Vitamines mentales: du beau, du bon, du bonnet!

Parce que les vitamines mentales aussi méritent leur apéro, en voici trois déclinaisons pour mettre de l’écorce de quinquina dans nos carafes assoiffées de petits plaisirs et de joie : du beau, du bon, du bonnet* !

L’apéro des vitamines mentales

Le plaisir qui alimente notre source intérieure à vitamines mentales, et toute l’énergie qui va avec, ce n’est pas de l’avoir plein nos armoires ou du faire en veux-tu-en-voilà pour collectionner des expériences, instagramables ou pas. Il n’est donc pas toujours dans ce que nous avons ou ce que nous faisons, il se ressent aussi face à des choses extérieures à nous qui ont une caractéristique agréable à nos yeux. Lorsqu’elles nous sont servies sur un plateau par le monde qui nous entoure, autant prendre le temps de les savourer comme l’apéro de nos méninges !  Le plaisir ressenti nous relie alors au monde qui en général, et à ce que nous observons en particulier. Nous pouvons alors le décliner en trois notes épicées de vermouth à bien-être, et ce aussi bien au travail que dans nos vies personnelles:

  • Du beau – Le désir de beau et la sensibilité à l’esthétique sot une constante chez l’être humain
  • Du bon – La bonté, ciment des relations et vecteur de chaleur humaine
  • Du bonnet – Sous le bonnet, nous avons un joli paquet de matière grise qui apprécie l’intelligence

Vitamines mentales et ré-équilibrage émotionnel

Vous qui me connaissez, vous ne vous attendez évidemment pas à ce que je vous donne à boire de l’imbuvable verre à moitié plein. Le but n’est pas de s’efforcer séance tenante à trouver du beau, du bon et de l’intelligent là où il y en a tellement peu qu’il faudrait un sacré bout de temps pour remplir sa gourde. Le but est d’observer ce qui est beau, ce qui est bon, ce qui est intelligent dans le monde de façon à remplir sa cafetière de vitamines mentales, qui produit l’énergie et du dynamisme, y compris indépendamment, à côté et/ou malgré ce qui pourrit la vie et l’environnement.

C’est donc un ré-équilibrage émotionnel qui nous met aussi du sucre et du miel dans l’âme, plutôt que de cultiver uniquement la consternation, l’abattement, l’amertume, l’ennui, l’écœurement, la morosité, le dégoût et tout ce qui assombrit l’âme et donne des aigreurs d’estomac. En d’autres termes, à l’instar du vermouth de Jospeh Dubonnet, les savoureuses verbes et épices de la vie peuvent nous aider à mieux supporter son goût parfois amer et ça, c’est toujours bon à prendre.

Il va donc s’agir de s’autoriser à se réjouir de ce qui nous paraît beau, bon et/ou intelligent autour de nous, en accueillant les émotions et sentiments que nous y associons, en les savourant.  

C’est aussi l’occasion de remettre des mots sur ce que nous ressentons, autant dans nos sentiments que dans notre évaluation de ce que nous regardons et de sortir du champ un poil étroit du bien/trop bien/trop top et de renouer ainsi par le vocabulaire avec la richesse des sentiments, leurs nuances, leurs tonalités, leur variété:

  • Remarquable, délectable, chouette, fascinant, passionnant, captivant, éblouissant, enchanteur, palpitant, prenant, ensorcelant, intéressant, magique, admirable, notable, mémorable, rare, formidable, saisissant, magistral, marquant, exceptionnel, jubilatoire, réjouissant, épatant, étonnant, etc.

Les vacances sont faites pour engranger les vitamines mentales

Le monde est beau 

De la nature aux œuvres humaines,  il y a tellement de beauté dans le monde qu’il y a de quoi nourrir tout le monde, du moins sur le plan moral. 

Le beau fait appel à une valeur d’esthétique qui, si elle touche probablement tout le monde, est essentiellement subjective. Le beau de l’un est le moche de l’autre et ça n’a aucune importance, le tout étant que chacun puisse se nourrir l’âme en se mettant plein les mirettes ou les esgourdes de ce qu’il trouve :

Harmonieux, joli, artistique, élégant, décoratif, esthétique, chouette, gracieux, mélodique, cohérent, équilibré, enchanteur, exquis, merveilleux, ravissant, superbe, magnifique, délicat, fin, raffiné, mignon etc.

D’un rayon de soleil à un détail architectural, d’un geste noble à une œuvre d’art, d’un paysage  à un accomplissement, à s’autoriser l’enthousiasme ( y compris intérieur, pour les pudiques;), l’émerveillement face au beau, l’expérience esthétique est un élément incontournable du sentiment de bonheur.

bien-être: aller à la rencontre du beau

Le monde est bon 

Si l’être humain ne brille pas toujours par son altruisme et sa bienveillance, il n’est pas non plus qu’individualisme et brutalité. Chaque catastrophe en témoigne, qui génère des élans de bonté et de générosité, sont souvent spectaculaires en raison de leur ampleur. Cependant les micro-gestes de bonté, de tolérance, d’ouverture à l’autre, de générosité existent aussi partout autour de nous, et les savourer lorsque nous les observons permet de nous nourrir la carafe à chaque geste :

Charmant, agréable, affable, altruiste, authentique, bénéfique,  bonhomme, bienveillant, bienfaiteur, talentueux, charitable, clément, compatissant, cordial, consciencieux, débonnaire, délectable, dévoué, distingué, noble, courageux, équitable, exemplaire, désintéressé, fidèle, formidable, franc, généreux, gentil, honnête, humain, fiable, méritant, magnanime, obligeant, sensible, serviable, sociable etc.

Le bon tel que nous l’avons défini ici renvoie à nos besoins fondamentaux d’être en lien (besoin de reconnaissance et d’appartenance ) et aux valeurs relationnelles qui en découlent : altruisme, bonté, gentillesse, bienveillance, solidarité etc.

Combien d’initiatives solidaires, de gestes aimables, d’attitudes positives omettons-nous de voir chaque jour autour de nous ? Pendant que nous sommes persuadés que le monde est vil et incivil et préoccupés de nous en plaindre, de préférence à plusieurs (les concerts sont rassurants, certes, mais ils nous ancrent dans nos visions étriquées du monde), il se passe autour de nous mille et un micro événements qui sont autant d’actes de bonté, de gentillesse naturelle, d’amabilité, de bienveillance.

Observons-les ! Rien que pour ré-équilibrer notre perception d’un monde relationnel qui a aussi des nuances délectables.

Le monde a du bonnet

Le monde est intelligent. Ca travaille sous pleins de chapeaux à traiter de l’information, à innover, à inventer, à concevoir des objets, des produits, des solutions utiles et efficaces, des moyens de s’adapter, à raisonner (et résonner) à conceptualiser, à comprendre, à expliquer etc. De la débrouillardise au quotidien jusqu’à l’innovation technologique, les citrons s’activent tout autour de nous, la matière grise fonctionne à plein tube et nous en sommes tous bénéficiaires. Il peut y avoir de grandes joies à observer et nous réjouir de ce que nous trouvons 

Malin, futé, adroit, aigu, clairvoyant, compétent, perçant, pertinent, profond, sagace, ingénieux, judicieux, habile, construit, éclairé, subtil, analytique, inventif, sophistiqué, débrouillard, finaud, utile, intéressant, captivant, curieux, brillant, génial etc.

Ce que nous trouvons intelligent associe souvent l’enthousiasme, l’intérêt, la stimulation, la connaissance à l’émerveillement ou l’appréciation du travail d’autrui, ce qui peut donner un mélange extrêmement nourrissant. 

 

L’apéro, ça se partage aussi

Plein de choses peuvent ainsi nous mettre de la joie plein la cafetière. Le truc, c’est que nous en sommes souvent oublieux, nous ne pensons parfois tout simplement pas à savourer un peu, le temps de nous remplir de micro plaisirs. Prenons donc le temps d’offrir à nos cafetières l’apéro

Et l’apéro, c’est encore plus sympa à plusieurs, alors profitons-en pour mettre du beau, du bon et du bonnet dans nos relations, ce qui est une preuve de panache et donc d’élégance relationnelle:

1- Du beau: partager ce qui nous ravit, nous anime, nous fait vibrer, c’est aussi une façon de mieux nous connaître et nous comprendre et de renforcer nos liens. Bref, c’est chouette!

2- Du bon: Partager avec autrui le beau, le bon et le bonnet que nous leur reconnaissons, ce qui est une façon d’offrir l’apéro à leur estime d’eux-mêmes et à leur besoin de reconnaissance. 

3- Du bonnet: partager nos vitamines mentales des deux manières précédentes, c’est malin, ça permet de parler aussi de ce qui va bien, de nourrir nos besoins socio-affectifs et ça encourage les comportements chaleureux et prosociaux.

Tchin! 🥂

* La référence n’est pas totalement anté-ferroviaire, puisque d’aucuns se souviendront qu’elle égayait le métro parisien. Cependant, elle pourrait ne pas évoquer grand-chose à certains, mais il n’est jamais trop tard pour en savoir davantage sur  l’époque désuète qui m’a inspirée:


Voir aussi

Dynamisme: faire le plein de vitamines mentales

Vitamines mentales: la rétrospective saisonnière des petites joies

Vitamines mentales: se contenter de peu pour pouvoir jouir de tout

Vitamines mentales : de la joie à la joie de vivre

Vitamines mentales : la rosée des petites choses

Vitamines mentales : dire ce qui va bien

Le bonheur, c’est les autres!


Aller plus loin

Vous voulez remettre du beau, du bon, du bonnet dans votre vie professionnelle, autant dans son contenu que ses relations ou la perception que vous avez de votre métier? Deux options à votre disposition:

 

Le livre  Job crafting : 10 séances d’auto-coaching pour devenir l’artisan de son plaisir au travail

 

 

Le plaisir de travailler, spécialité d'Ithaque coaching

 

L’accompagnement Job crafting et vitamines mentales

Une approche unique du coaching du plaisir de travailler développée par Ithaque coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *