Petit gris et stratégies d'échec

Sylvaine Pascual – Publié dans: Objectifs, décisions et solutions

 

 

Où le petit gris fait l’objet d’une comparaison pas si douteuse que ça avec les stratégies d’échec que nous mettons en place, le plus souvent inconsciemment, pour éviter de réussir ce que nous entreprenons…  

 

 

 

Le petit gris, vous connaissez?

 

Cet escargot qui n’aurait de petit que le nom s’il n’avait pas une forte propension à finir prématurément dans l’estomac d’un Catalan.

 

Après l’orage, quand la Tramontane amène un rayon de solel, le petit gris est de sortie. Sortie massive d’ailleurs: il est partout. Pourtant, depuis le temps, il devrait le savoir, le petit gris, que le Catalan est de sortie aussi, des envies de cargolade en tête.

 

S’il avait lu Darwin, il aurait certainement développé d’autres stratégies adaptatives plus propices à sa survie. A moins qu’au fond, le petit gris ait un désir ancré d’auto sabotage et envie de finir accomodé à l’ail et à la tomate.

 

 

 

Le petit gris, champion de la stratégie d’échec

 

Mais trève de digression, venons-en au sujet du jour: en persistant dans un comportement qui le mène plus sûrement sur le grill qu’à une retraite heureuse, le petit gris est totalement exemplaire des stratégies d’échec.

 

Une stratégie d’échec, c’est une solution que nous mettons en place, croyant bien faire, et qui nous mène droit dans le mur. Nous le faisons le plus souvent inconsciemment parce que quelque chose nous chiffonne dans l’atteinte d’un objectif qui pourtant nous tient à coeur. Contrairement à ce dont nous sommes convaincus, nous n’avons peut-être pas tant que ça envie de l’atteindre, si réussir implique par exemple:

 

  • un changement trop brutal qui nécessite de nombreux ajustements
  • des conséquences émotionnellement inconfortables
  • des conséquences qui ne correspondent pas à l’image que nous avons de nous-même.
  • La perte du bénéfice secondaire de la situation actuelle

Il s’agit bien du coup d’éviter une réussite qui au fond nous dérange et le tout étant peu conscient, nous avons vite fait de nous poser ensuite en victime des circonstances qui ont abouti à l’échec. Ainsi le candidat qui arrive en retard à un entretien d’embauche, le CV qui omet de mettre en valeur les compétences requises pour le poste brigué, l’engueulade avec son supérieur ou le rapport inhabituellement mal ficelé qui nous fait rater la promotion tant attendue. La liste des exemples est infinie, autant dans la sphère professionnelle que dans la vie privée.

 


Auto coaching: moi et mes stratégies d’échec

 

On peut échouer pour de multiples raisons, et ça vaut le coup d’aller explorer d’éventuelles stratégies d’échec pour aller lever le frein en amont, car tant que la réussite nous posera un problème, conscient ou non, nous développerons des trésors d’imagination pour monter les stratégies d’échec les plus farfelues… et les plus efficaces, dont la procrastination est un formidable exemple. Rendant ainsi la réalisation de nos ambitions quasi impossible. Les stratégies d’échec sont à l’origine de nombreux plantages des reconversions professionnelles ou créations d’entreprises

 

 

Identifier ses propres stratégies d’échec demande un bonne dose d’auto-objectivation, de recul, un mélange de bienveillance (pour éviter la dévalorisation) et d’absence de complaisance (pour éviter l’aveuglement). C’est pour cela que l’art est parfois difficile mené seul(e). Et attention! Tous nos échecs ne sont pas nécessairement des stratégies d’auto-sabotage, alors autant éviter d’en voir partout;)

 

Lorsque vous n’atteignez pas un objectif, ou que vous considérez l’aboutissement d’une entreprise comme un échec:

 

  • Comment vous y êtes-vous pris pour échouer?
  • Quels sont les inconvénients pour vous à réussir?
  • Quels sont les inconvénients pour les autres, si vous réussissez?
  • Que craignez-vous?
  • Qu’est-ce qui vous inquiète, vous gêne, vous freine?
  • De quoi avez-vous besoin pour être 100% à l’aise avec votre objectif?

 

 

 

 

Voir aussi

 

Changements et bénéfices des comportements

Redéfinir la réussite

 

Besoin d’un méchant changement?

 

Besoins fondamentaux vs besoins physiologiques

Définir son objectif : un élément crucial du coaching

La clé du succès
Objectifs: la part du rêve

La notion d’objectif SMART

 

Faire face aux objectifs ambitieux: la solution culinaire

Objectifs: méfions-nous de ce que nous voulons!

Dossier: procrastination

 

Dossier: objectifs, décisions et solutions 

 

 



Aller plus loin

 

Vous voulez construire une vie professionnelle cohérente avec vos valeurs et vos aspirations? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32.

 

 

Publicité

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *