Stress et déterminisme social?

Related Posts with ThumbnailsSylvaine Pascual – Poblié dans Brèves du stress

Stress et mémoire à court termeThe Economist du 2 avril 2009 rapporte une étude réalisée par Martha Farah, de l’Université de Pennsylvanie, et approfondie par Gary Evans et Michelle Shamberg de l’université de Cornell, les enfants élevés dans des milieux pauvres ont une mémoire à court terme moins développée que les autres, conséquence direct du stress auquel ils auraient été exposés.

Le stress a pour effet de limiter la génération de nouvelles cellules nerveuses dans le cerveau et il réduit le volume du cortex préfontal et de l’hippocampe, les deux parties du cerveau les plus étroitement liées à la mémoire à court terme.

Stress et déterminisme social

La conséquence directe serait un réel déterminisme social: les enfants issus des couches les plus démunies, soumis à des niveaux de stress quotidien plus élevés que la moyenne, auraient davantage de difficultés d’apprentissage, ce qui freine leur réussite scolaire et augmente leurs chances de rester pauvres, à l’age adulte. Ainsi la pauvreté se transmettrait de génération en génération, héritage sinistre et injuste facteur d’inégalité?

 

Faut-il se réjouir qu’il y ait une explication rationnelle de cet acabit à l’ampleur de l’échec scolaire dans les quartiers défavorisés?
Heureusement, comme pour toutes les règles, on peut citer de nombreuses exceptions  à celle-ci et pas seulement dans les contes de fées. Espérons que ces exceptions suffiront à éviter la généralisation abusive, l’étiquetage enfant pauvre = enfant stupide, mot que The Economist n’a pas hésité à employer.

Comme si les pauvres avaient besoin de ça.

Pour plus d’informations, voir comment le stress altère la mémoire.

Autres Brèves du stress
Dossier: Stress, la coexistence pacifique

Publicité

4 Comments

  • clem dit :

    Je pense que ce n’est pas forcément juste pour les enfants de familles démunies.. on ne parle pas des difficultés des autres couches sociales.. pourtant il faut aller voir dans les commissions d’appel en fin d’année.. quand je vois certains jeunes avec hyper difficultés, je me dis qu’ils ont poussé avec de l’engrais et qu’on leur en donne tellement, qu’ils risquent d’en mourir.. c’est plus dramatique encore que pour les enfants de familles démunies..
    Bonne soirée
    clem
    au sujet de la mémoire, je peux te dire qu’on peut la perdre et la recouvrir.. effarant…

  • MADmoiselle dit :

    Ouh, j’ai eu du mal à poster un commentaire. OB doit encore faire des siennes :/

    Oui, c’est dangereux tout de même de faire l’amalgame je trouve, parce qu’il y a des enfants dits “pauvres” qui sont très intelligents et vice versa.

    Si je perds la mémoire, c’est peut-être parce que je suis stressée… Mais je suis plus stressée là… ?

  • clementine dit :

    j’ai oublié de te dire que pour la mémoire on dit le stress et si je mets d’autres mots sur le stress, je peux nommer le remords refoulé, sans aucune raison, rien que par des effets de psychothérapies psychanalytiques..cela m’était arrivé.. j’avais oublié toute une partie de cette terrifiante expérience.. mais j’avais des cahiers comme preuve.. et la preuve était terrifiante..
    tu as dis le stress ? Oui, mais que se cache-t-il sous le stress ?
    clem

  • HB. le dit :

    Facteur d’inégalité tout aussi injuste que l’autre forme d’héritage.
    Non, il est impossible de s’en réjouir.
    Certes, on ne pourra plus accuser la paresse et le manque de motivation, comme on se plaît à le faire dans certains milieux qui aiment à tirer sur les ambulances, avec l’air entendu de ceux qui prétendent oser dire tout haut des vérités que d’autres préfèrent taire.
    Certes, on peut espérer le réveil des consciences face à un tel indicateur de la nécessité de solidarité sociale.
    Cependant, cette découverte est d’une tristesse épouvantable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *