Job idéal: un dernier métier avant de mourir?

Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle

 

 

 

Identifier les éléments constitutifs du job idéal n’a rien du fantasme oiseux: cela permet de s’en rapprocher, insensiblement, concrètement, et de construire davantage de bien-être au travail. Voici un outil parmi tant d’autres pour se pencher sur le sujet.

 

 

L’usine à idées au chômage technique?

 

Parmi les candidats à la reconversion professionnelle, nombreux sont ceux qui ont, au mieux une idée très vague du domaine professionnel dans lequel ils voudraient se reconvertir, au pire aucune idée du tout de ce qui pourrait leur convenir. Pour les uns comme les autres, la réflexion sur le sujet donne vite le sentiment d’avoir la comprenette qui tourne à vide, l’usine à idées au chômage technique.

 

Du côté de ceux qui ont un job qui leur plaît, dans l’absolu, mais dont l’exercice est devenu une routine qui tient davantage de l’effort fatigant que de l’enthousiasme qui pousse à se rendre au travail en trois entrechats extatiques, il est facile aussi de perdre de vue la marge de manœuvre dont nous disposons pour améliorer un quotidien qui s’est essoufflé.

 

En désir de changer de métier ou en poste, nous avons déjà vu comment explorer le boulot idéal au travers des différentes catégories de besoins professionnels qui sont indispensables à la satisfaction professionnelle.

Il y a d’autres portes pour pénétrer dans les méandres biscornus et parfois soigneusement amphigouriques qui mènent à se sentir tout simplement bien dans son job. Je vous propose donc aujourd’hui une autre manière d’y réfléchir, en surfant opportunément sur un sujet très 2012: la fin du monde!

 

 

Mini coaching job idéal

 

A l’heure pour les angoissés post-millénaristes bouclent leur sac à dos pour aller se poser en haut de Bugarach, on est effectivement tenté de poser des questions du type: si vous pouviez faire un seul job avant la fin du monde, ce serait quoi? En effet, s’il nous est donné la possibilité de choisir exactement ce que nous voulons faire alors qu’il nous reste un temps limité à vivre, nous irons alors naturellement vers ce qui nous tient réellement à cœur.

 

Imaginez donc que d’ici la date fatidique annoncée par les interprétations ultra optimistes d’un certain calendrier, vous avez toute latitude pour faire n’importe quel métier, celui que vous voulez, même s’il est farfelu, aux antipodes de vos compétences, l’objectif n’est absolument pas qu’il soit réaliste. Et allez-y, hein, aucune hésitation car après tout, ça n’est pas la fin du monde tous les jours;). Quel serait donc ce job qui vous permettrait de regarder le ciel s’obscurcir pour la dernière fois en ayant un sentiment de satisfaction et d’accomplissement professionnels?

 

  • Qu’est-ce qui vous motive dans ce métier?
  • Qu’est-ce qui vous fait vibrer?
  • Qu’est-ce qui vous enthousiasme?
  • Quels sont les éléments précis qui en feraient une sacrément chouette manière d’attendre la fin des temps?

 

Le métier qui vous est venu à l’esprit est certainement celui qui contient, a priori, un maximum de besoins prioritaires à combler.Cela ne signifie pas nécessairement que c’est le métier qu’il vous faut ou que vous avez des chances de concrétiser, surtout si vous avez choisi agent double pour le MI5, pilote de F1 ou calife à la place du calife. Cependant, les besoins ainsi révélés sont des indicateurs précieux pour se rapprocher d’un job réjouissant. Certains de ces besoins sont potentiellement transposables, directement ou symboliquement, et c’est ça qui nous intéresse.

 

pour ceux qui sont en désir reconversion:

  • Qu’est-ce que ça vous dit sur le type de métier qui vous conviendrait?
  • Quels types de métiers cela élimine-t-il d’emblée?
  • A l’inverse: quelles pistes à explorer ces éléments ouvrent-ils?
  • Comment allez-vous intégrer ces informations dans votre réflexion?
  • Quels domaines allez-vous explorer plus avant?
  • Quand?

 

Pour ceux qui sont en poste:

  • Quel est l’écart entre ces éléments et votre boulot actuel?
  • Dans quelle mesure pouvez-vous réduire cet écart?
  • Quels éléments pouvez-vous transposer, directement, indirectement ou symboliquement, pour vous en rapprocher?
  • Quels sont les trois changements qui auraient un impact important à vos yeux sur votre vie professionnelle?
  • Qu’allez-vous faire?
  • Quand?

 

En reconversion ou en poste: transformez tout cela en objectifs SMART sur lesquels vous pourrez appliquer les triplette du coaching, pour qu’ils soient autant de pas qui vous rapprocheront du boulot idéal. Car au risque de radoter: un pas plus près, c’est mieux qu’un pas plus loin ou aucun pas du tout,)

 

 

Voir aussi

 

Le boulot idéal: une réalité à inventer?

Reconversion: interview de Sylvaine Pascual sur France 5 emploi

Reconversion professionnelle: voyage au bout de l’enfer ou formidable aventure?
Age, métier et reconversion professionnelle

Reconversion professionnelle: l’être humain derrière le projet
Carrière: le désir de reconversion
Reconversion professionnelle: guide téléchargeable

Une reconversion professionnelle zen et dynamique à la fois!

Reconversion professionnelle et imagerie sylvestre

Reconversion : Ithaque dans les médias

Les 7 ingrédients du plaisir au travail

 

 


Aller plus loin

 

Vous songez à une reconversion professionnelle? Vous voulez améliorer votre quotidien au travail? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

Publicité

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *