Reconversion professionnelle et leadership de soi

Le désir de reconversion génère parfois un foisonnement d'idées fatigant

 

Le désir de reconversion génère parfois des foisonnements d’idées et de pensées – pas toujours positives – qui se traduisent par une suractivité fatigante du cerveau, sans donner une direction claire pour se mettre en route sur le projet. Pour calmer les ardeurs éparpillées de notre machine à penser, le leadership de soi est une bonne idée.

Le désir de reconversion génère parfois un foisonnement d'idées fatigant

 

Désir de reconversion et pensées à foison

Lorsque Sofia, directrice marketing, a été licenciée, ça a été un choc. Bon, sans blague me direz-vous, à juste titre. Mais pour Sofia, qui n’a pas exactement les deux pieds dans le même sabot, les semaines qui ont suivi se sont révélées assez surprenantes: son cerveau c’est mis à bouillonner comme jamais. Quand elle est venue me voir, elle n’était pas épuisée par sa situation, elle était épuisée par ses réactions spontanées, à savoir un ciboulot en ébullition qui turbinait des idées et des pensées en totale sur-capacité autour de trois aspects de sa nouvelle situation:

  • Soulagement de laisser un boulot dans lequel elle se reconnaissait de moins en moins.
  • Fourmillement d’idées sur mille avenirs professionnels possibles qui partaient dans tous les sens.
  • Colère et rumination concernant les conditions dans lesquelles elle avait été licenciée et les démarches à mener pour obtenir justice.

Au milieu de ce brouhaha de circonvolutions, d’élucubrations et d’émotions, Sofia ne se reconnaissait plus, elle qui est plutôt sûre d’elle et qui, dans l’ensemble, sait ce qu’elle veut et où elle va. Elle en était venue à se demander si elle n’y avait pas laissé sa santé mentale.

Sofia n’est probablement pas un cas isolé. C’est aussi ce qui c’est passé pour Anton. Porteur d’un projet de restauration original, il a procrastiné pendant des semaines: incertitudes autour de son idée, manque de confiance en lui etc. Mais lorsqu’il a connecté avec l’idée d’explorer son projet sans complexes et dans préjuger de la suite à lui donner, son esprit s’est mis à fonctionner à toute vapeur, produisant de la pensée en trois huit, jusqu’à l’empêcher de dormir. D’une manière plus agréable que pour Sofia, car toutes ses pensées étaient orientées vers les étapes à franchir pour développer son projet, mais ô combien fatigante: toutes ces étapes y passaient en même temps, depuis l’identité visuelle de son restaurant jusqu’à la création de valeur en passant par les formations, le financement, les éventuels associés, les menus. Mille idées à la minute qui s’ajoutaient aux actions concrètes qu’il menait lui rendait la vie… compliquée.

Pour Armelle, en pleine exploration de la pertinence de son projet de création d’entreprise, le fourmillement de questions lui donnait le sentiment d’être perdue sur le périf aux heures de pointe: un encombrement bruyant, le sentiment d’être coincée dans un capharnaüm de doutes, de craintes, d’apparentes contradictions paralysants qui l’empêchaient de prendre une sortie et d’aller construire son projet sereinement.

Même lorsque le désir de reconversion n’est pas le résultat d’un licenciement pénible, identifier un nouveau métier et s’assurer que c’est une piste solide et pertinente peut susciter un déchaînement d’activité cérébrale dans lequel un boulanger ne reconnaîtrait pas ses pains au chocolat.

La solution, pour Sofia, pour Anton pour comme tout autre candidat à un changement de métier qui aurait le sentiment de partir un peu trop dans tous les sens et d’avoir du mal à poser ses valises mentales pour mûrir une réflexion plus sereine est plus fluide, c’est de retrouver un peu de leadership de soi.

 

Le leadership de soi au service d’un changement de métier

Le leadership de soi, c’est la capacité à mobiliser et faire coopérer l’ensemble de nos caractéristiques, des voix intérieurs de nos besoins, de nos aspirations, de nos croyances, de nos valeurs, de nos compétences et incompétences, afin qu’elles s’expriment à l’unisson vers un but commun.

La compétition interne entre toutes ces voix qui cherchent à se faire entendre est souvent une cacophonie de partitions différentes qui se jouent en même temps. C’est assez épuisant d’une part, et d’autre part, ça n’a pas de sens, dans le sens où ça ne donne pas de direction tangible à suivre. Ce foisonnement d’idées et de pensées est donc plus générateur de stress que créateur d’itinéraires professionnels cohérents.

Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, ce tintamarre se retrouve souvent amplifié d’une surabondance de questions, de doutes, de tâtonnements, d’incertitudes, de craintes, d’envies, de raisonnements.

Le risque principal, c’est bien entendu… la procrastination. En effet, difficile de passer à l’action lorsque 254 pensées différentes et contradictoires sur une même action à poser se bousculent dans notre boîte à idée interne. Travailler le leadership de soi va permettre d’apaiser tout ce bruit et cette fureur, de diminuer l’anxiété et l’agacement, de canaliser l’énergie pour développer un état d’esprit plus calme et plus rassurant.

Le leadership de soi condition préalable au leadership tout court

 

Travailler le leadership de soi

Diverses possibilités s’offrent à nous pour revenir à une stabilité émotionnelle et attentionnelle reposante et facteur d’une réflexion plus apaisée et détendue. Je vous propose d’explorer ces pistes au travers d’une série de billets:

  • Calmer le brouhaha intérieur
  • Leadership de soi: les conseils de Robert Dilts pour la reconversion professionnelle
  • La méditation au service de la reconversion professionnelle
  • Rêverie et glandouille au bénéfice d’un changement de métier

Et en guise de première étape, vous pouvez commencer par un état des lieux de votre bouillonnement interne.

 

Mini coaching: l’état des lieux du flot des pensées

Et en préalable vous pouvez d’ores et déjà commencer en observant toutes ces pensées qui se bousculent dans votre tête en quête d’un changement de métier:

Quelles thématiques se dégagent?
Quelles émotions vous assaillent? A quels états de défense correspondent-elles? (Voir: Remparts coursives et échauguettes, les états de défense aux émotions)
Quelles craintes s’expriment?
Quels doutes se manifestent?
Quelles ruminations?
Quelles idées?
Parmi ces idées, lesquelles vous font vibrer? Lesquelles vous inquiètent, vous agacent, vous fatiguent?

En creusant ces questions en détails, vous aller établir une cartographie des pensées qui occupent votre esprit, de façon positive ou négative, avec une valeur hiérarchique en fonction de celles qui se manifestent le plus et de celles qui s’expriment moins. C’est un premier tri qui pose un premier jalon sur le chemin de la réflexion sereine retrouvée;)

 

Voir aussi
Les talents naturels derrière les émotions
Les 10 clés d’une reconversion professionnelle zen
Les 10 clés d’une reconversion professionnelle dynamique
Le job idéal, une réalité à inventer
Les obstacles à la reconversion professionnelle
Age, métier et reconversion professionnelle
Reconversion professionnelle: l’être humain derrière le projet
Reconversion professionnelle: voyage au bout de l’enfer ou formidable aventure?

 

Aller plus loin

 

Vous voulez construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

Publicité

2 Comments

  • Chabanon dit :

    Merci Sylvaine,
    Cela faisait quelques mois que je n’étais pas venu rendre visite à votre énergie et j’avoue que c’est toujours aussi agréable.
    Agréable pour la fraîcheur et l’enthousiasme qui s’en dégage.

    Bonne journée et encore merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *