles de l’acceptable et de l’inacceptable et de préciser clairement ce qui ne sera pas toléré. Il peut en parallèle ( mais sûrement pas uniquement) proposer au harcelé une formation ou un accompagnement qui l’aidera à s’affirmer davantage. Et si les comportements persistent malgré le recadrage, il me paraît tout à fait justifié d’en référer à la hiérarchie, voire d’envisager un licenciement.

  • Hugo dit :

    Moi j’en subi deux et suis témoin du troisième : descendant, ascendant et horizontal cela c’est fait progressivement depuis plusieurs années.

    Ascendant : mon chef, se fait critiquer par ces collaborateurs à cause de son comportement laxiste au travail et de son incompétence dans certain domaine.

    Descendant : Je suis devenu son défouloir. Comme il ne pouvait pas se défouler sur les autres qui en savaient plus que lui, il s’en est pris à moi qui avait un niveau de compétences plus faible. Mise à l’écart, brown out, humiliation et j’en passe. Gueuler sur moi lui donnait l’impression d’avoir une autorité de chef qu’il ne pouvait pas faire subir aux autres, car il dépendait d’eux pour répondre à sa direction en cas de question sur tel ou tel sujet…

    Horizontal : Mes collègues s’en sont pris à moi aussi, car ma hiérarchie leur a montré l’exemple, je suis devenu le con de service qui ne fait rien de bon et qui est inutile au travail… Là, je me suis remis en question, j’ai fait de mon mieux pour être à niveau malgré la mise à l’écart volontaire et je suis resté poli envers mes collègues et non rancunier. Au fur et à mesure, ils ont changé d’opinion sur moi, mais le mal était déjà fait et les étiquettes une fois mises sont tenaces.

    Bref l’horreur, j’ai souvent fait le point avec lui pour lui dire que si je ne faisais pas l’affaire il fallait me licencier. Sur quoi, il me répondait que ce n’était pas la politique de l’entreprise. Mais que si ça ne m’allais pas, je n’avais qu’à partir, la porte était grande ouverte. Ils font cela en général pour éviter de vous payer les indemnités de licenciement. Ils vous poussent à bout, jeu dangereux surtout pour celui qui subit cela, cela peut entraîner une dépression et un suicide.

    Mon conseil pour éviter cela : parlez de votre mal être, ne le gardez pas pour vous, même si vous avez honte ! Avertissez la médecine du Travail, les délégués, parlez pendant les pause repas avec des collègues d’autres services pour sonder s’ils trouvent l’attitude de votre collègue du même service ou de la hiérarchie déplacée vis à vis de vous. Notez chaque fait que vous remarquez, heure, date et fait reproché. Ayez des témoignages par écrit, surtout de vos collègues de passage :intérimaires, CDD, autres…

    Attention, si vous accusez à tort une personne de harcèlement cela n’est pas sans conséquence et peut entraîner un licenciement pour faute lourde ou grave.

    Le harcèlement résulte de mesures répétitives allant à votre encontre. Voir plus haut.

    Il est très difficile de démontrer le harcèlement au travail/sexuel mais pas impossible alors, si vous êtes victime réagissez.

    Une fois les faits dénoncés, vous ne pouvez plus faire machine arrière, si la direction soutient l’agresseur la seule solution connue à ce jour par moi c’est de voir avec la médecine du travail pour se faire licencier et tourner la page au plus vite vers d’autre horizon meilleur.

    Voila mon expérience dans Ce triste domaine.

    • Merci infiniment Hugo pour ce témoignage courageux et les conseils judicieux qui l’accompagnent. Les situations de harcèlement telles que vous l’avez vécue restent malheureusement bien trop fréquentes et réagir en se faisant accompagner des professionnels (médecin, avocat) est la meilleure solution.
      Je vous souhaite des ailleurs professionnels plus réjouissants:)

Répondre à Julien Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *