Procrastination: Ithaque dans la Tribune

sortir des idées reçues pour comprendre la procrastination

 

 

Il y a quelques semaines, j’ai répondu aux questions de La Tribune sur le thème de la procrastination. Les habitués le savent, je suis souvent consternée par les discours simplistes sur ce comportement qui peut devenir profondément invalidant. Et bien aujourd’hui je suis ravie de vous présenter l’excellent article de Sophie Peter, dans sa chronique “mieux dans mon travail”.

sortir des idées reçues pour comprendre la procrastination

 

La journaliste et psychanalyste Sophie Peters nous propose là un article dense et fouillé, rédigé d’une belle plume et bien éloigné des habituelles banalités version partie-émergée-de l’iceberg, des idées reçues et des recettes toutes faites contre-productives. L’idée centrale, c’est d’éviter de lutter et d’essayer de comprendre et de modifier le mécanisme déclencheur. Vous imaginez bien que j’applaudis des deux mains;)

Sur le site de la Tribune :  Halte à la procrastination

 

Voir aussi

1001 procrastinations (Interview de Sylvaine Pascual sur France 2)
Faut-il vraiment se débarrasser de la procrastination?
Accueillir la procrastination
Procrastination et estime de soi

 

 

Publicité

4 Comments

  • elios pascual dit :

    les djeuns ne connaissent probablement pas la version provençale de la procastination ( on ne connaissait même pas ce nom!), celle que chantait fernand Sardou ( eh oui le père de michel):

    Aujourd’hui peut-être, ou plutôt demain

    ce sacré soleil me donne la flemme

    je la couperai, té, après demain

    et si je peux pas la couper moi-même,

    je demanderai à l’ami tonin

    qui la coupera

    aussi bien lui-même

    c’est pas qu’on soit feignant par ici

    mais il fait si chaud

    dans notre midi

     

    mais rien d’intellectuiel, il s’agissait d’herbe à lapins…la suite était plus coquine..

     

    bon pardon pour cet exemple inadéquat dans un débat sérieux…

    • Sylvaine Pascual dit :

      “C’est pas qu’on soit feignant mais il fait chaud”, voilà qui résume au contraire parfaitement le propos!

      Je me souviens très bien de cette chanson, du coup je me dis qu’il est loin le temps de ma djeunsesse. Un sentiment à méditer longuement, aussi je tiens là une bonne raison d’aller procrastiner un moment. Surtout qu’il fait chaud, aujourd’hui;)

  • Zakaria dit :

    Bonjour Sylvaine,

    Je suis tout à fait d’accord avec sur le fait que la procratination vient de la jeunesse. Personnellement, je le faisais pour toute matière que je n’aimai pas.

    Elle peut aussi être originaire du manque de confiance en soi. Quand, j’ai des doutes de ne pouvoir réaliser une tâche, je la remet à un autre jour.

    Mais pour la peur, je ne crois pas avoir rencontré une telle situation auparavant.

    Merci pour l’article.

    Amicalement Zakaria

    • Sylvaine Pascual dit :

      La procrastination a mille et une origines, et la peur, sous différentes formes (de l’ennui, de mal faire, de bien faire, de réussir, de l’autre, du jugement etc.) est omniprésente dans ses composantes. Par exemple, que tu dis procrastiner lorsque tu doutes de pouvoir réaliser un tâche, ce doute est une forme de crainte;)

Répondre à Sylvaine Pascual Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *