Modérer ses attentes est-il nuisible à l’ambition?

Minimiser les attentes et préserver l'ambition

 

Modérer ses attentes, est-ce manquer d’ambition?  Voilà la question qui m’a été posée par Sophie Girardeau, journaliste pour Monster. L’occasion de revenir sur deux aspects de la relation à sa carrière à ne pas négliger, les premières étant à diminuer, la seconde à entretenir.

Minimiser les attentes et préserver l'ambition

Minimiser les attentes et préserver l’ambition

Bien entendu, la réponse est non, bien au contraire. Car les attentes, en vertus de leur étymologie  nous poussent à attendre, potentiellement passivement, ce qui est perçu comme un dû, une suite logique. Ainsi l’exemple de la promotion est intéressant: étant hors de notre contrôle, avoir des attentes vis-à-vis d’elle, en termes de reconnaissance, d’épanouissement etc, c’est accorder beaucoup de pouvoir à l’incertitude.

Et quand celle-ci penche du mauvais côté, il ne nous reste que les yeux pour pleurer: la déception, le sentiment d’échec, d’impuissance, la faute à pas de chance, la victimisation.

Inversement, l’ambition qui intègre la possibilité de ne pas atteindre son objectif et qui, en même temps, pousse à l’action, à manifester son intérêt et valoriser sa candidature a beaucoup plus de chances de nous faire grimper l’échelon convoité. Cette ambition-là favorise un optimisme non pas illusoire, car assis sur ses attentes, mais dynamique motivé par ses propres mises en action.

Pour en savoir plus: Modérer ses attentes, est-ce manquer d’ambition?

 

Voir aussi

Ithaque dans les médias
Le pouvoir de l’optimisme: Itw dans Management
Quand les cadres ne veulent plus manager – ITw dans Le Monde
La déferlante d’études et conseils sur les femmes au travail, une fausse bonne idée? – Itw dans Le Figaro
Comment dépasser le rejet d’une candidature en 6 points – ITW dans Monster
Soleil trompeur: gérer la déception
Cultiver l’optimisme: 10 bonnes raisons et 7 pistes
Le boulot idéal: une réalité à inventer?
Redéfinir la réussite
Plaisir au travail: Réinventer son métier pour se libérer

 

Aller plus loin

Vous voulez entamer une réflexion sereine sur vos ambitions et aspirations professionnelles? Sur votre job idéal? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual

 

 

Publicité

4 Comments

  • Chabanon dit :

    Merci Sylvaine pour ce post.
    Je suis en train de créer ma boîte de masseur-bien-être et à chaque étape je me rends compte à quel point le travail à effectuer ne tient qu’à ce que j’effectue et non à une hypothétique croyance, sauf quand j’ai envie d’y croire.
    Sachant que je la laisse pour ce qu’elle est. Une croyance qui ne peut être que positive si elle fonctionne et une croyance amusante si elle ne fonctionne pas. Parfois l’esprit possède aussi ses petits arrangements, isn’t it ?
    L’ambition est de faire les choses pour avancer et puis “inch allah” comme disent certains ou encore “alea jacta est”, le chemin aboutit toujours quelque part, même si ce n’est pas toujours où je l’imaginais ou le souhaitais.
    Faire pas à pas et les attentes attendront.
    En tout cas, merci pour cet air frais et agréable.

    Bonne journée

    • Sylvaine Pascual dit :

      Le travail à effectuer, mais aussi les résultats! Les croyances et attentes sur un avenir incertain qui conditionnent nos actions ont ceci de fascinant que les résultats de ce que nous entreprenons sont souvent très cohérents avec elles… tôt ou tard.
      “Le chemin aboutit toujours quelque part”, voilà une formulation qui me plaît beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *