Stress: le pare-feu mental

Sylvaine Pascual – Publié dans Stress, la coexistence pacifique  / Bien-être et estime de soi

 

 

Des milliers de pensées plus ou moins volontaires se bousculent dans nos têtes chaque jour. Quand elles se font suffisamment parasites pour détourner notre attention de choses importantes, développer un parefeu mental pour les empêcher de nous happer dans leurs limbes peut s’avérer fort utile.

 

 

parefeu mental

 

 

Détournement d’attention

Salut,

Avec ma boîte au bord de la faillite et Mémé qui s’est cassé le col du fémur en jouant les alpinistes sur escabeau, j’ai la caisse enregistreuse qui fait des heures sup et qui carbure comme un alambic à la saison des mirabelles. Je ne fais rien d’autre que gamberger.
C’est comme dans un film de zombies: y’en a partout, des ruminations qui s’immiscent, prêtes à bouffer ma chair délicate et sucrée.

Je te jure, encore un peu et je vais la lui jouer Planet Terror, à ma gamberge.

Bien à toi,
Zénobie

 

 

La faculté à être absorbé, concentré sur quelque chose est une aptitude très utile dans de nombreuses situations, depuis parvenir à lire son journal quand le voisin joue de la perceuse, jusqu’à réussir à s’isoler mentalement quand on bosse dans un open space bruyant. Bref, pour parvenir à se concentrer en milieu hostile.

 

Le problème se pose lorsque nous sommes envahis malgré nous de pensées chiantes, qui nous accaparent au point de détourner notre attention de ce que nous faisons, de nous fermer au monde qui nous entoure, à ses sollicitations et opportunités. Nos pensées, c’est un peu comme au marché: nous sommes attirés vers celles qui braillent le plus fort.
Ces pensées parasites peuvent être désagréables, angoissées, paralysantes, dévalorisantes, voire carrément auto insultantes, toute la panoplie depuis “je sais pas quoi faire” jusqu’à “je suis nul”, en passant par des pensées directement liées aux émotions que nous ressentons face à la situation.

 

Quoi qu’il en soit, elles sont consommatrices en énergie et génératrices de stress. Dans le même temps, leur présence indique quelque chose d’important pour nous, quelque chose à prendre en compte, à goûter, à traiter, à régler etc.
Tenter de les éliminer serait donc vain, voire imbécile: les squelettes remisés dans les placards ont une fâcheuse tendance à réussir à en sortir, tôt ou tard et sous des formes encore moins agréables (voir:   Stress: et si on arrêtait de lutter contre?).

 

 

 

Auto coaching: mettre en place un pare-feu mental

 

Le pare-feu mental est une façon d’empêcher les pensées parasites invalidantes d’envahir notre esprit à un moment inopportun, tout en allouant des périodes de temps réservées au traitement de ce qui nous préoccupe. Voici un petit exercice symbolique pour vous y aider:, il en existe d’autres!

 

Si vous vous représentez vos idées parasites, à quoi ressemblent-elles?
Comment se débarrasse-t-on de ce à quoi elles ressemblent?
Imaginez que vous utilisez cette méthode sur vos pensées parasites: disparaissent-elles?

 

Lance-flamme, insecticide, mort-au-rats, prothèse-mitraillette, symphonie N°9 de Beethoven, Shalimar, eau de javel ou fritteuse, peu importe la technique du moment que c’est la vôtre, qu’elle utilise un sens important pour vous et qu’elle fonctionne! Si vos pensées parasites ne disparaissent pas, essayez-en d’autres. Ce type d’exercice visuel marche très bien avec certaines personnes, beaucoup moins voire pas du tout avec d’autres. Si elle n’a pas l’efficacité escomptée, inutile d’insister…

 

En revanche, si la technique est efficace, alors pensez-y à chaque fois que vous voyez arriver l’intrusion des pensées parasites: imaginez mentalement que vous utilisez votre pare-feu, sans aucune modération!
Dans le même temps, au moment où vous enrayez l’invasion barbare, décidez concrètement d’un moment qui sera entièremet dédié au traitement du problème. Pour cela, un bon petit COQ:
Comment? Où? Quand?*

 

 

 

 

 

*Cet article a été amendé suite au commentaire pertinent d’Arnaud. Merci Arnaud!

 

Publicité

17 Comments

  • Michèle dit :

    J’ai choisi le lance flammes

  • fredheas dit :

    Il n’est pas toujours évident de lutter contre nos pensées parasites… surtout quand on doit se concentrer sur des choses plus importantes et qui nous seraient plus profitables!
    La solution n’est pas toujours évidente à trouver pour soi-même! Il faut apprendre à se connaitre!
    Belle soirée à toi! 😉

  • philippe dit :

    je risque rien, j’ai paumé mon cervelas heu cerveau…. bon je sors

    bises darling, mon article du jour risque de t’intéresser, c’est une annonce

  • MADmoiselle dit :

    Si vous vous représentez vos idées parasites, à quoi ressemblent-elles?
    A mon boss.
    Comment se débarrasse-t-on de ce à quoi elles ressemblent?
    Avec un coup de clé à molette sur sa tête 😀 !
    Imaginez que vous utilisez cette méthode sur vos pensées parasites: que se passe-t-il?
    Ça soulage 😀

  • Koolter dit :

    C’est souvent la baston avec les idées parasites. Ma méthode, le laché prise: j’imagine une rivière et les pensées de m… euh parasites on va dire  , elles sont emportées par le courant.

  • wizzil dit :

    J’avais lu cet article la semaine dernière mais il m’avait laissée perplexe : et bien oui, j’avais du mal à identifier mes pensées parasites alors comment les chasser dans ce cas ?
    Et justement hier soir, j’ai mis le doigt dessus, et alors là je peux te dire que le lance-flammes a chauffé
    Et maintenant je relis ton article avec beaucoup plus de sérénité, ouf que ça fait du bien !

  • Arnaud dit :

    Merci pour cet article, un thème interessant y est abordé.
    Cependant, s’agit il d’une introduction ou d’un article entier? J’aimerais pouvoir en lire davantage, je reste un peu sur ma faim.

    Arnaud

  • Adeline dit :

    Le grand retour de Zénobie! J’adore Zénobie!
    Personnellement, je penche pour une lance à incendie, mais j’ai une question: est-ce que ça marche aussi quand ce sont des pensées agréables qui nous obsèdent et nous empêchent de nous concentrer, comme quand on est amoureux?

  • Olivier dit :

    Qu’on se sent bien lorsqu’on arrive à balayer d’un sourire une idée cafardeuse, une réflexion parasite ou une râlerie stérile! Rien de plus facile si on s’en laisse juste la peine.

    Un tit exemple perso: quand je conduis j’ai tendance à faire marcher les réflexes primaires un peu plus vite – (non ne me jetez pas la première pierre ;o) – Du coup ça me pourrit les trajets: “mais quel XXX, comment il conduit!” ” Et cette XXXXXXX non mais elle va pas accélerer” “Mais oh Papy range-toi!”… Bon , parfois c’est dû au retard vers le taf, mais en rentrant chez moi, cela n’est dû à rien de précis… Et pendant que je râle et que je commence à fair un prtrait noir de la société incarnée dans l’automobile et son maniement, je ne voisd pas un lever de soleil ou des couleurs de crépuscule… Je me suis rendu compte qu’en un seul “allez Olivier, la vie est belle, ZEN!” + un défroncement de sourcils = fin des idées parasites et chemin agréable avec les éléments qui permettent qu’il le soit.

    Fredheas, je me suyis rendu compte qu’en expédiant les mauvais petits tracas stériles et choses désagréables AVANT ce qui est profitable et réellement bon pour moi, j’en profite plus…. Mieux vaut ne pas laisser couver le feu ;o)

    Bonne soirée!

  • Patrick dit :

    La solution qui m’est venue peut sans doute paraître assez ridicule. Je suis très sensible aux odeurs et l’idées qui m’est venue spontanément c’es celle des chaussettes qui puent. Alors je lave mes chaussettes et je met de l’zdoucissant. C’est vraiment étrange parce que je ne fais jamais la lessive, c’est ma compagne qui s’en occupe.

  • zenati dit :

    j’ai choisi la petite bombonne de poche facile a allumer et prete a utilisée
    exercice a faire pendant dix jours de suite des que une pensée negative j’allume JE CARBONIIIIIIIIIISE ….loll
    bizard je rigole ca fait du bien !!

    • Sylvaine Pascual dit :

      Merci de partager ton exemple!
      Tu n’imagines pas la variété des pare-feu que mes clients inventent, depuis le lance-flamme jusqu’à la masse d’arme en passant par la moissonneuse-batteuse et l’insecticide;)

  • Luc dit :

    Les idées parasitaires sont naturelles si l’on veut ! Elles sont toujours basées sur nos peurs directement proportionnelles à notre fatigue .Si le corps se détend à fond elles sont maitrisables et disparaissent ,car nous avons autres choses à faire qui nous plait .Auto relaxation ,relativiser ,et accepter si possible . Si elles sont trop fortes voir acupuncture. Ne jamais croire que ces idées noires ne disparaitront pas .Se faire aider par son médecin aussi .
    Luc.

    • Sylvaine Pascual dit :

      Elles sont directement proportionnelles à la fatigues dans certains cas, mais parfois aussi liées à des comportements comme la dévalorisation. Il y a donc des alternatives à la relaxation ou l’acupuncture, comme modifier ses façons de penser et de se voir soi-même. A chacun de trouver la méthode qui lui convient le mieux!

  • Luc dit :

    Je reprends ma réflexion de mon dernier témoignage ( Luc ) J’ai eu la chance en rentrant de la guerre d’algérie, de connaitre “Maurice Martenot ” connu par l’invention des ondes Martenot et d’une méthode de solfège . Monsieur Martenot dirigeait une école d’art à Neully.Il enseignait lui même la relaxation par la méthode “Schultz et de jacobson ” Le principe faire en premier des exercices de décontraction des membres pas trop longue et ensuite allongé de sentir son corps sur le sol en démarrant par l’observation de sa respiration.Puis petit à petit commencer observer l la lourdeur des membres en partant des pieds puis de tout le corps .Au début il ne faut pas vouloir absolument se détendre en forçant .C’est là que souvent nos pensées reviennent . Ne jamais forcer nous disait-il ,mais si notre corps se détend l’esprit s’ouvre et un sentiment de réconfort apparait . Il faut s’entrainer mais ne jamais forcer l’esprit au début .Nos idées parasites peuvent céder d’un seul coup .Moi qui vous parle de cela j’ai connu des périodes difficiles de stress . Mais si l’on peut pratiquer cette méthode très connue , je vous souhaite de la pratiquer avec un prof. au début et ensuite de travaiiler ce bel instrument qu’est notre corps qu’il faut réaccorder . Je sui musicien !
    Bon courage !
    Luc.

    • Sylvaine Pascual dit :

      C’est une technique parmi d’autres, et mon travail consiste plus à agir concrètement sur les déclencheurs des pensées négatives que d’agir sur le corps. Merci pour le partage;)

  • Luc dit :

    Une phrase géniale :
    “Ce que tu fuis te poursuit ,ce que tu acceptes te transforme .” Le boudhisme dit que quand la corde est trop tendue elle peut casser ( Anxiété ) et que si elle est trop détendue elle ne fait rien (Apathie ) . Par contre si elle est bien accordée elle vibre à l’unisson en donnant un beau son . Notre corps se base sur le même principe . Equilibre entre Tension et détente permet d’être en harmonie avec nous ,les autres ,et la nature .
    Luc .

Répondre à Olivier Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *