Juger moins juger mieux (4): développer son jugement

Sylvaine Pascual – Publié dans Talents et ressources

 

 

 

Quatrième et dernier volet de notre série juger moins juger mieux: nous avons vu comment mettre nos jugements à l’emporte pièce à notre service, penchons-nous à présent sur les moyens dont nous disposons pour développer la capacité à faire preuve de jugement, au sens de discernement.
  

 

 

 


Le jugement au sens de discernement, est un atout à développerJugement et discernement

 

Nous avons tous le sentiment de savoir faire preuve de discernement, bien que nos certitudes soient plus souvent le fruit de nos préjugés que d’une conclusion solide suite à une étude approfondie du sujet. Rassurez-vous tout de même, quand je parle de juger moins, juger mieux, il ne s’agit pas de verser dans l’amour universel, béat et inconditionnel de 7 milliards de bipèdes, de tout ce qui les entoure et de tout ce qu’ils produisent. Nous conservons intact un droit au désaccord, à la mésestime, à l’antipathie sans lequel nous serions encore sous un régime médiéval.

 

Chaque sentiment, chaque opinion, chaque décision renferme un jugement, et tous ne sont pas néfastes ou à proscrire. Tout l’art de bien juger consiste à passer des jugements mesurés, à faire preuve de discernement, car vu comment nos convictions se forgent, mieux vaut les passer au tamis de quelques filtres bien choisis, qui seront autant de garde-fou avant de transmettre à autrui des informations fausses ou de s’appuyer dessus pour prendre des décisions qui risquent de ne pas être très solides.

 

Un jugement sûr est essentiel à nos vies professionnelles, autant pour distinguer une véritable opportunité d’un miroir aux alouettes, que pour se débarrasser des convictions limitantes qui rétrécissent notre champ d’action ou encore pour entretenir des relations sereines, car nous avons vu comment nos préjugés et nos jugements hâtifs et péremptoires nous rendent déplaisants et indignes de confiance.

 

 

 

Mini coaching: développer son jugement

 

Nul besoind’un bac + 18 en philosophie pour développer son sens critique. La plupart de temps, faire preuve de discernement consiste à renouer avec le bon sens, dont notre société trop compliquée s’éloigne parfois. Voici quelques pistes:

 

 

1- Eviter la généralisation

Par nature abusive, la généralisation peut consister par exemple à transformer un comportement en identité : Tartempion a cassé un verre ? C’est un fieffé maladroit. En plus d’être fausses, ces dévalorisations sont nuisibles à la relation. Repérer ces généralisations et revenir à une description plus factuelle de la situation (ici: “Tartempion a cassé un verre”. Il n’y a aucune conclusion à tirer de ce non-événement).

 

2- De la nuance !

Et il ne s’agit pas nécessairement d’être politiquement correct : nous avons le droit à nos opinions, et à les exprimer avec conviction, même si cela peut heurter certaines personnes. En revanche, la nuance est ici le contraire de péremptoire et permet d’accueillir une opinion différente. Il ne s’agit pas de la partager, mais bien d’accepter que nos convictions ne fassent pas l’unanimité. Par extension, la nuance autorise l’ouverture du débat.

 

 

3- Observer davantage

Regarder le monde avec attention, c’est aussi une façon de mieux le comprendre, d’en repérer des détails qui nous avaient échappé jusqu’ici, et tout ce que nous incluons dans notre paysage interne vient le nourrir d’informations qui peuvent affiner nos perceptions et nos jugements.

 

4- Taire ses préjugés

Nous cherchons inconsciemment, mais avec une constance qui n’aurait pas déplu à Gauss, des preuves de ce que nous croyons déjà. Autant dire que nous sommes des monstres de préjugés immuables. Ils s’expriment sans cesse, autant dans les conversations anodines que dans les discours d’experts (donc ici aussi, vous m’avez suivie;)). Aussi lorsque nous sommes confontés à la nouveauté, à la différence, remettre nos préjugés dans notre poche avec un mouchoir par dessus et s’intéresser à la place, avec une curiosité simple, est un bon moyen d’autoriser des informations contradictoires à remonter jusqu’à son radiateur à méninges, qui se chargera de faire le tri.

 

 

5- Questionner les conclusions hâtives

Deux trois éléments sous la dent et hop! Nous voilà tirant des conclusions que nous estimons éclairées, pour les mêmes raisons que dans item précédent. Apprendre à repérer ces conclusions, à les remettre en question, à les confronter à d’autres sources d’information si nécessaire (voir 8) pour s’assurer qu’il s’agit bien d’une conclusion en connaissance de cause.

 

 

6- Aller à la source de l’info

Les rumeurs et fausses informations naissent sans doute de la bêtise, parfois de la méchanceté, mais elles sont essentiellement colportées par des gens qui ont omis d’aller vérifier leurs sources. Pour éviter d’être une victime de l’intox qui va la propager à son tour:

 

7- Se faire le champion d’opinions que nous ne partageons pas

Cet exercice, je l’utilise beaucoup avec des élèves de prépa qui ont du mal à commenter des textes sur des problématiques sociétales. Il est tout simple: en endossant le rôle de champion d’idées qui ne sont pas les nôtres, nous devons trouver des arguments en faveur de ces idées, ce qui pousse à réfléchir en se mettant à la place de ceux qui partagent ces idées. Une gymnastique de l’esprit qui affute la réflexion – et aussi la capacité à argumenter – en variant les points de vue.

 

 

8- Multiplier les sources d’information

Trop souvent, en nous contentant d’une ou deux sources d’information, nous passons à côté d’éléments qui pourraient avoir un impact sur nos opinions et nos décisions. Il suffit de voir comment une même information peut être analysée et traitée de façon très différente par deux journaux pour s’en convaincre. Aller chercher des sources d’informations diverses permet une vision plus globale du problème et de se forger des opinions plus solides.

 

 

  • Et vous, comment vous y prenez-vous pour forger vos convictions?
  • Dans quelle mesure avez-vous tendance à tirer des conclusions hâtives?
  • A faire des généralisations abusives?
  • Dans quelle mesure remontez-vous à la source de l’information?
  • Dans quelle mesure multipliez-vous les sources d’information?
  • Comment allez-vous vous y prendre pour aiguiser votre jugement?

 

 

Voir aussi

 

Juger moins juger mieux (1): les bénéfices du jugement

Juger moins juger mieux (2): les dégâts du jugement

Juger moins juger mieux (3): minimiser ses jugements

Recherche d’emploi: mettre un terme aux convictions limitantes

Les ratés de la communications: les interprétations abusives

Les ratés de la communication: généralisations abusives

Décisions: le paradoxe d’Abilène (1)

Compétences relationnelles (1): écouter sans juger

Etonnantes motivations

 

 



Aller plus loin

 

Vous voulez construire une vie professionnelle cohérente avec vos valeurs et vos aspirations? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32.

 

 

Publicité

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *