Je refuse d’avoir de la chance!

 

Sylvaine Pascual – Publié dans: Regards croisés

 

 

 

Suite à vos réactions sur l’article Silence sur le blog d’Ithaque… je vous propose une nouvelle rubrique: Regards croisés, dans laquelle je vous invite à venir partager vos visions et perceptions sur des thèmes divers.
Et je vous propose de commencer aujourd’hui avec la notion de CHANCE

 

 

 

 

 

 

 

Quelle chance, la chance!

 

Je suis tombée sur cette video, ahurissante collection de moments, hasards, et gestes aussi hallucinants qu’improbables (mention spéciale pour l’attaque de la banque), qui m’a laissée bouche bée et m’a fait réfléchir sur le concept de chance.

 

Car la chance a bon dos, responsable de nos réussites qui, parce qu’elle ressemble parfois au contraire des horreurs qui auraient pu se produire, nous dépossède plus souvent qu’à notre tour de nos talents comme de nos coups de génie…

 

“La chance, c’est l’explication des succès de ceux qui nous sont antipathiques” Disait André Roussin. Et on peut rajouter de ceux qui nous sont indifférents, que nous envions etc.

 

 

 

 

Ce serait donc quoi, la chance?

 

Une intervention quasi divine, qui dirige la balle vers le panier, qui ralentit la chute de l’arbre pour nous laisser le temps de passer, qui remet le motard en selle?

 

Et bien, je refuse d’avoir de la chance! Je refuse d’attribuer un pouvoir à ce concept abstrait qu’est la chance. Je refuse que les événements de ma vie soient estampillés chanceux ou malchanceux. Ils sont, un point c’est tout. Nos prouesses, si improbables, extravagantes ou absurdes qu’elles soient, restent des prouesses.  Et tous les accidents qui ne se sont pas produits ne se sont pas produits, point. Quel bénéfice y a-t-il à imaginer ce qui aurait pu se passer?

Il y a deux choses qui me frappent dans cette vidéo:

 

  •  Nous sommes parfois capables de coups de génie extraordinaires, et quelle importance que la probabilité pour qu’ils se répètent soit minime?  Savourons tout simplement cet exploit pour ce qu’il est: d’autant plus exceptionnel qu’il est hautement improbable.
  • Le ciel peut nous tomber sur la tête à tout moment (ou une voiture, un arbre ou  tout ce que vous voudrez): autant vivre chaque jour comme si c’était le seul, l’unique et en profiter pleinement.

 

Et vous, la notion de chance fait-elle partie de votre conception de la vie?
Que vous inspirent les événements inconcevables de cette vidéo ?

 

 

 

Voir aussi

 

Estime de soi: reconnaître ses accomplissements

Estime de soi: redécouvrir ses talents
Les freins à la réussite
connaissance de soi: unique et imparfait!

Talents naturels et accomplissements

La combinaison unique de la réussite

Reconversion professionnelle: la part de chance

Les dossiers d’Ithaque: Développer ses talents et ressources

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez améliorer votre quotidien au travail plutôt que d’attendre la chance? Construire un projet professionnel cohérent, en fonction de vos aspiration, vos goûts, vos valeurs? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 


26 réflexions au sujet de « Je refuse d’avoir de la chance! »

  1. Chance, hasard, destin… L’invocation courante de ces notions m’apparaît assez archaïque mais devant l’accumulation d’exemples dans la vidéo que tu proposes tout recours au rationnel semblerait idiot. Et néanmoins quoi de plus logique pour les policiers que de se précipiter vers la banque qui les a appelés dès qu’ils sont arrivés ?

    • Bonjour Coltrane,
      Accumulation et recours au rationnel, c’est exactement ce qui m’a fait réfléchir dans cette vidéo: quel autre mot pourrait nous venir à l’esprit? Comment nous distancier du magique et revenir sur terre?
      Les policiers font ce qu’ils sont censés faire.
      Le basketteur envoie le ballon exactement dans la bonne trajectoire, avec exactement la force requise.
      Le type sort de sa voiture AVANT que le truc (j’ai pas bien compris ce que c’était) tombe dessus
      etc.

  2. alors là tout à fait d’accord avec toi, c’est un peu la philosophie de “La voie du Sabre” qui, n’est pas qu’un art guerrier mais un art de vivre aussi ou du zen aussi, pour moi chaque jour est le dernier ,

    Ps le mystère de la blonde révélé demain lol, merci de tes passages
    bises 

  3. la notion de cha,ce ? non, je ne crois pas, mais je suis convaincu qu’une sorte de destinée régie nos vies, que nous sommes ici pour réaliser qq chose,et que nous ne mourons que lorsque c’est fait. C’est rèsmisthique alors que j ne suis pas particulièrement croyante ^^
    Quant aux évènements de cette vidéo, je suis épatée de tant de ‘chance’ mais je crois que k’instinct de survie des hommes y est pour beaucoup… et pour la banque, je dirais que les moutonsc suivent toujours un des leurs !
    biz

    • Salut Nanet-frog
      Effectivement, si l’on croit au destin, alors il n’est pas du tout question de chance. On est plutôt dans le “c’est l’heure”/”c’est pas l’heure”. Ca me fait penser à cette jolie série Dead Like me, qui raconte la “vie” d’une faucheuse, et dans laquelle des petits personnages ressemblant vaguement à des gremlins organisent des “accidents”, quand l’heure est arrivée…

  4. bonjour
    je ne crois pas à la chance. je pense seulement que nous naissons et que nous suivons un chemin qui prendra des tornures différentes suivant les évènements rencontrés. Je pense que seulement la vie est faite de hasard qui tourne en notre faveur et les hommes lui ont donnés le nom de chance.
    Mais laissons croire aux gens que la chance existe car pour certains ils ne leur restent plus que cette illusion pour encore essayer de survivre.
    Amicalement
    Babeth

    • Bonjour Elisa,
      C’est vrai qu’il y a des circonstances qui vont dans le sens de ce qu’on veut et d’autres moins (voire pas du tout!)
      Concernant les personnes qui ont rencontré suffisamment de circonstances terribles qu’elles sont en état de survivance, je pense que vivre dans l’illusion de la chance les ancre encore davantage dans leur situation, en les poussant à subir et à la passivité( à attendre la baguette magique, la main tendue, le prince charmant, le loto etc.). Donnons-leur plutôt les moyens de reprendre confiance en elles, d’agir, de faire, de participer, de construire et petit à petit elles pourront sortir de leur cercle vicieux.

  5. Bonjour Sylvaine,

    On parle de chance lorsqu’on voit ces images. On parlerait de malchance si on montrait toutes les fois où les piétons se sont fait happer par une voiture pour une question de centimètres. Je parlerais plutôt de statistiques…

    Comme tu le dis si bien, nos prouesses restent des prouesses. Dans le cas du motard qui parvient à garder la maîtrise de son engin, j’y vois surtout beaucoup d’entraînement, d’expérience et de sang-froid.

    Dans un article, <a href=”http://www.archimarketing.com/marketing/reussite-doit-rien-chance-39″>La réussite ne doit rien à la chance</a>, je présente mon point de vue sur la “chance” appliquée à la réussite professionnelle.

    Je pense que nous pouvons tous, professionnellement, bénéficier ou subir la loi des statistiques mais que nous sommes en grande partie responsables de nos réussites et de nos échecs.

    • Bonjour Laurent,
      Et oui, au final, ce n’est qu’une question de probabilité, et nous avons visiblement besoin de trouver des explications aux probabilités infimes.
      Je suis contente que tu mentionnes le cas du motard, qui est pour moi celui qui est le plus éloigné de la notion de “chance”: expérience, sang-froid me paraissent des termes bien plus justes.

  6. Je l’ai reçue cette vidéo : incroyable, mais vrai comme aurait dit Jacques Martin. La chance, c’est pour moi un synonyme du hasard bénéfique… comme la malchance du hasard maléfique (sans intervention maligne, attention, dans le sens “contraire de bénéfique”). Ça fait partie des probabilités de la vie, mais elles apportent tellement de soulagement, de réconfort ou de non-malheur qu’on la remarque très facilement… et qu’on la nomme chance.
    Et puis comme je disais l’autre fois, je pense qu’on peut attirer la chance avec une vision positive des choses. A voir aussi dans ce contexte “Yes Man” :D

    • Ha, Mad, j’aime beaucoup l’expression le “non-malheur”: c’est tellement cela! Comme si se focaliser sur le fait qu’un malheur ne soit pas arrivé apportait son contraire.

  7. Parfois, j’aime bien croire que je suis née sous une bonne étoile. Même si en réalité ça ne veut  rien dire, c’est juste du discours.
    Et puis c’est difficile de ne pas imaginer les conséquences catastrophiques, quand on voit certaines images de cette vidéo. Quoi dire d’autre que: il a eu une sacré veine?
    Et tout ça même si, ce ne sont que des concours de circonstances.

    • Salut Adeline,
      Tiens, c’est intéressant: qu’est-ce qui fait qu’on ne peut pas s’empêcher de penser aux conséquences? Serait-ce comme un exutoire, comme un façon de gérer la peur à postériori?
      Je vais me renseigner sur le sujet!

    • Bonjour Pomelo,
      Merci pour l’info, plusieurs personnes sont venues me le signaler. Ca explique le fait que la scène soit à peu près correctement filmée, mais c’est pas grave, je trouve la scène drôle

  8. @ pomelo: quelle déception!

    Sur la notion de chance, et donc de fatalité et de déterminisme (le gars qui sort de sa voiture juste à temps, c’était pas son heure, n’est-ce pas?), je conseille cet article intéressant:
    http://www.vingtenaires.com/article-27339299-6.html

    Moi, j’ai pas de chance, j’ai jamais fait de prouesse comme le gars de la moto…

    On peut pas mettre de lien sur ton blog

    • Merci Patrick, j’ai trouvé l’article bien vu.
      Patience, tu auras bien tes 15 minutes, toi aussi!

      Pour ce qui concerne les liens, je ne comprends pas trop. Des fois ça marche, d’autres non…

  9. Alors là… `Cette vidéo me laisse de marbre. Encore une compilation de bouts de machins trucs pris n’importe où, sans explications, sur un fond de musique (VRAIMENT) craignos… Je ne retiens rien de la chance et j’oublie vite. J’ai une vrai question : à quoi sert Internet  ? Peut-on rendre ce toutil vraiment utile pourtous, et à la porté de tous ? Faut-il laisser Internet à la portée de tous ? Mmmh… bof.

    • Bonjour Watwat,
      effectivement, libre à chacun d’évaluer selon ses propres critères la pertinence et l’intérêt de quelque chose: vidéo, concept ou quoi que ce soit d’autre.
      J’ai le sentiment qu’il y a davantage d’agacement dans ton commentaire que d’impassibilité. Je me trompe?

    • Bonjour Robert: c’est possible, et au moins la séquence de l’attaque de la banque en est un, elle m’a été signalée comme telle par plusieurs personnes. Mais au fond, qu’il s’agisse d’une série de fakes ou non n’a pas beaucoup d’importance, cela donne juste matière à réflexion

  10. On peut y voir un peu ce que l’on veut dans cette vidéo, enfin je pense tout de même que qui dit vidéo, dit montage : on aurait tout aussi bien pu faire la même chose pour montrer le “manque de bol”.
    A titre personnel, je crois aux statistiques et aux probabilités : on a tous vécu des évènements de ce genre au moins une fois dans notre vie. Imaginons qu’ils aient une certaine probabilité, une certaine fréquence et que cette fréquence dépend du nombre d’essai – après tout, ne dit-on pas qu’il faut la provoquer cette chance ? – mais aussi d’autres paramètres (le lieu, l’époque, les conditions, etc.), il me paraît clair qu’en certaines circonstances et en réunissant le maximum de ces paramètres, ces évènements ont plus de probabilité de se produire. Nous sommes nous-mêmes le résultat d’une succession de hasards : quelle probabilité avait le spermatozoïde de rencontrer et de fusionner avec l’ovule qui nous a engendré ? Trois fois rien, et pourtant nous sommes là. Comment ? Parce qu’à chaque éjaculation, l’homme expulse des milliards de spermatozoïdes – comme autant d’individus potentiels, mais un seul verra le jour : celui qui a la meilleure probabilité (le plus de chance, en somme) d’exister.
    Et c’est peut-être ça la chance au fond : multiplier au maximum les opportunités jusqu’à tomber sur “la bonne”. Notre expérience au fil de la vie, nous permet de multiplier les éléments favorables et réduire ceux défavorables – un peu comme… une sorte de sélection naturelle :D

    • “Mulitiplier au maximum les opportunités jusqu’à tomber sur “la bonne”, ça m’évoque les propos de Philippe Gabilliet, optimiste de la meilleure espèce (celle qui oeuvre;) qui considère que la chance est une compétence qui s’apprend et se développe et qu’il définit comme “la capacité qu’ont certaines personnes à créer autour d’eux les conditions d’apparition des opportunités”.
      C’est certainement de ce côté-là que nous gagnons à chercher pour aller vers ce que nous voulons!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha