Procrastination et gestion du temps

 

Je ne vais pas vous faire languir et je vous le balance comme ça, tout de go: non, la procrastination n’est pas générée par les difficultés à gérer son temps, c’est l’inverse.

 

 

Procrastination et gestion du temps: mauvaise pioche

Je suis en désaccord total avec l’opinion abondamment répandue par les marchands de solutions miracles selon laquelle il suffit d’un agenda bien organisé pour sortir de ce comportement peut-être pénible mais ô combien éclairant qu’est la procrastination. Et tant pis si je leur hérisse le poil.

Le problème de gestion du temps est la conséquence de la procrastination, pas sa cause, et les astuces anti-procrastination issues des techniques de gestion du temps fonctionnent rarement sur les procrastinateurs chroniques.

Car ceux-ci ont un problème uniquement avec les tâches sur lesquelles ils procrastinent. Pour les autres et aussi quand ils finissent par s’y mettre, ils peuvent faire preuve d’une excellente organisation et d’une efficacité redoutable et ne pas avoir le moindre problème de gestion du temps.
Rappelons-le une fois encore, celui qui procrastine fait autre chose à la place, et contrairement à bien des idées reçues aussi fatigantes que tenaces – c’est fou comme les préjugés ont la peau dure – ce qu’ils font peut être tout à fait utile et important. Et en général, ils le font aussi bien que n’importe qui d’autre et en gérant leur temps sans difficulté. L’association procrastination poil dans la main a certainement de beaux jours devant elle, mais si vous la croiser, mieux vaut passer votre chemin (on vous expliquera derrière qu’une to-do-list et hop! Problème résolu!)

Auto-coaching: observer sa procrastination (deuxième partie)

Cessons donc, nous procrastinateurs de tout poil, de perdre notre temps avec des outils de gestion du temps improductifs, du moins dans le traitement de la procrastination (ils sont sûrement très utiles pour plein d’autres situations, quoi que;)). Et préoccupons-nous de notre relation à nous-même et de notre perception des activités sur lesquelles nous procrastinons, (par opposition aux autres) car c’est bien là que se situe le problème.

Bref, si vous procrastinez un poil trop à votre goût, munissez-vous de vos lunettes, jumelles et longues vues:  nous voilà en mission de reconnaissance car chaque procrastination est unique. Observez-vous, examinez-vous, scrutez-vous à loisir et découvrez vos propres mécanismes. Vous avez déjà étudié de près les tâches pour lesquelles vous procrastinez (sinon, c’est le moment!)
Attachons-nous maintenant aux tâches pour lesquelles vous ne procrastinez pas:
Faites la liste de tâches que vous accomplissez sans procrastiner.
Qu’est-ce que vous vous dites quand vous les faites?
Que pensez-vous de ces tâches?
Quelle sont les différences entre ces tâches et celles sur lesquelles vous procrastinez ?
Que remarquez-vous?
et à présent, allez regarder par là si
Articles relatifs:
Zenobie et la procrastination
Quand la procrastination devient invalidante
Publicité

12 Comments

  • MADmoiselle dit :

    Il doit y avoir plusieurs niveaux de procrastination. Parfois le simple fait d’écrire ce que l’on àa à faire suffit pour déclencher une motivation.
    Pas toujours malheureusement…

  • wizzil dit :

    Bonjour Sylvaine !
    tu me réconcilies avec ma procrastimanie..
    effectivement, aucun des “trucs” n’a jamais marché pour moi, au contraire, il suffit que je me fasse des “listes” ou un planning pour que.. je fasse tout le contraire !
    Alors je vais suivre tes conseils et étudier de près ce pour quoi je ne procrastine pas, voilà une attitude positive !
    merci et belle journée à toi !

  • Trappeur dit :

    Je sais maintenant,merci Sylvaine.

  • clem dit :

    je procrastine sur le rangement de mes placards.. et quand je ne procastine plus, je range et le lendemain comme je ne retrouve plus rien, alors, je me dis, que cela ne sert à rien du tout de ranger.. vive la quoi déjà ? lol
    clem

  • pascale dit :

    Ma devise: ce qui est fait n’est plus à faire, du coup j’ai des journées de folie mais j’ai l’impression d’être en avance…pas folle la guêpe!

  • Capitaine dit :

    Bravo !

    En effet, les méthodes de gestion du temps ne sont pas utiles au procastinateur chronique et peuvent même empirer le problème.

    C’est encourageant de “tomber” sur une approche de résolution de problème différente. Je vais l’essayer.

    Merci

    Capitaine

  • Sana l dit :

    Jai pas tout lu, je viens de commencer et ne peux m’empecher de faire deja un commentaire qui je pense va dans le sens de l’auteur de cet article. Car il me fait penser que ce que je deteste par dessu tout c’est tout ce temps que l’on me prend. Tous ces imperatifs que l’on m’impose. 

    A coté je suis capable de prevoir une sortie ou meme un voyage en cinq minutes valises comprises. Et si j’oublie quelque chose, hors de question que cela me donnne le moindre sentiment negatif, je m’en passe aisement.

    Je prorastine certes, et je fais quoi en attendant, je regarde, je vous regarde, j’en suis devenu anti-conformiste, une indignés avant meme que le livre paraissent, et je suis quelqu’un qui refuse de penser comme tout le monde juste parce que c’est mieux vu, et plus facile pour fermer les yeux.

    Alors si le fait que je procrastine a fait de moi un esprit plus ouvert, j’en suis tres fiere. En vérité celui que ma procrastination derange, c’est le systeme. 

    Moi je peux prevoir organniser une sorti ou meme un voyage en dix minutes sans aucun probleme. Et si cela arrive que j’oubli un truc, il est hors de question que j’en epprouve le moindre ressentis negatif.

    J’ai l’impression quand je procrastine que mon temps, ma personne, l’etre humain que je suis, s’appartiens….

    Nous les procrastineurs sommes decu d’un mode de vie imposé qu’on ne peut se contenter d’accepter (consciement ou inconsciement). Et si on s’en veut, si on en souffre c’est uniquement parce que ca ne Vous convient pas. 

     

  • Jeff dit :

    J’ai essayé beaucoup de méthodes moi-même et j’ai décidé de prendre ça un peu plus à la légère. Mais pas tant que ça puisque mon équipe et moi travaillons actuellement sur une application mobile pour nous aider (voyez comme je m’inclus!) à combattre la procrastination. Un jeu, en quelque sorte, dans lequel vous vous battez contre vous-même et dont le bénéfice est que…vous finissez par accomplir vos tâches! Voir ici: http://www.alienworks.ca/Decrastinate
    En anglais seulement pour l’instant mais l’application finale sera multilingue. Bon combat!

    • Sylvaine Pascual dit :

      Bonjour Jeff,

      Je ne suis pas d’accord avec l’idée de vouloir combattre un comportement qui est en réalité un mécanisme de protection interne vis à vis de tâches perçues comme néfastes au bien-être. Faire de soi-même son propre ennemi est une idée à laquelle je n’adhère pas, car pendant qu’on est occupé à lutter contre l’expression du problème, on en traite pas l’origine et la procrastination se renforce sur le mode un pas en avant (illusion de résultat) 3 pas en arrière.
      En même temps, votre site en dit trop peu pour se faire une idée de la nature du jeu, et donc d’évaluer son efficacité^^

Répondre à wizzil Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *