Panel APEC 2012: 5 conseils aux chercheurs d’emploi

Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle / L’actualité d’Ithaque

 

 

 

J’ai été conviée par l’APEC à un petit déjeuner sur les tendances de l’emploi cadre pour 2012, l’évolution du recrutement dans une conjoncture incertaine et le rôle que les médias sociaux peuvent jouer dans ce contexte. Côté candidats, il en est ressorti 5 axes pour orienter une recherche d’emploi que je vous propose d’explorer ensemble.

 

 

 

Les résultats du Panel Apec 2012 ayant été publiés dans la presse, je ne vais pas m’étendre dessus, je vous laisse en consulter les analyses par exemple sur

Les Echos

La Tribune

 

Plutôt que de donner dans le bis repetita, simple copié-collé du travail des journalistes, je vous propose de nous concentrer sur les cinq pistes qui sont ressorties de l’échange entre les participants, concernant les candidats, ainsi que les réflexions qu’elles m’ont inspirées.

 

 

 

1- Séniors: axer sur les compétences sans arrogance

Jean-Marie Blanc (Directeur prospective métiers à l’APEC) note le début d’une prise de conscience, de la part des entreprises, de l’énorme gâchis de compétences que représente le sous-emploi des plus de 45 ans. Si c’est une excellente nouvelle pour l’emploi des séniors, la difficulté pour eux réside dans l’art de valoriser ces compétences sans pour autant tomber dans l’humilité craintive face à une société qui considère les plus de 45 ans comme des has-been, et l’arrogance de l’ancien tout gonflé d’expérience qui cherche à écraser le recruteur de ses vastes connaissances.

Voir:

Humilité, valorisation et arrogance

Triangle de Karpman et recherche d’emploi

 

 

2- Cibler les candidatures

Comme le signalait Marie-Pierre Fleury dans son billet sur la dégradation de l’expérience de recrutement, on observe une augmentation de l’inadéquation entre les candidatures et les profils recherchés, avec une double responsabilité:

  • Celle des recruteurs qui recherchent le mouton à 5 pattes, diluant le profil voulu dans une longue liste d’exigences que tout le monde sait irréaliste, poussant ainsi les candidats à postuler à partir d’une partie seulement des compétences requises. Ils n’ont alors pas de moyens de distinguer quelles sont les compétences pertinentes.
  • Celle des candidats qui confondent recherche active et quantité de candidatures, quitte à postuler en dehors de leur champ de compétences ou de leur projet professionnel. A leur décharge cependant, l’atmosphère ambiante extrêmement culpabilisante envers le chercheur d’emploi qui, définissant une cible avec précision, se retrouver vite estampillé vilain chômeur qui profite du système.

Mener une véritable réflexion sur son projet professionnel et cibler sa recherche d’emploi en qualifiant le plus possible ses candidatures devient donc de plus en plus important.

Voir:

Le boulot idéal, une réalité à inventer?

Petite leçon équine au service de la recherche d’emploi

 

 

3- Médias sociaux: viser le long terme

Aujourd’hui, le recrutement direct sur les médias sociaux reste anecdotique. En revanche et au risque de radoter à qui mieux mieux, ils restent un moyen simple et efficace de développer un réseau professionnel qui peut, le cas échéant, mener à la cooptation ou à se faire chasser.

 

Comme l’a noté Pierre Denier, la recherche d’emploi dans l’urgence du chômage (par opposition à une stratégie d’évolution professionnelle, par exemple) se prête peu au recrutement direct via les médias sociaux, car les chances pour que l’urgence des besoins de l’entreprise et l’urgence de ceux du candidat se rencontrent au même moment sont minces.

 

Du coup, il va s’agir de développer une présence active pour construire un réseau sur le long terme, tout au long de la carrière et non pas uniquement pendant une période de chômage, et d’y agir en tant que professionnel et non en tant que chercheur d’emploi. Hormis dans le cadre de la cooptation, y trouver un emploi devient la conséquence possible de la présence en ligne, en faisant jouer la sérendipité, plutôt que l’objectif principal.

Voir:

Réseaux sociaux, cooptation et compétences relationnelles

Twitter, entre virtuel et IRL

Réseau: comment trouver ses premiers contacts

 

 

4- Construire une posture de candidat

On constate sur le médias sociaux une tendance à l’agressivité de certains chercheurs d’emploi dans les échanges. D’autre part, on note le manque de valorisation des candidats, de capacité à proposer un projet. Reflet certainement de la souffrance liée à l’expérience candidat, parfois désastreuse,et à la perte de confiance due à une situation subie et difficile.

Jean-Marie Blanc a insisté sur la nécessité de construire une posture de candidat, qui passe par la différentiation rassurante: un profil qui met en avant ses spécificités sans en faire des excentricités.

Et j’adhère d’autant plus à ce point de vue que je suis convaincue que les prochaines formes de discriminations à l’emploi seront liées à la personnalité et qu’il sera essentiel à l’avenir d’être en mesure de faire valoir ses propres traits de personnalité sans se soumettre aux injonctions normatives des annonces qui chercheront des “leaders” et des “extravertis”, mais sans se positionner comme un rebelle inemployable non plus.

D’autre part, comme le souligne Stephen Demange (Responsable des site web à l’APEC), il est indispensable de garder à l’esprit que l’écrit en ligne reste une trace parfois indélébile, à laquelle il faut réfléchir avant de se laisser aller à des propos excessifs qui pourraient nuire à l’image du candidat. En d’autres termes, la posture de candidat se construit en se débarrassant des comportements victime ou persécuteur qui génèrent bien des erreurs.

 

Voir:

Triangle de Karpman et recherche d’emploi

Comportement victime et recherche d’emploi

Comportement sauveur et recherche d’emploi

Comportement persécuteur et recherche d’emploi

 

 

5- Estime de soi et compétences relationnelles

Pour toutes les pistes précédentes, il est indispensable de reconstruire ou de renforcer l’estime de soi et la confiance en soi du candidat d’une part, et de développer les compétences relationnelles d’autre part, de façon à ce qu’il puisse

  • Se réapproprier ses propres désirs et son profil professionnel, ce qui permet d’accepter le ciblage et la qualification des candidatures.
  • Se réconcilier avec un parcours éventuellement non linéaire, pour pouvoir en faire sens plutôt que le subir.
  • Construire une posture solide et pleine d’assurance, qui va rendre le candidat plus affirmé et plus convaincant et l’amener à parler de lui-même et de sa personnalité avec aisance et sans chercher à se couler dans un profil normé.
  • Éviter de céder à une expression de ses difficultés au travers d’une communication publique agressive.
  • Se lancer sur les médias sociaux si ce n’est déjà fait, en ne craignant pas de s’y exprimer, pour développer un réseau solide qui pourra générer des opportunités.

Voir:

Chercheurs d’emploi: reconstruire la confiance et l’estime de soi

 

 

Former les chercheurs d’emploi

En conclusion, il parait évident que les chercheurs d’emploi peuvent difficilement arriver sur le marché en maîtrisant tout cela, et qu’un gros travail de formation opérationnel et d’accompagnement personnel reste à faire pour les aider à mener efficacement leur recherche. Notons au passage les accompagnements de l’APEC destinés au jeunes diplômés.

 

 

Un grand merci à Jean-Marie Blanc – Directeur prospective métiers, Stephen Demange – Responsable des sites web et Benoit Martin – Community manager pour cette initiative!

 

 

 

Voir aussi

 

Emploi et recrutement, 5 blogueurs chez Expectra!

L’emploi au féminin: ebook collectif

Ithaque dans les médias

Les trois premiers pas pour trouver un emploi

Dossier: Compétences relationnelles

 

[Téléchargez] Chiffres clés d’un marché de l’emploi cadre à deux vitesse en 2012 selon le panel APEC par Carole Blancot

 

 

 

 


Aller plus loin

 

Vous voulez associer l’accompagnement opérationnel et la construction de la posture candidat pour mettre toutes les chances de votre côté dans votre recherche d’emploi? Pensez au duo dynamique recherche d’emploi. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

Publicité