Non guide de la recherche d’emploi sur Internet (3): les réseaux sociaux

tout savoir sur l'utilisation des réseaux sociaux en recherche d'emploi

Troisième volet de notre non guide de la recherche d’emploi sur Internet: Les réseaux sociaux. Il semble que beaucoup de chercheurs d’emploi, même s’ils ont créé des comptes sur divers réseaux, peinent à les utiliser, ou seulement comme des outils de veille passive, parce qu’ils ne savent tout simplement pas comment s’y prendre. Voici donc un condensé de ressources sur le sujet pour vous aider à démarrer en toute sérénité.

tout savoir sur l'utilisation des réseaux sociaux en recherche d'emploi

 

Les réseaux sociaux et la recherche d’emploi

Nous avons snorkelé tranquillement autour du CV en ligne, il est temps maintenant d’aller un peu plus avant dans l’océan des possibilités qu’Internet offre en recherche d’emploi.

A ce titre, les réseaux sociaux sont une étape déjà plus obscure, tant ils sont nombreux d’une part et peu évidents à aborder en termes de ce qu’on peut y faire en recherche d’emploi d’autre part. En particulier parce que le sujet est battu et rebattu, qu’il a été traité sur d’innombrables sites, parfois de façon superficielle, parfois de façon incompréhensible pour ceux qui ne sont pas ultra connectés et parfois avec beaucoup d’intelligence et d’efficacité. Parmi toutes ces ressources et pour vous faire gagner du temps,  Ithaque a trié pour vous les bouteilles à oxygènes à rajouter à votre panoplie de parfait petit chercheur d’emploi pour explorer les fonds marins de l’Internet.

 

Les réseaux sociaux utiles en recherche d’emploi?

Pour les chercheurs d’emploi, à l’évidence, la notion d’efficacité et d’utilité d’un outil se résume à un critère essentiel: va-t-il permettre de décrocher un poste? Il est important, avant de s’y lancer, de comprendre que les réseaux sociaux, s’ils sont devenus des outils de recherche à part entière, n’ont pas simplifié ou accéléré le retour à l’emploi et que l’éventuelle visibilité qu’ils procurent est essentiellement un point d’entrée dans un processus plus classique de candidature ou de recrutement.

La plupart des salariés ont un profil sur un réseau professionnel comme Viadéo ou Linkedin, tout en y étant le plus souvent peu actifs, voire totalement absents. La plupart ont aussi un ou plusieurs comptes sur des réseaux sociaux qu’ils utilisent essentiellement pour des raisons personnelles. Du coup, peu d’entre eux sont suffisamment à l’aise avec leur utilisation professionnelle pour à la fois en saisir l’intérêt dans une recherche d’emploi et savoir comment s’en servir. L’intérêt des réseaux est multiple, même s’il reste relativement indirect. Du coup l’usage qu’on peut en faire ne devrait pas se limiter à répondre le doigt sur la couture du pantalon et de façon mécanique aux usages qu’en font les recruteurs, mais bien de réfléchir à une stratégie à élaborer pour bénéficier aussi des avantages indirects qu’ils offrent.

Les recruteurs ont adoptés les réseaux sociaux

Les entreprises ont adopté les réseaux sociaux et les ont intégrés dans le recrutement. Ou plutôt dans le processus d’identification de candidats potentiels (Globish oblige, ça s’appelle le sourcing) et de diffusion d’annonces. Ce n’était pas le cas en 2012 quand j’avais publié la première version de cette série de billets et c’est probablement l’un des changements majeurs de la recherche d’emploi sur Internet.

Construire et renforcer son réseau professionnel

D’autre part, les réseaux sociaux sont et restent un moyen très pratique de construire et renforcer son réseau professionnel de façon agréable et conviviale, parce qu’on y réseaute par affinités d’une part, et en parlant secteur/métier d’autre part, ce qui a un double avantage:

 – Favoriser la solidarité,  la cooptation, la recommandation
 – Valoriser une candidature sans avoir le sentiment de quémander un job, ou simplement d’être en position de demandeur, qui met souvent dans l’inconfort et dans une position d’infériorité

On peut ainsi, relativement facilement, y développer un réseau professionnel y compris en partant de zéro (ou quasiment) comme c’est parfois le cas en reconversion (ça a été mon cas).

Découvrir les entreprises et faire de la veille

Mieux comprendre le concept très marketing de “marque employeur” et pouvoir prendre la température d’une entreprise sans se laisser influencer par les promesses de merveilles qu’elle diffuse sur lesdits réseaux.

C’est aussi un moyen particulièrement pratique de faire de la veille métier ou sectorielle et d’en suivre les évolutions de plus en plus rapides (voir plus bas).

Trouver des conseils

Trouver des conseils sur la recherche d’emploi reste une préoccupation majeure et les réseaux sociaux peuvent être très utiles pour identifier des sources de conseils pertinents.

la cooptation via les médias sociaux passe par les compétences relationnelles

Evidemment, lorsque vos présences en ligne s’activent d’un coup, ça se voit beaucoup ! Alors comme c’est un biais pour multiplier les opportunités, autant consacrer un peu de temps aux réseaux et à sa propre « marque personnelle » suffisamment régulièrement. Certes, ça vient s’ajouter au temps de travail et à celui de l’auto-actualisation et l’auto-hybridation des compétences, de plus en plus nécessaires dans un monde professionnel agité, ou l’obsolescence des compétences est de plus en plus rapide.

 

Quels réseaux?

Les réseaux sociaux se sont multipliés et chacun représente un canal potentiel de recherche d’emploi. La première crainte fréquemment exprimée est celle de devoir passer des heures et des heures devant leur écran d’ordinateur et/ou accroché à leur Smartphone, juste pour comprendre comment utiliser tel ou tel réseau. C’est la raison pour la quelle nous vous proposons de commencer par faire des choix, il sera toujours temps de rajouter un réseau ou un autre si vous êtes à l’aise avec l’outil et qu’il vous donne envie d’aller plus loin.

Car à moins de mourir d’envie de vivre réseaux sociaux, de manger réseaux sociaux, de dormir réseaux sociaux et de pisser réseaux sociaux, quitte à finir comme Thierry Crouzet, au bord de la crise de nerf numérique, autant faire des choix en termes de temps, en fonction du type de présence que vous souhaitez développer et des réseaux sur lesquels vous êtes à l’aise. Car il est beaucoup plus agréable de réseauter sur un réseau qu’on apprécie que sur un autre dont les codes nous échappent, nous agacent ou ne nous intéressent pas.

Jusqu’à il y a peu, les annonces étaient concentrées sur les sites emploi et Linkdin et Viadéo. Mais les entreprises ont compris que les réseaux offraient d’autres canaux et ont investi Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat. D’autre part, les candidats considèrent aujourd’hui que les réseaux sociaux sont le moyen le plus efficace pour trouver un emploi, même s’ils ont encore davantage recours aux sites emploi

Choisir vos réseaux sociaux

Partager la même chose sur 23 réseaux sans interagir sur aucun est inefficace et contre-productif car chaque réseau a ses spécificités, avec des attentes et des pratiques différentes d’une part, et la passivité n’amène pas les opportunités d’autre part. Mieux vaut une présence solide et une véritable disponibilité sur deux ou trois réseaux, plutôt qu’une liste interminable de fausses présences.

La suggestion serait de choisir, a minima un réseau social et un réseau professionnel. Vous pourrez toujours augmenter votre présence au fur et à mesure, si vous y trouvez votre compte et que les outils vous plaisent.

1- Les réseaux professionnels

Concernant les réseaux professionnels, Viadeo et Linkedin, ceux auxquels on pense en premier, ont chacun leurs spécificités et vont s’avérer plus ou moins pertinents en fonction de votre projet et sont d’ailleurs de moins en moins concurrents. Ces dernières années, Linkedin a développé le côté réseau social, la vitrine pour marque employeur et l’exploitation des contributeurs et Viadeo s’est recentré sur le marché français et mise sur une logique de réseau. Plutôt que de répéter ce qui a déjà été bien dit ailleurs voici deux ressources externes pour vous aider à faire un choix:

Et une fois que vous aurez fait votre choix, voici deux modes d’emploi concrets et détaillés pour débuter en toute sérénité:

Vous pouvez aussi aller regarder du côté des réseaux professionnels sectoriels ou spécialisés. Pierre Denier avait fait un remarquable travail d’identification et d’agrégation de ces réseaux, dont il propose une liste organisée par secteur d’activité:

2- Les réseaux sociaux

Concernant les réseaux sociaux, Twitter est plus axé sur la veille et le partage d’information, avec la rencontre comme prolongement naturel de ses conversations limitées (voir Twitter entre virtuel et IRL). A l’inverse Facebook permet davantage la discussion, et s’il reste plus adapté à la conversation légère et distrayante, il a détrôné Linkedin en termes d’utilisation par les chercheurs d’emploi. Nombreux sont ceux qui sont présents sur les deux, pour des raisons très différentes. Pour mieux comprendre et faire vos choix:

Twitter

Et une fois vos choix faits, des ressources pour bien démarrer:

Twitter : #I4emploi

Ce hashtag lancé il y a quelques années par Alban Jarry, permet aux influenceurs et aux twittos bien installés de donner de la visibilité aux chercheurs d’emploi.  Joli mouvement de solidarité :”En retweetant une demande d’emploi, ces influenceurs sortent la personne qui cherche de son isolement, démultiplient sa visibilité et ses chances d’attirer vers lui des recruteurs” Le hashtag est aussi devenu le compte Twitter de ce collectif solidaire, et Alban Jarry a créé un slideshare pour expliquer son utilisation:

Le hashtag #i4emploi est aujourd’hui aussi utilisé massivement par les entreprises ou site emploi qui diffusent des annonces par ce biais. C’est aussi l’occasion aussi de partager un CV plus créatif et visuellement sympa:

CV #i4emploi sympa et original pour recherche d'emploi sur TwitterD’autre exemples de CV adaptés à Twitter sont à retrouver sur le compte @i4emploi

 

Facebook

Bizarrement, depuis que Facebook a intégré le recrutement dans ses fonctionnalités, très peu d’articles se sont intéressés à la diffusion de conseils sur son utilisation pour les candidats. Voici donc le guide le plus pertinent que j’ai trouvé, et s’il s’adresse aux chercheurs d’emploi de Normandie, les conseils sont valables pour tous:

Instagram

Ne négligez pas non plus d’autres réseaux auxquels on pense moins dans le cadre d’une recherche d’emploi, mais qui, pour peu que vous ayez un peu de culot et d’imagination, peuvent être une sacrée façon de se démarquer. Un exemple d’utilisation par un profil atypique:

Exemple de CV sur instagram

Le site Blog emploi a ainsi compilé quelques réalisation intéressantes sur Instagram:

D’autre part, les entreprises ont compris sur l’hyperconnexion et l’utilisation massive des réseaux sociaux leur donne de nouveaux canaux de diffusion de leurs annonces:

 

La biographie

Chaque réseau propose une biographie plus ou moins longue. C’est l’occasion d’y glisser des mots clés et pensez à trouver une formulation affirmée, comme une accroche, qui vise à proposer ses services au travers des solutions que vous pouvez apporter aux besoins des entreprises.

 

Un seul mot d’ordre: l’interaction

Ca fait presque 10 ans que je vous le dis, alors je vais me répéter (il y a un moment dans la vie où on finit par ne plus avoir peur de radoter) la seule chose qui fonctionne sur les réseaux, c’est d’interagir avec d’autres bipèdes. Inutile de créer des profils sur les réseaux pour y être inactif ou parler tout seul. Tout l’art de trouver un job sur les réseaux sociaux réside dans la capacité à interagir avec d’autres membres, pour transformer le contact en relation, et la relation en opportunité de candidature, de cooptation, de recrutement ou de transmission d’annonces.  Tout l’intérêt des réseaux sociaux réside principalement dans le développement de réseau professionnel. D’où l’importance d’intégrer quelques principes pour éviter les erreurs classiques du type inonder ses contacts, y compris ceux que l’on connaît à peine, de demandes de transferts de CV à une communauté.

 – Créer des profils très clairs sur votre recherche d’emploi. Quand vos nouveaux contacts viendront voir votre profil, ils verront que vous cherchez un emploi et lequel.

 – Échanger sur des thématiques liées au métier, plutôt que de passer sont temps à diffuser son CV. Les quémandeurs sont nombreux, ils font peur (parce qu’on a pas forcément le job idéal à leur fournir) et du coup on peut chercher à les éviter. Il sera toujours temps d’en parler quand la relation se sera installée.

 – Miser sur des échanges constructifs, dans la bonne humeur et révélateurs de votre personnalité. Les relations positives qui vont se nouer auront plus de chances de favoriser la cooptation. Pour mieux comprendre:

 – Rechercher la rencontre IRL (in real life, par opposition à virtuelle) qu’elle soit individuelle, par affinités ou sur des thématiques métiers. Ces rencontres sont autant d’opportunités de renforcer des liens qui peuvent générer la cooptation et le développement de réseau. Les rencontres via Twitter en sont un exemple.

– Misez sur la relation, la relation, rien que la relation: l’intérêt des réseaux sociaux est justement de permettre le développement des relations professionnelles par affinités:

– La relation avec qui? Recruteurs, acteurs du secteur, influenceurs, managers, pairs, les réseaux sociaux vous donnent accès à différents types de profils qui peuvent vont êtres utiles dans votre recherche d’emploi. Il y a donc différentes manières de s’y prendre: un recruteur n’est pas un membre de votre réseau professionnel, par exemple et la probabilité de cooptation se construit autrement:

 

 Les forums

Un moyen simple de commencer à trouver des contacts, de développer son réseau et d’échanger sur le métier et/ou la recherche d’emploi. C’est un bon moyen de trouver des retours d’expérience, des informations. Mais aussi de la compréhension et du soutien moral, un support pour partager ses propres expériences, exprimer ses craintes, poser des questions et plus généralement, se sentir moins seul(e).

Attention cependant, les forums peuvent parfois se transformer en jérémiades collectives sur la difficulté à retrouver un emploi. Si avoir la possibilité de partager ses expériences, autant les positives que les négatives, et de trouver écoute et empathie au sein d’un groupe est essentiel pour entretenir le moral et le dynamisme, céder à la tentation du négativisme collectif permanent, c’est prendre le risque de s’enfermer dans des convictions limitantes sinistres qui n’aideront pas.

Attention aussi à l’effet loft, cette illusion relationnelle du lien indéfectible générée par les difficultés communes. Il est évidemment tout à fait possible de trouver des relations fortes et durables au sein d’un groupe d’entraide. Et en même temps, parfois, le lien apparent n’est constitué que de la souffrance partagée, aussi il est important de mesurer ses attentes pour éviter les déceptions.

  • On peut recommander les forums Apec, véritable mine d’informations et d’échanges sur toutes sortes de sujets liés à la carrière, modérés par des consultants Apec qui peuvent limiter les écueils mentionnés ci-dessus.

 

Quel contenu?

Tout l’intérêt des réseaux sociaux pour un chercheur d’emploi est à l’évidence de montrer son expertise et sa personnalité au travers des contenus partagés, pas d’identifier 3500 inconnus à spammer avec votre CV. Alors quelle veille, quels contenus?

La veille

Pour pouvoir partager du contenu, il est indispensable de commencer par mettre en place une veille qui va vous fournir de l’information. Cette veille a de multiples bénéfices que cet article, un peu ancien mais toujours d’actualité, résume très bien:

Ensuite, toute la question pour les débutants, c’est évidemment comment s’y prendre. Je vous propose ce guide en 6 étapes pour réussir votre veille sur Internet donne des conseils pratiques simples pour choisir vos méthodes, vos outils de veille et bien démarrer. Encore une fois, lorsque vous serez à l’aise avec ces outils, vous pourrez aller plus loin:

Les 6 étapes de la veille métierLes réseaux sociaux sont aujourd’hui submergés de veilles individuelles sur des sujets professionnels qui font que, de plus en plus, chacun poste seul(e) dans son coin – souvent en espérant se mettre en avant –  et échange de moins en moins.  On s’éloigne donc de l’objectif, aussi n’oubliez pas d’ajouter un commentaire quand vous transmettez une information, et d’engager la conversation en allant commenter les infos postées par les autres. Inutile de s’attendre à être remarqué sur une veille thématique quand on ne fait pas le moindre effort pour aller vers les autres. Pour entrer dans une communauté constituée autour d’une thématique métier, il est indispensable d’engager la conversation avec elle. Pour faire le tour de la question:

Storytelling: raconter son histoire (professionnelle)

La veille parte de votre vision de votre métier, mais vous avez aussi besoin de parler de vous. Et comme vous n’allez pas resservir votre CV tous les matins au petit déjeuner à vos communautés, autant utiliser les réseaux pour vous raconter en tant que professionnel:

Pendant longtemps, il était recommandé de tenir un blog pour se raconter et faire valoir ses compétences et son expertise au travers de la rédaction de billets. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, l’immédiateté a favorisé l’émergence d’autres types de contenu

Les stories

Et pour se raconter, les stories, ces vidéos éphémères, qui ont largement gagné en popularité, sont un outil à explorer, selon votre profil, le poste que vous ciblez, mais aussi et surtout selon votre degré de culot et votre facilité à utiliser ces outils:

Story Instagram : Le guide complet pour maîtriser l’outil

Les contributions sur les réseaux

Depuis quelques années, le blog professionnel est en perte de vitesse au profit de contributions sur plateformes (comme Medium), dans la presse (on pense au Huff Post, bien entendu) ou sur Linkedin (Pulse). Personnellement, je suis assez perplexe devant ces systèmes qui vous font pondre de la contribution gratuite en échange d’une promesse de visibilité somme toute douteuse. c’est une système très pratique pour ces plateformes qui génèrent ainsi des masses de contenu entièrement gratuit qui contribue à développer la visibilité et le référencement de la plateforme et non les vôtres. D’autant que vous allez vous démener pour que votre contribution soit vue, donc vous faites aussi le travail de référencement…. gratuitement.

Bref, je vous signale cette possibilité parce qu’elle existe, mais je n’encourage pas l’exploitation sans scrupules des gens de bonne volonté. A vous de voir!

Les podcasts

Le podcast est un format qui a le vent en poupe et il existe pas mal de podcasteurs qui parlent de vie professionnelle. Je n’ai pas trouvé de chercheur d’emploi qui a préféré ce format à un blog ou a des contributions sur les réseaux, mais c’est peut-être une piste à explorer pour ceux qui sont à l’aise avec la prise de parole.

Un podcast pour raconter sa recherche d'emploi, une façon de faire valoir son profil originale

Perso ou pas perso?

Vous trouverez encore partout des conseils plats comme un lac salé sur les partages personnels sur les réseaux sociaux, du genre, bandes de moules, arrêtez de poster vos beuveries et les photos du petit dernier. OK, c’est bon, on a compris. Mais les partages de l’ordre des intérêts personnels ne donnent pas toujours une mauvaise image!

Ils peuvent être moyen très sympa de développer à la fois votre réseau et votre image de marque. La sérendipité étant ce qu’elle est, il se peut qu’à l’intérieur d’une communauté handball, macramé ou aide aux démunis se trouve juste la personne qui sera un levier professionnel pour vous.

L’erreur consiste à croire que parler de votre passion pour les aurores boréales ou la cuisine Papoue donne une image non professionnelle de vous. Vous êtes un tout, votre façon d’en parler en dira long sur votre personnalité. Et puis un peu de culture ne nuit pas sur les réseaux!

Inutile donc de s’imaginer que s’exprimer sur des thématiques personnelles est une méga erreur stratégique, c’est exactement le contraire. Tant que la ligne éditoriale de vos comptes est claire et simple à suivre, un peu de centres d’intérêts personnels les rend… plus personnels, plus vivants, plus humains, donc plus attrayants. Ils donnent davantage envie de rentrer en relation avec vous. Dans mon cas, mon amour du rugby m’a valu de nombreuses opportunités professionnelles. Et à une époque où les qualités personnelles et informelles (les soft skills) font de plus en plus parler d’eux, c’est un excellent moyen de les démontrer.

Le piège à éviter, c’est l’excès d’exposition personnelle. Si montrer que vous aimez la pétanque pour la coordination, les calculs d’angles et de vitesse révèle votre personnalité de façon potentiellement intéressante pour un recruteur, en parler 80% du temps peut rapidement soûler même vos plus grands admirateurs. De plus, l’exposition personnelle nécessite de bien choisir son support. Les réseaux sociaux type Twitter, Instagram ou Facebook s’y prêtent parfaitement. Sur les réseaux professionnels comme Viadéo ou LinkedIn, réservez ces partages-là à des groupes spécifiques en relation avec le sujet.

De même, il est important de définir pour soi-même les limites de ce que nous voulons partager ou non. Personnellement, je n’hésite pas à tweeter certains intérêts personnels, en revanche je ne parle pas de ma vie privée ou de ma famille. Là aussi, faire des choix est essentiel.

Et si vous tenez à conserver la possibilité de poster les photos de votre greffier ou de la dent que le petit dernier a perdu, sur certains réseaux, vous pouvez aussi avoir un compte à votre nom dédié à votre recherche d’emploi et un compte sous pseudo pour les partages plus personnels.

Outils de gestion des réseaux

Les outils de gestion des réseaux, ces plateformes comme Hootsuite qui permettaient de regrouper tous ses réseaux sociaux sur une même page étaient très utiles. Cependant, Certains réseaux comme Facebook ont limité la publication depuis ces plateformes, pour encourager les internautes à venir sur le réseau. D’autre part, certaines ont une prise en main qui s’est complexifiée avec le temps et le développement du webmarketing. Les fonctionnalités se sont multipliées et vous n’aurez peut-être pas besoin de tout. Par ailleurs, ces outils poussent parfois les non professionnels à poster la même chose de la même manière sur tous leurs réseaux, ce qui n’est pas une bonne idée. Pour y voir clair et choisir :

 

Se tenir au courant des évolutions

La Toile est par essence un lieu de créativité, aussi les évolutions en termes d’outils et de possibilités sont très rapides. Une fois que vous vous serez familiarisé(e) avec les réseaux sociaux et professionnels, vous découvrirez de nombreuses autres possibilités que vous pourrez choisir d’intégrer ou non dans votre recherche d’emploi sur Internet.

Tout cela n’est pas nécessairement à inclure dans l’immédiat dans votre recherche d’emploi: mieux vaut y aller pas à pas. Pour vous tenir au courant de l’actualité et des évolutions de la recherche d’emploi en ligne afin ne pas passer à côté d’opportunités, d’ajuster vos stratégies ou de découvrir de nouveaux outils ou tendances. Il existe aujourd’hui de nombreux spécialistes de l’utilisation professionnelle des réseaux sociaux et de la marque personnelle, qui suivent de près et relayent ces évolutions.

 

Je vous souhaite des expérimentations heureuses et fructueuses pour nager sur les réseaux comme un poisson dans l’eau;)

Ce billet est une mise à jour d’un article publié en mars 2012

 

Aller plus loin

Vous êtes en recherche d’emploi et voulez mettre toutes les chances de votre côté? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

Publicité

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *