Bien-être: le bruit et la fureur (1)

Sylvaine Pascual – Publié dans Talents et ressources / Bien-être et estime de soi

 

 

Selon Julian Treasure, spécialiste du son, celui-ci nous affecte de 4 manières qu’il est indispensable de prendre en compte, et l’écoute devrait être enseignée, tant elle est importante pour notre bien-être, notre productivité et nos relations. Le bruit et la fureur, première partie: comment les sons qui nous entourent nous affectent, parfois au détriment de notre bien-être et comment y remédier.

 

 

 

Trop de sollicitations sonores tuent notre capacité à écouter et entendreComment le son nous affecte

 

Dans cette première conférence TED, Julian Treasure montre que le son nous affecte de 4 manières qu’il est essentiel de prendre en compte autant dans notre environnement personnel que professionnel, faute de quoi les bruits ambiants pourraient bien avoir raison de notre bien-être. Évidemment, ce n’est pas par hasard que je plagie Faulkner sans vergogne: le bruit et la fureur que nous subissons de plus en plus sont aussi le reflet du tapage et des tumultes qui s’infiltrent dans nos esprits sollicités de toute part.

 

 

 

Je vous propose un voyage au pays du bruit, histoire d’apprendre à en tirer profit, plutôt que de se laisser submerger par la cacophonie…

 

 

1- Sur le plan physiologique

 

Les sons, qu’ils soient agréables pou pénibles, produisent des sécrétions hormonales et influent sur notre rythme cardiaque, notre respiration. Par exemple, le bruit de l’océan, qui a environ 12 cycles par minute, nous paraît généalement apaisant. Or, ce rythme correspond à celui de la respiration d’une personne qui dort. Nous l’associons donc au repos, d’autant plus qu’il nous fait penser aux vacances.

 

 

2- Sur le plan psychologique

 

La musique, par exemple, a un impact puissant sur nos émotions, tout comme certains bruits d’origine naturelle, comme le chant des oiseaux. Rassurant pour la plupart des gens, le chant des oiseaux est associé à un sentiment de sécurité, car depuis des centaines de milliers d’années, nous avons appris que c’est lorsqu’ils se taisent qu’il y a danger.

 

 

3- Sur le plan cognitif

 

Il ne nous est pas possible de comprendre deux personnes qui parlent en même temps, nous devons choisir d’écouter l’une ou l’autre. Notre bande passante est très limitée en ce qui concerne le traitement des sons perçus, et les environements bruyants sont en conséquence nuisible au bien-être comme à la productivité. Selon Julian Treasure, celle-ci baisse de 66% dans les open spaces bruyants.

 

 

4- Sur le plan comportemental

 

Nous avons une tendance naturelle à vouloir nous éloigner des bruits désagréables et à nous rapprocher de sons plaisants. Les bruits pénibles sont nocifs pour ceux qui les subissent en permanence.

 

Pour les entrepreneurs, je suggère d’écouter la fin de la conférence: Julian Treasure étant spécialiste de la pertinence sonore des entreprises, il montre ensuite comment des ambiances sonores inappropriées affectent les ventes.

 

 

Mini coaching: halte au charivari

 

Si le chahut disparate du monde agresse nos oreilles,nous ne sommes pas totalement impuissants face au vacarme. A l’évidence, nous ne disposons pas toujours de moyens pour faire comprendre à nos voisins que nous n’avons aucune envie de supporter leur vacarme, et les caler dans un bocal à con ne leur coupe malheureusement pas le sifflet.

 

En revanche, nous pouvons prendre un certain nombre de mesures sonores pour mieux vivre au quotidien en diminuant la pollution sonore.

 

  • Quels bruits extérieurs vous affectent négativement au quotidien?
  • Quels sont ceux que vous pouvez diminuer? Comment?
  • Quelles demandes assertives pouvez-vous faire pour tenter d’y remédier?
  • Quels sont ceux auxquels vous pouvez échapper, par exemple à l’aide d’écouteurs?

Si nos voisins ne sont pas toujours parfaits, nous non plus. Vous claquez les portes, vous parlez fort, vous tirez les chaises au lieu de les soulever, vous écoutez de la musique, votre chien aboie? Alors vous êtes probablement une plaie pour certains de vos voisins!

 

  • De quelle pollution sonore êtes-vous responsable dans votre environnement personnel? Au travail?
  • Comment pouvez-vous la minimiser?

 

  • En bref: comment pouvez-vous participer à rendre le monde plus calme, et du coup plus audible?

 

 

 

Mini coaching: mettre le bruit à son service

 

Julian Treasure suggère aux personnes qui travaillent dans un open space de travailler avec un casque et d’écouter des bruits naturels apaisants. Il recommande à tous d’écouter le chant des oiseaux 5mn par jour. A bon entendeur…

Je rajoute quelques pistes:

 

  • Identifiez les sons qui génèrent des émotions ou réactions positives en vous. Cela vous permettra de disposer de ressources en cas de besoin, et d’engranger des vitamines mentales sonores au quotidien.

 

  • Lesquels vous apaisent, vous détendent, vous dynamisent, vous réjouissent?
  • Parmi ceux-là, quels sont ceux dont vous avez leplus besoin pour vous sentir bien au quotidien?
  • Comment en mettre davantage dans votre vie?

Attention tout de même à ne pas abuser des écouteurs qui nous coupent du monde qui nous entoure… et de ses occupants, dont nous avons bien besoin^^

 

La semaine prochaine, nous verrons comment écouter mieux redevenir maîtres de notre environnement sonore et améliorer nos relations.

 

 

Voir aussi

 

L’identité: acteur ou spectateur de sa propre vie?

Bien-être: prendre un moment pour soi

Définir ses limites

Brèves du stress : l’open space m’a tuer

Silence sur le blog d’Ithaque…

S’adapter aux événements extérieurs

Résolution de problèmes: l’orientation solutions

 

 

 

Aller plus loin

 

Vous voulez construire une vie professionnelle en fonction de vos besoins, de vos goûts, de vos valeurs? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32.

 

 

 

Publicité

2 Comments

  • Bonjour,

    En echo à votre artcile sur le bruit, voici la vision de la médecine chinoise sur l’ouïe :

    En médecine chinoise, l’ouïe est associée à l’élément “Eau” dont les deux méridiens maître sont “Rein” et “Vessie”. Trop de bruits désagréables va léser ces deux organes. A la longue nous parlons de vide de Rein ! C’est l’épuisement… Au contraire le silence ou des sons appropriés viendront nous ressourcer et nourrir notre énergie “Eau” en profondeur pour un mieux-être au quotidien

    Bien Cordialement,

    Françoise Couteron

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci Françoise pour ce partage!
      Je trouve intéressant que l’ouïe soit associée à l’eau, potentiellement aussi calme et ressourçante qu’elle peut être tumultueuse et menaçante… bref, c’est toujours la même hstoire: comment mettre le son à notre service au lieu de le subir^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *