Jeunes diplômés: la reconversion professionnelle en début de carrière

Chez les jeunes diplomés insatisfaits, la décision de se reconvertir viendra plus vite et avec plus d’évidence

 

J’a répondu aux questions de Corinne Martin-Rozès (Les nouveaux audacieux) sur les spécificités de la reconversion des jeunes diplômés. L’occasion de revenir sur les spécificités d’une tendance qui est en train de prendre de l’ampleur.

Chez les jeunes diplomés insatisfaits, la décision de se reconvertir viendra plus vite et avec plus d’évidence

 

Le désir de reconversion rajeunit à vue d’oeil

Dans les années 2000, c’est la reconversion des trentenaires qui questionnait dans une démarche considérée alors et un peu partout comme une terrible prise de risque réservée à des seniors inemployables ou qui n’avaient plus rien à perdre.

Aujourd’hui, c’est celle des tous jeunes diplômés de l’enseignement supérieur qui se réorientent dès le début de leur carrière qui se dessine comme une véritable tendance et qui a fait fonctionner un tas de claviers cet automne:

Quand de jeunes diplômés changent radicalement de voie – France Info
Jeunes diplômés: la tentation des métiers manuels – Le Monde

Ainsi, ma clientèle a rajeuni à vue d’oeil ces trois dernières années, les jeunes diplômés de 25 à 28 ans étant non seulement de plus en plus nombreux, mais même plus nombreux que la part des plus de 45 ans.

Cette tendance intéresse sans doute parce que, poule ou oeuf, allez savoir, elle s’accompagne d’un changement de regard assez radical sur la reconversion professionnelle, beaucoup plus envisagée comme une option de carrière possible. Ce changement de discours est intimement lié à une perte – et donc une quête – de plus en plus généralisée de sens au travail, et donc une volonté de plus en plus fréquente d’explorer un désir de reconversion. Et les jeunes diplômés n’y échappent pas, puisque leurs reconversions sont dans la quasi totalité des cas déclenchées par une mauvaise expérience en début de carrière.

lorsqu'un désir de reconversion émerge, écouter ses messages, qui ne veulent pas toujours dire qu'il faut changer de métier

 

Quête de sens et déplaisir au travail

Selon une étude de l’Apec datant de  2015, 14% des jeunes diplômés ( bac + 5) changent de métier dans les deux ans qui suivent leur arrivée sur le marché du travail et cette bifurcation professionnelle précoce intervient quasiment toujours après une première expérience malheureuse, que ce soit sur le plan relationnel, organisationnel, parce qu’ils ne parviennent pas à se sentir en accord avec leur situation ou parce qu’ils ne parviennent pas à trouver du travail, ce qui est fréquemment le cas pour les diplômés dans des secteurs bouchés.

Une autre part largement représentée des reconversions en début de carrière est celles des jeunes actifs ayant entre 3 et 5 ans d’activité et dont un nombre ahurissant a sombré dans l’épuisement professionnel, à tel point que les voilà affublés de l’affriolante étiquette “génération burnout”.

Les déclencheurs de la reconversion sont donc exactement les même pour cette génération que pour leurs aînés: la quête de sens, de respect de ses propres valeurs, de relations nourrissantes, d’articulation plus saine des temps de vie et le désirs de travailler moins pour travailler mieux ou vivre mieux.

 

J’avais publié un billet sur le sujet en 2015:

J’avais répondu il y a quelques semaines aux questions de Sophie Girardeau pour Monster

J’ai répondu il y a quelques jours aux questions de Corinne Martin-Rozès, auteure du blog Les nouveaux audacieux, dans lequel elle retrace les parcours de personnes qui ont mené toutes sortes de reconversion et en tire des portraits magnifiques:

 

Et je vous propose de revenir la semaine prochaine sur le sujet en abordant la genèse de cet itinéraire singulier qu’est la reconversion, du point de vue de ces jeunes diplômés.

 

Voir aussi

Ithaque, 1er influenceur français sur la reconversion professionnelle
10 bonnes raisons d’explorer votre désir de reconversion professionnelle
Panorama 2016 des tendances du plaisir au travail et de la reconversion
Reconversion professionnelle: nouveau regard ou troisième voie?
Reconversion professionnelle: les 3 super pouvoirs de ceux qui n’ont pas de passion

 

Aller plus loin

Vous voulez explorer votre désir de changer de métier et élaborer un projet en fonction de vos désirs, appétences et aspirations? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

 

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *