Reconversion professionnelle: quand le coaching est superflu

Les trois conditions pour mener sa reconversion sans accompagnement

 

Non, le coaching n’est pas toujours nécessaire dans un projet de reconversion professionnelle. La preuve par l’exemple, c’est le cas de Louise, consultante en marketing après sa sortie de Siences Po, devenue spécialiste du bien-être au travail par le rire et la joie, sur lequel je vous propose de revenir pour explorer les trois critères de l’accompagnement inutile.

 

Les trois conditions pour mener sa reconversion sans accompagnement

 

 

La triplette du coaching superflu

Vous le savez, j’aime bien les triplettes, qu’elles soient relationnelles, opérationnelles ou autres, car le tri-dimensionnel, ça donne de la profondeur de champ et c’est comme les pieds d’un tabouret: ça tient mieux qu’à deux.

Vous le savez aussi, l’un des objectifs du coaching, c’est l‘autonomie du client, en particulier dans sa capacité, au delà de la mission de coaching, à agir par lui-même dans le sens des objectifs travaillés pendant l’accompagnement. En d’autres termes, un coaching confiance en soi, par exemple, doit déboucher sur l’aptitude du client à entretenir et nourrir la confiance qu’il a construite, à en gérer les hauts et les bas par lui-même.

Dans le cadre d’une reconversion, il s’agit de réunir les trois conditions d’une dynamique efficace et sereine vers un projet motivant, une dynamique qui lève les freins et confère à celui qui la porte une détermination et une motivation qui soulèvent des montagnes ou a minima, en franchissent les cols sans ramollir, parfois malgré les obstacles rencontrés en cours de route.  Nous avions vu ces trois conditions en détails dans le billet Reconversion professionnelle et lecture émotionnelle. Les freins à un changement de métier sont en effet essentiellement émotionnels et répondre à ses besoins au travers de trois questions fondamentales permet de dépasser les craintes, les agacements ou la fatigue qu’un tel projet peut engendrer.

  1. Un projet pertinent, clair et atteignable (au vu de la spécificité de la personne). C’est le quoi que l’on affirme avec assurance et conviction.
  2. Un projet porteur de sens c’est le pourquoi de cette bifurcation professionnelle, les raisons pour lesquelles il nous donne le sentiment d’oeuvrer à quelque chose d’utile, de grand, de beau, d’important. Ces raisons qui sont ultra personnelles et ne se justifient pas donnent une forte motivation, de l’envie, de l’énergie.
  3. Un projet inscrit dans itinéraire précis, c’est le comment, constitué d’étapes à franchir, d’actions concrètes à mener, qui donne le calme, la confiance, le courage de celui qui sait où il va.

Lorsque le candidat à un changement de métier a les idées claires sur ces trois composantes de son projet, à moins d’un frein majeur, par exemple de l’ordre de la dévalorisation et du manque de confiance en soi, il dispose d’un trépied solide sur lequel il peut suffisamment s’appuyer pour tracer son nouvel itinéraire professionnel tout seul.

 

Reconversion coaching inutileLe coaching (de Louise) n’aura pas lieu

Après un parcours très classique qui l’a menée de Sciences-Po au métier de consultant, Louise s’est très rapidement sentie en manque de sens dans son métier et s’est mise à explorer des alternatives telles que le métier de clown et le rire. Avant de venir me voir, elle avait déjà sonné à plusieurs portes pour se faire accompagner dans son projet de reconversion… sans succès. Trop jeune, pas assez d’ancienneté pour les uns, un projet ridicule pour les autres, il n’y a qu’à Sciences Po où, étonnamment peut-être, elle a trouvé un oreille attentive à son projet. Mais pas d’accompagnement.

Louise remplissait déjà les 3 conditions d’une reconversion professionnelle assez radicale et qu’un coaching était superflu. Peut-être Louise aurait-elle eu besoin d’un accompagnement si elle avait manqué d’un brin de confiance en elle, si elle avait eu quelques doutes ou besoin de construire les étapes de son projet. Mais l’objectif, ses bénéfices et l’itinéraire pour y parvenir étaient déjà suffisamment clairs pour être mis en oeuvre. Elle avait probablement simplement besoin de verbaliser son projet en détails – plutôt que par bribes, comme on le fait souvent avec son entourage – pour prendre conscience par elle-même qu’elle était en mesure de se lancer sans accompagnement.

 

Un projet, trois piliers

“En octobre 2012, quand je suis allée voir Sylvaine, cette décision de changer de vie était toute récente, elle avait à peine deux mois. Si mon entourage me soutenait dans mon désir d’être heureuse, en revanche, ce choix d’aller vers le rire et le clown lui faisait peur. J’étais moi-même angoissée et je ressentais le besoin d’être guidée, conseillée et structurée par quelqu’un d’extérieur.”

C’est bien l’inquiétude contagieuse de son entourage qui a fait croire à Louise que son projet nécessitait un accompagnement. Cependant, l’entretien d’exploration a permis de mettre au jour les trois piliers sur lequel il reposait, qui l’ont finalement convaincue qu’elle était déjà prête à le mener toute seule.

 

1- l’objet : un projet cohérent avec elle

Louise est donc venue me voir avec un projet comme je les aime, un projet qui parle aux tripes, dans sa musette: développer le bien-être par le rire, la joie, les clowneries, selon ses propres termes. Elle l’exposait avec un enthousiasme contagieux, une assurance tranquille et la certitude convaincante d’avoir trouvé son chemin.

Son projet consistait à animer des ateliers pour les particuliers autour des jeux (jeux coopératifs, théâtraux, psychomoteurs, jeux de créativité etc) et du rire sans raison, dans le but de favoriser le lâcher prise, l’audace, ja joie, la confiance, la collaboration, l’expression de soi.

 

2- Le sens, la direction

Un stage à l’école du rire avait été pour elle la confirmation d’une conviction, celle que la vie doit être “entrecoupée de respirations ludiques qui boostent le corps et la tête et donnent envie d’avancer”, dit-elle.

Louise s’était aussi penchée sur son parcours et avait identifié sa logique interne et ses contradictions, ce qui lui avait permis de se rendre compte qu’il était tout naturel pour elle d’arriver là, prête à se lancer dans une reconversion. Et cet itinéraire bis professionnel faisait sens car il lui permettait d’offrir aux autres:

  • La possibilité de mettre un peu de légèreté, de moments de vie, de joie, de simplicité dans leur vie, valeurs essentielles à ses yeux et donc le commun des mortels manque parfois cruellement
  • La possibilité d’être acteurs de leur propre joie, plutôt que spectateurs passifs ou attentistes d’une bonne humeur générée par des événements extérieurs.

Jusque-là, on pourrait encore y voir une attirance de mode pour un développement personnel qui est à l’individu ce que la chambre d’hôte est au projet professionnel: une promesse potentiellement illusoire de vie de carte postale. Seulement voilà: Louise avait déjà un plan de route suffisamment solide pour achever de convaincre même le plus pisse-vinaigre des pessimistes de l’intérêt et de la faisabilité de son projet.

 

3- Le plan de route

Louise avait déjà aussi un idée précise des étapes à franchir pour mener à bien les deux phases de son projet: la formation et le développement de son activité:

  • Elle avait déjà fait un premier stage de rigologie qui lui avait confirmé son désir d’aller plus loin.
  • Elle avait l’intention de compléter cet apprentissage par deux modules de formation supplémentaires.
  • Elle était inscrite à une formation PNL pour apprendre les bases de la relation et affiner ses techniques d’animation par la connaissance de l’autre et de ses fonctionnements.
  • Elle avait identifié une solution de mise en oeuvre: la création d’une association pour donner un cadre à ses ateliers et obtenir un local auprès de la mairie. Le nom de l’association était trouvé et elle savait déjà comment elle allait la faire connaître, quelle identité elle allait lui donner et avec qui elle allait la monter.
  • Elle avait bouclé la question du financement de ses formations et de son début d’activité.
  • Le business plan était fait, elle avait les idées claires sur le CA à dégager pour que son activité soit viable.
  • Elle avait conscience des atouts de personnalité sur lesquels elle pouvait s’appuyer – la détermination et une forme réjouissante d’enthousiasme contagieux et convaincant à la fois – et comment s’appuyer sur des valeurs pour parler d’ateliers qui se vivent plus qu’ils ne s’expliquent.

Peut-être qu’exposer son projet de A à Z lui a permis d’entrevoir sa solidité et de parvenir ainsi aux “vingt secondes de courage insensé” qui sont le tremplin de tels projets de reconversion (et dont nous aurons l’occasion de reparler;). Elle a donc choisi de ne pas être accompagnée et a mené une reconversion bien ficelée:

  • Septembre 2012: Louise suit un stage de rigologie
  • Octobre 2012, Louise vient me voir et décide de ne pas se faire accompagner
  • Novembre 2012: elle crée son association Pêche ton bonheur
  • Novembre 2012: elle démarche et obtient une salle dans un centre socio-culturel
  • Janvier 2013: elle fait ses premiers ateliers

 

Reconversion: de Louise Pescheux à Lou Divine

 

Nuit de l'optimisme Louise Pescheux

 

J’ai retrouvé Louise à la Nuit de l’optimisme en 2014. Elle animait la décapante mise en bouche de cette soirée et a plongé en quelques minutes une salle de 300 personnes dans une allégresse collective immédiatement génératrice de lien entre les participants. Je suis bien entendu allée la voir et une discussion plus loin, je me suis rendue compte que Louise avait fait évoluer son projet, avait saisi toutes les opportunités de le faire grandir et se développer. Elle est aujourd’hui spécialisée dans le bien-être au travail par le jeu et le rire. Et comme son parcours depuis Sciences-Po jusqu’à Lou Divine (son nom de scène) est passionnant, je vous propose de le découvrir très prochainement;)

 

Voir aussi

Carrière: le désir de reconversion

Reconversion professionnelle: une affaire de tripes!

Reconversion professionnelle: milieu de carrière et questionnements

Reconversion professionnelle: déterminer s’il est temps de changer de métier

Changer de métier: les reconversions trop raisonnées-raisonnables, sources d’échec

Reconversion professionnelle: vous avez demandé la Lune… ne quittez pas…

Reconversion professionnelle: Ithaque 1er influenceur sur le changement de métier

Reconversion professionnelle et leadership de soi

 

 

Aller plus loin

Vous voulez élaborer un projet, construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *