Le blues du dimanche soir

Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle

 

 

 

M6 a abordé le thème du blues du dimanche soir dans son émission 100%¨Mag du 26 mars. La journaliste Pauline Kieffer m’avait contactée lors de la préparation de l’émission, pour lui suggérer diverses manières d’apprivoiser ce cafard sinistre qui s’empare de certains d’entre nous en fin de week end. L’occasion de revenir sur la nécessité d’écouter ce messager du mal-être au lieu de lutter contre…

 

 

blues du dimanche soir 2Le spleen du dimanche soir, sinistre messager

 

Rappelez-vous, nous avions parlé du blues du dimanche soir sur le blog d’Ithaque à la demande de Carole Emilian Bailleul, du blog Une bulle en ville, qui avait rédigé un billet explicatif sur le syndrome du dimanche soir, et je m’étais chargée de suggérer quelques pistes pour le soulager. Je vous propose d’aller aujourd’hui un peu plus loin, en allant explorer son origine, de façon à se débarrasser des causes plutôt que de se contenter de minimiser ses conséquences.

 

Au risque de me qualifier pour les Olympiades des évidences à 2 balles, je vous livre telle quelle la révélation intergalactique du mois: si chaque dimanche vous êtes saisi(e) de ce vague à l’âme qu’un poète romantique serait prêt à vous envier, c’est sans aucun doute le signe que votre vie professionnelle n’est pas une source suffisante de satisfaction. Et peut-être même qu’elle ne répond pas à vos attentes professionnelles voire qu’elle est source de bien des désagréments.

 

La bonne nouvelle, c’est que parmi nous, le nombre de travailleurs condamnés à supporter ad vitam un boulot spleenogène sans pouvoir lui apporter la moindre amélioration est très limité. Nous avons une marge de manœuvre supérieure à ce que le Caliméro qui sommeille en chacun de nous veut bien avouer, aussi à vos lampes-torches, je vous invite à partir explorer les recoins sombres de votre blues du dimanche soir…

 

 

 

Auto coaching: les messages du blues du dimanche soir

 

Le cafard qui envahit tant de gens en fin d’après-midi le dimanche est fait d’émotions parfois diffuses, ce qui les rend difficiles à identifier. Cependant, savoir de quoi est fait votre vague à l’âme est le meilleur moyen d’accéder aux besoins mal satisfaits qui produisent de la sinistrose avec une régularité de métronome.

 

Angoisse, anxiété, frustration, agacement, tristesse, abattement, amertume, découragement, dégoût, lassitude, agitation, appréhension, incertitude, ennui, désarroi, détresse etc…

 

  • De quoi est fait votre propre version du blues du dimanche soir?
  • Quels sentiments, sensations physiques et mentales?
  • Questionnez votre blues: de quoi est-il l’indicateur?
  • Qu’est-ce qui vous déplaît, vous gène, vous agace, vous fatigue, vous angoisse,
  • précisément, dans votre travail?
  • De quoi avez-vous besoin pour vous sentir mieux?

Reconnaissance, affirmation, appartenance, sens, utilité, responsabilités, aide, quiétude, accomplissement, mais aussi environnement plus adéquat, formation, promotion, etc., n’hésitez pas à creuser, les causes peuvent être multiples. Et si votre blues est particulièrement carabiné, il est peut-être temps d’aller faire un point détaillé sur l’écart entre votre job et votre image du job idéal, histoire de renouer avec une véritable odyssée professionnelle, faite de plaisir et de bien-être au travail…

 

  • Quels sont les points d’amélioration?
  • Les besoins à combler?
  • Quelles actions pouvez-vous mettre en œuvre pour améliorer la situation?
    l’option solutions peut vous aider à les déterminer.

 

C’est peut-être l’occasion de (Re-)Donner du sens à sa vie professionnelle, de régler vos relations professionnelles difficiles ou même de faire un vrai ménage dans vos relations, en vous appuyant sur les compétences relationnelles et la communication.
Peut-être avez-vous besoin de solutions simples pour améliorer le quotidien au travail, de faire le plein de vitamines mentales ou encore d’établir les limites de votre flexibilité .
Il se peut aussi que certains de vos besoins soient peu comblés comme votre besoin de reconnaissance ou d’appartenance sociale. Ou peut-être qu’il s’agit de votre besoin d’accomplissement personnel auquel cas il est peut-être temps de faire un bilan d’incompétences et de renouer avec l’autodidacte qui sommeille en vous
pour entreprendre les formations qui vont vous permettre d’évoluer.

Pour voir l’émission: c’est par ici

 

 

 

Aller plus loin

 

Et si tout cela ne suffit pas, il est peut-être temps de réfléchir de faire un bilan personnel et professionnel, histoire d’explorer les évolutions et/ou la bifurcation de carrière qui vous permettrait, chaque dimanche soir, d’attendre le lundi avec impatience et enthousiasme. Contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

5 Comments

  • fredheas dit :

    Félicitation @Sylvaine! On entend parler de toi partout… et à juste titre!
    Tu le mérites… alors bon vent pour ta nouvelle notorité et excellente journée à toi! 😉

  • Blandine dit :

    Bonjour je trouve aussi tes articles très créatifs et interessants je te souhaite bonne réussite Blandine

  • Koolter dit :

    Tel le cowboy solitaire debout dans la Grand Rue de la petite bourgade perdue au fin fond de l’Ouest, j’ai liquidé le spleen du dimanche J’ai changé de vie professionnelle… Voilà, j’espère être aussi qualifié pour les Olympiades auxquelles tu fais allusion

  • dorival annie dit :

    j’espère Sylvaine que tu continueras à t’occuper de pauvres anonymes comme nous,malgrè ta notoriété!
    Car bien que le blog soit super et tes interventions sûrement très interressantes,je pense que le terrain a besoin de toi,pour apporter un aide personnalisée.

  • dorival annie dit :

    me voilà rasssurée!!!

    avez-vous reçu les réponses au petit questionnaire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *