Chronique d’une reconversion annoncée: des métiers en voie de disparition?

Les métiers en voie de disparition nécessitent-ils d'envisager une reconversion?

 

Nous l’avons vu dans Chronique d’une reconversion annoncée, les évolutions du monde social et technologique vont entraîner une accélération sans précédent des mutations dans nos vies, en particulier professionnelles. Les prédictions vont bon train sur les métiers en voie de disparition, mais peut-on réellement s’y fier et décider d’une reconversion simplement sur la foi de la mort annoncée d’un métier?

Les métiers en voie de disparition nécessitent-ils d'envisager une reconversion?

 

 

Des métiers en voie de disparition ?

Quels sont donc les métiers voués à disparaître, arbres morts de nos territoires professionnels ? C’est là que l’affaire se corse : les prévisions vont bon train, toutes sortes de projections se font, au gré de l’importance accordée par chacun aux avancées technologiques ou à divers critères. Au final, apparemment, les sources ont du mal à se mettre d’accord et les top 10 des jobs en voie de disparition divergent… parfois très largement. En voici quelques exemples:

Le site Astèrese prévoit la disparition de métiers tels que:

  • Chauffeur de taxi
  • Moniteur d’auto-école
  • Traducteur
  • Livreur
  • Caissier
  • Conducteur de métro ou de train
  • Magasinier
  • Bibliothécaire

RégionsJob rajoute:

  • Comptable
  • Assistant juridique
  • Contrôleurs aériens
  • Agents de voyages

Le site Humanoides quant à lui, prévoit que la robotique aura raison d’autres professions telles que :

  • Pharmacien
  • Astronaute
  • Agent de production
  • Pilote d’avion
  • Agent de sécurité
  • Trader

 

reconversion métiers disparition

 

 

 Des projections peut-être peu fiables

Ces prévisions sont donc à prendre avec des pincettes : parfois contradictoires (Une étude prédit la mort du métier de comptable, l’autre son explosion), parfois conclusions hâtives, sont-elles crédibles ?

Il semble que les projections faites dans le passé concernant des métiers spécifiques se soient montrées d’une fiabilité assez relative comme l’affirme cette publication de l’Institute for the Future et comme le confirme cette étude.  L’accélération des changements et progrès technologiques pourrait donc les rendre encore plus faillibles.

 

L’art d’observer l’évolution des secteurs

Il est sans doute plus sûr de se pencher sur les grandes tendances des secteurs du marché, comme par exemple celles étudiées pour l’horizon 2022 par le groupe Prospective des métiers et qualifications de la DARES, qui prévoit un repli des métiers agricoles, par exemple.

Mais là aussi, pour tous ceux qui sont concernés soit par une reconversion annoncée, soit par un désir de changer de métier, les projections soulèvent d’autres questions : si le métier d’agriculteur est en voie de raréfaction, l’agriculture ne cessera pas pour autant d’exister. N’y aura-t-il pas de nouvelles opportunités dans ingénierie agricole, la conception comme la production de nouvelles machines, de nouvelles techniques, destinées justement à pallier la raréfaction (ou sa responsable, d’ailleurs) des métiers de la terre ? Par extension, dans le cadre d’un désir de reconversion, il n’y a peut-être pas lieu d’éliminer d’emblée un secteur tel que l’agriculture si c’est celui qui vous fait vibrer. Il s’agit probablement d’y regarder tout simplement de plus près.

En d’autres termes, peut-être qu’il ne vaut mieux pas vendre la peau d’un secteur avant qu’il est été très officiellement enterré. Une branche cassée n’est pas toujours synonyme de la mort de l’arbre, un arbre tombé n’est pas annonciateur de la destruction de la forêt. Il vaut peut-être mieux observer les transformations des métiers que d’en prédire la disparition. Car celles-ci peuvent être génératrices d’opportunités inattendues, et métier rare ne veut pas dire métier impossible.

 

Les métiers automatisables : une disparition certaine ?

Les métiers automatisables sont ceux qui peuvent ou pourront, à plus ou moins long terme, être pris en charge par des robots. Jusqu’ici, ce sont principalement les tâches simples qui ont été mécanisées ou robotisées, dans l’agriculture et l’industrie par exemple. Mais aujourd’hui, ce ne sont plus seulement les métiers peu qualifiés qui sont menacés par la révolution numérique, bien qu’ils restent les plus touchés.

Challenges cite une étude d’Oxford qui prévoirait le remplacement de 47% des emplois américains – donc potentiellement, des pays occidentaux –  par des robots. D’ici 20 ans ! Les métiers ainsi condamnés seraient essentiellement ceux  liés à des procédures répétitives ou à l’analyse de données, en particulier dans l’industrie, le commerce de détail, les transports. Seraient préservés les métiers créatifs, sociaux ou ceux nécessitant un savoir-faire manuel complexe (comme chirurgien).

 

metiers automatisables

 

Evidemment, là encore, ce type d’étude est à prendre avec mesure. Elle nous dit que des métiers comme boulanger ou boucher seraient en danger. Aux Etats-Unis, ou la nourriture est essentiellement utilitaire et où le goût des aliments n’est pas souvent une priorité, ça ne paraît pas surprenant. La France, où la nourriture reste une religion, où la baguette moulée a connu une grandeur et décadence rapide au profit d’un retour à des saveurs plus intéressantes, pourrait-elle être concernée ? Peut-être que des différences culturelles pourraient avoir un impact sur la résistance de certains métiers à l’automatisation.

 

Disparition des métiers ou dilution en compétences?

Les effets d’annonce sur les métiers sacrifiés sur l’autel de l’automatisation et du progrès, c’est donc spectaculaire, ça fait des beaux top 10, mais ce n’est peut-être pas très fiable, en particulier pour les métiers plus qualifiés. Bien plus intéressantes sont les conclusions de cette étude d’Ernest & Young, intitulée La révolution des métiers, qui estime que  tous les métiers vont subir des mutations fondamentales. Ce n’est donc pas tant la disparition programmée qu’il faut connaître, que la dilution de métiers qui se transforment en compétences. Ce qui serait a priori le cas des métiers de gestion de projet, de l’IT et des achats.

Ainsi, la reconversion annoncée, en particulier pour les métiers qualifiés et les professions intellectuelles pourrait venir non pas de la disparition du métier, mais de ses changements intrinsèques qui pourraient générer une perte de sens chez certains.

 

5 tendance annonciatrices de reconversion professionnelle

 

Changer de métier sur la foi de sa mort annoncée?

Au final, décider d’une reconversion sur une simple annonce de disparition dans un avenir relativement proche mais parfaitement incertain est peut-être un peu rapide. Beaucoup de métiers et de secteurs d’activités vont connaître des mutations sans précédent, sans pour autant devenir obsolètes du jour au lendemain.

Par exemple, de nombreuses projections parlent de la disparition du métier d’assistant et pourtant, l’explosion en cours du travail indépendant est peut-être porteuse d’opportunités pour les assistants freelances. Consultants, indépendants, professions libérales et TPE peuvent leur déléguer à temps parfois très partiel des tâches administratives qu’ils n’ont pas le temps ou l’envie de faire. Le métier d’assistant y trouvera peut-être une seconde naissance.

En particulier lorsqu’on aime son métier, s’il est annoncé comme proche de la désuétude, alors autant ne pas prendre des prévisions parfois aléatoires pour des vérités universelles. Elles pourraient se révéler vraies vessies professionnelles et fausses lanternes éclairant le chemin d’une reconversion pas si obligatoire que ça.

Inversement, elles sont certainement l’indicateur d’une nécessité de se pencher sur les tendance du secteur d’explorer en détails les recoins du marché, d’observer les tendances et les évolutions, de façon à anticiper, a minima, des compétences à développer pour rester compétitif et éventuellement selon l’urgence de la situation, anticiper la réflexion sur les chemins de traverse professionnels qui mènent à la reconversion.

Ainsi le chauffeur de taxi n’est pas menacé de perdre son job au profit de voitures sans conducteur d’ici la semaine ou même l’année prochaine, mais plutôt d’ici 2020 à 2030, même si une Google car est déjà en phase de test. Il n’y a donc pas péril en la demeure, même s’il y aura, à terme, nécessité de se pencher sur le sujet. Ce temps-là peut être l’occasion de réchléchir en mode décontracté, puisque sans urgence, à un changement de métier vers une profession en accord avec ses aspirations.

 

Des métiers en mutation, c'est une monde professionnel qui se régénère

 

 

Rester en veille, observer les tendances et les mutations

Au final, les projections sur les métiers à la disparition soi-disant programmée nous en apprennent assez peu sur les reconversions inévitables à plus ou moins long terme, en particulier pour les métiers qualifiés et les professions intellectuelles.

Il s’agit donc probablement d’être en veille sur les tendances, d’observer les marchés et secteurs d’activité. Un marché en mutation est aussi un marché qui se régénère et chaque métier tombé en désuérude laisse la place à d’autres. Ces tendances sont mouvantes, élastiques, capricieuses. Elles s’amplifient à partir de tellement trois fois rien qu’au début, elles peuvent être indécelables aux yeux du commun des mortels. Embryons d’orientations nouvelles, repérées par une poignées de connaisseurs, elles peuvent autant se développer que mourir dans l’œuf. Elles connaissent aussi leurs grandeurs et décadence et les accélérations technologiques risquent de les rendre de plus en plus éphémères.

Au final, c’est peut-être beaucoup plus dans les métiers émergents et qui prennent de l’ampleur que les candidats à la reconversion pourront aller puiser de l’inspiration, nous y reviendrons la semaine prochaine;)

 

 

Voir aussi

Carrière: le désir de reconversion

Reconversion professionnelle: milieu de carrière et questionnements

Reconversion professionnelle: déterminer s’il est temps de changer de métier

Changer de métier: les reconversions trop raisonnées-raisonnables, sources d’échec

Reconversion professionnelle: vous avez demandé la Lune… ne quittez pas…

Reconversion professionnelle: Ithaque 1er influenceur sur le changement de métier

Reconversion professionnelle et leadership de soi

 

Aller plus loin

Vous voulez élaborer un projet, construire et entretenir une posture, un état d’esprit et un relationnel sereins et dynamiques à la fois, propices à la concrétisation de vos aspirations professionnelles? Pensez au coachingPour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

Publicité

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *